Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Affirmer un droit à l'adoption ? | Page d'accueil | La Commission des questions sociales de l’APCE appelle au respect du droit des enfants en matière d’adoption internationale et réfute “le droit à l’enfant” »

20/11/2007

Belgique. Un nouveau-né abandonné dans une « boîte à bébé ».

Moeders voor moeders.jpgUn nouveau-né a été confié à une association flamande d’aide aux mères en difficulté d’Antwerpen grâce à un système de « tiroir à bébés » qui permet un abandon sécurisé et anonyme. C’est la première fois que le système est utilisé.


Le petit garçon, apparemment âgé d’une semaine, a été trouvé samedi par des membres de l’association « Moeders voor Moeders » (Des mères pour les mères) dans le petit sas mis en place en 2000 dans le quartier populaire de Borgerhout mais qui n’avait jamais été utilisé jusqu’ici.


Il avait été installé peu avant midi dans ce grand « tiroir » d’environ un mètre de long et de 50 centimètres de haut, un espace chauffé et équipé d’un matelas.


La porte du tiroir, qui se rabat côté rue pour permettre de déposer l’enfant, garantit l’anonymat. Une fois refermée, cette porte se bloque et le bébé ne peut alors être récupéré que par l’intérieur du bâtiment.


Samedi, un système d’alarme a prévenu les membres de l’association, qui ont récupéré l’enfant quelques minutes plus tard.


Le nourrisson, baptisé Thomas, devrait être confié dans les prochains jours à une famille d’accueil. Si ses parents ne se présentent pas d’ici quatre à six semaines, il sera alors définitivement confié à une famille adoptive.


Pour que la mère ou les parents qui abandonnent leur enfant puissent changer d’avis dans les semaines qui suivent leur geste, le « tiroir à bébés » contient également un tampon encrier et une grande feuille. Les parents doivent imprimer l’empreinte du pied de l’enfant sur le document, qui servira de preuve s’ils veulent le récupérer.


L’enfant trouvé samedi était en bonne santé, n’avait pas faim, était lavé et portait des vêtements propres.


« Nous avons beaucoup de peine à faire connaître cette « boîte à bébés », dit-on du côté de l’ASBL. « Si des boîtes à bébés peuvent sauver la vie de quelques enfants, il faut en parler », considère Monica De Coninck, responsable de l’association et présidente du Centre Public d'Aide Sociale.



Source: Le Soir.