Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Adoptions en Europe : à quel prix ? | Page d'accueil | "Adoptie is lang niet zo goed als velen denken", Hilbrand Westra. »

28/02/2008

Dire la vérité sur l’adoption

39744644.jpg

 


Via [Les droits des enfants vus par un juge des enfants], le blog de Jean-Pierre Rosenczveig.



"Le nombre d’adoptions d’enfants étrangers par des français a donc de nouveau baissé en 2007.
3 162 pour 4 136 en 2006. Elles étaient de 6 000 voici encore quelques années. On se souvient que déjà M. Raffarin, alors premier ministre, avait émis un peu inconsidérément le projet de doubler les adoptions transnationales.



Apparemment la nouvelle Agence Française pour l’Adoption n’atteint pas les objectifs assignés. Le pourra-t-elle jamais et même, osons poser la question, est-ce dramatique qu’elle n’y parvienne jamais ?




Avec lucidité Mme de Choiseul, sa directrice générale, observe que les pays d’origine des enfants sans parents conditionnent désormais l’octroi d’autorisations pour adopter à la mise en œuvre de programmes sociaux sur place avec l’aide des pays qui entendent faciliter l’addition par leurs ressortissants. La France ne serait pas bien organisée pour développer cette démarche d’un nouveau style.



Il y a surtout le fait que nombre de pays ayant ratifié la convention de la Haye de 1993 sur l’adoption internationale avec le souci de ne plus être confrontés à des trafics d’enfants, les conditions sont devenues plus strictes pour adopter. Surtout ces Etats ont alors l’obligation de privilégier l’accueil des enfants adoptables par des compatriotes afin de ne pas les déraciner.



Qui n’adhérerait pas à un tel projet dès lors que dans ces pays il y a effectivement des familles susceptibles de s’ouvrir à ces enfants ? Apparemment de plus en plus dans les pays où nombre d’enfants étaient adoptables par des étrangers émerge une classe moyenne qui s’engage dans l’adoption. Marie-Christine Le Boursicot, membre du Conseil supérieur de l’adoption, cite ainsi le cas de la Chine qui en 2000 avait accepté 15 000 adoptions par des étrangers mais où en 2007 l’adoption nationale l’a emporté sur l’adoption transnationale. D’ailleurs, dans ce contexte où la demande intérieure se developpe, la même Chine n’hésite plus à poser de sérieuses conditions de ressources pour délivrer un visa à des étrangers candidats à l’adoption.



Disons le tout net on ne peut que se réjouir de ce que moins d’enfants aient aujourd’hui besoin d’être adoptés en dehors de leur pays. Globalement on doit y voir un signe positif de l’évolution sociale.



La France a été confrontée à cette situation : en 1900, pour environ 22 millions d’habitants, 150 000 enfants étaient pupilles de l’Etat ; aujourd’hui avec 64 millions nous n’avons que 3 300 pupilles. Les explications sont simples : une meilleure maîtrise de la contraception, un meilleur statut de la femme célibataire, des politiques sociales, tout contribue à ce que plus souvent que parle passé les enfants sont désirés et bien accueillis donc moins souvent abandonnés.



Comment ne pas souhaiter que ce que notre pays a connu, d’autres le connaissent pleinement ?



La chute du nombre d’enfants abandonnés n’est finalement que le révélateur d’une amélioration du niveau de vie d’un pays et de ses populations les plus fragiles.



Bien évidemment en avançant ces constats on ne peut pas ne pas prendre en compte la souffrance de ceux qui, ici ou dans d’autres pays où peu d’enfants sont adoptables, entendent être parents. On sait qu’il y a un acharnement procréatique. Il y a aussi un acharnement adoptif. Il n’est pas difficile d’imaginer que certains sont prêts à beaucoup donner pour adopter; d’autres sont prêts à profiter de cette pénurie en internet et de ces difficultés en externe pour faire miroiter un venir plein d’espoir et de joie.



La difficulté sur ce sujet est bien qu’on est confronté à l’irrationnel. Ceux qui entendent s’ouvrir à un enfant pour se réaliser sont quasiment dans l’impossibilité d’entendre que l’exercice devient quasiment impossible, en tous cas très difficile. D’autant qu’à leur yeux, il y a tant d’enfants au monde qui souffrent et ne souffriraient pas avec eux! Ces enfants sont-ils pour autant adoptables ? Dans le 93, on dit communément que  quelques 5000 enfants sont sans domicile; admettrait-on aisément que des Chinois ou des Burkinabe débarquent à Roissy pour les adopter?



Il faut ici éviter la démagogie et les faux espoirs. L’un comme l’autre sont redoutables et font très mal. Les pouvoirs publics doivent tenir un langage de vérité. Il sera ici intéressant de connaitre les conclusions de la mission confiée à J.-M. Colombani et le relais qui lui sera donné par le gouvernement.



Les médias ont leur part de responsabilité quand ils ont une approche compassionnelle du sujet sans en restituer les termes exacts. On doit se réjouir de la chute de l’adoption internationale si on se positionne du côté des enfants et non pas présenter la chose comme une catastrophe nationale.



Il faut rappeler que l’adoption est un droit pour l’enfant, mais une possibilité pour eux qui entendent accueillir un enfant. Comment pourrait-il en être autrement ?"

Commentaires

Le 26 fevrier, Mme Claire Gibault, membre du Parlement européen, dans un flamboyant discours en faveur de l'adoption internationale a declaré ceci :

'Je serais ravie si des africaines riches venaient en France pour adopter des enfants.'

Écrit par : Anja | 29/02/2008