Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« No Kid - Corinne Maier | Page d'accueil | Adoption : la fin du secret ? »

02/07/2007

Nestor et les Oubliés - Benoît Pilon

a0da2c341b0d7d01ddf5925bd0b52ccb.jpg

 Télévision Québec

 

Dans les années 1940 à 1960 au Québec, les mères célibataires étaient forcées de donner leur bébé en adoption.

C’est ainsi que le destin de Louis-Joseph Hébert, alias Nestor, s’est retrouvé lié à celui des centaines d’enfants abandonnés qu’on appellera «les orphelins de Duplessis».

Depuis plusieurs années, Nestor et ses compagnons d’infortune mènent un combat quotidien afin d’obtenir, auprès du gouvernement, réparation pour les nombreux sévices physiques et abus sexuels dont il ont été victimes pendant leur enfance, aux mains des prêtres.

Alors qu’il visite les vestiges de l’orphelinat d’Huberdeau, en compagnie de son ami Émile Quenneville, l'irréductible Nestor raconte son dur parcours pour retrouver sa dignité perdue.

Nestor et les oubliés est un film-documentaire touchant et juste, donc qui ne pèche pas par excès de sentimentalisme ou par condescendance - c'était les pièges à éviter.

De son véritable nom Louis-Joseph Hébert, Nestor fait partie de ces enfants qui ont été «recueillis» à l'orphelinat d'Huberdeau dans ces années où le Québec vivait sous la coupe de l'église catholique et traitait comme il se doit (!) les enfants du péché.

N'ayant pas été, comme bien d'autres, enfermés dans un institut psychiatrique - mais n'ayant pas moins subi de sévices - Nestor et ses compagnons n'ont pas reçu d'indemnisation du gouvernement du Québec. Mais ils ne baissent pas les bras.
Un combat de David contre Goliath où rires, larmes et fraternité s’entremêlent quotidiennement.

Les faits sont révoltants mais les témoignages, douloureux de sobriété. Car Benoît Pilon, plutôt que de prendre le mors aux dents, présente les drames avec la mesure du documentariste. L'effet et l'impact ne sont que plus réussis.

Source : Le Devoir


Le site officiel