Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Manual for the Measurement of Indicators for Children in Formal Care. | Page d'accueil | Accouchement sous X, de mère anonyme et de père connu. »

22/02/2009

Québec. "Baby touristing", le tourisme obstétrique dans les hopitaux.

baby touristing.jpg(Source: Radio-Canada). La télévision de Radio-Canada a appris que de nombreuses femmes enceintes étrangères en voyage au Québec y viennent pour accoucher seulement, puis repartent sans payer.



Un nouveau phénomène dans les hôpitaux québécois inquiète les gynécologues-obstétriciens.


La télévision de Radio-Canada a appris que des femmes arrivant de l'étranger, sous prétexte de prendre des vacances au Québec, ne viennent que pour accoucher, avant de repartir avec leur poupon.

Ces patientes arrivent principalement du Maghreb et du nord de l'Afrique.

À l'Hôpital Sainte-Justine l'an dernier, 25 femmes étrangères ont accouché sans payer, une augmentation par rapport aux années précédentes. Le même phénomène se produit à l'Hôpital St. Mary's et à l'Hôpital Saint-Luc.

L'an dernier, à Saint-Luc, 40 femmes en voyage ont accouché. De ce nombre, le tiers a payé, et les deux tiers des patientes sont reparties sans payer. Pour chaque femme qui repart sans payer, cela entraîne des coûts minimaux de 5000 $ par jour pour l'hôpital et un déficit d'honoraires de 400 $ pour le médecin.

« On ne peut pas refuser une maman qui est en train d'accoucher [...] et dire: "vous n'avez pas la carte, vous n'entrez pas" », dit Diane Francoeur, chef du département d'obstétrique-gynécologie, à l'Hôpital Sainte-Justine.

« On a parfois des patientes qui viennent accoucher en vacances, un premier bébé, ensuite un 2e, ensuite un 3e. Un moment donné, l'hypothèse d'accoucher toujours à terme pendant ses vacances, ça s'épuise un petit peu » ajoute de son côté Stéphane Ouellet, gynécologue à l'Hôpital Saint-Luc.

Dans une lettre adressée à la Fédération des médecins spécialistes, les gynécologues et obstétriciens du Québec ont dénoncé ce qu'ils appellent le « baby touristing ».

Selon les intervenants, ce phénomène s'explique principalement non seulement par la qualité des soins offerts au Québec, mais aussi par le fait qu'il soit intéressant de naître citoyen canadien.

En effet, la déclaration de naissance signée par le médecin donne automatiquement la citoyenneté canadienne et le passeport. Sur les blogues, plusieurs femmes ne se gênent pas pour dire que cela permettra à leur enfant de venir étudier au pays gratuitement, et même de recevoir des bourses.


Des exemples ailleurs



Accoucher dans un pays étranger pour que son enfant ait la citoyenneté dudit pays n'est pas un phénomène propre au Canada.

Par exemple, le Los Angeles Times rapportait en 2002 que plusieurs femmes sud-coréennes, munies d'un visa de touriste, allaient accoucher aux États-Unis afin que leur enfant ait la citoyenneté américaine.

En janvier 2007, le International Herald Tribune mentionnait des cas similaires de femmes chinoises qui allaient accoucher à Hong Kong pour que leur enfant obtienne le statut de résident permanent de cette région administrative, ce qui leur donnait droit à l'éducation gratuite et à une assurance maladie.

Le journal rapportait aussi l'exemple de femmes mexicaines qui traversaient aux États-Unis pour y donner naissance et faire en sorte que leur enfant ait la citoyenneté américaine.

 

Source : Radio-Canada.

 


Sur le même sujet


- Le "baby touristing", une exploitation de nos lois sur la citoyenneté, par Tom Blackwell.
Point de Bascule. 21.02.2009.


- Les Maghrébines et le «baby touristing»
Le Financier. 18.02.2009


- Des «touristes» viendraient accoucher au Québec sans payer.
Le Devoir. 17.02.2009

10:10 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : québec, baby touristing | |  del.icio.us

Commentaires

Je connais au moins deux personnes qui font ça, mais pas pour ne pas payer les frais d’hospitalisation. L’une égyptienne, qui a emprunté de l’argent à chaque grossesse pour obtenir un visa pour les USA et aller là-bas 1 à 2 mois avant sa grossesse. Elle mettait un manteau assez long qui cache son ventre rond. Elle veut que ses enfants aient la nationalité américaine et qu’ils puissent ainsi y aller une fois plus âgés pour travailler ou terminer leurs sans galérer avec les formalités du visa et payer moins cher pour les études.
La deuxième personne est une collègue de boulot marocaine, qui a un très bon poste et un très bon salaire. Elle est issue d’une famille très riche et son mari aussi, mais elle a choisi d’accoucher de tous ses enfants au Canada pour obtenir des soins médicaux de meilleure qualité et surtout permettre à ses enfants d’y suivre leurs études universitaires à moindre prix.

Écrit par : haya | 19/03/2009

je suis un example reel ,JE SUIS UNE MERE TOURISTIQUE AU CANADA,JE SUIS VENU ENCEINTE 8 EME MOI POUR DONNER NAISSANCE A MA FILLE ICI POUR OBTENIR LA CYTOIYENNETE CANADIENNE.JE VAIS ACCOUCHER DANS QUELQUER JOURS MAIS J AI PAS D ARGENT POUR COUVRIR LES FRAIS DE L ACCOUCHEMENT.C EST TRES CHER 5000 DOLARD.JE SAIS QUE L HOPITAL NE REFUSE PAS FEMME EN ACCOUCHEMNT MAIS MA QUESTION EST CE QUE CETTE ENFANT AURA SA CERTEFICAT DE NAISSANCE DANS LES MEMES DELAIS qu un UN enfant CANADIEN assure OU CETTE MERE AURA DES PROBLEMEs POUR REGULARISER LA SITUATION DE SON BEBE POUR RETOURNER CHEZ ELLE???????? merci

Écrit par : mekki | 18/06/2011