Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Verzoeken om adopteren van kind gedaald | Page d'accueil | Niet meer betalen voor adoptie - Ne plus payer pour l'adoption »

11/03/2008

Adoptions en Chine. Les autorités enlèveraient les enfants de leurs parents.

471379203.jpgWeer ophef rond adoptie uit China. Overheid zou kinderen weghalen bij ouders.

Er zijn aanwijzingen dat de Chinese overheid kinderen afpakt om de één-kindpolitiek af te dwingen. Soms worden deze kinderen geadopteerd door westerse stellen.

 

De 7-jarige Zeng Hong uit de Chinese provincie Hunan heeft een tweelingzus. Maar zij en haar ouders hebben geen idee waar het meisje is. In april 2002 werd Zengs zusje namelijk afgepakt door een ambtenaar, omdat haar ouders de boete niet konden betalen. Die boete vloeit voort uit de één-kindpolitiek, die het aantal kinderen beperkt dat Chinese echtparen mogen krijgen.

 


De ouders van het afgepakte meisje vertellen hun verhaal vanavond in het tv-programma ’Netwerk’. Toen vader en moeder later alsnog het boetebedrag bij elkaar hadden gespaard, eisten ze hun dochter terug. Maar de lokale overheid zei dat het kind in het buitenland geadopteerd was en onvindbaar zou zijn.

 

Netwerk’ kreeg nog twee andere Chinese paren voor de camera, met een vergelijkbare geschiedenis: ook hun (klein)kind werd afgepakt door iemand van het bureau voor gezinsplanning. Die bracht het onder in het Shaoyang Social Welfare Institute in Hunan, waar vanuit het vermoedelijk werd geadopteerd door een buitenlands stel. Zonder instemming of medeweten van de ouders.

 

Twee Nederlandse adoptieorganisaties deden in 2003 zaken met het Shaoyang kinderhuis. Via Wereldkinderen kwamen er zeven kinderen uit dit tehuis naar Nederland, via Meiling tien. Het is niet gezegd of bewezen dat het in deze gevallen om afgepakte kinderen gaat.

 

Vorig jaar berichtte Trouw over een ander adoptieschandaal in de provincie Hunan: kinderhandelaren verdienden er jarenlang grof geld met de verkoop van vermoedelijk vele honderden kinderen. China heeft steeds verzekerd dat er geen verhandelde kinderen in Nederland terecht zijn gekomen.

 

Het is echter zeer de vraag wat deze Chinese verklaringen waard zijn, zegt adoptiedeskundige René Hoksbergen: „China wil z’n gezicht niet verliezen, helemaal niet met de Olympische Spelen in het vooruitzicht.” Hij noemt de getuigenissen van de drie Chinese paren in ’Netwerk’ schokkend en vindt dat Nederland de adoptie van Chinese kinderen moet opschorten. „Er is gerede twijfel over de betrouwbaarheid van de Chinese overheid. Daarom moet Justitie de moed hebben om te zeggen: we gaan dit eerst tot de bodem uitzoeken”, aldus René Hoksbergen.

 

Bron : Trouw - deVerdieping

 

Résumé

 

Les Pays-Bas obtiennent des enfants adoptés d'un foyer chinois par des enfants qui sont pris à leurs parents. Les enfants sont retirés à leurs parents suite à la politique chinoise de l'enfant unique. Selon le journaliste d'investigation Deng Fei, ces enfants sont tombés dans les chaînes de l'adoption. Netwerk a effectué une enquête concernant les adoptions de la province chinoise d'Hunan.
ChristenUnie veut un débat urgent avec le ministre Hirsch Ballin de la Justice au sujet de cette affaire et estime que les adoptions venant de la Chine doivent être suspendues.

 

Ina Hut, directrice de l'organisme d'adoption Wereldkinderen, dit qu'il n'est pas exclu que des enfants enlevés soient aussi arrivés aux Pays-Bas. Les organisations d'adoptions aux Pays-Bas sont préoccupées depuis plusieurs années au sujet de la Chine. Mais elles, n'obtiennent pas d'informations du CCAA, l'organe d'adoption central de la Chine.

 

En mai 2006, le ministère de Justice avait déjà demandé à la Chine des clarifications lorsque le grand scandale des trafics d'enfants d'Hunan fut découvert. Le gouvernement chinois répondi qu'il n'est seulement question d'erreurs de procédures et qu'aucun enfants n' ont été envoyés vers les Pays-Bas. Ceci ressort du rapport de la visite de la délégation de Justice, que Netwerk dispose. Mais, selon le journaliste Deng Fei et l'avocat des commerçants soupçonnés de trafic d'enfants, les propos rassurants du gouvernement chinois ne sont pas exacts : il s'agirait de centaines et voir jusqu'à des milliers d'enfants qui sont enlevés, négociés, commercialisés.

 

"Il est permis de s'interroger sur la valeur de ces déclarations chinoises", affirme René Hoksbergen, expert en adoption internationale.
"La Chine ne veut pas perdre la face, surtout pas alors que les Jeux Olympiques sont en vue. Les témoignages des trois couples chinois à Netwerk sont  choquants, j'estime que les Pays-Bas devraient suspendre les adoptions d'enfants chinois. Il y a un doute raisonnable quant à la fiabilité des autorités chinoises. C'est pourquoi la Justice doit avoir le courage de dire: nous allons d'abord enquêter pleinement sur cette affaire ", selon Hoksbergen.

 

 

A lire aussi

 
-> Les enfants perdus de la Chine.
Sur les milliers d'enfants enlevés en Chine, beaucoup sont adoptés par des étrangers
Traduction de "China's Lost Children" paru à ABC News. Fabriquée en Corée

->  Adoptions chinoises dans l'actualité, de Fabriquée en Corée

->  Bébés volés en Chine, Doctissimo forum grossesse

->  China - Breaking News on Intercountry Adoption, de Roelie Post

-> UAI standpunt in zake Netwerk uitzending van 11 maart 2008

Commentaires

"Chineesjes worden ontvoerd voor adoptie"

Er blijkt wat aan de hand te zijn met Chinese adoptiekinderen. Het reportagemagazine Koppen vond getuigen die zeggen dat kinderen in China weggehaald worden van bij hun ouders en verhandeld worden voor adoptie.

Een derde van de adoptiekinderen voor Vlaanderen komt uit China. Zo wachten op dit moment 122 ouders op een Chinees kindje. Opvallend is dat de adoptiediensten blijkbaar geen garantie hebben dat de kinderen die ze aannemen voor adoptie niet afgepakt of verhandeld zijn.

Chinese kinderen worden vaak weggehaald van hun ouders en in tehuizen gestopt, klaar voor een buitenlandse adoptie. Dat vertellen Chinese ouders en grootouders zelf in Koppen. Een directeur van een tehuis geeft ook toe dat hij mensenhandelaars minstens tot eind 2005 betaald heeft voor vondelingen.

Uit die tehuizen zijn ook kinderen naar Vlaanderen gekomen. Het is dus niet uitgesloten dat verhandelde Chinese kinderen in Vlaanderen zijn terechtgekomen

Écrit par : Bart | 28/03/2008

Chine - Au moins 60 000 enfants disparus chaque année.

Nouvelles du 23 octobre 2009: En Chine, 42 personnes arrêtées pour un trafic de bébés

La police chinoise a arrêté 42 membres présumés d'un réseau de trafic de bébés qui a vendu en Chine des dizaines d'enfants en bas âge volés ou achetés à leurs parents des régions rurales, ont rapporté les médias officiels vendredi.

Le réseau possédait des unités distinctes pour l'approvisionnement, le transport et la vente des bébés, rapporte l'agence Chine Nouvelle. En deux ans d'activité, il a vendu 52 enfants, 19 garçons et 33 filles, et gagné 400 000 yuans (env. 60 000$).

Selon Chine Nouvelle, le réseau opérait dans des zones rurales pauvres du nord du pays.

Le réseau a commencé faiblir après que la police ait arrêté trois hommes avec un bébé-garçon dans leur van, le 8 mai. L'enfant avait été rejeté par les parents potentiels et allait être retourné aux deux intermédiaires qui avaient procurés un total de 13 bébés pour le réseau. La police a arrêté les deux intermédiaires le 10 mai.

La police a également gelé plus de 800 000 yuans dans les comptes bancaires des suspects et confisqué deux vans.

Nouvelles du 29 octobre 2009 Les officiels chinois tentent de retrouver les parents de 60 enfants volés.

Au moins 60.000 enfants disparaissent chaque année

Ce sont les visages d'enfants enlevés qui ont été secourus par les forces de sécurité lors de mesures répressives contre le trafic d'enfants qui ont commencé en avril dernier. La police a attrapé quelques 2 008 enfants disparus dans leurs raids.

Jusqu'à présent, ils ont pu retourner beaucoup d'entre eux à des familles folles d'inquiétude à travers le pays. Les 60 visages sont une première tentative publique pour identifier le reste.

Les policiers espèrent que leurs parents seront en mesure de les identifier maintenant, même si dans nombreux cas, plusieurs années se sont écoulées depuis qu'ils ont vu leurs enfants la dernière fois.

Selon le ministère, il y a 30 000 à 60 000 enfants portés disparus chaque année en Chine. Mais des gens qui sont impliqués dans la recherche de ces enfants disent que le nombre est plus proche de 200 000.

Beaucoup, sinon la plupart des cas ne sont pas officiellement répertoriés parce que la police locale ne veut pas ou n'est pas en mesure d'enquêter sur les crimes qui impliquent généralement de traverser des frontières provinciales. En outre, de nombreux parents pensent que la police pourrait être complice des enlèvements. Il s'agit d'une activité lucrative qui apporter environ 4000$ pour chaque garçon vendu et environ 1000$ par fille.

Les enfants enlevés sont le plus souvent des garçons et sont vendus à des familles qui souhaitent avoir un fils. Les filles sont souvent vendues pour le mariage ou à des agences qui organisent des adoptions à l'étranger.

Sources:

Police arrest suspected child traffickers in N China (Window of China, 23 octobre 2009)

42 arrested in China baby trafficking case (AP, 23 octobre 2009)

Chinese officials try to find parents of 60 lost children (CNN, 29 octobre 2009)

Chinese crackdown nets thousands of 'stolen' children (Ottawa Citizens, 29 octobre 2009)

Écrit par : Fabriquée en Corée | 30/10/2009