Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Regretter d’avoir adopté. aspasia411 | Page d'accueil | Enfants placés, des « produits » bons pour l’adoption ? »

06/08/2009

L'adoption transnationale et la "financiarisation de tout". Jane Jeong Trenka.

Jane J Trenka.jpgTransnational Adoption and the “Financialization of Everything”

[Via United Adoptees International.]



Par Jane Jeong Trenka (Auteure de "Le Langage du Sang" et "Visions Fugitives".)

 

L'adoption internationale est souvent considérée comme une relation mutuellement bénéfique entre des enfants ayant besoin d'un foyer financièrement stable et des adultes qui veulent élever un enfant. Mais c'est aussi une grande affaire d'argent.


Conformément au néolibéralisme, ou le manquement, le vide des services gouvernementaux, de nombreux enfants adoptés sont nés de mères célibataires qui n'avaient peu ou pas de moyens, de ressources pour s'occuper de leurs enfants. Les agences d'adoption internationale ont renforcé cette lacune en proposant des foyers, et en faisant du profit dans ce processus.


La transformation de l'adoption en une entreprise globale, mondiale crée une incitation supplémentaire à ne pas aider les mères, qui  se tournent vers l'adoption,  en désespoir de cause mais non par désir.
Des militants adoptés travaillent à faire la lumière sur cette question.

En mettant particulièrement l'accent sur la Corée du Sud, l'auteure et co-fondatrice du mouvement TRACK "Truth and Reconciliation for the Adoption Community of Korea" (Vérité et Réconciliation pour la Communauté d'Adoption de la Corée) Jane Jeong Trenka soutient que le processus devrait être repensé pour remettre l'argent et les décisions fatidiques là où elles appartiennent c.à.d. : les mères et leurs enfants.

 

TRACK travaille maintenant avec le gouvernement coréen pour obtenir que les voix des parents de naissance et celles des coréens adoptés  soient entendues lors de la révision de la loi sur l'adoption en Corée du Sud.

 

Au cours de la présentation d'un document appelé "L'adoption domestique (intérieure) et d'outre-mer(étrangère) et le bien-être des mères célibataires"  dans le complexe du Parlement de la Corée du Sud à Séoul le 4 mars 2009, le Dr Mi-Jeong Lee, de l'Institut de Développement coréen de la Femme a fait remarquer qu'après la Guerre coréenne, la Corée du Sud capitaliste  a envoyé des enfants à l'étranger de façon permanente aux parents adoptifs, alors que la Corée du Nord socialiste, avait une philosophie différente dans le traitement de la crise. Au lieu d'envoyer des enfants à des fins d'adoption, elle a envoyé les enfants dans d'autres pays avec des nourrices nord Coréennes, et les enfants ont été ramenés plus tard. Le Dr Lee a déclaré que, compte tenu de cela, lorsque le Nord a critiqué le Sud pour "exporter" des enfants pour l'adoption, le Sud "n'a rien pu réfuter contre la Corée du Nord."


Le texte complet (en anglais) sur CONDUCIVE.

 

* * *

 

Pays-Bas & Corée. Parler de l'adoption est mauvais pour les relations diplomatiques.


La cinquième rencontre internationale des adoptés corréens a lieu cette année aux Pays-Bas. Amsterdam, la capitale des Pays-Bas accueille cette manifestation internationale. IKAA, l'organisation de toutes les associations des adoptés coréens dans le monde, présente  le thème : la vie et de travail en Corée.

En lire plus sur United Adoptees International News.