Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tous les articles | Page d'accueil | L'homoparentalité revue par le Sénat »

15/02/2006

Les droits de l'enfant dans l'adoption nationale et internationale.



Fondements éthiques et orientations pour la pratique.



Position du Service Social International du Centre International de Référence pour la Protection de l’Enfant dans l’Adoption définie dans le guide éthique (1999)

 
Extrait : N° 11 - Opinion du SSI
 
L’adoption doit être une rencontre entre l’enfant dans son besoin et les parents dans leur désir. Cela ne signifie pas que l’adoption doit répondre aux souhaits divers des parents adoptifs potentiels (PAP) mais que ces parents doivent avoir le désir d’enfant et pouvoir désirer l’enfant qui leur est confié. Cependant, l’adoption est un droit pour l’enfant en besoin d’une attention parentale de substitution permanente. Ce n’est pas un droit des adultes à se voir confier un enfant parce qu’ils le désirent. On utilise trop souvent le droit à l’égalité des personnes pour justifier la reconnaissance du droit d’adopter à tout un chacun.
 
L’enfant en besoin d’adoption est un enfant qui a souffert de carences graves; son histoire, sa situation d’adopté et parfois son apparence physique en font au départ un être différent dans l’environnement du pays ou du milieu où son placement est envisagé.  La famille qui l’accueille ne doit pas ajouter à ses différences ou à ses carences mais lui offrir ou revaloriser les références maternelle et paternelle dont il a manqué ou souffert, lui assurer un environnement qui pourra faciliter son intégration sociale et être capable de faire face aux difficultés spécifiques de la relation familiale adoptive.
 
C’est pour ces raisons que le SSI estime, sauf cas particuliers justifiés, qu'un couple, constitué par une femme et un homme, d’un âge en rapport avec celui de l’enfant, présente un environnement plus favorable au développement de l'enfant qu'une personne seule, qu'un couple de deux personnes du même sexe ou qu'un couple dont certaines caractéristiques (âge élevé de l’un ou des deux partenaires, problème médical grave, etc.) constituent un facteur d’inadaptation aux besoins de l’enfant ou de risque eu égard à la durée de la protection parentale.
 

16:00 Écrit par collectif a & a dans Ethique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Service Social International, adoption, éthique | |  del.icio.us

Commentaires

Je suis tout à fait d'accord avec ces fondements éthiques ! Que c'est bien dit, avec justesse et avec courage (il en faut quand on va à contre-courant....l'adoption étant tellement considérée comme un droit des adultes en mal d'enfant....)
Quel dommage qu'il soit impossible de fixer des règles éthiques pour tous les enfants, c'est-à-dire aussi pour les enfants "biologiques"!
Je suis enseignante dans une école d'enseignement spécialisé depuis 10 ans. Je ne m'habituerai jamais au malheur de certains enfants, bénéficiant de moins d'affection et de respect qu'un chien! Et il ne s'agit pas d'un enfant né "par accident"! La plupart provenant de familles nombreuses...Personne n'intervient (d'ailleurs rien ne le prévoit dans la loi), au nom de la liberté de chaque adulte, de se reproduire.
Et par là de reproduire son mal-être...
Tout au plus la loi autorise-t-elle, quand le "mal" est fait à tenter de limiter les dégats en retirant l'enfant de son milieu naturel.
Vous l'aurez compris,trop tard! les dégats sont déjà faits!

Écrit par : Claire Brenu | 15/02/2006

Au sujet des coulisses de l'adoption internationale, un excellent article est paru dans le magazine L'Express le 17 novembre 2005 (p. 84) : il y est notamment noté avec beaucoup de pertinence que ce que l'on a tendance à considérer comme un "acte charitable" est en fait la conséquence de l'impossibilité d'adopter en France et n'a de charitable que le nom. Dire que l'on effectue un acte charitable ou humanitaire (à 20 000€ et 5 ans d'attente l'adoption) ne sert à rien d'autre qu'à se donner bonne conscience. Imaginez ce que l'on pourrait faire de 20 000 €, du prix des billets d'avion, des jouets ... et de l'énergie dépensée, si l'on se consacrait à aider les enfants sur place : le parrainage, ça existe (sos villages d'enfants, Plan, Aide et action, Fondation Cambodge, Partage ...). Si on veut faire quelque chose pour les enfants et leurs pays, une seule solution viable et équitable, le parrainage ... !

Écrit par : Parisnemours | 01/03/2006

Il n'y a rien qui ne m'agace plus que de lire et d'entendre certains parents "adoptifs" dirent qu'ils ont sauvé leurs enfants de la misère, etc... . Comme si ces derniers leur étaient redevable de ceci.

Parfois on se demande comment l'agrément a pu etre donné .

Écrit par : Eeyore | 26/04/2006