Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-12 | Page d'accueil | 2009-02 »

30/01/2009

La vie en Bulgarie. Le trafic d’êtres humains.

Radio Bulgarie.jpg

 

 

 

 

Le plus souvent victimes du trafic d’êtres humains sont les personnes les plus vulnérables et sans protection, notamment les femmes et les enfants. Le problème qui est d’actualité pour la Bulgarie aussi, touche surtout les économies émergentes et les pays de transition. Attirées souvent par des offres d’emplois bien rémunérés et tentées par les perspectives d’une vie meilleure, les jeunes filles se retrouvent victimes du trafic d’êtres humains. Ainsi elles perdent non seulement leur liberté mais aussi leur dignité et leur identité. Il n’est pas rare de les voir se transformer en machines d’argent ou de se trouver contraintes de vendre contre leur gré leurs propres organes.

 

On a identifié rien que pendant l’année dernière 197 victimes de la traite d’êtres humains qui ont témoigné contre des trafiquants de chaire humaine. Parmi elles, 23 étaient des mineurs. C’est le parquet qui a fourni ces données. « Un des défis dans notre travail est justement de pouvoir identifier les victimes et de les inclure ensuite dans des programmes de protection et de rétablissement » explique Mme Antoaneta Vassileva, secrétaire de la Commission nationale de lutte contre le trafic d’êtres humains auprès du Conseil des ministres.

 

Très souvent les enfants qui ont vécu la violence au sein de leurs familles, deviennent victimes de la traite d’êtres humains. Un groupe à risque est celui des enfants abandonnés dans les orphelinats et les foyers sociaux. Cela s’explique par le contexte en Bulgarie.
Une autre explication en est leur manque d’expérience sociale et l’absence de parents pour leur expliquer le danger. Le trafic a pour principales destinations la Grèce et la Grande Bretagne. Il existe quelques cas de trafic d’enfants en France et en Autriche. Avec nos collègues autrichiens, nous avons mis en place un très bon mécanisme de coopération pour prévenir un tel trafic d’êtres humains, mais malgré tous nos efforts nous continuons à nous heurter à cette pratique. Le plus triste est quand des enfants qui ont été sauvés une première fois, se retrouvent de nouveaux dans les filets des trafiquants. Souvent ces enfants sont Roms. Une fois que leurs familles les ont récupérés, elles-mêmes les livrent au trafic d’êtres humains et souvent leurs enfants partent à l’étranger avec leur consentement. Pour quitter la Bulgarie les enfants doivent être accompagnés par un adulte. Mais quand ils se font arrêter pour vol et mendicité dans un pays étranger, les enfants déclarent qu’ils n’ont personne pour s’occuper d’eux. Personne ne s’intéresse à leur destin, et on nous les rend comme des enfants non accompagnés. Les parents se manifestent seulement après qu’on les a installés dans des centres de crise pour exercer leurs droits.

 

On a eu sept cas de bébés vendus dans la Grèce voisine :
"La Grèce est un pays qui se heurte à un grave problème démographique pendant ces dernières années. La demande de bébés dans ce pays est très grande, d’où le business très développé et rentable de trafic de femmes enceintes dans l’objectif de vendre leurs bébés dans ce pays. Un nouveau né est vendu entre 5 mille et 15 mille euros. Souvent les femmes sont abusées de la façon la plus atroce. On les fait venir en Grèce soit disant pour travailler et quand elles donnent naissance à leurs enfants, on leur dit que le bébé est décédé à la naissance. Nous avons de telles plaintes déposées par des femmes qui ont demandé l’assistance des autorités bulgares. Il faut aussi noter que ce qui fait de la Grèce un pays privilégié pour ce type de délinquance est la loi en matière d’adoption y est extrêmement libérale. Un père peut reconnaître comme sien un enfant en allant à la police et en déclarant tout simplement que c’est lui le père de l’enfant en question. Aucune autre formalité n’est exigée pour classer l’affaire."

 

Diana Hristakiéva
Version française : Kréména Sirakova
 

Source: Radio Bulgarie

 

 

- D'autres articles sur Abandon & adoption

 

 

 

15:10 Écrit par collectif a & a dans Trafic d'enfants | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bulgarie, grèce | |  del.icio.us

27/01/2009

Belgium heading to facilitate adoptions which creates new mazes for childtrade and trafficking.

UAI-NL.jpg[Via UNITED ADOPTEES INTERNATIONAL - NEWS.]


Adopter and Politician(s) directly involved in new proposal to adapt Belgium Adoption law. American perspectives happily copied in Belgium.


Adopter and politician Else De Wachter says that, her proposal for a faster adoption procedure is ready. She pleads for a swift and continues adoption program were the adopters will have a longer validity of their adoption request compared to the present situation.


The tricky part is - what she states on her own website- that she is planning to facilitate adoptions, instead of protecting the procedure. She even hints to the Hague Adoption Treaty as explaination, but as she must know, the treaty does not provide such a concept as facilitate adoptions and the recruitment for new adoption channels.


Again Belgium shows, after years of scandals involving children, that they are slow learners and not willing to understand, that children are not for sale and a trade off of commodities. Nor there should be a distribution channel organized by the local, national or regional governments.


With a history of child molest, rape, pedophilia, child trade, murder and baby killings (last week) such a proposal should awaken the Belgium public to protest. But with structural lack of knowledge and the aim to please adopters instead of protecting children and their parents the development for new scandals is born.


Adoption is a last resort and should be a measure of protection instead of a facility. Children Rights First !


Bron : UNITED ADOPTEES INTERNATIONAL - NEWS.


- Voorstel voor nieuw Vlaams adoptie-decreet
Mijn adoptiedecreet is klaar en hopelijk kunnen we hiermee een doorbraak veroorzaken in de lange buitenlandse adoptieprocedure! 
Verder lezen op de blog van Else De Wachter. 24 januari 2009.

 

- What has changed since Rome and the Romans

Belgium Senator Schelfhout, who childtrafficked a child from Congo for 'illegal adoption' finds the responses of her fellow politicians to easy and heading for electoral gain she says on her blog.


After the responses and critics of Mrs. De Wachter (see article after this one), waiting for a child by adoption also and fellow Senator Anne Delvaux, who's adoption mother of a child from China and awaiting another one from another 'uncontrolled' adoption country Mali. Ms, Schelfhout presents herself moderate in the Belgium Newspaper De Standaard.


But reading her comments on her blog, she is attacking silently her opponents and heading just like De Wachter for easier and faster adoption procedures. Belgium will become the new trade route for children as the ideas of all these Moms and to wish to become one, will be granted in the Belgium Parliament. Due the fact, that the Belgium Parliament ended up in their own storm and incapability of running the parlaiment lately, no one will really care about his issue. Compared to the adoption issue, the national one, of course has prioirty. The ideal season for people like Schelfhout, De Wachter and Delvaux.

No one of these women thinks about the consequences of their own emotions and lack of knowledge and understanding regarding the International Adoption issue. Indeed, somehow this all is about electoral gain. Foremost the ones who have no children and want to have one. Trafficking and Trading children for International Adoption seems to have no shame any more.

Lets throw away Human Rights and Children rights. Politicians first. What has changed since Rome ?

From UAI-News.


- Graag een ernstige discussie over de adoptieprocedure.
- Affaire Schelfhout. Mélanges confus entre humanitaire et adoption.

26/01/2009

L'Autriche arrête les adoptions provenant de l'Ethiopie.

Ethhiopian mother.jpg

 

 

 

 

 



[Via Romania for export only. Roelie Post]


Au cours des dernières années, l'Éthiopie est devenu l'un des plus grands pays d'émigration d'enfants.
Ceci est principalement le résultat de la fermeture de la Roumanie, du Guatemala, du Cambodge et d'autres pays qui ont fermé leurs portes en raison de la corruption.


Malheureusement, mais compréhensible, cela est inhérent au système de l'adoption aujourd'hui, l'Ethiopie semble rencontrer le même problème: faux documents, enfants quittant leur pays mais qui ne sont pas «orphelins».


Mais le pire de tout, c'est qu'un système de protection des enfants se met en place qui dépend entièrement de l'argent provenant de l'adoption internationale (en espèces ou en projet d'aide, de coopération).


Pour ceux qui ont lu "Romania, For Export Only", sachez que la Convention de La Haye ne réglera pas ce problème ...


Traduction non officielle, l'article original peut être lu sur TT.com


En savoir plus

- Adoption agency in child kidnap probe
The Vienna-based organisation, Family For You, is suspected of "illegal adoption procedures'', the prosecutor's spokesman Gerhard Jarosch told APA, adding that the investigation would help clear up whether the allegations were true.

- Adoptionsskandal um äthiopische Kinder: Zwei äthiopische Kinder Mütter klagen an
Ihre Kinder seien nach Österreich verkauft worden. Zwei Mütter vermissen ihre Kinder.

 

- CBS News enquête sur de graves questions à propos de la légitimité de certaines adoptions éthiopiennes
Enfant: "L'agence américaine m'a achetée".
Traduction de l'article "Child: U.S. Adoption Agency Bought Me"

 

 

 

10:11 Écrit par collectif a & a dans Trafic d'enfants | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : autriche, ethiopie, adoption illégale | |  del.icio.us

21/01/2009

PC2R pour faciliter l'adoption internationale.

Peace Corps Rama.jpgDes volontaires de l'adoption internationale, le réseau de "Peace Corps à la française" créé par Rama Yade, secrétaire d'Etat chargée des affaires étrangères, vont être mis en place progressivement dans tous les pays d'adoption pour aider les familles.

 

Ces «volontaires», principalement des jeunes femmes, dépendent du Quai d'Orsay et sont censées faciliter l'adoption par les familles françaises en faisant le lien avec les autorités locales. Elles seront une petite dizaine à partir dans le courant du mois de février 2009.

Elles auront de muliples tâches à remplir :

1. "sortir de l'orphelinat" est un objectif prioritaire pour Rama Yade : nécessité de sortir les enfants le plus rapidement possible des institutions en s'appuyant soit sur les ONG locales soit sur les associations internationales actives sur le terrain;
2. soutenir les projets d'adoption internationale et les conventions relatives à la protection internationale des enfants;
3. être des interlocutrices, des opératrices en adoption internationale présentes sur le terrain;
4. faciliter les démarches des Français adoptant à l'étranger: entrer en contact avec les structures locales, les orphelinats, les familles biologiques; aider à déclarer les enfants "adoptables";
5. débloqué les dossiers adoption en attente;
6. contrôler d'éventuelle dérive;
7. traquer les situations irrégulières

A cette liste, il serait utile d'ajouter la tâche suivante :
8. Pour les personnes adoptées qui le souhaitent, être des facilitateurs dans la recherche de leurs origines.

 

Un fonds de coopération humanitaire - doté de 3 millions d'euros - a également été créé pour développer l'aide aux orphelinats dans les pays d'adoption.

 

Cette "mission d'accompagnatrice-aidante-contrôleuse" n'est certainement pas à la portée de tout le monde, d'autant plus que "pour mieux adopter, nous devons aider les pays à avoir moins besoin d'adoption" et que "l'adoption est l'ultime recours pour les enfants orphelins ou abandonnés. Avant cela, il faut tout faire pour qu'ils retrouvent une vie familiale dans leur pays". Extraits d'un entretien avec Aujourd'hui/Le Parisien. (19.01.2009)

 

Sur le même sujet

- Peace Corps or adoption army? 28.07.2008

20/01/2009

A propos de la politique de l'enfant unique en Chine.

chine.jpgA propos de la politique de l'enfant unique Le Monde consacre un article à la question des retraites en Chine, menacées par la politique de l'enfant unique toujours en place. Expert à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Monika Queisser affirme que "la Chine va avoir un problème pour financer sa transition démographique" : d'ici à 2050, les retraités devraient représenter 31% de la population totale.

 

Par ailleurs, Marie Claire rappelle qu'après le tremblement de terre qui a ravagé la région chinoise du Sichuan, le gouvernement a décidé de venir en aide aux mères ayant perdu leur enfant et qui, en raison de la politique de l'enfant unique s'étaient fait ligaturer les trompes. Plusieurs équipes de médecins ont été dépêchés dans le Sud de la Chine et aujourd'hui, 757 femmes seraient de nouveau enceintes.

 

Enfin, selon le service des Nations-Unies, "les réfugiés vivant le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar pourront continuer à recourir aux méthodes et aux services de planification familiale, grâce à une coopération entre le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA)". Pour le délégué régional adjoint du HCR, Giuseppe de Vincentis : "la planification familiale et la médecine de la procréation s'inscrivent dans les droits humains fondamentaux". A plus long terme, Garimella Giridhar, déléguée de l'UNFPA en Thaïlande, espère que le coopération entre le gouvernement et le HCR "permettra une amélioration dans l'anticipation, la régularité et l'efficacité de l'information sur la médecine de la procréation".


Source :  genethique.org

 

Repères

- L’enfant unique a du plomb dans l’aile
Courrier International. 5 février 2009.

- L’enfant unique, fin d’une politique.
Le Monde Diplomatique. Florence Beaugé. Janvier 2009.

 

19/01/2009

Une femme sans qualités - Virginie Mouzat

Une femme sans qualites.jpg« Je n'ai pas d'enfants. Je n'aspire pas au bonheur conjugal, au concubinage, à la grandeur de l'adoption, au dépassement de soi, au secours à l'autre. Je ne suis pas aux abois. Je ne regarde pas ma montre. Je n'ai pas ce souci du temps. Je méprise l'urgence dans laquelle elles se mettent toutes. »

 

Virginie Mouzat, journaliste de mode au figaro, publie son premier roman. L'ouvrage, partiellement auto-biographique, relate l'histoire d'une belle quadra en pleine remise en cause affective. Edité chez Albin Michel, il sort cette semaine en librairie. L'occasion de découvrir la très stylée rédactrice de mode sous un angle inédit. [Express]

Une femme sans qualités, premier roman à la fois fascinant et dérangeant, dessine le portrait d'une jeune femme hors normes qui vit en absolu sa différence, sa révolte et son inadéquation à l'image de fille sexy qu'on lui renvoie d'elle. Jusqu'au malentendu de toute rencontre.


Le Mot de l'éditeur


Elle est belle, grande, sexy. Elle plaît aux hommes, elle le sait. Elle sait aussi que ce qui les attire, c'est une image de femme qu'elle n'est pas. Car depuis toute petite, elle sent sa différence, elle n'appartient pas à la race des femmes. A aucune race. Ce que lui a confirmé un chirurgien à 17 ans, pas d'ovaires et un utérus d'enfant. Elle est donc cette femme splendide, ce corps parfait qu'elle n'habite pas. Lors d'un voyage à Shanghai, elle décide d'en finir mais rencontre un homme, celui à qui elle confie ce récit. Homme à femmes, homme entre deux pays, deux avions. Ils se retrouvent à Paris où elle vit avec un Suédois une sorte de cohabitation sans projet, si ce n'est une maison à Ibiza qu'elle conçoit comme un lieu de retraite au milieu de tout ce vide où elle s'agite. Dîners, fêtes, drogue, alcool, filles sexy et hommes en chasse, son univers, sa prison et son enfer où trônent les photos des top models d'Helmut Newton. Des filles passives qui mettent en scène le désir des hommes. Elle ne veut plus être une image mais peut-elle être autre chose ? L'auteur vit à Paris. « Tu ne sais rien de moi » est son premier roman.


Le choix des libraires



C'est un premier roman, écrit à la première personne sous la forme d'une lettre adressée à un homme. Une mise au point autant qu'une mise à nue, le portrait au scanner d'une grande et belle jeune femme désirée par les hommes et qui avoue son incomplétude au seul qui émeut peut être son âme. Sincère et dégagée des artifices elle lui parle d'Elle qu'il ne connaît pas.
Dotée de tous les attributs de la fille sexy, la narratrice avoue que son utérus est celui d'une petite fille et qu'une opération chirurgicale lui a ôté les ovaires à l'âge de 18 ans. Conclusion, une stérilité irréversible et le sentiment de ne pas appartenir, malgré des apparences trompeuses, au clan des femelles. Seules les hormones ingurgitées lui garantissent une vie au féminin.
Une rage sourde fait d'elle un être atypique, qui ne connaît, ni le désir ni le plaisir, et s'octroie le luxe vengeur de le provoquer chez les autres. Aucune parcelle d'elle-même ne s'abandonne dans son parcours et la colère qu'engendre sa différence ne lui sert qu'à mépriser le reste du genre humain, si bien déterminé.
Le personnage tend vers la mort à chaque page, roulé en boule dans une dissemblance érigée au rang de mode de vie, dans un univers stylé et fêtard où chacun se distrait vaillamment de sa solitude.
En cherchant un refuge dans l'achat d'une maison en bord de mer, la jeune femme devra pourtant renoncer à son «in-utéro» programmé, pour affronter enfin l'existence qui sera la sienne. Comme un cri de nouveau né, les mots de la longue missive déchireront le silence pour peut-être s'ouvrir enfin à la vie.

Choix de Anouk de la librairie LA MUSE AGITÉE à VALLAURIS, France - 15/01/2009


- L'avis de Clarabel

19:28 Écrit par collectif a & a dans Livre - Revue | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : virginie mouzat | |  del.icio.us

16/01/2009

Affaire TODOROVA c. ITALIE - Requête no 33932/06 - Arrêt Strasbourg 13.01.2009 - Cour européenne des droits de l'homme

Twins adopted: Italy condemned by the European Court


EUROPE-ITALY-ECHR. The European Court of Human Rights yesterday condemned Italy for allowing the adoption of two twins, 27 days after their birth, without listening to his mother, who have not recognized the children wanted a period of reflection before being received by a court. These summarize the facts. On 7 October 2005 Temenuzhla Ivanchova Todorova, Bulgarian citizen resident in Bari, had given birth to twins at the San Paolo di Bari At that time the woman asked not to recognize that the children and was granted anonymity. The same day, the social worker, MP, abandonment informed his superior, in writing. Three days later, the Court of minors Bari urged to proceed urgently to the placement of children at a reception center.

 

On 11 October 2005, the same social worker MP passed on to his superior a report in which it was specified that the mother of the twins had actually asked to have some 'time to reflect before deciding whether or not to recognize his children, and to be heard by the Court of minors. The mother also expressed the wish that children were placed temporarily in a reception or a family on condition that it was allowed to see them, and that pending a final decision.

 

Despite this request, October 18, the prosecutor asked the court to declare the children taken, and December 6, children were actually assigned to a family with a view to their adoption. In his opinion, the judge noted that the mother had not requested a time to recognize the children but only "a little 'time to recover and assess the prospects," the woman said to have had two more children and a family another State, that the father of the twins was an Italian citizen with whom he had lost every report, which had neither the means nor a life sufficiently stable to take care of his children and then was "not conceivable that he had not thought about ' abandonment during pregnancy. " On 21 March 2006, the woman has appealed to the Court of Appeal of Bari, demanding the withdrawal of the decision to adottabilita ', but the court had declared the application inadmissible. The Court noted in particular that Italy has ratified the European Convention relating to adoption, according to which the consent of a parent in the adoption of their child should be accepted only after the expiry of a period that does not'' must be less than six weeks''.

 

The European judges have explained that "it was essential for the applicant able to express themselves before the court and challenge the choice of abandoning her children," and that "the State had an obligation to ensure that the consent given by the applicant abandonment of his children had been clarified and accompanied by adequate safeguards. "

 

The judges in Strasbourg are therefore considered too short a time between the birth of twins and the decision of the Court adottabilità children of Bari (27 days).

 

This fact and the fact that it had not taken account of the wishes of the mother was considered by the Strasbourg Court of violations of the European Convention on Human Rights (Article 8, Respect for private and family life).

 

Ms. Todorova Temenuzhla Ivanchova requested compensation of 400 thousand euros. The Court considered that the claim was overstated, and has condemned the Italian state to pay the mother 15 thousand euros for moral damages and 2150 for legal costs.

 

Source : United Adoptees International - News

- Press release
- Le jugement en français 

 

15:32 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : todorova, bulgarie, italie | |  del.icio.us

15/01/2009

Affaire Schelfhout. Mélanges confus entre humanitaire et adoption.

Els SchelFhout.jpg"Un contournement inacceptable de la loi" de la part de la sénatrice Els Schelfhout

Anne Delvaux, sénatrice CDH, critique durement sa collègue CD&V Els Schelfhout.


La polémique autour de la sénatrice CD&V Els Schelfhout, qui a ramené un petit garçon congolais d'une mission parlementaire fin décembre, est loin de s'éteindre. Mme Schelfthout précise avoir obtenu un visa humanitaire d'un an, délivré pour raisons médicales, pour le petit Emile, né en novembre 2007. La sénatrice veut désormais profiter de ce délai pour entamer une procédure d'adoption proprement dite.

 

 

La sénatrice CDH Anne Delvaux critique durement sa collègue. "Je me sens personnellement concernée, parce que j'ai moi - même adopté. J'ai reçu énormément de réactions indignées de parents adoptants et d'associations. Toutes vont dans le même sens. C'est inadmissible et indécent par rapport à tous les candidats à l'adoption auxquels une nouvelle loi sur l'adoption, plus restrictive, impose une procédure complexe et longue."


En septembre 2005, la nouvelle loi interdit d'adopter un enfant via la filière libre.
Autrement dit : plus question pour les parents de se rendre eux-mêmes dans un pays étranger pour y "choisir" un enfant. Avant d'entamer une démarche d'adoption proprement dite via un organisme agréé, les candidats à l'adoption doivent obtenir un jugement d'aptitude sur base d'une enquête sociale, après avoir suivi un cours de sensibilisation. Une procédure longue qui prend un an à un an et demi.

 

Pour Anne Delvaux, la sénatrice CD&V, qui devrait pourtant montrer le bon exemple, place la justice devant le fait accompli. Au nom de l'intérêt supérieur de l'enfant, elle ne décidera sans doute pas de renvoyer le bébé au Congo et de le changer une nouvelle fois de famille. "Mme Schelfhout, pour qui j'ai un grand respect, devait s'inscrire dans le cadre de la loi. Elle a manifestement cherché à la contourner. C'est tout à fait inacceptable".

Source: La Libre Belgique

* * *

-  Belgium Senator Mrs. SCHELFOUT split children.
United Adoptees International-News.

 

-  Wetgeving Republiek Congo
De Republiek Congo heeft een volledige wetgeving op alle gebieden: fiscaliteit, strafrecht, burgerlijke stand (waaronder adoptie die strikt gecontroleerd is en momenteel zeer moeilijk is), familie, handel, arbeid, verblijf van vreemdelingen, enz. Wie het land bezoekt, is onderworpen aan de lokale wetgeving, net zoals de eigen bevolking. Het is raadzaam zich te schikken naar de wetten, besluiten en reglementen van het land, in het bijzonder met betrekking tot het verkeer en de politie. De detentieomstandigheden in detentiehuizen en gevangenissen zijn zeer hard.
Reisadvies Congo. Diplomatie.be


-  Adoptie via het achterpoortje
Tom Cochez wijst op de kwalijke gevolgen van de handelswijze van CD&V-politica Els Schelfhout. Cochez is medewerker van deze krant. Hij is zelf adoptieouder.
De Morgen. 16.01.2009

 

-  "Militaire vliegtuigen openstellen voor alle adoptieouders" zegt SP.A-kamerlid David Geerts
Voorgesteld door een geadopteerd! Het wordt steeds gekker en heel belachelijk.
Het Nieuwsblad. 16.01.09

-  "SchelFhout mocht militaire vlucht militaire vlucht nemen" - aldus Ministerie van Defensie
de redactie.be


-  "Ik vind het jammer dat ze dit initiatief heeft genomen", zegt Vlaams parlementslid Tom Dehaene van CD&V.
de redactie.be


-  Een perverse manier om te adopteren - Dorinne Chamon.
de redactie.be

14/01/2009

Les adoptions internationales sont en déclin.

Brian Douglas.jpgInter country Adoptions on the decline.

[Via "ALL CHILDREN HAVE RIGHTS" le blog de Brian Douglas. Directeur à RCHF]

 

In the last few years inter country adoptions of children has shown a distinct decline with a sharp decline in 2008. This is because more and more Countries have realized that they need to reform their childcare, so that all of their respective children benefit from children’s rights.


This can only be achieved if there are full and serious reforms within a Countries social system as the Romania case proved and only if best practices are observed at all times to ensure the rights of the child are put first above all other interests.


Only last week and Irish reporter explained how the drop in inter-country adoptions had hit Ireland and this is the same story repeated we see now in many Countries including the countries that had in the past high ICA rates like the USA, France, Spain and Israel.


Developing countries more and more are realizing that reforms in their childcare systems that really benefit the child above everything else can only be achieved if Inter-country adoptions are stopped. This kind of adoption has been proved not to be in the child’s best interest time and time again as in the last few years more and more cases of children being left unprotected have come to light. It is also clear that the Hague convention does not protect the child’s best interests, but is used as a excuse by the huge well financed inter-country adoption agencies, even though the many inter-country adoption agencies that make huge sums of revenue from ICA would not have one believe this.


The only serious way to go forward with reforms is to place a ban on Inter-country adoptions and promote national adoption in which the child does not loose its sense of origin, culture and language, as all of these important factors are lost in inter-country adoption.


Many critics will say that national adoption takes to long, but lets be honest as here what they are really saying is that inter-country adoption is to quick as has been proved to be the case in many inter country adoptions over many years. Of course national adoptions do take some time to process as there is a child’s best interest to be placed first and in order to do this many investigations to protect the child’s best interest must be undertaken and I might add these protect the adoptive parents too.


If a would be adoptive parent was putting the child’s best interest first they would not mind the time it takes to process their case properly observing the best practices and of course most in national adoption are prepared to adhere to this as they want the best for their would be adoptive child too. Here foster care comes into play at its best as a child over a period of time can be assessed and the, would be adoptive parent too, on regular visits. Many countries are now seeing that these kinds of reforms are the right and only way forward, plus these reforms also include child allowance and other social benefits, so that national adoption is for any family wishing to give a child the love and future in its own country that a family brings is available.


It is also clear that in 2009 there will be less inter-country adoptions on the part of foreign parents as the financial crisis bits in and it is therefore a time to look at your own countries needs and if you really want to adopt a child, then look to national adoption within your own country and give a child which you can understand and more importantly which can understand you a real chance.

 

- Inter country Adoptions in steep decline in last 4 years.

Within the last years World financial recession, which has hit just about every Country harder than anyone could have thought possible a year ago we also see a massive decline in the number of Inter-Country Adoptions Worldwide.

The drop of numbers in these types of child adoptions though has little to do with the World economic crisis as they have been falling for several years now and show a nearly 50% drop in the last 5 years alone.

All Children Have Rights | Brian Douglas | 31.12.2009.

 

- Dominique Nachury : « L’adoption internationale est en baisse aujourd’hui »

Aujourd’hui le nombre de pupilles est assez limité en France donc l’adoption nationale est compliquée et répond à des règles particulières.

Après une forte hausse durant les trente dernières années, l’adoption internationale est en baisse aujourd’hui. Cela peut s’expliquer par le fait que la plupart des pays susceptibles de confier des enfants en vue d’une adoption sont signataires de la convention de La Haye.
Cette convention prévoit une priorité au maintien dans le pays et la culture d’origine.

De nombreux pays ont aussi leur situation géographique et sociale qui se modifie et de ce fait, s’ouvrent moins à l’adoption. C’est le cas par exemple du Brésil, ou de la Chine.

Source : Lyonmag. 11 juin 2009.

11/01/2009

India. National Consultation on Countering Challenges in Adoption: Combating Child Trafficking.

BetterCareNetworkNederlands.jpgIndia: 10 & 11 januari Nationale consultatie over adoptie en trafficking van children.



Op 10 & 11 januari wordt in India een National Consultation on Countering Challenges in Adoption: Combating Child Trafficking.



Een belangrijke bijeenkomst voor organisaties in India die allen van harte welkom zijn die dagen in Delhi. Tip uw collega organisaties in India om hierheen te gaan. Reiskosten per trein worden vergoed.



Het aantal babies dat in India wordt afgestaan neemt eerder toe dan af door alle sociaal economische problemen die dit land heeft. Echter, het land ziet internationale adoptie als de allerlaatste oplossing en wil voorkomen dat deze kinderen slachtoffer worden van kinderhandel.



Daarom worden Indiase organisaties opgeroepen samen oplossingen te zoeken om moeders en kinderen te beschermen, te ondersteunen en die kinderen die zorg hebben in de eigen gemeenschap op te nemen. Het nationale adoptieprogramma moet herzien worden zodat kinderen beschermd worden en niet in handen vallen van handelaars die kinderen zoeken voor adoptie doeleinden.



Een belangrijke bijeenkomst voor onze werkgroep kinderhandel die de uitkomsten dan ook zal meenemen. In februari wordt een conferentie belegd door Cordaid en Kinderpostzegels in Bangalore. Hier zal een ”Better care Network” India een aanzet krijgen.



Meer informatie over de nationale consultatie in januari vindt u op de agenda pagina van de Better Care Network website.



Bron : Better Care Network


See also

- In search of his Indian mother. Arun DOHLE is a German whose roots lie in India.

The Times of India.

- Placing the "gift child" in transnational adoption. Barbara Yngvesson .
Business Network