Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'adoption dans tous ses états. Enjeux et pratiques. Terre des Hommes. | Page d'accueil | Droit à l'adoption . Adoptons un autre regard. Tanguy Verraes. »

21/12/2005

Revoir son enfant, un besoin viscéral. Mouvement Retrouvailles. Québec.

LA DÉMARCHE DEMANDE DU RESPECT.


Le désir de renouer avec ses origines, le besoin viscéral de revoir un enfant qu'on a été forcé d'abandonner sont des sentiments très forts. La popularité des émissions de retrouvailles de Claire Lamarche en est la preuve vivante.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Mouvement Retrouvailles, un organisme à but non lucratif, se démène depuis plus de 20 ans pour favoriser des rencontres entre des enfants adoptés et leurs parents naturels. Une tâche titanesque, qui exige beaucoup de doigté et de sensibilité. Avant même la première rencontre entre un parent et son enfant, il faut s'assurer d'une bonne préparation psychologique des deux parties. Car il ne faut pas se leurrer, soulignent la directrice régionale de Mouvement Retrouvailles Denise Boudreau et son adjointe Diane Allard, les retrouvailles ne se passent pas toujours comme dans les fils américains.

 

"Il n'y a pas de guide sur la façon d'agir avec les gens. On apprend sur le tas, en se basant sur nos propres expériences. Il faut être discret et attentionné, car on embarque dans la vie des gens, dans ce qu'ils ont de plus privé", mentionne Mme Allard. C'est précisément dans le but de favoriser les échanges et de permettre aux gens touchés d'obtenir une écoute attentive que le Mouvement retrouvailles a instauré la tradition des cafés-rencontres. Devant la faible participation, elles ont dû se résigner récemment à tenir un déjeuner une fois par mois, dans un restaurant, le samedi. Elles déplorent un peu que les gens ne participent pas plus activement à ce genre d'activités, tout en comprenant que les activités de la vie quotidienne soient prenantes.

"Les gens voient ça faciles, des retrouvailles. Ils pensent qu'une fois qu'ils auront fait la connaissance de la personne recherchée, tout sera beau, dans le meilleur des mondes. Mais les démarches demandent du respect, de part et d'autre. Il est bon d'être appuyé avant et après la rencontre", fait valoir Denise Boudreau.

Isabelle Labrie pour Le Quotidien

Commentaires

Bonjour,

Je trouve votre site très intéressant.

Je suis généalogiste depuis de nombreuses années, et, je vous demande la permission de me permettre de mettre votre site sur mon site qui est= www.généalogie.com

J'attends votre réponse avec impatience.

Johanne Parent

johanne.parent@videotron.ca

Écrit par : johanne.parent | 28/01/2006

je recherche ma mère biologique, je suis né le 10 aout 1948 mes parents adoptifs m`ont pris à la crèche de Québec.Mon nom sur les papiers d`adoption était Joseph Félix Chantal.

Écrit par : Jean Paul LeBel | 06/02/2006

Bonjour, je vous ai mis dans mes liens, mais si vous ne voulez pas, dites le moi
Bonne continuation
Jocelyne née Marie Claude le 23 mars 1958

Écrit par : Née sous X | 01/05/2006

Bonjour,

Je vous transmets l'adresse de mon blog consacré à la recherche des origines (http://carolinelegrand2000.hautetfort.com). La dernière note pourrait susciter un débat intéressant parmi l'ensemble des bloggeurs. Elle pose un ensemble de questions comme:

A qui appartient la quête des origines ? La quête des origines est-elle une activité que d'aucuns peuvent s'approprier? Sa pratique peut-elle être plus légitime dans certains cas que d'autres? Peut-on comparer le parcours de tous ceux qui se lancent dans la recherche de leurs parentés respectives? En particulier peut-on trouver des similitudes entre les adoptés en quête de référents biologiques et les descendants de migrants soucieux de se fabriquer des ancêtres, de maintenir active une certaine forme de mémoire?

Écrit par : caroline | 21/08/2006

je suis camerounaise et je recherche mon fils THIERRY DUBOIS qui a été adopté par Hélène DUBOIS lors de son passage au cameroun, mais je trouve parfois que ces gens qui adoptent les aenfants sont parfois ingrats, mon fils devait aller faire ses études et cela avait été un arrangement pour lui faciliter le visa et de bonnes études, mais Hélène DUBOIS raconte des mensonges à Thierry DUBOIS qu'il avait été acheté comme un esclave, il avait 7 ans en 1985, et il l'a cru parcequ'il ne cherche pas sa famille bologique.
par votre biais, peut être serait-il possible qu'il fasse signe.

Écrit par : Bernadette | 10/02/2009

je suis nee le 26 mars 1958 jetait a la creche cote de lisse a mantreal dyouville je recherche ma mere je vous demande de maider. a ladoption je mappellais louis jean delage merci

Écrit par : louis delage | 27/01/2011

@louis delage

Envoyer votre message par email à :
Caroline Fortin, Présidente du Mouvement Retrouvailles
cfortin@mouvement-retrouvailles.qc.ca

Écrit par : collectif aa | 27/01/2011

Bonjour:
je suis écrivain, mon dernier roman se terminait avec la rencontre d'une jeune dame et le protagoniste qui ne savait pas qu'il était le père de cette femme...
On appelle cela un Surprise Father. Un père biologique qui apprend tardivement qu'il est père d'un enfant.
Mercredi passé j'ai eu un rêve prémonitoire dans lequel je devais aller visiter sur Facebook une amie d'il y a 30 ans. Et voilà je tape son nom et opla apparaît son visage avec le visage d'une femme de trente ans qui me ressemble comme deux gouttes, qui ressemble à ma jeune fille de 14 ans.
Depuis je tente de rejoindre la mère. Aucune réponse. Après des journées de recherche j'ai peu retracé la fille.
Elle nous ressemble beaucoup.
Ma copine était mon ainée de dix ans, mariée, riche, connue. Moi un jeune artiste follement amoureux d'elle. Elle est tombée enceinte mais elle a toujours refusé d'admettre qu'elle l'était avec notre enfant.
Idiot? craintif? Jeune? je n'ai jamais poussé la chose, et lorsqu'elle a rompu après 7 ans d'amour clandestin elle est disparue... La voilà qui ré-apparaît.
Je me sens violé. Je n'ai aucun droit. Conscient de la situation délicate, je n'ose pas aller plus loin. Je ne cherche pas à détruire la vie de cette famille. D'un autre côté comment fait-on à vivre ce mensonge? Pourquoi ce rêve qui vient me réveiller de mon sommeil? Pourquoi? Quoi faire? La fiction qui rejoint la réalité. Je suis troublé, perdu, puis-je dire une personne abusée?

Écrit par : Antonio D'Alfonso | 10/04/2011

je suis a la recherche de mon fils carlito nee le 31 05 1972 a longueuil pouvez vous m aider merci d avance

Écrit par : daniel ribot | 20/12/2012