Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rwanda. Des parents réclament leurs enfants adoptés illégalement. | Page d'accueil | Adoption Registry Connect »

10/09/2008

Le Guatemala suspend les adoptions d'enfants par des étrangers

Le Guatemala suspend, sauf exception, les adoptions d'enfants par des ressortissants étrangers, mettant fin à une pratique qui représentait plus de 200 millions de dollars par an.

 

Le Conseil national des adoptions (CNA), entré en fonction en janvier dernier, "a décidé, pour le moment, de ne plus autoriser (...) les adoptions internationales", a annoncé sa présidente, Elizabeth Hernandez, dans un courrier au secrétaire général de la Conférence de La Haye du Droit international privé. Le CNA donnera la priorité aux demandes d'adoptions introduites par des familles guatémaltèques.

 

Jusqu'à la création du CNA, les vols d'enfants aux fins d'adoption illégale étaient fréquents au Guatemala, et ce trafic générait un "chiffre d'affaires" de l'ordre de 200 millions de dollars par an, selon les organisations sociales du Guatemala. Elles estiment que 5.000 enfants étaient adoptés par ce canal, et 90% d'entre eux par des familles vivant aux Etats-Unis.

 

Toutefois, "l'adoption internationale demeurera une option dans le cas d'enfants pour lesquels il n'a pas été possible de trouver une famille au niveau national, et elle passera par le CNA", ajoute le courrier. Depuis janvier, le CNA a reçu 158 demandes d'adoption de la part de familles guatémaltèques, pour 70 enfants en situation d'être adoptés, a-t-il précisé.

 

Source : 7sur7.


Guatemala halts foreign adoptions  


 
US parents have long turned to Guatemala to find children to adopt

The authorities in Guatemala have suspended the adoption of some 2,300 children by foreigners for at least a month to check for irregularities.

Officials said each case would be reviewed to see if the babies were genuinely being offered for adoption by their birth mothers.

In recent months, Guatemala has taken steps to improve its adoption system, plagued by fraud and corruption.

Last year, some 5,000 children were adopted, most of them by US parents.

In January, a new law took effect in Guatemala to comply with an international treaty on inter-country adoptions.

The legislation included having a central body to oversee adoptions, allowing only accredited adoption agencies and imposing a transparent fee system.

The government had been under pressure to curb a controversial trade where intermediaries could be paid thousands of dollars to arrange an adoption.

Guatemala's attorney general, Baudilio Portillo, said the cases being put on hold were already in the system before the new legislation took effect.

Mr Portillo said the cases would be checked "one by one" to see if the children being offered up for adoption were really the offspring of the parents whose names appeared on documents supplied by private lawyers.

If there were any doubts, DNA tests would be carried out.

The attorney general's move was prompted by concern expressed by Guatemalan legislators and the newly created National Adoption Council over possible anomalies and manipulation of DNA results in some cases.

'Babies sold'

Guatemala is second only to China as the source of babies adopted by US parents.

Last year, more than 4,700 Guatemalan children were adopted by Americans.

Last August, the US embassy began requiring a second DNA test to ensure that the baby presented at the start of the process, when the mother is also DNA-tested to ensure she is the child's biological parent, is the same child who receives a visa at the end.

US officials have said reports of babies being stolen from their mothers are unlikely to be true given these safeguards, but nevertheless it was sometimes difficult to ascertain the level of consent granted by the birth mother.

Last month, the Vietnamese government announced that it would stop accepting adoption applications from US citizens after 1 July, after a US embassy report in Hanoi cited cases in which children had allegedly been sold and families pressured to give up their babies.

Vietnam dismissed the claims as groundless and unfair.

 
Source : BBC News.


- Adoptions d'enfants louches au Guatemala.

Guatemala, 16 septembre 2008 (Prensa Latina). Les autorités financières guatémaltèques ont détectés plusieurs cas de blanchiment d'argent lié à des procédures irrégulières d'adoption d'enfants par des familles américaines, ont révélé les sources dans la capitale.

Le Corps spécial de vérification(IVE), chargé d'enquêter sur les transactions bancaires suspectes, a indiqué qu'au moins 12 millions de dollars ont été transférés dans le pays pour payer des avocats et autres personnes liées à ces procédures.

Selon le rapport, il y a environ 85 mandats achetés par environ 50 agences américaines, les services de transfert qui disent, par exemple: "premier paiement pour l'enfant, second paiement pour le garçon de sept ans dans le processus", et d'autres similaires.

Les montants fluctuaient entre 20 000$ et 30 000$ et au moins 40 Guatémaltèques ont été détectés parmi les bénéficiaires, dont 20 étaient les notaires, a dit le IVE.

Selon les lois locales, le blanchiment d'argent est commis lorsque des sommes d'argent sont reçues à la suite d'une action illégale ou irrégulière.

Jusqu'à la fin de 2007, 4 000 mineurs guatémaltèques ont été donnés pour adoption à des familles étrangères, principalement des États-Unis, suscitant des critiques de la part des organisations nationales et internationales.

Ces organisations ont dit que de nombreuses femmes ont été persuadées de vendre leurs nouveau-nés pour répondre à leurs besoins, ou les bébés étaient volés et leurs identités changées.

Pour arrêter ce marché, le gouvernement a créé le Conseil national de l'adoption, une seule et même entité juridique avec le pouvoir d'autoriser à donner un enfant en adoption.

Le 9 septembre, le conseil a décidé de suspendre les adoptions internationales pour une durée indéterminée, et de donner la priorité aux demandes de couples d'origine guatémaltèque qui n'ont pas à payer d'argent pour les procédures nécessaires.

Publié par Kim Myung-Sook sur Fabriquée en Corée.
 

Commentaires

Bébés volés du Guatemala - Stolen babies

Enquête documentaire de People & Power qui a été diffusée le 24 juin 2009.

Jusqu'à l'an dernier, le Guatemala avait le plus haut taux d'adoption au le monde. Entre 2002 et 2007, quelque 22.000 de ses enfants ont été adoptés par des étrangers, plus de 90 pour cent d'entre eux des États-Unis.
Mais la pratique a été marquée par des procédures d'adoption laxistes et infestée par des criminels ciblant les mères pauvres.
L'enquête gouvernementale sur quelque 3000 cas d'adoption en cours ont trouvé des documents frauduleux dans plus de 1.000 d'entre eux. Il y a des preuves irréfutables que dans de nombreux cas, les bébés ont été volés avant d'être commercialisés pour l'adoption.
Les mères guatémaltèques dont les bébés ont été enlevés de cette façon sont convaincues que leurs enfants sont aux États-Unis et maintenant elles veulent les reprendre.
Bob Abeshouse de People & Power enquête.

Écrit par : Fabriquée en Corée | 02/07/2009

Le Guatemala va demander des tests génétiques pour tous les bébés soumis à l'adoption


GUATEMALA CIUDAD (AP) Le Guatemala a annoncé lundi que des tests génétiques seront désormais requis pour tous les bébés soumis à l'adoption après des accusations de vol d'enfants qui ont conduit le gouvernement à geler les adoptions internationales pendant deux ans.

Le Conseil national des adoptions a fait savoir que cette nouvelle règle s'appliquerait aux procédures lancées à partir de 2008. Les tests seront réalisés par l'institut médico-légal du pays.

L'ambassade américaine au Guatemala demande déjà de tels tests pour les enfants remis à des familles américaines.

Les autorités ont suspendu les adoptions en 2007 après avoir découvert que certains bébés avaient été volés. D'autres avaient de faux certificats de naissance et des femmes avaient été contraintes d'abandonner leur enfant. L'interdiction sera levée en juin. AP

Écrit par : challenges.fr | 25/05/2010