Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une politique européenne de l’adoption ? | Page d'accueil | Né sous X : adoption simple et droit de visite. »

13/12/2006

Prévention de l'abandon d'enfant


medium_TDH.jpgEn Roumanie, Terre des hommes (Tdh) mène des projets de protection sociale et de défense des droits de l’enfant. Ils sont tous menés par des partenaires locaux, soutenus de manière institutionnelle, technique et financière. Une profonde refonte de nos activités en Roumanie prendra effet en 2007.




Protection sociale – Le premier projet à avoir été mis en œuvre par Terre des hommes s’attache à prévenir l'abandon maternel . Pour des raisons socio-économiques, de nombreuses jeunes mères abandonnent leur enfant et sont rejetées par leur famille, sans structure d’accueil. Avec notre partenaire ACSIS, nous les accueillons et leur prodiguons un soutien social. Avec un autre partenaire, FOC, nous menons dans les écoles et auprès des familles un programme de prévention contre la déscolarisation, pour endiguer le phénomène des enfants en situation de rue. Toujours en milieu scolaire, nous effectuons avec l’Association Jean Valjean une prévention à la délinquance juvénile. Enfin, un projet plus récent dans le Sud du pays, à Craiova, effectue une prévention contre les flux migratoires et les trafics d’enfants.


Droits de l’enfant – Avec l’Association Jean Valjean et le cabinet d’avocats Ana Vadan, Tdh accompagne les enfants confrontés au système judiciaire  et qui n’ont pas les moyens de se défendre. En s’appuyant sur la Convention des Droits de l’Enfant, Tdh travaille d’une part à une défense adéquate et à éviter leur placement systématique en institution, et d’autre part propose des formations à tous les acteurs du système judiciaire. Enfin, avec la Fédération UNOPA, nous travaillons au respect, par les autorités nationales, des droits des enfants affectés par le sida.


Tdh hier…

 

Terre des hommes a commencé à intervenir en Roumanie en 1992, 3 ans après la chute du régime Ceaucescu, et concentré ses efforts prioritaires contre la marginalisation des enfants les plus vulnérables, notamment par un premier projet de prévention de l’abandon maternel , puis un autre auprès des enfants en situation de rue. En 1997, Tdh ouvre un programme pour les mineurs en conflit avec la loi, leur offrant assistance juridique et sociale, et formant les professionnels du système judiciaire. En 2000, Tdh ouvre un projet dont le but est de faire respecter les droits des enfants séropositifs. En 2005 nous avons proposé à des institutions étatiques des formations aux meilleures pratiques dans le domaine de la protection de l’enfance.  Quant au dernier programme que nous avons ouvert, il intègre la Roumanie dans un projet régional en Europe de l’Est de prévention et protection contre les trafics d’enfants  et les risques migratoires, et déploie des démarches de plaidoyer pour renforcer la protection de l’enfance.


… et demain

Terre des hommes a planifié de se désengager, dès 2007, de ses partenaires actuels pour se concentrer sur un soutien technique et un transfert de compétences à leurs côtés, et sur des activités de plaidoyer auprès des autorités locales et nationales. Notre intervention directe se prolongera dans le cadre du nouveau projet de prévention des trafics d’enfants, et dans celui du projet régional de protection de l’enfance. Un appui plus conséquent pourrait toutefois être donné à notre partenaire dans le projet de prévention de l’abandon maternel.



Vécu


Je m’appelle Gabriel et j’ai 24 ans. Si j’ai pu m’accomplir sur le plan professionnel, c’est grâce à l’aide de la structure de la Fondation FOC dans le Secteur 5, l’un des quartiers les plus défavorisés de Bucarest.

Mon premier contact avec eux remonte à 1998, alors que j’étais en dernière année au lycée et que je vivais une période assez tourmentée de ma vie. Je ne savais pas trop bien ce que je voulais pour ma vie, j’étais en plein doute existentiel, un malaise courant ici... Cette organisation, soutenue par Terre des hommes, m’a aidé du point de vue affectif, social, professionnel, par leurs programmes éducatifs, créatifs et instructifs, et aussi grâce aux nombreuses discussions qu’ils m’ont accordées. Après quelque temps, j’ai tenu à contribuer à ces activités en y adhérant comme bénévole.


Dès la fin du lycée j’y ai travaillé comme éducateur et cela m’a aidé à mieux me comprendre moi, et les autres autour de moi. Mes collègues m’ont encouragé à développer mes capacités, et à tenter ma chance à l’université. J’ai réussi l’examen d’entrée et ai pu obtenir une bourse à l’Université Technique de Construction de Bucarest.


La première année a été difficile, du fait de ma situation financière précaire. Mais j’ai pu compter, en complément, sur une donation individuelle. Je touche désormais un montant régulier qui m’aidera à terminer mes études, à couvrir les dépenses scolaires et une partie de mes dépenses personnelles.


Depuis ma rencontre avec les gens de FOC et de Tdh, tous les changements dans ma vie, du point de vue social, éducatif, professionnel ou affectif, ont été positifs et salutaires. Cet appui m’a permis de dessiner une trajectoire droite vers un avenir meilleur et plus sécurisant.



Source : Terre des Hommes

09:40 Écrit par collectif a & a dans Protection de l'enfance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Roumanie, Terre des Hommes | |  del.icio.us