Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les voies de l’adoption internationale : Espagne, France et Suisse | Page d'accueil | Arche de Zoé : le retour d’Eric Breteau sur le web »

12/12/2008

Le problème en sauvant les "orphelins" du monde.

EFGraff.jpgThe problem with saving the world's 'orphans'.

E.J. Graff is associate director and senior researcher at Brandeis University's Schuster Institute for Investigative Journalism. Read her investigation into adoption corruption at www.brandeis.edu/investigate


[Publié et traduit en français par Kim Myung-Sook, sur le blog Fabriquée en Corée]


C'est le temps de l'année où nous sommes inondés par des appels à sauver les millions d'orphelins dans le monde. À la télévision, dans les journaux, dans nos boîtes aux lettres, nous voyons des enfants aux yeux tristes privés de nourriture, de vêtements et d'affection. Seul Ebenezer Scrooge (ou son incarnation, le Grincheux, par Seuss) au cœur dur pourrait y tourner le dos.


Mais lorsque ces appels sont combinés avec des exemples prestigieux comme la tournée du monde de l'adoption d'Angelina Jolie et de Brad Pitt, les humanitaires potentiels pourraient arriver avec cette conviction dangereuse: les familles de l'Ouest peuvent, et doivent, contribuer à résoudre cette "crise des orphelins dans le monde" en les adoptant.


Il est vrai que, parfois, l'adoption internationale peut sauver la vie d'un enfant. Mais soyez très prudent. En se dirigeant vers un pays pauvre, sous-développé ou déchiré par la guerre pour adopter un bébé, les Occidentaux peuvent accomplir par inadvertance au contraire de ce qu'ils voulaient. Au lieu de sauver un enfant, ils pourraient créer un orphelin. Les importantes sommes d'argent que les agences d'adoption offrent pour les bébés des pays pauvres incitent trop souvent des intermédiaires et opérateurs peu scrupuleux à acheter, contraindre, frauder, ou enlever les enfants des familles qui auraient aimé, soigné, et élevé ces enfants jusqu'à l'âge adulte.


Comment ce malentendu se produit-t-il ? Un des problèmes est le mot "orphelin". Les rapports de l'UNICEF mentionnent 132 millions d'orphelins dans le monde entier. L'étrange définition de l'UNICEF inclut les "orphelins uniques" qui ont perdu seulement un parent, et les "orphelins doubles" pris en charge par la famille élargie. Assez admirablement, l'UNICEF s'efforce de recueillir des fonds pour offrir de l'aide et le soutien aux familles de ces enfants, et de bâtir des systèmes de protection de l'enfance fonctionnels qui bénéficieront à la collectivité tout entière. Mais peu d'Américains penseraient à ces enfants comme des "orphelins".


Un autre problème est que les enfants abandonnés ou orphelins qui ont besoin de foyers sont rarement des nourrissons ou tout-petits en santé que la plupart des Occidentaux se sentent prêts à adopter. La majorité des enfants qui ont besoin de "familles permanentes" comme l'industrie de l'adoption le présente, sont âgés d'au moins cinq ans, handicapés, malades chroniques, traumatisés, ou bien ont besoin de plus soins. L'exception est la Chine, où la politique de l'enfant unique a conduit à une épidémie de filles abandonnées. Mais les bébés abandonnés de la Chine sont historiquement uniques. En Afrique, par exemple, les enfants sont peut-être rendus orphelins parce que leurs parents sont morts du sida, du paludisme ou de la tuberculose. Dans l'ancien bloc soviétique, les parents sont peut-être morts ou ont perdu la garde leurs enfants à cause des maladies reliées à l'alcool ou de la violence domestique. En Asie, les enfants sont peut-être eux-mêmes séropositifs ou souffrent de l'hépatite chronique B.


Mais du point de vue des organismes d'adoption, ces orphelins nécessiteux ne sont pas très "commercialisables". Alors, voici la mauvaise nouvelle: pour répondre aux désirs des familles occidentales d'adopter des bébés en bonne santé, de nombreux organismes d'adoption versent des sommes énormes dans les pays pauvres et corrompues - peu de questions posées - à la recherche d'enfants en bonne santé âgés de trois ans et moins. Ces sommes peuvent inciter certains habitants à acheter, à contraindre, à frauder ou à kidnapper les enfants de leurs familles. Traumatiquement, ces enfants sont privés de leurs familles, et les familles sont privées de leurs enfants.


Considérant qu'après la chute de Nicolae Ceausescu en 1989, les enfants roumains institutionnalisés avaient désespérément besoin des familles. Des milliers d'Occidentaux généreux se sont rendus en Roumanie pour adopter -, mais ont été dupés pour acheter des bébés directement auprès des familles qui n'auraient autrement pas abandonné. De même au Guatemala, pour plus d'une décennie, des Occidentaux adoptaient des enfants nécessiteux abandonnés; trop souvent en réalité, ils achetaient, même involontairement, des bébés en bonne santé sollicités (dans certains cas, apparemment, conçus et nés) spécifiquement pour le commerce de l'adoption. Le Guatemala et la Roumanie ont mis fin à l'adoption internationale en raison de la corruption généralisée. Comme la respectable organisation  World Vision à but non lucratif l'a dit, "Le désir d'adopter à travers les continents est bien intentionné mais détourné, mal guidé."


Ne durcissez pas votre cœur à ces "orphelins" aux yeux tristes - mais ne vous sentez pas coupables si vous ne pouvez pas (ou ne veulez pas) remplir une mission Jolie-Pitt d'adoption. Au lieu d'essayer de sauver un seul enfant, ce qui peut inciter au trafic, investissez dans et sauvez une communauté, ce qui empêche les enfants d'être rendus orphelins par la maladie ou la pauvreté. Achetez des fournitures pour les écoles défavorisées. Investissez dans l'eau potable ou le logement. Partez en mission médicale. Et rappelez-vous que la plupart des familles - comme la vôtre - ferait presque n'importe quoi pour garder leurs bébés à la maison et bien les élever.


E.J. Graff est directeur associé et chercheur à l'Université de Brandeis Schuster Institut pour le journalisme d'investigation. Lire son enquête sur la corruption des adoptions www.brandeis.edu/investigate.



Les remarques de Kim:


Voilà une journaliste bien informée des enjeux de l'adoption internationale mais quand elle dit que la Chine est une exception à la corruption, est-ce le résultat d'un "mensonge que nous aimons"?


On n'a qu'à lire le blog http://research-china.blogspot.com/ pour se rendre compte que la Chine n'est pas une exception.

Il suffit de cliquer sur le libellé "Chine" de ce blog pour voir les nouvelles sur les trafics d'enfants en Chine, en particulier dans les provinces de Hunan et de Guandong.

D'ailleurs, malgré son affirmation, l'enquête de E.J. Graff elle-même démontre que la Chine ne fait pas exception http://www.brandeis.edu/investigate/gender/adoption/china...



A lire aussi :


- Le mensonge que nous aimons (l'article complet)

L'adoption à l'étranger semble être la parfaite solution à un déséquilibre navrant: les pays pauvres ont des bébés qui ont besoin de foyers, et les pays riches ont des foyers qui ont besoin des bébés. Malheureusement, ces petits rayons de soleil rendus orphelins pourraient ne pas être orphelins du tout.

Traduit en français par Kim Myung-Sook, sur Fabriquée en Corée.

14:55 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : e.j. graff | |  del.icio.us

Commentaires

Prophecy, Proselytizing and Profit: Adopting Christian Soldiers.


Providing a home for an orphan, or a child whose parents are unable to care for him, is an act of kindness. It is the essence and goal of child adoption. As such it seems fitting for religious and spiritual leaders to encourage this humanitarian act and for the faithful and caring to feel called to come to the aid of unwanted children languishing in orphanages, even to support fundraising to help defray the costs of adoption which almost always moves children from lower to higher social economic standards and provides them advantages they would not otherwise have access to.

It is thus that international adoption was initiated as a rescue mission n the 1950s with strong Christian fundamentalist and particularly Lutheran undertones. In the 1960s and 70s it came to be seen as a progressive act of liberal solidarity while domestically, unwed mothers were convinced to hide the proof of their “sinful” sexuality by allowing their bastard children to be adopted. It is estimated that more than six million American mothers – mostly white and middle class – have been convinced to lose their children to adoption. Four million of those occurred between 1940 and 1970; two million during the 1960s alone.

...

by Mirah Riben / January 1st, 2010.

Écrit par : Dissident Voice | 02/01/2010