Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les perdants de "Qui veut jouer à Slumdog millionnaire ?" | Page d'accueil | Souffrances dans l'adoption »

23/04/2009

Situations d’urgence et adoption internationale : quelle éthique ?

adoption.jpgPar Julie Sence-Herlihy, Maitre de conférences en civilisation britannique.
Thèse : " L'Adoption en Angleterre: histoire, acteurs, et enjeux d'un véritable moteur social " soutenue en décembre 2007 à l'université de Rennes 2 sous la direction du Professeur Claire Charlot.
Via Le Mensuel de l'Université.


En octobre 2007, l’association française l’Arche de Zoé a fait la une de l’actualité lorsque les autorités tchadiennes ont arrêté plusieurs de ses bénévoles et responsables alors que ceux-ci s’apprêtaient à emmener illégalement une centaine d’enfants vers l’Europe dans le but de les faire accueillir par des familles. Les nombreuses réactions suscitées par ce scandale de fausse évacuation sanitaire, d’opération secrète et d’incertitude quant aux origines des enfants montrent à quel point les questions éthiques de l’adoption internationale sont délicates en situation d’urgence.


Ces dernières années, de nombreuses régions du monde ont dû faire face à des catastrophes naturelles (Tsunami en Asie en décembre 2004, tremblement de terre en Chine en mars 2008) ou à des situations de guerre (conflit au Rwanda, au Darfour). Dans de telles situations d’urgence, beaucoup d’enfants sont séparés de leurs parents et se retrouvent abandonnés à leur sort. L’attention des parents candidats à l’adoption internationale peut alors se porter naturellement vers ces enfants, à qui ils aimeraient offrir un foyer aimant et la stabilité qui leur fait cruellement défaut dans leur pays d’origine. Bien que ces « élans du coeur » soient compréhensibles, l’adoption est-elle pour autant une solution dans ces cas précis.


D’une manière générale, les organismes internationaux tels que le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) ou l’Unicef, ainsi que les Organisations Non Gouvernementales en poste parlent de ces enfants perdus en employant le terme d’enfants « non accompagnés ». Ils souhaitent ainsi souligner le fait que les enfants ont été séparés de leurs familles, mais ne sont pas orphelins pour autant. Il est donc préférable de considérer qu’en situation d’urgence, un enfant n’est pas susceptible d’être adoptable. Les autorités des pays victimes de catastrophes naturelles ou en situation de guerre évitent ainsi de se tourner vers l’adoption internationale en premier recours, car les recherches pour retrouver les familles - même éloignées - des enfants prennent en moyenne deux ans (1).


Bataille judiciaire pour un enfant


Cette mesure permet d’éviter de graves erreurs concernant l’avenir des enfants, comme cela a été le cas pour Edita Keranovic, une enfant originaire de Bosnie-Herzégovine adoptée par une famille au Royaume-Uni dans les années quatre-vingt dix. Edita est âgée de seulement neuf semaines lorsque sa ville de Sanski Most est prise par les Serbes. Sa mère, son frère, ainsi qu’un grand nombre de ses tantes et cousins meurent lors du massacre, et son père disparaît. Edita est rapidement recueillie par l’orphelinat de Banja Luka. Lorsque son histoire est relayée par les médias britanniques, un couple se propose de l’emmener en Angleterre afin qu’elle bénéficie de traitements médicaux. Son grand-père s’oppose à une adoption, et tente de récupérer la petite fille.


Une bataille judiciaire s’engage alors : le juge de la Haute Cour, ne souhaitant pas qu’Edita soit de nouveau arrachée à une famille, accorde la garde au couple britannique, soulignant toutefois que le comportement des nouveaux parents est irresponsable et lamentable (2) . Cette attitude, qui consiste à « arracher » un enfant à son pays et à sa famille, est d’ailleurs dénoncée par Catherine Stevens, membre active du Romanian Orphanage Fund, dans une lettre ouverte au rédacteur en chef du journal The Independent le 22 février 1997:

« Les organismes tels que le Romanian Orphanage Trust travaillent dans le but de promouvoir des solutions sur place et à long-terme aux problèmes de gardes d’enfants en Europe Centrale et en Europe de l’Est. Nous avons connu un succès considérable en Roumanie, où nous avons permis à plus de 3 000 enfants de quitter l’orphelinat pour retrouver une vie de famille, et ce, en respectant entièrement le cadre légal roumain. Quatre-vingt pour cent de ces enfants sont retournés vivre dans leur famille d’origine ou chez des membres de la famille éloignée. Quand cela s’avère impossible, il y a de nombreuses familles roumaines désireuses de les adopter. Une solution peut être trouvée si les droits et les intérêts de l’enfant passent en premier. Ces droits, et ceux de leurs familles, doivent être préservés. L’adoption internationale ne devrait jamais être le premier recours.»


“Faire une bonne action”


De plus, l’adoption internationale n’apparaît pas comme une solution dans de telles situations car il existe un risque qu’elle soit motivée par des raisons purement humanitaires. Adopter un enfant pour avoir le sentiment de faire une bonne action, pour le « sortir de la misère » implique en effet le danger de le considérer éternellement comme un rescapé, comme celui que l’on a tiré d’affaire, mais également, selon Enfance et Familles d’Adoption, une fédération française qui représente quatre-vingt dix associations et 10 000 familles  :
« Celui de ne pas fonder un véritable lien de filiation, voire celui de considérer l’adopté comme ayant contracté une dette envers ses parents. Sans compter que, contrairement à l’engagement humanitaire (on peut en revenir au bout de cinq, dix, vingt ans, si la vie nous fait changer d’orientation), adopter nous engage à vie! Construire une famille, c’est partager la même chance de créer ensemble une vie heureuse pour tous. Pour les parents, c’est le plaisir d’accompagner un enfant tout au long de sa vie afin qu’il se construise lui-même et qu’il se sente le mieux possible.» (3)


Un débat à recadrer


D’une manière générale, les chercheurs et les sociologues s’intéressent moins souvent à l’expérience des personnes adoptées, et en particulier à celle des enfants. En effet, le point de vue des adoptants est fréquemment mis en avant dans leurs travaux. Pourtant, l’enfant est bien le premier concerné par une adoption: ce paradoxe doit pouvoir aider à recadrer le débat, car comme le précise Muriel Eglin, magistrate, « l’adoption vise à donner une famille à un enfant et non à consacrer un “droit à l’enfant” pour les familles ». (4)


Il s’agit donc de mettre de côté un a priori bien vivace: la parentalité n’est pas un droit. Seul l’enfant a un droit, celui d’avoir des parents. Si l’on considère le monde de l’adoption en général - et de l’adoption internationale en particulier - en se basant sur ce point de vue, il est plus aisé de mieux appréhender son actualité et de mieux comprendre, par exemple, dans quelle mesure les activités de l’Arche de Zoé, exposées par les médias, vont à l’encontre de tous les principes qui devraient guider l’adoption.


Notes

1. Entretien avec Madame Chantal Cransac, Chargée de communication à l’AFA, l’Agence Française de l’Adoption, le 23 juin 2008.
2. Moyes, Jojo, Family furious as judge says war baby must stay, The Independent, 18 février 1997.
3. Texte relevé sur le site internet de l’association, www.adoptionefa.org, le 25 septembre 2007.
4. Le Run, Jean Louis, et al.,L’Enfant dans l’Adoption, Petite collection enfances et psychologie, Ramonville, Eres, 2006, p. 27.

 

Source: Le Mensuel de l'Université.

 

Repères


- Tchad. L'affaire "Arche de Zoé".
Neuf Français sont soupçonnés d'avoir voulu faire partir illégalement 103 enfants originaires du Darfour pour la France. Selon eux, il s'agissait d'une "évacuation sanitaire".

 

- Tu veux du poisson ou un enfant?
Les professionnels de l'humanitaire mesurent les dégâts causés par l'opération commando de L'Arche de Zoé: des années d'efforts dans le sens de la rigueur éthique décrédibilisées. Réactions en Suisse.

 

- «L'adoption privée favorise les filières douteuses » Marlène Hofftetter, responsable du service adoption de Terre des hommes.
Experte internationale en matière de traite d'enfants, elle a été contactée par la diplomatie française au Tchad pour obtenir son avis sur l'opération montée par l'association française "Arche de Zoé". Elle est catégorique: «Il est évident qu'aucune procédure n'est respectée dans cette affaire. On ne sait même pas si les 103 enfants ont encore des parents, on ne connaît ni leur statut ni leur point de chute. Leur évacuation en bloc est intolérable. D'ailleurs, cette association voulait déjà faire adopter en masse des enfants victimes du tsunami, sans se soucier de l'intérêt de l'enfant. » Marlène Hofstetter n'est pas étonnée d'apprendre que des familles suisses figurent sur la liste des volontaires pour accueillir un enfant du Darfour. «Le problème fondamental, c'est que la Suisse, comme la France, autorise les adoptions privées sans exiger que des instances intermédiaires contrôlées fassent le lien entre les enfants et les familles adoptantes. Cette situation favorise le recours aux filières plus rapides, mais aussi plus que douteuses ». Le Matin.ch 10.05.2001

 

- Douter des ONG n'est plus tabou. Laure Lugon Zugravu.
Le scandale de l'Arche de Zoé accroît la méfiance envers les ONG. Déjà ébranlée par la gestion floue de l'après-tsunami, l'opinion publique ose en fin se poser des questions. La journaliste Laure Lugon Zugravu, auteur d'un livre sur certaines dérives humanitaires observées sur le terrain, s'en réjouit. Tout comme Nago Humbert, président de Médecins du monde Suisse. 20.01.2008

 

- L'adoption n'est pas une action humanitaire.
Titulaire d’un doctorat d’études arabes et islamiques de l’université de la Sorbonne, Mohamed Al-Haddad est maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Tunis. Il est aussi chroniqueur à Tayyarat, le supplément politique du quotidien panarabe Al-Hayat, et est considéré comme l’un des meilleurs connaisseurs arabes de la vie politique française.

 

- Le complexe occidental du sauvetage d’enfants.
De l’affaire de l’Arche de Zoé à la mise en cause du système de l’adoption internationale. Un "point de vue" clinique et politique. Sandrine Dekens.

- L'adoption dans tous ses états. Enjeux et pratiques.

Un document d’analyse publié par le service adoption de Terre des hommes, basé sur plus de 40 ans d’expérience dans le domaine de l’adoption internationale.
Partant de l’enfant et de ses besoins, cet ouvrage de 112 pages aborde les différents aspects liés à l’adoption internationale en général et au travail de l’intermédiaire en particulier. Tenant compte de la complexité du sujet, les thèmes sont divisés en cinq chapitres qui peuvent être lus ensemble ou séparément : l’enfant et son adoptabilité, la préparation et le suivi des parents, le devenir de l’enfant adopté, l’évolution de l’adoption au niveau légal ainsi que l’éthique et le trafic d’enfants.

 

- Orphelins du tsunami : l’adoption en dernier recours.
Janvier 2005. Le gouvernement français a mis en place la semaine dernière un collectif “Asie enfants isolés” pour venir en aide aux enfants orphelins du tsunami. Recréer des lieux de vie où ils seront à l’abri des trafics humains qui sévissent dans la zone et mettre tout en œuvre pour retrouver leur famille sont les priorités de la France.

 

- Tsunami : cas de trafic d'enfant signalés et gel des adoptions en Asie du Sud-est.

 

- Adoptions en Europe : à quel prix ?
"Terre des hommes" pointe les lacunes législatives des pays d'accueil.
L'organisation fustige en particulier l'adoption privée.
"Souvent, les parents ne sont pas conscients qu'ils sont piégés dans des situations de trafic d'enfants."

 

- La situation toujours plus tendue de l’adoption internationale.
Les statistiques de l'adoption internationale montrent une situation particulièrement tendue, les candidats adoptants étant toujours plus nombreux dans la plupart des pays d’accueil.

 

- Adoption internationale, une forme de néocolonialisme.
Dans son billet intitulé "Adoption ou abstention", Guillaume Bardon, Avocat à Tours, souligne à juste titre que certains aspects du projet de la Xème réforme de l'adoption en France ont des inspirations colonialistes. Par le lancement d'un "Peace Corps" à la française, un réseau des volontaires pour l'adoption internationale, cette réforme participe d'une conception colonialiste de l'adoption internationale.