Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'intérêt de l'enfant adopté passe au deuxième plan pour la Commission-Kalsbeek (NL). | Page d'accueil | République de Maurice. Bébés à vendre en vue d'adoptions. »

22/06/2008

Les enfants toujours en marge du développement en Afrique

APA.jpgAPA - Lilongwe (Malawi).

Omatayo Olaniyan, délégué de l’Union africaine (UA) à la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), a déclaré que la plupart des enfants africains sont toujours, les parents pauvres des processus de développement de leurs pays. C’est ce qu’a appris l’Agence de Presse Africaine à Lilongwe.



S’exprimant lors de la commémoration de la Journée de l’Enfant africain dans la capitale Lilongwe, il a indiqué que la paupérisation existe, malgré plusieurs politiques, déclarations et résolutions nationales, régionales, continentales et mondiales qui préconisent l’intégration des enfants dans les processus de développement.



Il a précisé qu’il y avait plus questions à résoudre, dans les domaines de la santé, du trafic et de la prostitution des enfants, des mariages forcés, de l’adoption illégale et du travail des enfants entre autres.



« Cela conduit à la désorientation et à un dysfonctionnement dans le développement des enfants avec des conséquences négatives très importantes sur le développement national », a-t-il souligné.



Des pays ont mis en place des politiques nationales à cet effet, a-t-il noté, ajoutant qu’au niveau continental l’UA avait élaboré des mesures adoptées par les Etats membres.



La ministre de la Promotion de la Femme et de l’Enfant, Anna Kachikho à quant à elle, fait remarquer que même si les efforts visant à faire face à la situation des enfants ont été notés sur le terrain, leur participation effective au développement national n’était toujours pas effective.



La Journée de l’Enfant africain a été initiée par l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) qui est devenue l’Union africaine (UA) pour honorer la mémoire des enfants tués dans les rues de Soweto en Afrique du Sud en 1976.



La Journée est une occasion pour plaider pour la promotion, la protection et le respect des droits des enfants en Afrique, soulignent les observateurs.




Source : Agence de Presse Africaine.

Commentaires

Nouvelle approche pour aider les orphelins de Malawi

Les chercheurs disent maintenant qu'une bien meilleure façon d'aider ces enfants dépourvus est par des allocations en argent comptant - 4$ à 20$ par mois dans un programme expérimental en cours ici au Malawi - données directement aux familles élargies démunies qui les prennent. Selon Candace M. Miller, un professeur de l'Université de Boston et chercheur principal du projet, ce programme pourrait fournir des subventions à huit familles qui s'occupent de deux douzaines d'enfants environ pour les 1500$ par année qu'il en coûte pour parrainer un enfant à Home of Hope.

Des experts et des défenseurs des enfants affirment que les orphelinats sont coûteux et nuisent souvent au développement des enfants en les séparant de leurs familles. La plupart des enfants qui vivent dans des institutions à travers le monde ont un parent vivant ou un parent proche, et la plupart du temps, ils sont entrés dans des orphelinats à cause de la pauvreté, selon de nouveaux rapports publiés par l'UNICEF et Save the Children.

"Parce qu'il y a de l'argent dans les orphelinats, les gens les créent et placent les enfants là", a déclaré le Dr Biziwick Mwale, directeur exécutif du National AIDS Commission Malawi.

L'expérience du transfert de l'argent du Malawi, financée par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et soutenu par l'UNICEF, aide directement les familles indigents qui s'occupent de beaucoup d'enfants ou qui n'ont aucun adulte apte pour gagner leur vie. Les enfants dont les familles ont obtenu les concessions étaient en meilleure santé, mieux alimentés et mieux vêtus et plus susceptibles d'être à l'école que des enfants dans les familles qui n'en ont obtenu aucun, selon un essai randomisé de la communauté mené par l'université de Boston et l'université du Malawi et payé par l'UNICEF et le gouvernement des États-Unis.

Source:

Aid Gives Alternative to African Orphanages (New York Times, 5 décembre 2009).

Écrit par : Fabriquée en Corée | 09/12/2009