Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les voyous de l'Arche de Zoé. Enquête sur un kidnapping d'enfants. | Page d'accueil | Le Guatemala lance une campagne pour recruter des parents d'accueil et des parents adoptifs dans leur propre pays. »

30/10/2008

L'adoption internationale devient de plus en plus difficile

adoptions-internationales-90%.jpgVoix off


Anaïs est originaire de Colombie, comme elle, environ 350 à 400 enfants sont adoptés chaque année, mais la presque majorité, soit 90 %, sont des adoptions internationales. Les enfants sont le plus souvent originaires de Chine, de Russie, de Colombie, de Madagascar, ou encore d'Éthiopie. La Communauté française poursuit ses prospections aussi dans d'autres pays, mais de manière générale, il faut constater que les pays d'adoption sont de plus en plus exigeants.

 

Véronique Wauters, Directrice service d'adoption « Croisée des chemins »

 

Les pays d'où viennent les enfants, beh eux aussi ils évoluent, et eux aussi ils réglementent, ils légifèrent, ils essaient de trouver des solutions chez eux. Ils ne sont pas tellement heureux que leurs enfants partent à l'étranger, ce qui est logique. Et donc, vous avez effectivement une situation qui devient plus réglementée chez nous, mais dans les pays avec lesquels on travaille aussi. Et au-delà de tout ça, vous avez des règles éthiques internationales à respecter.

 

Voix off

De fait, chez nous (en Belgique) aussi la procédure d'adoption est devenue beaucoup plus lourde avec le risque que des candidats excédés finissent par se laisser tenter par les méthodes plus expéditives, comme celle de l'Arche de Zoé


Véronique Wauters, Directrice service d'adoption « Croisée des chemins »

 

J'invite vraiment les gens qui pensent à faire ce genre de choses à bien bien réfléchir à ce qu'ils font, parce que si l'enfant arrive en Belgique, ce sera à ce moment-là illégalement, et c'est l'enfant qui va quelque part payer ces dérives.

 

Voix off

De manière générale, le modèle pays riche qui vient en aide aux enfants du sud a du plomb dans l'aile, car la cause des enfants, eh bien c'est aussi un enjeu politique.

 

Yves Willemot, Directeur général d'Unicef-Belgique

 

Certains pays pourraient bien aujourd'hui attacher une importance plus grande à la cause des enfants qu'ils ne le faisaient il y a quelques années sur base du constat que, dans leurs relations internationales, ça ne leur fait que du bien.

 

Voix off

Une évolution qui se heurte de plein fouet à une autre tendance, le nombre de familles riches qui veulent adopter un enfant n'a fait qu'augmenter ces 30 dernières années.

 
Reportage vidéo Francopolis 2007 avec transcription.