Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-10 | Page d'accueil | 2009-12 »

27/11/2009

L'Europe veut plus d'adoptions. La baisse de l'offre d'enfants pour ceux-qui-veulent-devenir-parents mène à une nouvelle politique européenne.

United Adoptees International logo.jpg

Europe wants more adoptions.

Declining supply of children for want-to-be parents leads to a new European policy.


On the 30th of November and the 1st of December, the European Commission organizes the Conference: Challenges in Adoption Procedures in Europe: ‘Ensuring the Best Interests of the Child. This is a preparation for a new European Adoption Policy, which will have major implications for children in child protection, including foster children or children in children’s homes. These children could, with the new measure, easily qualify first for European and then international adoptions.


The foundation United Adoptees International (UAI) hopes that Vice President Joan Hansink can be present to stand up for the rights of children and parents. The UAI believes that children have the right to be raised by their parents and if not possible the right to social protection or alternative forms of care provided by the governments. Adoption is not the solution to a failing care system. The European Union guarantees its citizens the right for social protection. Does this not count for these children and their parents?


In practice, the new policy would mean that children in foster in no time would be available for adoption. For example, a Dutch child in foster care would after 18 months become adoptable for a couple from the Netherlands. If there would be no possibility, then the child could be adopted by a couple from Naples. As a last solution, the child can be adopted worldwide. Another consequence will be that under the new European Adoption Convention and the new policy no longer only children under 8 years can be adopted, but also up to 18 years. Parents get like this little chance to get their children back and to keep them, and it relieves governments of their obligation to provide alternative care for children who cannot be raised by their parents (Article 20c of the UN CRC). With the declining supply of children for want-to-be parents these adoptions are a solution. But this is not in the interest of children.


The European Union has asked Romania in 2000 no longer to export children, but apparently gets back to that decision. Also, the Council of Europe, with the European Adoption Convention, is working towards paving the way for adoptions by gays, lesbians, bisexuals and transsexuals. The strong adoption lobby is working through the European Commission and searches to legalise new adoption opportunities. There is little to no publicity about the conference and invitations were carefully picked, especially to prevent nasty dissonant voices. The UAI and its partners intercepted at the last moment the announcement for the upcoming European Commission and Council of Europe Conference in Strasbourg via its Finnish contacts. Participation by the UAI was initially not accepted and remains until today still uncertain.


Interestingly, the Dutch government accepted the European Convention and the new adoption policy apparently uncritically, without realizing that it will have consequences for the Dutch policy regarding (inter-country) adoption and its existing care system for children. It is remarkable that the Convention on the Dutch website is shown as a hammer piece, while the majority of the Members of Parliament, except the Christian Democrats, does not seem to be aware of the European Adoption Convention. The Convention as now formulated, will according to the UAI lead to an infringement of the UN Convention on the Rights of the Child (UNCRC). The UAI has in recent years pointed out the consequences of the upcoming Convention and policy to several MPs charged children’s rights.


The UAI is not convinced of the good intentions of the current compilers and the democratic process of all this and hopes to have the opportunity to be present in Strasbourg to demand attention to children and parents who as a vulnerable group do not have a voice in the debate.


For more information see : www.adoptionprocedure.net

And for the Adoption Lobby see this film.

Source: United Adoptees International News.

 

- Council of Europe and EC conference aimed at re-trafficking Romanian children again. By Brian Douglas (Director RCHF).

No one will ever forget the Romanian orphanages of the communist times as many thousands of children were left in the care of a communist regime that simply didn’t care for them. After Communism ended in late 1989, the orphanages remained open for the best part of the next decade.
It was therefore a blessing in the late 1990s when Romania along with the full backing of the EU took the bull by the horns and decided to end the misery of these children and to close the large old-style children’s home, while creating foster care, family-type homes etc. ... ...
Read more on All Children Have Rights.

 

- Dossier Europe. Défis dans les procédures d'adoption en Europe : garantir et préserver l'intérêt supérieur de l'enfant.
Source : United Adoptees International News.

08:33 Écrit par collectif a & a dans Colloque | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : europe, adoption, politique, droits de l'enfant | |  del.icio.us

26/11/2009

Au moins quatre enfants sur cinq dans les orphelinats à travers le monde ont un parent en vie, affirme Save the Children, une importante organisation caritative.

Most orphans have a living parent, says charity.jpgMost 'orphans' have a living parent, says charity.

At least four out of five children in orphanages around the world have a living parent, a leading charity says.

In a report, Save the Children says some institutions coerce or trick poor parents to give up their children.
As a result, the report says, millions of children are put at risk through living in an institution, and face rape, trafficking and beatings. Poverty, not the death of a parent, is filling orphanages, the report says

Save the Children says resources should go into projects which support families so they can look after their children.
It also wants stricter monitoring of children's institutions.

The findings have been dismissed by officials who run orphanages.



'Unscrupulous'


Save the Children says about eight million children are known to be living in orphanages and similar institutions around the world, but the actual number could be much higher as many are not registered.

It says orphanages in some countries have become big business, with those who run them often receiving financial incentives from governments or well-meaning donors.

Report author Corinna Csaky writes: "It is a myth that children in orphanages have no parents. Most are there because their parents simply can't afford to feed, clothe and educate them."

It says parents who hand over their children may hope to give them a better education or believe they will be returned to them when they are older.

But few are aware they are giving up all legal rights to their child, the charity says, and often adoptive parents do not know the true background of the youngster.

The report says children have become "commodities" in a growing industry and that "unscrupulous institutions are known to recruit children in order to profit from international adoption and child trafficking," the report says.


Findings rejected


Spokeswoman Sarah Jacobs says the problem is a global one, but cases are especially high in parts of Africa and Eastern Europe.

Most recently, she says she has seen children living in "atrocious" conditions in Liberia, where the number of orphanages has multiplied tenfold in the past 10 years.

She cites cases of numerous children sharing a single bed, of 30 children sleeping in a flooded dormitory, and still others being forced to work in the orphanage instead of going to school.

But the head of an orphanage in the Liberian capital Monrovia has dismissed the group's findings.

"Save the Children have their own motives," Albert Wreh, president of the Love a Child Orphanage, told the BBC's Network Africa programme.

"We have a focus - we are Liberians, and we are taking care of Liberian children," he said.


'Inhumane treatment'

 

Mr Wreh strongly dismissed claims of child trafficking.

"We are totally, totally, against that," he said. "Most people come here from abroad and want to adopt, and we say no... It is better for our kids to be here and to know where they come from and to know where there will be going tomorrow."

In Kenya, the BBC's Will Ross says several institutions have sprung up to take in children who have been forced on to the streets by poverty, the effects of HIV/Aids, and last year's inter-tribal violence.

Our correspondent says there have been some complaints of inhumane treatment and the government admits the homes are not always well run.

 


Source: BBC.


L'article a été traduit en français par Kim Myung-Sook et publié sur son blog Fabriquée en Corée.
Voir aussi Le Figaro.


Repères


- Le problème en sauvant les "orphelins" du monde.
The problem with saving the world's 'orphans'. By E.J. Graff.

 

- Le mensonge que nous aimons.
The Lie We Love. By E. J. Graff.

25/11/2009

Les «enfances perdues» de l’Australie et de la Réunion. Entretien avec Ivan Jablonka.

[Via l'Observatoire des questions sexuelles et raciales.]

 

Les enfances perdues de l Australie et de la Reunion.jpgLe lundi 16 novembre 2009, au nom de la nation australienne, le Premier ministre, Kevin Rudd, a présenté ses excuses aux enfants d’origine britannique qui, entre 1930 et 1970, ont été victimes de violences et d’abus dans les orphelinats et foyers d’accueil du pays. (Cf. L'Australie fait repentance auprès de ses «enfants oubliés», article de Liberation ).

 

Ces « forgotten Australians » se comptent par centaines de milliers. Parmi eux figurent « les générations volées », ces enfants aborigènes, arrachés à leur famille d’origine à des fins d’assimilation –l’Australie leur a présenté ses excuses l’an dernier. Mais il s’y trouve aussi des milliers d’enfants pauvres issus de Grande-Bretagne, qui ont été envoyés en Australie pour y trouver une vie meilleure. En fait, souvent enlevés à leurs familles, ils y trouvèrent une vie effroyable : ils étaient envoyés dans les dominions, en Australie, mais aussi en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud, au Zimbabwe ou ailleurs, afin de peupler les anciennes colonies avec des individus « de bonne souche britannique blanche », comme l’explique l’association Child Migrants Trust. Après celles de Kevin Rudd, les excuses de Gordon Brown devraient intervenir d’ici peu.

 

Or, cette affaire n’est pas sans faire écho à un problème similaire, qui concerne cette fois la France. Dans les années 1960-1970, des milliers d’enfants réunionnais ont été déracinés et envoyés vers la métropole par la DDASS de la Réunion, dans un programme social favorisé par Michel Debré. Le plus souvent, leur vie a été brisée dans une entreprise où se mêlent relents colonialistes et bonne conscience républicaine.

 

Pour évoquer ces deux dossiers en parallèle, nous avons interrogé Ivan Jablonka, historien, maître de conférences à l’université du Maine et au Collège de France, auteur de plusieurs ouvrages importants dans ce domaine, notamment : Ni père ni mère. Histoire des enfants de l’Assistance publique (1874-1939), Seuil, 2006 ; Enfants en exil. Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982), Seuil, 2007.

 

- Louis-Georges Tin : Dans quelles circonstances ces enfants réunionnais ont-ils été expédiés vers la métropole ?

 

- Ivan Jablonka : En 1963, Michel Debré devient député de la Réunion. Pour éviter que l’île ne devienne indépendante comme l’Algérie un an plus tôt, il lance un ambitieux programme de développement : il fait distribuer du lait en poudre dans les écoles, organise un système de cantines gratuites, développe des infrastructures hospitalières, met l’accent sur la formation des jeunes, etc. Ce programme est financé par la solidarité nationale, puisque, depuis 1946, la Réunion est officiellement un département français.

 

Mais Debré, comme la plupart des élites politiques réunionnaises de l’époque, s’inquiète de la surpopulation, qui risque d’annuler tous ces efforts. Il met donc en place un programme de migration destiné à envoyer en métropole de jeunes adultes réunionnais –dans les usines et sur les chantiers, on préfère embaucher des travailleurs de nationalité française plutôt que des Portugais ou des Maghrébins.

 

En parallèle, Debré incite la DDASS de la Réunion à transférer en métropole des mineurs –orphelins, enfants abandonnés, enfants retirés à leur famille par décision de justice. Pour faire du chiffre, la DDASS envoie ses assistantes sociales en tournée dans l’île pour ramasser un maximum d’enfants. D’un côté, elle s’assure de la collaboration des juges ; de l’autre, elle berne les parents en leur faisant croire que leur enfant va devenir avocat ou médecin. Elle immatricule à tout va, après quoi, elle a les mains libres pour envoyer les pupilles là où elle le souhaite. En tout, 1.600 enfants ont été expédiés dans une soixantaine de départements, notamment dans les zones rurales et vieillissantes du Massif central et du Sud-Ouest. En transférant une population depuis une île surpeuplée vers des départements désertés, Debré espère faire d’une pierre deux coups.


- LGT : Dans quelle mesure y a-t-il, dans cette entreprise, un mélange de préoccupation sociale, d’ambition républicaine et d’esprit néo-colonialiste ?

 

- IJ : En effet, on retrouve ces trois composantes. La préoccupation sociale existe : il s’agit d’arracher les pupilles à des familles violentes ou à des établissements vétustes pour leur donner une deuxième chance en métropole, dans des centres d’apprentissage ou auprès de petits patrons. Depuis la Révolution française, la pensée républicaine vise à régénérer l’enfant né ou élevé dans des conditions jugées anormales. Dès qu’une défaillance familiale est diagnostiquée, l’État disqualifie les parents et s’empare de l’enfant, considéré comme un être malléable : le but est alors de l’extraire de son milieu social et de le métamorphoser dans un environnement sain, avant de le replacer dans la société, remis à neuf, régénéré. Dans le cas des enfants réunionnais, l’administration considère qu’ils ne peuvent souffrir de leur déracinement, puisque leur destin sera préférable à celui que leur réservait leur milieu d’origine.

 

C’est ici que l’ambition républicaine et le projet colonial se recoupent : la migration initiée par Debré relève moins de la politique de l’enfance que de l’ingénierie humaine. Les petits migrants sont censés ne pas avoir d’histoire, de famille, de sentiments, d’avis ou de projet personnels ; leurs parents sont assimilés à des brutes irresponsables ; leur langue maternelle, le créole, est considérée avec mépris ; d’ailleurs, Debré administre l’île sans en référer à personne, comme un gouverneur de colonie. Seuls comptent le profit démographique de la métropole et le relèvement collectif de la Réunion. En fin de compte, on peut dire que ces enfants ont été sacrifié au nom d’un intérêt national : le maintien de la souveraineté française à la Réunion.

 

- LGT : La situation de ces enfants réunionnais est-elle comparable à celle des enfants australiens, qu’il s’agisse des Aborigènes ou des jeunes Britanniques ?

- IJ : La migration réunionnaise s’est soldée par un désastre humain. En quelques semaines, les pupilles perdent leurs repères familiaux et culturels, sont exposés au froid, à la claustration, au racisme, à des violences dans certains cas. En raison de ce choc très brutal –surtout pour des bébés, des enfants et des adolescents–, la métropole se révèle un milieu particulièrement angoissant et hostile. Dès leur arrivée, les enfants veulent rentrer chez eux ; mais le piège s’est refermé. Sur place, le suivi social est inexistant. De ce fait, les pupilles ont subi des carences affectives très graves ; un certain nombre a sombré dans la dépression, l’alcoolisme, la délinquance, la clochardisation ou la folie.

 

Dans le cas de la migration britannique, on observe la même déculturation et la même catastrophe socio-éducative ; mais les enfants ont également subi des violences physiques et sexuelles systématiques, notamment dans les établissements des Frères chrétiens –ce qui n’est pas le cas en France. La migration réunionnaise et la migration britannique ont toutes deux été réalisées avec des arrière-pensées impériales et sans aucun suivi socio-éducatif ; elles relèvent de la maltraitance d’État. Le cas de la « stolen generation », qui concerne les enfants aborigènes, est différent : il s’agit d’une tentative de génocide, où le déplacement forcé des enfants va de pair avec des vols de terre et des meurtres.


- LGT : Où en est-on des revendications des enfants réunionnais, aujourd’hui adultes ? Demandent-ils réparation ou repentance ?

 

- IJ : En 2002, un ancien pupille réunionnais a porté plainte contre l’État pour « enlèvement et séquestration de mineur, rafle et déportation » ; en réparation, il demandait un milliard d’euros. Des associations d’anciens pupilles sont entrées dans la bataille à leur tour. En 2005, le tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion a rejeté leur plainte. En 2007, c’est au tour de la cour administrative d’appel de Bordeaux de leur adresser une fin de non-recevoir : les juges ont estimé que la faute était prescrite, en vertu d’une loi qui efface toutes les créances sur l’État après un délai de quatre ans. Le Conseil d’État a été saisi, mais mon sentiment est que, au-delà de la justice nationale, les associations regardent désormais vers la Cour européenne des droits de l’homme.

 

La question des réparations financières est épineuse : après tout, s’il y a préjudice, il peut y avoir indemnisation. Mais je crois que les anciens pupilles demandent surtout une reconnaissance des souffrances qu’ils ont endurées. Les autorités de la République pourraient s’exprimer à ce sujet, comme le Premier ministre en Australie. Ensuite, on pourrait imaginer des manifestations historiques, mémorielles ou scolaires : numérisation d’archives, cérémonies à la Réunion ou dans un lieu symbolique de la métropole (par exemple le foyer de l’enfance de Guéret, dans la Creuse, qui a vu défiler des centaines d’enfants), mention de l’épisode dans les manuels scolaires, etc.

 

- LGT : Pensez-vous que cette actualité australienne puisse relancer le débat en France ?

 

- IJ : L’Australie se penche sur la question depuis les années 1990. La publication de divers rapports, au niveau local et fédéral, a conduit à un vaste examen de conscience auquel ont pris part les autorités politiques et religieuses. L’État français, lui, n’a jamais voulu admettre sa responsabilité dans l’affaire. Aujourd’hui comme hier, il s’enferme dans une attitude de déni. Le rapport que l’Inspection générale des affaires sociales a publié en 2002, d’une étonnante médiocrité, avait d’ailleurs pour objectif de dédouaner l’État, ainsi que le ministère de l’Emploi et de la Solidarité (héritier du ministère de la Santé).

 

L’État français est pourtant en cause. Depuis le XIXe siècle, les juristes affirment que, si l’aide sociale à l’enfance revêt un caractère départemental, l’État garde une autorité prépondérante justifiée par l’importance de l’enjeu ; dans le cas des pupilles réunionnais, c’est d’ailleurs une société d’État, le BUMIDOM, qui a financé le transport en métropole. D’autre part, s’il était député, Debré était aussi ministre et, à ce titre, il a sciemment influencé ses collègues du gouvernement. Enfin et surtout, le ministère de la Santé était parfaitement au courant de la migration en cours : en 1972, il a par exemple autorisé le préfet de la Réunion à ouvrir une antenne en métropole « pour suivre les placements d’enfants ». La migration des pupilles réunionnais a donc été exécutée par et pour l’État français.

 

En tant qu’historien et en tant que citoyen, j’espère que la migration réunionnaise va trouver sa place dans l’histoire de la Cinquième République. Mais, à l’évidence, ce n’est pas pour tout de suite. Le président de la République a manifesté son hostilité à l’égard de toute forme de « repentance ». Surtout, la migration réunionnaise n’est pas une bavure, mais une politique républicaine menée en connaissance de cause. Pour admettre cette vérité, il faudra une réflexion honnête et douloureuse que les dirigeants français ne sont pas prêts à mener.

 

Source : Observatoire des questions sexuelles et raciales. Les normes sociales décryptées par Louis-Georges Tin, Ariel Martín Pérez, Elsa Dorlin et Éric Fassin.

 

Repères

- France. La Réunion. L'île des Enfants Perdus.
Lire la suite

 

- Les "enfants volés" en Australie ont-ils servi de cobayes?
Lire la suite


- Les excuses aux aborigènes australiens seront-elles suffisantes?
Lire la suite


- "L’Arche de Zoé ou le système du déracinement". Ivan Jablonka.
La vie des idées | 15-01-2008

08:24 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : france, adoption, ivan jablonka | |  del.icio.us

24/11/2009

Enfants à naître à vendre en Corée du Sud.

Unborn children for sale in S Korea.jpg


Unborn children for sale in South Korea


The illegal sale of children makes up more than half of all the cases of human trafficking around the world, according to recent estimates.

 

Traditionally it has involved the exploitation of children in poorer nations, but an Al Jazeera investigation has found that it is also happening in developed countries, such as South Korea.

 

For four months, Al Jazeera surfed community boards on popular Korean internet sites, and found an underground trade where pregnant women can sell their unborn children.

 

The few cases that have surfaced have alarmed the government so much that it is believed to have formed a special task force to bring human-trafficking laws up to date, Al Jazeera's Steve Chao says.

 

One of the challenges is how to give authorities the power to better police the murky world of the internet.

 

Twenty years ago the United Nations adopted the Convention of the Rights of the Child. The CRC or UNCRC, sets out the civil, political, economic, social and cultural rights of children.

 

As of December 2008, 193 signatories had ratified it, including every member of the UN except the US and Somalia.

 

The treaty restricts the involvement of children in military conflicts and prohibits the sale of children, child prostitution and child pornography.

 

The UNCRC has been used as a blueprint for child protection legislation around the world.

 

However, the treaty's promise to protect children has not always been kept.

 

Onus on government

Lisa Laumann, from the Save the Children charity, says it is up to both the government and the community to protect children.

 

"Intergovernmental organisations like the United Nations provide the framework around which governments can come together to agree on what good practice is and how governments should behave legally on behalf of their citizens," she told Al Jazeera.

 

"But it's up to the governments themselves to draft that legislation, develop the systems and institutions that guarantee those rights.

 

"There also has to be an effort made to help communities, families and children themselves, to understand what rights mean for them and how they can support them."

 

Source: Aljazeera.

 

L'article a été traduit en français par Kim Myung-Sook et publié sur son blog Fabriquée en Corée.

 

23/11/2009

Une génération se bat pour réformer les lois sur l'adoption.

a generation fights to reform adoption laws.jpg



[Via Fabriquée en Corée, traduit en français par Kim Myung-Sook]



Six adoptés coréens ont déposé un recours devant la Commission des droits civils et anti-corruption l'an dernier pour demander une enquête sur des irrégularités dans leurs documents d'adoption et des procédures illégales possibles à leurs agences d'adoption locales.



Maintenant, ils sont impliqués à part entière dans un combat pour réformer les lois et les procédures d'adoption, et ils reçoivent l'aide de quelques poids lourds.



Les droits des adoptés et des groupes communautaires ainsi que les mères célibataires, le cabinet d'avocats d'intérêt public Gong-Gam et la représentative du Parti démocratique Choi Young-Hee, ont uni leurs forces avec les adoptés dans un effort pour convaincre les législateurs de réviser la Loi Spéciale relative à la promotion et la procédure de l'adoption.

L'Assemblée nationale a abordé la question et étudie les changements à travers une série d'audiences.

La dernière audience a eu lieu hier.

Si leurs efforts aboutissent, les groupes vont changer radicalement le paysage de l'adoption nationale et internationale en Corée, un pays qui, a déclaré le législateur Choi à l'audience d'hier, "a toujours un stigmate qui s'y rattache en tant que l'un des principaux exportateurs d'enfants".

Il se classerait également en tant qu'un des quelques cas au monde où les adoptés sont retournés dans leur pays d'origine et changé les pratiques d'adoption par la législation.



Faux documents



Quand ils ont commencé cette quête, les adoptés, venus de trois pays différents, ont déclaré que leurs dossiers d'adoption contenaient des informations contradictoires.

Dans un cas, une adoptée identifiée uniquement par ses initiales, SIA, a dit qu'une agence d'adoption a informé ses parents adoptifs au Danemark en 1977 qu'ils ne possédaient de documents sur ses parents biologiques. Mais quand SIA est venue en Corée en 1998 et a demandé des informations à leur sujet, l'agence possédait en fait des informations sur sa mère biologique. SIA a également constaté que l'adoption a été faite sans le consentement de sa mère.

Dans un autre cas, une adoptée, identifiée seulement comme PYJ, a déclaré que son agence d'adoption a créé une nouvelle identité pour elle quand elle a été envoyée en adoption à la Norvège en 1975.

Leur première tentative visant à approfondir la question a frappé un mur de briques quand la Commission des droits civils a rejeté l'appel, invoquant l'absence de procédures administratives appropriées en Corée au moment de leurs adoptions.



Ils se battent contre la loi



Les adoptés, cependant, ne se sont pas arrêté là. Au lieu de déposer une autre pétition ou demander pour la libération de leurs dossiers aux agences d'adoption, ils ont décidé d'essayer de réviser les lois relatives à l'adoption pour découvrir la vérité et améliorer le système.

Selon le ministère de la Santé et des Affaires sociales et familiales, 161 588 enfants coréens ont été envoyés à l'étranger pour l'adoption à partir de 1958 jusqu'en 2008. La Corée est le cinquième plus grand exportateur d'enfants après la Chine, le Guatemala, la Russie et l'Éthiopie en 2007, selon World Partners Adoption Inc.

"La plupart des adoptés coréens grandissent dans des pays étrangers et font face à la confusion sur leur identité. Même s'ils viennent en Corée afin de retrouver leurs racines, il y a peu de cas dans lesquels ils reçoivent des informations précises sur leur naissance ou réussissent à localiser leurs parents naturels. Pour améliorer la situation, nous avons décidé de tenir une audience sur la révision de la Loi Spéciale", a le législateur déclaré Choi.



Nécessité d'une réglementation plus stricte



Le projet de loi commence avec l'idée que l'adoption étrangère, et même nationale, n'est pas la meilleure option pour les enfants et que l'aide publique devrait être accordée aux mères pour les aider à élever leurs enfants, un concept qui suit les pratiques d'adoption internationale. Il incorpore également la notion selon laquelle les procédures d'adoption doivent être plus strictement réglementées pour éviter des abus possibles par les agences d'adoption.

"Le gouvernement veut pousser l'adoption nationale, mais tous les enfants ont déjà des mères", a déclaré Jane Jeong Trenka, présidente de Truth and Reconciliation for the Adoption Community of Korea et l'une des adoptés qui ont déposé l'appel à la Commission. "Les enfants peuvent rester avec leurs mères. Les mères célibataires devraient disposer de ressources pour élever leurs propres enfants. C'est encore une question de préjugés sociaux en Corée."

Trenka a ajouté qu'un certain nombre d'adoptés avaient des familles, mais ont été reclassés comme des orphelins avant qu'ils ne soient envoyés à l'étranger pour adoption. "Parce que leurs dossiers ont été manipulés, seulement 2,7 pour cent des enfants adoptés réusssisent à localiser leurs parents de naissance", dit-elle.

La majorité des enfants abandonnés pour adoption en Corée sont les enfants de mères célibataires. Sur les 2 556 adoptions en 2008, internationales et nationales, 2 170 étaient des enfants de mères célibataires. D'autres étaient de familles à faible revenu ou de foyers désunis.

L'un des plus grands obstacles qui empêchent ces femmes d'élever leurs enfants elles-mêmes est la stigmatisation sociale auxquels elles sont confrontées en tant que mères célibataires. Un autre est le manque de services sociaux à leur disposition si elles choisissent d'élever leurs enfants.

Trenka a été adoptée par un couple du Minnesota, aux États-Unis, en 1972 quand elle avait six mois. En 2007, Trenka et d'autres adoptés coréens ont fondé TRACK pour aider amener le gouvernement à reconnaître pleinement ses pratiques de l'adoption, passées et présentes.

Le révérend Kim Do-hyun, qui est le directeur de KoRoot, qui offre un hébergement pour les adoptés coréens de retour au pays, reprend ces réflexions.

"Derrière la Loi Spéciale, il y a l'idée que l'adoption doit être encouragée, dit Kim. "Mais l'adoption n'est pas quelque chose que nous devons promouvoir. Plutôt que d'encourager l'adoption, nous devons renforcer la famille d'origine pour éviter d'autres séparation entre les mères et leurs enfants."



Adoption en tant que business

Un des principaux changements proposés par le projet de loi rédigé par le cabinet d'avocats d'intérêt public Gong-Gam est qu'elle exigerait l'approbation du tribunal pour tous les types d'adoption - actuellement c'est exigé seulement pour les adoptions nationales - et augmenterait l'intervention du gouvernement dans les affaires traitées principalement par des agences privées d'adoption.

Les adoptés disent qu'il devrait avoir plus de participation du gouvernement dans les adoptions parce que comme plus d'adoptés adultes réunissent avec leurs parents biologiques et accèdent à leurs dossiers, des exemples de pratiques douteuses d'adoption internationale ont fait surface.

TRACK a documenté ces cas au moyen d'entrevues avec les adoptés et leur famille biologique. Ils ont constaté que dans certains cas, un hojeok (registre de famille) d'orphelin est produit pour l'enfant envoyé à l'adoption internationale, même si l'enfant a une famille. Les contradictions ont également été constatées entre les documents conservés par les parents adoptifs et ceux qui sont conservés par l'agence d'adoption. Dans un cas, l'enfant était sous-alimenté au moment de l'adoption, mais les documents envoyés aux parents adoptifs à l'étranger déclaraient que l'enfant était en bonne santé. Dans un autre cas, un enfant a été confié à l'adoption nationale, mais a été envoyé à l'étranger pour l'adoption internationale.

La coalition des adoptés croit que de telles irrégularités sont arrivées parce que les agences d'adoption manipulent les dossiers pour pousser l'adoption internationale qui est très rentable.

Selon le ministère de la Santé, les quatre agences d'adoption autorisées à faciliter les adoptions internationales chargent de 13 millions de won (17 211 dollars) à 20 millions de won pour chaque enfant envoyé à l'adoption internationale.



La pression sur les mamans



Une autre révision proposée donnerait aux femmes un minimum de 30 jours pour prendre une décision sur l'adoption, qui est la norme dans les pays occidentaux. Il n'y a pas de délai imparti pour cela en Corée du Sud.

Les observateurs disent que les femmes sont souvent forcées de signer un contrat sur l'adoption presque tout de suite après l'accouchement. Si les mères changent d'avis, les agences leur chargent tous les frais encourus, de l'accouchement aux refuges qu'elles opèrent. Ils disent que les agences d'adoption ont tendance à encourager l'adoption plutôt que de dire aux femmes qu'il existe d'autres options disponibles, comme élever leurs enfants elles-mêmes.

"Les agences d'adoption font pression pour que vous abandonniez l'enfant", a déclaré, à l'audience d'hier, Choi Hyang-Sook un membre du groupe Miss Mamma Mia, qui fait également partie de la coalition des adoptés.



L'accès aux dossiers

Troisièmement, les agences seraient tenues d'offrir aux adoptés toutes les informations sur leurs parents de naissance, à l'exception du nom et du numéro d'enregistrement si les parents de naissance ne veulent pas que leur identités soient révélée. Kim explique que les agences d'adoption sont souvent réticentes à partager des informations avec les adoptés qui recherchent leurs parents biologiques et vice-versa, car ils ont peur que les abus du passé deviennent de notoriété public.

"Les agences d'adoption fournissent aux adoptés adultes seulement des informations partielles, en citant la protection de la vie privée de leurs parents de naissance", dit Kim. "Les agences ont souvent falsifié des données pour s'adapter aux goûts des parents adoptifs ou pour respecter les lois du pays auquel elles envoient enfant. Il y a des cas où les adoptés ont été classés comme orphelins quand ils ne l'étaient pas. Plus ils révèlent d'information, plus leur réputation peut être endommagée."

Une agence d'adoption a contesté les accusations. "Il y a des dossiers que l'on peut ouvrir, mais il y a ceux que l'on ne peut pas", a déclaré Choi An-Yeo, responsable chez Holt Children Services Inc, la plus grande et la plus ancienne agence d'adoption en Corée.

Choi a dit les choses étaient différentes il y a quelques décennies. "Il était alors possible d'envoyer un enfant abandonné à l'étranger pour adoption. Si quelqu'un a amené un enfant et a menti qu'il était un tuteur légal, il n'y avait aucun moyen pour nous de le découvrir. Nous avons seulement suivi les lois et nous continuerons à le faire", a-t-elle ajouté.



Unifier les projets de lois sur l'adoption

La représentative du Parti démocratique Choi parraine la proposition, alors que le ministère de la Santé élabore actuellement son propre projet de loi. Ce n'est pas certain comment le projet de loi va être formé, mais Park Sook-ja, la directrice du Bureau de politique de l'enfance, de la jeunesse et de la famille au ministère de la santé, a dit qu'elle sympathisait généralement avec la coalition des adoptés. "Nous partageons les mêmes idées en général, mais nous avons besoin de prendre une étape à la fois", a dit Park.

Le ministère a déjà tenu deux audiences sur le projet de loi, cependant, Park a dit qu'il est trop tôt pour parler du projet de loi puisque la version définitive n'a pas encore été faite.

Choi a indiqué que les différences entre les deux projets de loi seront probablement aplanies avant qu'un projet de loi unifié soit présenté à l'Assemblée au début de l'année prochaine.



Basée sur les mensonges

Des dizaines d'adoptés, y compris Trenka, ont assisté à l'audience d'hier dans l'espoir que le projet de loi présenté par Choi puissent transformer les pratiques d'adoption ici.

Trenka a commenté: "L'adoption est peut-être un acte d'amour, mais toutes les adoptions sont censées séparer les enfants de leurs mères."
Trenka a commencé à écrire à ses parents biologiques régulièrement à 16 ans. Ses parents adoptifs n'aimaient pas qu'elle reste en contact avec ses parents biologiques, mais un jour elle a trouvé des lettres de sa mère biologique dans la boîte aux lettres de ses parents adoptifs. Sa mère biologique avait trouvé l'adresse de ses parents adoptifs et a continué à lui envoyer des lettres. Trenka dit qu'elle se souvient encore du temps où elle a été réunie avec sa mère biologique.

"Ma mère était très émotive. Je n'avais jamais vu un être aussi émotif", dit-elle. "Elle s'est assise sur le sol et s'est épanché."

Trenka a été réunie avec le reste de sa famille dans les années 1990.

"L'adoption est un gros mensonge. Son succès dépend de chacun qui croit en ce mensonge. Ils [mes parents adoptifs] ont voulu croire à ce mensonge, mais je ne pouvais pas faire ça." Lorsqu'on lui a demandé pourquoi elle se consacre à la création de la loi, elle a dit: "Pour ma mère. Ma mère est morte, mais si je n'essaie pas de changer les choses, ma souffrance n'a pas de sens."




Version originale publiée sur JongAngDaily, le 11 novembre 2009, par Limb Jae-un [jbiz91@joongang.co.kr]

21/11/2009

Madagascar. Adoption d’enfant. Une mère victime d’une arnaque.

Madagscar.jpgEn signant des papiers sans les avoir lu, Olivia Rakotoarison, la mère biologique d'Elisa a commis la plus grave erreur de sa vie. Elle veut revoir sa petite fille.




Six ans après «l'enlèvement» de sa petite fille, Olivia Rakotoarison n'en peut plus et sort de son silence. Elle a mis au monde le 28 janvier 2003 la petite Haja Elisa Andrea. Se sentant victime d'une démarche qu'elle qualifie de machination, Olivia souhaite renouer avec une relation étroite avec sa fille et ses parents adoptifs.

« J'avais confié, en 2003, ma fille à madame Jacqueline, appelée aussi maman, laquelle s'est présentée comme responsable d'un centre de réinsertion pour enfants. Nous nous sommes mises d'accord pour qu'Elisa reste chez elle, ce après avoir dressé un acte devant un officier de police. Maintenant, je me suis rendue compte que j'ai commis une grave erreur en signant des papiers dont je ne connais même pas la teneur », avoue-t-elle.

Pour la petite histoire, mortes de faim et épuisées par une longue marche qu'elles avaient effectuée, Olivia et sa petite fille se sont évanouies non loin du domicile de « maman » à Ambohimiandra Mahazoarivo. Jouant le bon samaritain, madame Jacqueline les a pris en charge.
Après quelques échanges de propos, les deux femmes se sont entendues pour qu'Elisa soit confiée à madame Jacqueline, en tant que membre du personnel d'un centre de réinsertion pour enfants.
« Au bureau de la police, maman m'a déjà demandé si je suis partante pour l’adoption de ma petite fille par un couple étranger. Je lui ai répondu par l’affirmative, à condition qu’on m'autorise à rester en contact avec ma Elisa et surtout avec ses parents adoptifs», témoigne Olivia, tout en ne se souvenant pas avoir donner une réponse précise sur le sujet.

Quelques jours après avoir conclu l'accord auprès d’un officier de police, madame Jacqueline et Olivia se sont rendues au tribunal. « On m'a posé des questions sur la raison de ma décision de laisser mon enfant dans un centre, mais il n'était pas encore question d'adoption. Je me souviens toutefois qu'un couple européen se trouvait également au tribunal, mais leur présence n'a pas attiré mon attention. Je confirme cependant que je n'ai rien signé quand nous étions au tribunal », insiste Olivia.


Incarcérée


Elle reconnaît qu’elle n’a pas en sa possession aucun papier concernant sa fille actuellement, sauf une photo d’elle avec ses parents adoptifs, offerte par madame Jacqueline. « J'espère que je pourrai encore demander un extrait d’acte de naissance de ma fille auprès du bureau d’état civil d’arrondissement », précise-t-elle avec espoir.

« Grande fut pourtant ma surprise quand madame Jacqueline m'a informé quelques mois après notre conversation au tribunal que ma fille était déjà partie », raconte-t-elle au bord des larmes.
Pour la calmer, « maman » lui a promis de prendre en charge les frais de scolarité ainsi que les soins des trois autres enfants d’Olivia. « Elle m'a même conseillé de chercher un nouvel appartement plus décent, mais finalement elle ne nous a offert que 25 000 ariary par mois », toujours selon Olivia.

Un frère d'Elisa habitant avec sa mère a été hospitalisé en décembre 2003. Olivia s'est plié en quatre pour pouvoir réunir les frais avoisinant Ar 300 000.
« Heureusement que ma défunte tante a avancé la somme, sinon nous n'aurions pas pu quitter l'hôpital. Madame Jacqueline nous a promis de régulariser les factures, mais elle ne s'est jamais présentée à l'hôpital. C'est après avoir discuté avec son fils qu'on a su qu'elle a été incarcérée à cause d’une autre histoire d'adoption », poursuit la mère de la petite Elisa.
En dépit des propos menaçants proférés par le fils de madame Jacqueline, Olivia et sa tante se sont toujours rendues à la maison carcérale pour réclamer les frais d'hospitalisation régularisés par sa tante, ainsi que l'adresse exacte d'Elisa.

« Elle a toujours trouvé des excuses en avançant que les parents adoptifs d'Elisa changent tout le temps d'adresse. Concernant l'argent, elle l'a payé à la suite de pression exercée par un haut responsable de la prison au courant de l'histoire à force de nous côtoyer », révèle-t-elle.
Afin de rassurer Olivia, mère biologique d'Elisa, madame Jacqueline a déclaré que sa fille a été hébergée dans un centre situé non loin de la ville.
Pour sa défense, le responsable du lieu en question a réfuté l'existence de cette affaire. « Selon les règlements régissant les centres d'insertion pour enfants, les parents biologiques ont le droit de visiter leurs enfants. Pour ceux qui sont partis, nous avons l'obligation de garder le contact entre eux », explique le responsable du centre concerné.
Celui-ci continue en concluant que « le centre a collaboré avec une femme habitant à Ambohimiandra, mais elle ne s'appelle pas Jacqueline. Elle était chargée de régulariser nos papiers administratifs sur l'adoption. Depuis qu'on a fermé en 2002, je ne l'ai plus revue. J'ai aussi entendu qu'elle a été incarcérée, mais je ne suis pas au courant de ce qu'elle avait commis ».

Pour Olivia, la lutte continue jusqu'à ce qu'elle trouve l'adresse de sa fille Elisa.




Source : L'Express de Madagascar | 21-11-2009.




- Enquête. Trafic d’enfants. « Mon bébé contre quelques gros billets »
La vente d’enfant tend à se généraliser auprès certaines catégories de personnes très nécessiteuses. La pauvreté mène à des décisions dont la portée n’est pas prévisible à court terme.
L'Express de Madagascar.

18:24 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : adoption illégale | |  del.icio.us

19/11/2009

Pays-Bas. La Justice mène une enquête sur des adoptions illégales.

NL Justitie onderzoekt illegale adopties.jpgLe Ministère de la Justice examine 9 cas de couples ayant, ces dernières années, acheté un enfant à l'étranger. Selon le Conseil de la Protection de l'Enfance, l'adoption illégale est un problème croissant.


AMSTERDAM -  Justitie onderzoekt op dit moment negen ouderkoppels die de afgelopen jaren een kind kochten in het buitenland. Hoewel de adoptieouders van baby Donna in een vergelijkbare zaak begin 2009 werden gevrijwaard van vervolging, is het OM toch van zins deze stellen via het strafrecht te gaan aanpakken.


Illegale adoptie is een groeiend probleem, stelt directeur Marie-Louise van Kleef van de Raad voor de Kinderbescherming. ‘Dat komt doordat het aanbod van adoptiekinderen uit het buitenland afneemt. Dan zoeken ouders andere mogelijkheden. En op internet kun je makkelijk zelf op zoek naar een kind.’ De afgelopen twee jaar kwamen bij de Kinderbescherming tien zaken aan het licht waarin kinderen illegaal uit het buitenland zijn gehaald.

 

Baby Donna

De zaak rond baby Donna, die in 2005 door Nederlandse ouders werd gekocht in België, deed veel stof opwaaien. Vorig jaar bleek ook de Belgische baby Jayden illegaal naar Nederland te zijn gehaald. Maar er zijn dus veel meer vergelijkbare gevallen geweest die niet in de publiciteit kwamen. ‘Wij proberen deze zaken in het belang van het kind in de anonimiteit te houden’, zegt Van Kleef. ‘Stel je voor wat Donna straks als ze 18 is allemaal over zichzelf gaat lezen op internet. Dat is dramatisch.’


Naast Belgische kinderen gaat het om baby’s uit India, Filipijnen, Sri Lanka, Nicaragua, Bolivia en Cambodja. De kans is aanwezig dat de kinderen in de toekomst teruggaan naar het land van herkomst. In het geval van baby Jayden is dat al gebeurd. De andere kinderen zijn, zodra de zaak aan het licht kwam, direct in een Nederlands pleeggezin geplaatst.


Verjaringstermijn twee jaar


De Raad voor de Kinderbescherming doet dat om herhaling van de zaak-Donna te voorkomen: de adoptieouders kregen haar door de rechter toch toegewezen, omdat ze al zo lang in het gezin was. Het zou niet in Donna’s belang zijn haar alsnog te verplaatsen. De verjaringstermijn van illegale adoptie is twee jaar. Volgens Van Kleef weten ouders dat heel goed en gaan zij vaak calculerend te werk.


Justitie zei eerder illegale adoptie harder te willen aanpakken. Nu is de boete maximaal 6.700 euro. Kinderhandel wordt
zwaarder bestraft, maar daarvan is pas sprake als een kind wordt uitgebuit.

 

Bron : De Volkskrant.

 

UAI Comment : International Private and Criminal Law, do not see and respect the child - located for adoption - as a human being with a physical and mental integrity who should have the ability to stay in their own family and environment, and be protected for such an assault on personal life and history. Abduction and Trafficking of the child for the purpose of adoption, even-though, the adoption procedures, regulations and international human rights are severed, the international law does not protect any child in this circumstance, unless there has been paper-fraud or an act against State Laws. Taking babies/children away in an illegal manner is not punishable due regard that the final result; Adoption, is seen as an act in the best interest of the child. Legally, no questions asked what the consequences for the family of origin and the Adoptee will be in the future. With this statement the UAI wants to present again, that the best interest of children and Adoptees is not served by present adoption laws and treaties but those of adopters and their organisations and legal systems.

18/11/2009

Yves Nicolin, président de l'Agence française de l'adoption. « Non à une loi sur l'adoption par les homosexuels ».

Yves Nicolin president Agence Francaise de l Adoption.jpgPrésident de l'Agence française de l'adoption et député UMP, le Roannais Yves Nicolin revient sur la décision de justice autorisant l'adoption pour un couple homosexuel.


Le tribunal de Besançon vient d'ordonner au Conseil général du Jura de délivrer un agrément d'adoption à une enseignante homosexuelle vivant avec sa compagne. Qu'en pensez-vous ?


Je pense qu'en l'état actuel de la loi, le tribunal ne peut pas rendre d'autre décision. L'agrément se donne à un couple marié ou à une personne célibataire. Dans ce cas précis, une des deux personnes pacsées a déposé une demande d'agrément. Le refus du Conseil général du Jura n'était pas basé sur des considérations juridiques, il devra donc le lui donner.


Mais sur le fond, que vous inspire cette décision ?


A titre personnel, je ne suis pas favorable à l'adoption d'enfants abandonnés, et j'insiste sur ces cas, par des couples homosexuels, dans l'intérêt des enfants. Je fais un distinguo entre les enfants abandonnés, et le cas où l'un des deux conjoints a déjà eu des enfants dans le cadre d'une relation hétérosexuelle. Ces enfants doivent pouvoir être adoptés par le nouveau conjoint dans le cadre d'un couple homosexuel si l'autre parent décède. En revanche, quand un enfant a déjà subi l'abandon, le déracinement, il est déjà stigmatisé par les autres. Si en plus on ajoute le regard porté sur deux papas ou deux mamans… Il faut penser aux difficultés que ça entraîne plus tard.


Vous êtes président de l'Agence française de l'adoption : quel sera le regard de l'agence sur ces dossiers ?


Si on fait appel à nous, le dossier sera traité de la même manière que n'importe qui : on ne regarde pas les mœurs. Mais certains pays, je pense à la Chine, et même si ce n'est pas dit officiellement, refusent de confier des enfants à des parents homosexuels.


Vous n'êtes pas opposé à ce qu'un couple homosexuel puisse avoir des enfants ?


Ça ne me choque pas. C'est un fait aujourd'hui : il y a déjà des couples homosexuels qui ont des enfants biologiques. C'est leur affaire : je ne veux pas rentrer dans la sphère privée.


Pensez-vous que le Parlement doive légiférer sur le sujet ?


Je n'y suis pas favorable, pas plus que je n'étais favorable au PACS. Je suis en phase avec le gouvernement. C'est la même chose pour le mariage homosexuel. La société doit-elle s'adapter aux mœurs des uns et des autres par une loi ? La société privilégie le mariage, et donne des allocations familiales parce que faire des enfants, cela concourt au développement de la société française.


Source : Le Progrès.


- Réflexions sur l'homoparentalité et l'adoption.
Adoption homosexuelle : un nouvel argument d' autorité. [...] Il faut vraiment que le débat sur l’adoption par les personnes [...] Le débat sur l’ « homoparentalité » et l’adoption par des couples homosexuels pose des questions [...]
Lire la suite.

- Droit à l'adoption. Adoptons un autre regard.
Pour les couples hétéro, homo ou les monoparents, à chaque débat sur l'adoption, je reste perplexe sur la manière d'aborder la question. Et si on s'intéressait davantage à ces «enfants à adopter» ?
Tanguy Verraes.


- "Adopter à l'étranger ? C'est de la poudre aux yeux!
Jusqu'ici, aucune adoption par un couple homosexuel n'a été enregistrée au niveau international. [...] «L'adoption internationale ouverte aux couples homosexuels, c'est de la poudre aux yeux!», tranche cet éminent spécialiste, [...]
Lire la suite.


09:58 Écrit par collectif a & a dans Homoparentalité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yves nioclin, adoption, homoparentalité | |  del.icio.us

13/11/2009

L'attachement si difficile des enfants adoptés.

attachement si diffcile.jpgDes parents à la recherche de soins pour leurs enfants se réunissent régulièrement à Vannes (France) à l'initiative de l'association Pétales.

 


Samedi 16 janvier 2009, à 14 h 30. Réunion à Saint-Vincent Ferrier, église de Kercado à Vannes.
Renseignements complémentaires auprès de Marie-France Gicquel au 18, rue Abbé-de-La-Valière, Carentoir.
Tél. 02 99 08 93 13 ou 06 07 75 11 34.

 

L'association Pétales réunit régulièrement un groupe de paroles destiné à des parents d'enfants présentant des troubles de l'attachement. Ces enfants sont principalement adoptés mais peuvent aussi avoir été prématurés, hospitalisés à quelques mois, ou avoir souffert d'une dépression profonde de leur mère.


Ces troubles empoisonnent la vie des enfants qui en souffrent : impulsifs, manipulateurs, parfois violents, il supportent mal l'intimité, ne font confiance à personne, cherchent continuellement une place de chef ou de victime.


D'une manière générale, ces jeunes ont vécu des traumatismes liés à la négligence ou à une rupture brutale des liens avec leurs parents biologiques ou l'adulte en charge de veiller sur eux. Ils n'ont pu créer un attachement sain.


«Les amis, même notre propre famille, ne comprennent pas ce que nous vivons, pour eux il s'agit de troubles de l'adolescence. Ces enfants sont souvent adorables à l'extérieur», ajoute Marie-France Gicquel, de l'association Pétales, qui sait combien la culpabilisation est fréquente chez les parents.


Des troubles bien identifiés


La théorie de l'attachement a été développée par le pédopsychiatre anglais John Bowlby. Si les liens entre l'enfant et la mère ne sont pas construits durant les douze premiers mois de la vie de l'enfant, «son développement et son humanisation sont en péril.» écrivait-il.


Ces troubles ont été particulièrement étudiés au Québec ou en Belgique, mais pas en France.


« Les médecins ou psychologues qui prennent en compte ces troubles sont rares », souligne Marie-France Gicquel. « On nous a renvoyé au complexe d'OEdipe et proposé une thérapie familiale au risque de mettre toute la famille en danger », ajoute une dame . « On culpabilise les parents. C'est comme si pour une appendicite on décidait d'opérer toute la famille. »


Ce père adoptif lance : « Quand vous êtes amputé d'un bras, vous êtes handicapé, et tout le monde le comprend. Ces enfants sont réellement amputés d'une capacité affective, ils ne savent pas s'attacher. »


Source : Ouest-France.

 

- C'est vraiment cela le but de l'adoption ?
Le travail d'association de parents (Petales) nous amène à rencontrer, depuis 9 ans maintenant et quasi quotidiennement, des familles d'enfants présentant des troubles de l'attachement. Un gros pourcentage de ceux-ci sont des enfants adoptés. Cela fait des centaines de familles adoptives entendues nous exposer les mêmes problèmes.
Ils sont très lourds. Et il est impossible d'y aller par quatre chemins pour les exposer. Dans les familles adoptives que nous rencontrons régulièrement, il y a actuellement: plusieurs enfants en institutions psychiatriques, certains probablement pour toujours; plusieurs enfants en défense sociale; plusieurs "enfants" en prison, beaucoup à la rue ou dans toutes sortes d'errances; énormément de jeunes dans les services des SAJ; un grand nombre suivi par les juges de la jeunesse; un nombre important en risque ou tentatives de suicide; ceux qui se trouvent en échec scolaire avant une déscolarisation souvent définitive; des jeunes femmes qui font des enfants avec n'importe qui et les oublient plus ou moins en cours de route, perpétuant le cycle de l'abandon; de nombreux jeunes qui agressent physiquement leurs parents; tous ceux qui choisissent la délinquance, la drogue. Et puis, ceux qui vivent gentiment, sans déranger personne, les "résilients"qui parviennent parfois à venir jusqu'à nous, expliquer leurs souffrances.
C'est vraiment cela le but de l'adoption?
Non, ce ne sont pas "des cas particuliers et tous les autres vont bien". Non.
C'est au contraire un très gros pourcentage des enfants adoptés et c'est même tout à fait normal.
Extrait de l'éditorial de l'asbl Petales Belgique - Bulletin de liaison n°85 - décembre 2009.

 

- Témoignages. Les troubles de l’attachement : « enfant velcro », « enfant sumo », « enfant solo » : quel devenir à l’âge adulte ?
Psytoyens asbl.

12/11/2009

Azerbaïdjan. Le droit à l'adoption devrait être accordé seulement aux familles azerbaïdjanaises.

Roza Farzalibayova.jpgRight to adoption should be granted only to Azerbaijani families: Republican Children's Organization


Interview with Roza Farzalibayova, Deputy Director of Republican Children’s Organizations.


Day.Az: Azerbaijan implements state program on the transfer of children from child care facilities to families as part of which boarding schools and orphanages will be abolished in the coming years. To what extent is it possible?


Roza Farzalibayova: Some countries have already used the similar experience. For example,  Latvia implements a program of deinstitutionalization and alternative care which brings fruitful results. They try first to return the children to biological families. If it is impossible or parents are deprived of parental rights, a child is transferred to an alternative family. These families are carefully selected. A special agencies oversee implementation of the program.

Azerbaijan has almost identical model of the program. I am confident that we will be proud of its results soon.


Q: How the issue of graduates of boarding schools are addressed? Are they provided assistance in obtaining housing and employment?


A: The issue of housing of orphan children is regulated by the Law on Social Protection of Orphans adopted in 1999. The law provides a right of children to parents' property. However, the apartment can be owned by a child only after he/she reaches maturity. Until a child turns 18, the apartment is transferred to executive authority ot the district where the child is registered.

With regard to the employment of young people, there are special schools in certain areas of Baku and the regions that train graduates of children's homes and also provide a dormitory. A network of such institutions must be established throughout the country to help solve the employment problems of boarding school graduates.


Q: What are your views about adoption of Azerbaijani children by foreigners?


A: I am against adoption of Azerbaijani children by foreign families. Only Azerbaijani families should be granted a right to adoption.


Q: Why some Azerbaijani families are skeptical about adoption of orphan children?


A: Adoption is a delicate issue. The majority of Azerbaijanis have positive attitude to child adoption, but few are prepared adopt a child from orphanage.


Q: Your organization operates a service to which children who are victims of physical violence in the family may apply to. How much this issue is relevant today?


A: Unfortunately, there are parents who to make their children obedient  by a physical punishment. Parents who beat their children believe that they educate their children this way. In fact, by resorting to force in upbringing, they merely prove their inability to find a reasonable way of influence on a child. But today few children may complain of physical abuse of parents. A few years ago we received more complaints about this than now.

We have also implemented a project on the Rights of a Child together with UNICEF. We plan to begin another such project in the coming year.



Source: Today.Az | 12 November 2009.