Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Marie Claire - La question de l'adoption en France - Position des candidats. | Page d'accueil | Mère : connue. Père : éprouvette »

23/03/2007

L'adoption et sa face cachée - Christian Demortier

medium_adoption-face-cachee.jpg
Dans le cas des adoptions, on ne parle que des réussites. Les échecs sont encore niés ou critiqués.
L'échec, dans l'adoption, se double donc d'un second: celui de l'incompréhension des effets de l'adoption
vécus dans un isolement coupable. [Bim TlLAK]

Qu'on arrête d'assimiler la souffrance des parents adoptifs à celle de l'adopté. Les parents adoptifs souffrent, car ils culpabilisent de ne pas être de bons parents et les adoptés souffrent, parce qu'ils ont honte d'avoir été abandonnés si brutalement par leur mère de naissance. [Arthur SEFTON]

L'adoption telle qu'elle existe impose à l'adopté l'ambivalence, état tiraillé entre deux contraires auxquels il n'appartient jamais. Pas d'équilibre possible. [Bim TlLAK]

Forcément, pour vous, les adoptés n'ont pas de problèmes, puisqu'ils n'en parlent pas.




Un "must" !


Dans "Adopté dans le vide", l’auteur racontait son adoption à l’âge de deux ans en Belgique. Témoignage bouleversant que l’on aurait pu réduire à un cas personnel s’il n’avait déclenché un véritable séisme autour de l’adoption internationale. Parents adoptifs, mais aussi enfants adoptés, voire associations et administrations, ont réagi souvent de façon passionnelle à des propos qui rompaient avec le langage convenu.

C’est ainsi que Christian Demortier, passant du particulier au général, s’est senti le devoir d’aller plus loin. Il ne s’agit ni de dénoncer, ni de généraliser, mais d’alerter sur des souffrances, des non-dits, fut-ce au prix de douloureuses remises en question. Ouvrir les yeux sur des réalités qu’il vaut mieux prendre en compte avant qu’il ne soit trop tard, libérer la parole, dialoguer, rompre le silence pour repartir sur des bases solides…

La méthode employée est didactique en ceci que l’auteur se livre aux questions sans en éluder aucune, répondant avec franchise et une lucidité bien éloignée de la langue de bois enrobée de bons sentiments trop souvent utilisée dans ce domaine.


Au-delà de l’adoption internationale, l’ouvrage incite à une méthode élargie en vue d’une réflexion sur l’action humanitaire, les motivations de ceux qui en font profession, voire les effets pervers.

Christian Demortier a rassemblé avec attention, courage et émotion les multiples réactions suscitées par la publication de son livre "Adopté dans le vide". Ce premier ouvrage était douloureux et on ne s'étonnera pas que celui-là le soit aussi. Il ne revendique donc ni exhaustivité ni exemplarité. Il voudrait provoquer un questionnement.

Les lecteurs qui songent à l'adoption y trouveront matière à réflexion. Ceux qui y sont déjà engagés se sentiront moins isolés face à d'éventuelles difficultés.


Mais au-delà des acteurs privés ou institutionnels, c'est au grand public que ce livre s'adresse. La rapide mondialisation des échanges, le bouleversement des équilibres économiques et culturels fissurent les bons sentiments de la décennie précédente. La lucidité permet de faire l'économie de bien des drames, de dénouer des crises aussi.

L'adoption internationale, pourquoi pas ? Mais pas à n'importe quel prix, pas n'importe comment, pas au détriment de ceux qui - pourtant les principaux intéressés - n'avaient pas voix au chapitre, les enfants. Écoutons-les sans a priori, même si cette parole dérange l'air du temps.


Biographie de l'auteur

Christian Demortier est né en 1965 aux environs de Pondichéry. Il vit à Bruxelles. Enseignant, il consacre son temps à l'écriture. Auteur de Adopté dans le vide en 2001, il écrit également des pièces de théâtre, notamment sur l'adoption (L'Admirable inconnue) et prépare un ouvrage sur l'Inde.


Table

Avant-propos
Préface
1. Motivations des parents adoptifs
2. La mère biologique: don ou abandon ?
3. Les troubles possibles
4. Le malentendu
5. Rencontres avec des adoptés
6. Le teint
7. La culture

22:30 Écrit par collectif a & a dans Livre - Revue | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : témoignage, christian demortier, adopté | |  del.icio.us

Commentaires

bonjour,

je suis moi meme coreenne adoptee, et je suis en pleine lecture du premier livre de Christian Demortier, adopte dans le vide. bien que je n'ai pas eu une vie d'adoptee similaire a la sienne, j'ai beaucoup de compassion, plein d'empathie, et enormement de comprehension de son vecu... et je ne suis qu'a la moitie du livre... je suis tres reconnaissante quel quelqun ait pris le temps, et ait le talent de parler en notre "nom" d'adoptes... car l'ignorance, le silence, et l'isolement nous auront coute beaucoup... et c'est en brisant le silence que la conscience nait... et il est temps... merci a lui d'avoir ose... s'exposer, refouiller dans tant de souvenirs douloureux... et merci pour nous tous... de nous donner une voix... si necessaire...

Youmi

Écrit par : youmi | 31/05/2007

En 1965 nous avons eu la joie d'adopter une petite Libanaise d'un mois puis en 1967 un petit Libanais de 3 mois.Notre famille a vécu les hauts et les bas communs à toutes les familles française durant les 40 années qui ont suivies avec cependant quelques interrogations. Mais au décès de leur père seule la question d'héritage les préoccupants ils ont trouvé plus judicieux de rompre par tous les moyens nos relations affectives Je me retrouve donc moi-même abandonnée.

Écrit par : Barbareau Andrée | 30/03/2011

Un enfant adopté, dans bien des cas, aura toute sa vie à trainer quelques "valises/casseroles" supplémentaires dont il se serait volontiers bien passé. Une sensibilité exacerbée, notre rapport à la différence aussi singulier, certains la vomissent, la chérissent, d'autres vivent dans le déni. Mais le pire pour moi, est cette partie du puzzle de notre vie qui nous fait défaut, ce sentiment de "vide/manque". Et le niveau d'éducation, d'études, de succès, d'amis, n'y changera pas grand chose.

Et personnellement je ne me considère pas comme un échec.. juste une sorte "d'anachronisme spatial".

En bref une vie "normale", un bonheur simple et authentique nous sont peut-être plus ou moins accessibles, mais à quel prix.Il nous faut des épaules deux fois plus larges et beaucoup d'entre nous craqueront entretemps.

Écrit par : kimchiboy | 28/07/2011

bonjour, je suis moi aussi indienne adoptée
et j'aimerais rencontrer d'autres adoptés
pour parler de nos vies
cela me plairait aussi de rencontrer christian demortier
donc, n'hésitez pas à me contacter
Sheeja

Écrit par : sheeja | 18/09/2012