Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2015

Une bourse des mères porteuses à Bruxelles. Aucune place n'est accordée à l'enfant.

Ce dimanche 3 mai 2015, un événement commercial est organisé à Bruxelles à l’intention des homosexuels célibataires ou en couple désireux d’avoir des enfants. L’organisation américaine "Men Having Babies" met ces couples en contact avec des organisations, des mères porteuses et des cliniques privées en vue de répondre à leurs questions et recevoir un soutien dans leurs démarches. Des experts belges estiment l'initiative suspecte et les associations holebi de Flandre refusent d'y participer.

DSCF7487.JPG

 

Stephanie Raeymaekers est la présidente de Donorkinderen, une association flamande d'enfants nés via des donneurs de gamètes (sperme ou ovocyte).
Elle est venue assister à la journée pour s'informer, puisque le sujet lui tient à coeur, et elle en ressort « choquée » : « Toute cette conférence est centrée sur le désir des parents. Je constate qu'aucune place n'est accordée à l'enfant. Aucun enfant né par gestation pour autrui n'est venu témoigner aujourd'hui. Ça en dit long ! C'est quand même le premier concerné, c'est lui qui subira toutes les conséquences !» La jeune femme sait de quoi elle parle : elle est elle-même née d'un donneur anonyme, car ses parents, hétérosexuels, ne pouvaient pas avoir d'enfant. « J'ai été achetée. Et aujourd'hui, mon association est parfois mal vue. Je suis un produit qui parle, et donc qui dérange. » Stephanie estime qu'elle a le droit de connaître ses parents biologiques et est visiblement très émue à l'idée de ne jamais réaliser ce besoin.
« Je dis toujours, on est dans un pays où c'est plus facile de tracer l'origine de la viande au rayon charcuterie, que celle du parent biologique d'un être humain ! » Si elle n'est pas venue à la conférence de Men having babies pour militer, elle avance qu'avec la gestation pour autrui, on crée des enfants en créant une souffrance. Elle se dit aussi écoeurée par tout le marketing et toute la publicité déployée par ces agences américaines. «Je ne comprends pas qu'on ait autorisé une telle conférence, on vient expliquer aux gens comment contourner le cadre légal »
Stephanie pointe aussi une certaine hypocrisie du système belge qui dénonce la venue de l'association américaine, puisque la Belgique rentre aussi dans le jeu, en aidant des mères lesbiennes d'autres pays à avoir des enfants par GPA.

Source: Le Soir

17:24 Écrit par collectif a & a dans Ethique, Mère porteuse, Témoignage | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us

23/12/2014

Cachez ces mulâtres que je ne saurais voir

Cachezcesmulatre.jpgRetour sur le passé douloureux des enfants nés de rencontres entre missionnaires belges et femmes africaines.


« Dieu a fait l’homme blanc et l’homme noir. Le diable a fait les métis ». Cet adage, Regina Nabashekage l’a souvent entendu dans son enfance. Née en 1933 à Bukavu, au Congo, d’un père belge et d’une mère congolaise, elle trouve difficilement sa place dans la société, rejetée à la fois par la communauté africaine et la communauté européenne. Rapidement, comme des centaines d’autres enfants métis, elle est séparée de sa famille par l’administration coloniale et envoyée dans un internat dédié aux Métis.

Article complet sur Bruxelles Bondy Blog

08:11 Écrit par collectif a & a dans Film & documentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us

15/11/2014

Film-enquête sur les vols de nouveau-nés dans les maternités sous le franquisme

rapt-bebe-espagne.jpgEnterrar y Callar, est un film terminé en 2014 par Anna Lopez Luna qui traite du rapt de nouveau-nés dans des hôpitaux publics. Les vols ont débuté à la fin de la guerre d’Espagne. Il s’agit au départ de soustraire des enfants à l’influence néfaste de combattantes républicaines, afin de les élever dans la “vraie foi” en les baptisant puis en les confiant à des couples catholiques.[2] Il se crée ainsi un vivier dans lequel dignitaires et familles pratiquantes en mal d’enfants vont puiser. Les guerres civiles ont cela de particulier qu’elles font s’affronter idéologiquement différentes fractions de la même population. D’un  côté il y a les tenants du pouvoir en place, de l’autre les républicains. L’autorité ecclésiastique et l’autorité séculière s’allient pour “sauver ces jeunes âmes” en perdition. Ce trafic commandé par la dictature a perduré bien après la chute de Franco. Les désastres de la guerre civile se sont poursuivis jusqu’à récemment… Si, dire que la moitié des Espagnols est en train de réaliser qu’elle a été adoptée illégalement par l’autre moitié est excessif, les familles décomposées et recomposées aux grès de cabales de notaires, médecins et religieuses sont légion.
...

Mémoire, corruption, séquelles de la dictature en Espagne : Enterrar y Callar (2014) d’Anna Lopez Luna

 

11:26 Écrit par collectif a & a dans Bébés volés, Etude - Recherche, Film, Trafic d'enfants | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us

26/10/2014

Mercy,Mercy

mercy-mercy.jpg

Une famille éthiopienne, diagnostiquée séropositive, donne ses deux enfants à l’adoption à une famille danoise. Pendant 4 ans, le réalisateur suit les conséquences en entrant dans le vécu le plus intime des différents parents et enfants. Comment les parents biologiques vivent-ils la culpabilité? Est-ce que les nouveaux parents sont préparés à l’adoption d’enfants d’une autre culture ? Comment les enfants peuvent-ils protéger leur identité dans un milieu culturel différent? Mercy Mercy est  un des films les plus beaux et plus profonds sur l’adoption.

 

La RTBF - 3è chaine TV rediffuse à 22 h 55, dimanche 26 octobre  Mercy Mercy, remarquable documentaire sur l'adoption de deux enfants éthiopiens par une famille danoise.


Un film terrible qui pose beaucoup de questions. Des questions que nous devons tous nous poser tant sur l'adoption que sur l'intérêt des enfants et leurs possibilités de reconstruction.  Petales-Belgique.

 

18:56 Écrit par collectif a & a | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us

27/09/2014

Adoptions forcées en Flandre

Dans les années 70, des jeunes filles amenées dans des couvents flamands étaient contraintes d'abandonner leur bébé.

flandre mater matua

L’Eglise tente de réparer les pots cassés

L’Eglise catholique belge a exprimé son désir d’aider à retrouver les enfants que l’on a enlevé de force à de jeunes mamans durant les années 70. La plupart de ces femmes séjournaient à l’époque dans un foyer de Lommel (Limbourg). D’après l’asbl Mater Matuta qui défend leurs intérêts, les bébés ont été vendus contre des sommes importantes à des parents adoptifs. Si l'Eglise tend désormais la main, elle n'accepte pas pour autant de présenter des excuses.

Source: Flandreinfo

Mater Matuta dénonce certaines pratiques d’adoption

Des centaines de victimes d’adoption forcée ou illégale continuent à chercher leurs parents, quand ce ne sont pas les parents qui recherchent leurs enfants. Il s’agit la plupart du temps de jeunes femmes qui ont eu une grossesse non désirée jusque dans les années 1980 et qu’on a forcées à abandonner leur bébé. La nouvelle association flamande "Mater Matuta" veut aider des mères et des enfants adoptés. Elle réclame aussi la création d’une commission qui enquête sur les pratiques d’adoption du passé en Belgique.


Source: Flandreinfo


17:37 Écrit par collectif a & a dans Appel, Film & documentaire, Origine - Identité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : flandre mater matua | |  del.icio.us

14/09/2014

100 000 enfants pauvres ont été placés de force en Suisse jusqu'en 1981 : ils parlent de leur souffrance

placementdeforceensuisse.jpgLe 31 mars 2014 devant le Palais fédéral à Berne, un groupe d’anciennes victimes ou de leurs descendants ont lancé officiellement la campagne de signatures pour l’initiative populaire demandant la création d’un fonds de réparation.

Jusqu’en 1981 en Suisse, 100 000 enfants de la pauvreté ont été placés de force dans des familles ou des institutions. De plus en plus de victimes franchissent le mur de la honte pour demander reconnaissance et réparation. Rencontres avec notre partenaire swissinfo.ch.

Sources : Rue89 et Swissinfo

11:14 Écrit par collectif a & a dans Abandon, Appel, Maltraitance, Protection de l'enfance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse | |  del.icio.us

07/08/2014

La fausse mère d'une belge arrêtée.

Guatemala

Source: Le Soir

10:39 Écrit par collectif a & a dans Bébés volés, Trafic d'enfants | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us