Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« "La vergüenza" de David Planell | Page d'accueil | Royaume-Uni. Un enfant sur 15 ne réussit pas à créer des liens avec sa famille adoptive. »

10/07/2009

Le business des mères porteuses.

mere porteuse suisse.jpgRecourir aux services d'une mère porteuse est illégal dans toute l'Europe et aussi en Suisse. Mais, poussés par un irrésistible désir d'enfant, de plus en plus de couples brisent le tabou et violent la loi. Un clic sur Internet leur suffit pour trouver une multitude de femmes en Amérique latine ou en Inde, prêtes à louer leur ventre pendant neuf mois en échange de quelques milliers de dollars. Mais au bout du chemin, ces couples doivent souvent déchanter, victimes d'arnaques ou simplement de désillusions.


L'équipe de TSR.ch a suivi un couple de danois si désireux de fonder une famille qu'il a été prêt à se rendre au Pérou pour trouver une femme prête à porter son futur enfant. L'histoire commence bien, le couple ressent une forte sympathie pour la femme péruvienne qui se propose, contre rémunération, de l'aider à devenir parents. Une fois l'insémination artificielle réussie, il se prend à rêver du bébé à venir. Mais comment être certain des motivations d'une femme qui vit de l'autre côté du monde, dans un pays pauvre de surcroit ? Aujourd'hui, le couple n'a toujours pas d'enfant et il craint même que son bébé biologique ait été revendu à un réseau de trafic d'enfants.


Rondement mené, ce reportage dévoile le revers de la médaille de ce fort désir d'enfants. Des couples d'occidentaux violent la loi et font abstraction des problèmes moraux posés par le recours à des femmes du sud, fragiles économiquement. Conséquence : devenir mère porteuse est devenu pour certains un véritable business, le lieu de tous les mensonges et trafics.


Ailleurs, notamment en Grande-Bretagne, où porter l'enfant de quelqu'un d'autre n'est pas illégal, cette pratique fait toujours débat. Car il n'est jamais facile pour une mère de renoncer à son bébé quelques minutes seulement après l'accouchement... Faut-il néanmoins légaliser le recours aux mères porteuses pour mettre fin aux trafics sordides? C'est toute la question soulevée par ce reportage.

Rediffusion le vendredi 10 juillet 2009 à 01h00 et le lundi 13 juillet 2009 à 15h15 sur TSR2.

Un reportage de Mette Frisk et Soren Klovborg. 

 

14:19 Écrit par collectif a & a dans Mère porteuse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : mère porteuse | |  del.icio.us

Commentaires

Un documentaire edifiant et revoltant, vu sur arte hier :
"google baby : bebe en kit"

http://videos.arte.tv/fr/videos/google_baby-3395568.html

http://blogs.wsj.com/speakeasy/2010/06/16/google-baby-documentary-sheds-light-on-outsourcing-surrogacy/

Quel est le point commun entre Nayna Patel, une femme médecin en Inde, Doron, un homme d'affaires israélien, et Katerine, une mère de famille du Tennessee ? La fabrication de bébés ! Ainsi, Doron décrit le négoce assez particulier auquel il se livre. D'abord, le matériel génétique est acheté aux États-Unis - par exemple à Katerine qui, pour rénover sa maison, vend régulièrement ses ovules. Une fois les oeufs fécondés, les clients de Doron sélectionnent les embryons qui les intéressent. Ceux-ci sont alors envoyés en Inde à la clinique du docteur Patel, qui insémine les mères porteuses. Neuf mois plus tard, les "parents" viennent récupérer l'enfant. Les femmes enceintes sont logées à l'hôtel, à l'écart de leur famille et de la réprobation sociale. Elles portent les bébés occidentaux contre rémunération et espèrent ainsi améliorer leur situation. Chez Doron, on explique que l'externalisation vers un pays en développement permet tout simplement de baisser les coûts...

(Israel, 2009, 75mn)

Écrit par : nenette | 24/09/2010

La gestation pour autrui est autorisée dans certains états des États-Unis, la Russie, l’Inde, l’Ukraine, la Belgique, les Pays-Bas. Dans ces pays, le gouvernement est intéressé à la naissance de nouveaux citoyens. Et dans d'autres pays développés, la naissance d'un enfant à l'aide de maternité de substitution est considérée comme un ordinary business. Les couples sans enfants sont forcés, pour le bien de leur futur enfant, de prendre des risques et enfreindre la loi.

Écrit par : nike | 18/04/2012

La gestation pour autrui est autorisée dans certains états des États-Unis, la Russie, l’Inde, l’Ukraine, la Belgique, les Pays-Bas. Dans ces pays, le gouvernement est intéressé à la naissance de nouveaux citoyens. Et dans d'autres pays développés, la naissance d'un enfant à l'aide de maternité de substitution est considérée comme un ordinary business. Les couples sans enfants sont forcés, pour le bien de leur futur enfant, de prendre des risques et enfreindre la loi.

Écrit par : nike | 18/04/2012

bonjour à tous, je souhaiterais envoyer un email pour le docteur patel nayna en inde;ya t-il quelqun qui connait ses coordonees?merci

Écrit par : falbat | 10/10/2013