Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'homoparentalité en question. Et l'enfant dans tout ça ? Béatrice Bourges | Page d'accueil | Vers un supermarché de l’adoption ? »

07/06/2008

Un père accusé de viol et violences sur ses enfants adoptés éthiopiens.

maltraitance.jpg[Via le Journal de Saône-et-Loire]


C'est une affaire sordide qui soulève beaucoup de questions. Notamment, celle des conditions de l'adoption. Car un couple d'une quarantaine d'années est actuellement en garde à vue, dans les locaux du commissariat central de Saint-Étienne, soupçonné d'avoir exercé des violences sur leurs deux enfants éthiopiens, adoptés il y a tout juste un mois.
Ce couple qui réside à Yssingeaux, une petite commune de la Haute-Loire, emmène mardi soir son enfant de quatre ans à l'hôpital, pour une blessure au postérieur consécutive à une chute, explique-t-il aux médecins.



Mais ces derniers s'aperçoivent très vite que quelque chose cloche. Les blessures ne sont pas compatibles avec une chute. D'autant plus troublant que le petit frère de la victime, âgé de 18 mois, est lui aussi hospitalisé depuis quelques jours, pour une blessure à une jambe. Le personnel médical soupçonne des actes de maltraitance et signale alors les faits au procureur de la République. La brigade des mineurs de la Sûreté départementale est chargée de faire une enquête, et les parents sont placés en garde à vue pour s'expliquer. Après avoir nié toute violence dans un premier temps, le père convient qu'il frappe parfois les enfants pour les corriger. Mais il ne reconnaît aucune agression sexuelle.



Les premières investigations permettent de savoir que le couple, qui était sans enfant, avait entamé une procédure d'adoption il y a trois ans. Il avait obtenu toutes les autorisations nécessaires, et la famille s'était agrandie avec l'arrivée, il y a donc un mois, de ces deux petits Éthiopiens. Un couple dont l'homme était déjà connu des services de gendarmerie pour des violences conjugales. « Les parents sont un peu limités intellectuellement » confie un enquêteur. Ils exercent pourtant tous deux une profession (lui artisan, elle employée), et sont bien insérés socialement. Les enfants, qui ne parlent aucun mot de français, ne peuvent guère aider les enquêteurs dans leur tâche. Et les recherches s'annoncent encore longues pour faire toute la lumière sur cette affaire. Les victimes sont toujours hospitalisées. Le conseil général de la Haute-Loire, qui s'occupe des affaires sociales, devra ensuite les prendre en charge, et éventuellement les placer.
Le couple devrait être présenté aujourd'hui au parquet de Saint-Étienne. « Lui sera poursuivi pour viol et violences » précisait hier le substitut de la république Benjamin Chambre, « elle pour non-dénonciation de crime ». La femme n'aurait en effet eu aucun rôle actif sur les maltraitances exercées sur les enfants. Mais, il lui est reproché d'avoir su, et de ne rien avoir dit.



Sur le même sujet



-> Haute-Loire: un homme écroué pour le viol de son fils adoptif éthiopien de 4 ans

Un homme de 37 ans a été mis en examen jeudi soir à Saint-Etienne puis écroué pour des violences sur ses deux jeunes fils adoptifs éthiopiens et le viol du plus âgé des deux, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. Son épouse de 42 ans a quant à elle été mise en examen pour "non dénonciation de mauvais traitement" et remise en liberté sous contrôle judiciaire.
Les deux enfants, des frères biologiques âgés de 18 mois et quatre ans, adoptés depuis le 1er mai dernier, sont toujours hospitalisés à Saint-Etienne. Ils seront ensuite confiés à la Délégation à la vie sociale du conseil général de Haute-Loire.
Nouvels Obs



-> Un homme mis en examen pour viols et violences sur ses enfants adoptifs
Forez 2.0 Info


-> Haute-Loire: un homme écroué pour le viol de son fils adoptif éthiopien de 4 ans
News Yahoo


-> Enfants adoptés maltraités : la Haute-Loire sous le choc

Les parents des deux Éthiopiens victimes de violences et de viol demeurent à Saint-Pal-de-Mons. Le père est écroué, la mère est sous contrôle judiciaire. Les services sociaux se disent dans l’incompréhension.
Le Progrès de Lyon

Commentaires

Si l'homme était connu de la gendarmerie nationale pour violence conjugale, comment est-ce possible que l'on ait pu leur confier des enfants à l'adoption? L'enquête préliminaire à l'agrément a-t-elle été faite sérieusement?

Écrit par : Aldalala | 10/06/2008

Difficile de généraliser avec des parents adoptifs extremement affectifs & respectieux des leurs enfants avec de pervers assoifé de violence envers des enfants. La politique que méne les gouvernement ethiopiens continueras encore de produire une société des miseraux & des enfants abandonés à chaque coins de la rue éthiopiens. Ce n'est pas pour autant avec une politique de traite enfantile que doivent bénéficier ce régime qui commercialise 500 & plus des ses enfants à l'exportation comme une marchandise dans la guele de pédophile.

Écrit par : ras mesfin | 03/07/2008