Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-03 | Page d'accueil | 2008-05 »

28/04/2008

Bébés vietnamiens volés, vendus pour l'adoption dans l'ouest.


Ce qui suit est une traduction non officielle de l'article intitulé "Stolen Vietnamese babies sold for adoption in west: report" , paru dans Theage.com

Lire la suite en langue française sur le blog "Fabriquée en Corée"


Sur le même sujet


-> Adoptie Vietnam niet in orde

Hanoi, 25 april. Vietnam houdt onvoldoende toezicht op de adoptie van Vietnamese kinderen, zegt de Amerikaanse ambassade in Hanoi.

In een rapport meldt zij voorvallen waarin adopties duidelijk strijdig zijn met de Vietnamese wet. Het onderzoek is gebaseerd op honderden adopties door Amerikanen sinds 2006.

Weeshuizen zouden moeders onder druk hebben gezet om hun baby’s af te staan in ruil voor ongeveer 285 euro, een jaarsalaris voor velen in Vietnam. In een geval heeft een ziekenhuis een baby overgedragen aan een adoptiebureau omdat de moeder de – vervalste – rekening niet zou kunnen betalen. Ook wordt beschreven hoe een grootmoeder een kind liet adopteren zonder toestemming van de moeder.

Het departement voor Internationale Adopties in Vietnam noemt de beschuldigingen „ongefundeerd”. Het erkent dat omkoping van weeshuisdirecteuren voorkomt, maar er zouden geen problemen zijn met kidnapping of het verkopen van baby’s.

Vorig jaar verviervoudigde het aantal geadopteerde Vietnamese kinderen. De meesten worden aangenomen door Amerikanen, 828 in het afgelopen jaar.


Source : NRC-Handelsblad


->  U.S. Embassy accuses Vietnam of selling babies

HANOI, Vietnam - Vietnam has failed to police its adoption system, allowing corruption, fraud and baby-selling to flourish, the U.S. Embassy says in a new report obtained by Ben Stocking, The Associated Press.


Source : United Adoptees International - News portal

 

-> Vietnamese 'Orphans' - For Export Only
 
The US have investigated the Vietnamese adoption system. The outcome is devastating, but to me no surprise. I recognised much of the Romanian 'orphans', created 'For Export Only'.

Since Vietnam and the US sigened a Memorandum of Understanding in 2005 to re-open adoptions (suspended since 2002 because of corruption), the number of adoptable 'oprhans had exploded. Now why was that ?


Source : Romania, for export only - Roelie Post.

 

-> Vietnam adoptions banned for Americans

Claims that babies were being unlawfully removed from their natural mothers and sold to agencies in Vietnam have caused a ban on all Vietnamese adoptions to the US from July.

Leaked by The Associated Press last Thursday, the US Embassy document cited cases of fraud, corruption and baby-selling in the Vietnamese adoption system. Days later, the Vietnamese authorities announced that it would be stopping all adoptions to the US from July onwards. The United States has been a major adoptive country, having relocated around 1,200 Vietnamese children in the past 18 months.


Source : United Adoptees International - News portal

 

17/04/2008

Les "enfants volés" en Australie ont-ils servi de cobayes ?

[Via "Courrier International"].


Kathleen Mills, qui témoignait devant une commission d'enquête sénatoriale sur la compensation financière des "générations volées", a fait une révélation retentissante le 15 avril, rapporte le quotidien Sydney Morning Herald. Pendant les années 1920 et 1930, assure cette Aborigène, les petits pensionnaires métis du centre Kahlin, à Darwin, ont reçu des injections de médicaments expérimentaux contre la lèpre, avec des conséquences dramatiques pour leur santé. Une deuxième personne est venue corroborer cette information, affirmant que des expérimentations sur des "enfants volés" ont également eu lieu à la léproserie de la ville, et ce jusqu'aux années 1960. "Ce que vous avez entendu aujourd'hui n'est pas le pire", a déclaré Kathleen Mills, qui demande au gouvernement d'ouvrir ses archives, qu'elle qualifie de "boîte de Pandore".


Children were guinea pigs, inquiry told


A STOLEN generations member's claim that Aboriginal children were taken from their families and used as "guinea pigs" to trial a leprosy drug has shocked the Federal Government into scouring its records for more information.

Aboriginal elder Kathleen Mills made the allegation yesterday in Darwin on day one of a Senate inquiry into compensation for the stolen generations.

She said some children held at the city's Kahlin Compound in the 1920s and '30s had been injected with a leprosy serum that made them sick and almost killed them. The compound, a holding house for half-caste Aborigines, closed after World War II.

While Ms Mills's claim was based on the recollections of her uncle, a medical orderly at the compound, it was given weight last night by another source, who confirmed a Darwin family had been subjected to similar testing at another institution in the city, the leprosarium, as late as the 1960s. This may suggest such experimentation was systemic.

"What you heard today wasn't the worst of all the stories," Ms Mills told the Herald last night. "Whether you're prodding them with sticks and needles, the actual removal of children from their mothers and their countries without any records is the issue."

She told the inquiry: "These are the things that have not been spoken about. As well as being taken away, they were used … there are a lot of things that Australia does not know about."

Ms Mills said information to do with the testing would be in health department archives and she called on the Government to assist "opening Pandora's box".

The Health Minister, Nicola Roxon, promised to do anything she could to get the facts. "These are obviously very serious allegations," Ms Roxon said. "I have requested my department to examine their archives to determine if there are any documents that can shed any light on this situation."

Ms Mills said her uncle had told her about the drug's effects. "It made our people very ill and he said the treatment almost killed them," she told ABC radio outside the inquiry.

The Greens Senator Bob Brown, who was at the inquiry, said: "It's clearly a matter that's worrying indigenous people so it should be investigated. First, we have to find out if there's any records of experimentation."

An expert on leprosy, Clem Boughton, said he had not heard of such claims but it was possible they were triggered by early uses of sulfone drugs which provided the first effective treatment of leprosy. A former professor of infectious diseases at Prince Henry Hospital in Sydney, now in his 80s, Dr Boughton said the claims should be treated with caution.

"It could be they were using preparations of sulfones to see how effective they were," Dr Boughton said. "This would not be deliberately targeted at Aboriginal people because there was a lot of leprosy around then. Patients themselves would want to have the treatment even if it was a bit experimental because it was their only hope."

Ms Mills said she raised it to highlight the problem Aborigines had accessing their records. But she worried last night it would detract from the bigger issue of compensation. "It was like throwing the cat among the pigeons and there's a lot of fluttering now."

with AAP and Mark Metherell

15:56 Écrit par collectif a & a dans Communiqué | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : australie, aborigènes, générations volées | |  del.icio.us

03/04/2008

L'épilogue de l'affaire Arche de Zoé fait grincer des dents en Afrique.

Qui paiera les 6,3 millions d'euros de dommages et intérêts dus aux familles des victimes ? demande la presse africaine, unanime pour critiquer vertement la grâce accordée par le président tchadien Idriss Déby aux six membres de l'association.


1614685525.jpgLes six bénévoles de l'association L'Arche de Zoé qui s'étaient illustrés dans une tentative rocambolesque d'enlèvements de 103 enfants au Tchad ont été graciés le 31 mars par le président Idriss Déby et sont sortis des différentes prisons françaises où ils étaient détenus. Condamnés à huit ans de travaux forcés par un tribunal de N'Djamena en décembre 2007, ils sont toujours redevables de 6,3 millions d'euros de dommages et intérêts à verser aux familles des enfants.

 

"L'affaire de L'Arche de Zoé a révélé à quel point cette bête immonde qu'est la Françafrique est coriace. Elle a tellement la peau dure que, chaque fois qu'on la croit atteinte à jamais, elle revient toujours à la charge", souligne l'hebdomadaire Le Bénin aujourd'hui, qui s'en prend violemment à Nicolas Sarkozy et à ses promesses de rupture. "Après de tels marchandages, qui feraient honte au plus vénal des épiciers, osera-t-on encore nous rebattre les oreilles avec la fameuse rupture", insiste pour sa part le magazine sénégalais Nouvel Horizon , qui ajoute que "la lamentable équipée des membres de L'Arche de Zoé prouve que, plus de quarante ans après les indépendances, l'Afrique reste un immense terrain de jeu où une bande de pieds nickelés, au nom d'une fumeuse morale humanitaire, peuvent kidnapper 103 gosses sans risquer grand-chose."

 

Pour le quotidien burkinabé Le Pays, le Tchad est le grand perdant. Si Sarkozy peut se frotter les mains, car les intérêts des Français sont saufs, Idriss Déby n'a pas les moyens de faire pression sur Paris pour récupérer les quelque 6 millions d'euros de l'amende infligée aux accusés, que ceux-ci ne peuvent pas payer. Quant au gouvernement français, il a été clair, "pas un kopeck du contribuable français ne sera engagé dans cette affaire". Et pourtant, rapporte le quotidien, "le président tchadien a tenté de lier le paiement des indemnités à la grâce, en vain". Il ne pouvait pas en être autrement quand on se rappelle qu'au mois de février dernier Paris a sauvé le régime tchadien "contre la horde des rebelles qui tentaient de le renverser".
Alors qui indemnisera les 103 victimes et leurs familles ?

 

Source : Courrier International


Sur le même sujet


-> Les familles tchadiennes doivent saisir la justice française.
Les démarches en France pour récupérer les 6,3 millions d'euros de dommages et intérêts dus par les six Français de l'Arche de Zoé doivent être menées par les familles tchadiennes lésées, et ne concernent pas les gouvernements, a indiqué jeudi le ministère français de la Justice.

-> Le grand bazar de l’humanitaire
Les exhortations de Bernard Kouchner et consorts sont en partie responsables de la crise, estime un chercheur britannique.

-> AFRIQUE. Que faisons-nous pour nos orphelins ?
Au-delà du scandale et de son exploitation politique, remarque Le Pays, l’affaire de l’Arche de Zoé pose la question de la réglementation de l’adoption dans les sociétés africaines.

-> Tchad. L'affaire Arche de Zoé.
L'historique.

-> L’Arche de Zoé encore ...
Blog "Les droits des enfants vus par un juge des enfants"

-> Le président de l'Arche de Zoé affirme avoir voulu "créer un incident international".
S'exprimant pour la première fois à la radio depuis sa libération, le président de l'Arche de Zoé, Eric Breteau, a affirmé qu'il n'avait aucun regret sur sa mission menée au Tchad. "Sur la légitimité de l'opération, le bien fondé d'organiser cette évacuation, je n'ai aucun regret et si c'était à refaire, je le referai parce que je souhaite faire bouger la cause du Darfour", a-t-il expliqué sur France Info. "Nous avons voulu mener une action concrète et politique parce que l'objectif était de créer un incident international qui oblige la communauté internationale à intervenir sur le sujet du Darfour", a-t-il poursuivi.

Dans une interview accordée au Figaro, Eric Breteau a également affirmé que les responsables gouvernementaux français avaient connaissance de son projet. "Bernard Kouchner était parfaitement au courant de notre opération puisque j'ai rencontré personnellement son conseiller politique et qu'il a partagé mon analyse de la situation au Darfour et surtout mon analyse sur l'impact d'une telle opération qui, forcément, aurait créé une crise internationale avec le Soudan", a-t-il affirmé. Il a dit avoir rencontré "un assistant direct de Catherine Pégard qui est une conseillère très proche du président Nicolas Sarkozy".

"Il était même prévu que Cécilia Sarkozy et [la ministre de la justice] Rachida Dati se déplacent en personne pour accueillir les cent trois enfants à l'aéroport de Vatry", dans la Marne, affirme le président de l'Arche de Zoé, en précisant qu'il compte réclamer "la création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion du dossier par les autorités françaises".

ATTAQUE EN DIFFAMATION

Eric Breteau s'est aussi dit "résolu" à attaquer en justice la secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, Rama Yade, pour ses critiques sur son opération au Tchad. "Je suis résolu à porter plainte contre elle pour diffamation ainsi que pour atteinte à la présomption d'innocence, car elle s'est montrée indigne de sa fonction", a affirmé Eric Breteau dans son entretien au Figaro. Le 26 octobre 2007, au lendemain de l'arrestation au Tchad des membres de l'Arche de Zoé, Rama Yade avait déclaré que le fait d'"enlever" une centaine d'enfants – que l'association disait originaires du Darfour – était "illégal et irresponsable".

Les six Français de l'Arche de Zoé, graciés par le président tchadien après une condamnation à une peine de 8 ans d'emprisonnement, ont été libérés le 31 mars. Dans une procédure judiciaire distincte à Paris, quatre d'entre eux, dont Eric Breteau, ont été mis en examen pour "aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France", un délit passible d'un an de prison et 15 000 euros d'amende.

11:59 Écrit par collectif a & a dans Trafic d'enfants | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, tchad, arche de zoé, humanitaire | |  del.icio.us