Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La Commission des questions sociales de l’APCE appelle au respect du droit des enfants en matière d’adoption internationale et réfute “le droit à l’enfant” | Page d'accueil | Un diplomate néerlandais accusé d'abandonner sa fille adoptée »

18/12/2007

Le Congo suspend les adoptions internationales d’enfants

77aa38d2707d7a6e7606322e2b625f04.jpgBrazzaville, Congo – Le gouvernement du Congo a décidé de suspendre, "jusqu'à nouvel ordre", les adoptions internationales d’enfants congolais, a appris la PANA de source officielle.

"Le gouvernement a décidé de suspendre jusqu'à nouvel ordre l'adoption internationale des enfants congolais par des sujets étrangers. Cette disposition demeure d'actualité jusqu'à ce que le gouvernement décide de la lever", a déclaré, lundi, le directeur national de l'Action sociale et de la Famille, Florent Niama, en présence des responsables des orphelinats et centres d'accueil d'enfants du pays.

Il a notamment justifié cette décision par la volonté des autorités congolaises d'éviter le "drame survenu avec l’affaire de l’Arche de Zoé au Tchad".

"A la lumière des évènements qui se passent au Tchad relativement à l’adoption des prétendus enfants orphelins par l’ONG Arche de Zoé, le ministre d’Etat, Garde des sceaux, ministre de la Justice et des Droits humains suspend jusqu’à nouvel ordre, les procédures d’adoption internationale des enfants congolais sur l’ensemble du territoire national", a-t-il indiqué.


L’adoption des enfants est pourtant une disposition légale mentionnée dans le Code congolais de la famille, mais l'adoption à l'international est régie par la Convention de la Haye, que le Congo n’a pas encore ratifiée, selon M. Niama.

"Seulement, cette convention est particulière dans ce sens qu’un pays l’ayant ratifiée peut aller adopter dans un pays qui ne l’a pas encore ratifiée", a-t-il souligné.

L’affaire de l’Arche de Zoé est venue mettre la puce à l’oreille des pouvoirs publics, qui voudraient être de plus en plus regardants sur les adoptions d’enfants par des sujets étrangers, toujours à en croire l'officiel congolais.

Avant cette mesure de suspension, des enfants congolais avaient été adoptés par des ressortissants des pays signataires de la Convention de la Haye, comme la France, dont l'association humanitaire "Arche de Zoé" est dans l'oeil du cyclone depuis que ses responsables ont été accusés par le gouvernement du Tchad de tentative d'enlèvement de 103 anfants.

"Sous prétexte de la pauvreté, certains citoyens se lancent à coeur joie dans le trafic des enfants. Au Congo, certains enfants prétendus orphelins ont failli être adoptés n’eut été une enquête ayant permis de constater l’existence de leurs parents. Les contrevenants à la décision du gouvernement verront leurs centres d’accueil fermé. Tant qu’il n’y a pas un ordre contraire, ceux qui le feront, le feront à leur risque et péril", a menacé le directeur national de l'Action sociale du Congo.


Source : Afrique en ligne

 

Articles 

- La Libre Belgique et InfoSud (18.01.2008) : Adoptions suspendues au Congo-Brazzaville à cause d'abus 
- Tribune des droits humains (18.01.2008) : Arche de Zoé version congolaise