Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Lettre du Service de Santé Mentale de Tournai à la Chambre des Représentants de Belgique | Page d'accueil | Au risque de l’adoption. Cécile Delannoy. »

01/12/2005

Rapport sur le développement des enfants élevés par des couples de personnes de même sexe.

Ce n'est pas pareil.

Un rapport sur les études psychologiques qui met en évidence leur manque de rigueur scientifique. Ce rapport cite également d’autres études qui montrent que des enfants élevés par des couples homosexuels ont davantage de problèmes psychologiques que les enfants élevés par les couples hétérosexuels.

Référence : http://www.hazteoir.org/documentos/noesigual3.pdf
Traduction : rapport_hazteoir.2.pdf

 

16:55 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : homoparentalité, adoption | |  del.icio.us

Commentaires

A propos des études américaines.

Selon les récentes analyses quantitatives de Lerner et Nagai, 49 études américaines, favorables à l’éducation homoparentale, comportent toutes au moins une erreur fatale
(échantillon non-représentatif, hypothèse imprécise, objectifs politiques avoués...) suffisante pour les rendre statisquement invalides. [1]
Selon les chercheurs, ces études, constamment évoquées par les groupes homosexuels américains, européens et canadiens, ne devraient pas être utilisées pour influencer les politiques des gouvernements concernés.

L’éducation homoparentale comporte des risques spécifiques et n’est pas l’équivalent de l’éducation hétérosexuelle. Les familles de couples homosexuels sont beaucoup plus instables, enclins à la violence, au suicide et aux abus d’alcool et de drogues. Plusieurs chroniqueurs et chercheurs homosexuels notent que l'instabilité et la promiscuité sexuelle du couple gai restent la norme. [2]

Selon trois études récentes parues dans Archives of General Psychiatry , les homosexuels souffrent davantage de problèmes psychologiques en plus des pathologies spécifiques associées à leur mode de vie. [3] Avant la découverte du sida, l'étude américaine de Bell démontrait que 43% des homosexuels avaient plus de 500 partenaires au cours de leur vie et 28% en avaient plus de 1000. [4] Une étude plus récente de Kaslow (échantillon de 5000 hommes gais) indique qu'entre 69 et 83% des homosexuels ont plus de 50 partenaires alors que l'étude de Michael confirme cette moyenne et indique que les hétérosexuels en ont quatre. [5]

Le développement de l'enfant est fort compliqué et très fragile. Plusieurs millions d’années d’hétérosexualité expliquent l’humanité actuelle. Le phénomène de la famille parentale à deux hommes ou deux femmes est nouveau et incertain. Les jeunes enfants n'ont pas à essayer de comprendre ou à expliquer pourquoi ils ont deux pères ou deux mères. La confusion est déjà trop grande. Au Canada, nombre d'enfants grandissent dans des familles éclatées, abandonnées ou reconstituées parce que la famille traditionnelle est dévalorisée et, à l’occasion, ridiculisée.

Experts et politiciens déplorent les troubles émotifs reliés aux familles monoparentales. (Statistiques Canada : Étude longitudinale sur la Jeunesse, octobre 1996). Or, le
gouvernement se désintéresse du sort des enfants des familles homoparentales où la figure de père géniteur ou mère biologique est aussi absente. Les nouveau-nés des familles homoparentales actuelles sont en quelque sorte des cobayes pour les chercheurs qui tentent de découvrir les effets de parents du même sexe.


[1] R. Lerner and A. Nagai, No Basis: what the studies don’t tell us on same sex parenting, (Marriage and Law Project, Ethics and Public Policy Center, [Washington], 2001), http://marriagelaw.cua.edu.

[2] Dr. David McWhirter and Dr. Andrew Mattison, The Male Couple, (1978) Prentice-Hall 1984; A.P. Bell, M.S. Weinberg, Homosexuality : A Study of Diversity Among Men and Women, Simon and Schuster, New York, 1978

[3] R. Herrel et al., “Sexual Orientation and Suicidality”, D. Fergusson et al., “Is Sexual Orientation related to Mental Health Problems and Suicidality in Young People?”, T. Sandfort, et al., “Same sex Sexual Behavior Psychiatric Disorders, Findings from the Netherlands”, Archives of General Psychiatry 56; 876-880.

[4] A.P. Bell and M.S. Weinberg, (1978) “Homosexualities”, New York, Simon and Schuster,

[5] Kaslow et al., “The Multi AIDS Cohort Study”, American Journal of Epidemiology, vol. 126 no 2, August 1987. R.T. Michael et al., Sex in America, a definitive Survey, Brown and Co, 1994.


Extrait d'un rapport présenté par le comité des Droits de l'enfant au Canada

Écrit par : Pierre Pariseau | 12/12/2005

Vous êtes fraîche intéressant! Je n'aime pas supposer J'ai Lire quelque chose comme ca avant.
Alors bon merveilleux de trouver quelqu'un avec un peu Insolite véritables réflexions sur ce sujet sujet . Vraiment Sérieusement .. Merci de à partir de cette place. Ce site est une chose qui est nécessaire sur le web , quelqu'un avec une certaine !

Écrit par : Art | 10/07/2013