Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Indiens d'Amérique adoptés de force déchirés entre cultures. | Page d'accueil | L’ombre des origines. A la rencontre d’anciens de l’aide sociale à l’enfance. »

05/12/2009

Une étude de Donaldson Adoption Institute dit que les questions d'identité durent toute une vie et recommande d'ouvrir les certificats de naissance.

Fabriquee en Coree.jpg


Via le blog de Kim Myung-Sook, deux articles traduit en français.



Les adoptés font face à la discrimination



Dans plusieurs états aux États-Unis, tout comme dans d'autres pays, les adoptés ont des certificats de naissance amendés (modifiés, avec les noms des parents adoptifs), et n'ont pas accès à leurs certificats de naissance originaux qui sont scellés par la loi.


L'étude, "Beyond Culture Camp: Promoting Positive Identity Formation in Adoption", s'est portée deux groupes d'adultes (les adoptés nés en Corée et les adoptés blancs), mais selon le directeur exécutif Adam Pertman, les résultats sont pertinents aux adoptés de toutes les races.


Aux États-Unis, il y a environ 6 à 8 millions de personnes qui ont été adoptées. Beaucoup disent maintenant à l'Institut Evan B. Donaldson, qu'ils étaient stigmatisés dans l'enfance et ont lutté avec leur identité et leur estime de soi jusqu'à l'âge adulte.


Beaucoup des 468 adultes interrogés affirment avoir souffert de discrimination. Plus d'adoptés blancs (35 pour cent) que coréens (21 pour cent) ont indiqué avoir été taquinés tout simplement parce qu'ils ont été adoptés.

Environ 86 pour cent ont dit qu'ils avaient pris des mesures pour retrouver leurs parents biologiques et que les retrouver était le seul facteur qui les avait aidés à acquérir une identité adoptive positive.

Pertman espère que cette étude aidera à promouvoir des lois, politiques et pratiques pour donner aux adoptés un meilleur accès à l'information sur leur naissance et pour contribuer à éliminer les stéréotypes afin d'améliorer leurs vies.

les adoptés ont dit ABCNews.com dit qu'elles étaient largement entravés par les lois des États qui garde le secret des certificats de naissance et les dossiers d'adoption ou les coûts pour embaucher des chercheurs. Certains ont également été rejetés par leurs parents biologiques.

Pour Joan Wheeler, une travailleuse sociale de 53 ans et auteure de , son combat pour l'identité a été si pénible qu'elle ne croit même pas à l'adoption, souhaite avoir été placée en famille d'accueil ou sous tutelle de sorte qu'elle aurait pu avoir accès à sa parenté de sang.

Aujourd'hui, les parents naturels accueillent souvent favorablement les contacts, mais avant les années 1970 et 1980, les adoptions fermées étaient la norme et les dossiers étaient scellés fermement à la naissance.

Maitenant, les experts considèrent que ces politiques sont archaïques, privant les adoptés, non seulement des dossiers médicaux vitaux, mais aussi de leur sentiment d'identité. Seul l'Alaska, le Kansas, le New Hampshire, le Maine, l'Oregon, l'Alabama, le Tennessee et le Delaware donnent accès à l'original des certificats de naissance.

Melinda Warshaw, musicienne et professeure d'art de Pound Ridge, NY, de 62 ans, est active dans la lutte pour l'ouverture des dossiers fermés dans son état. Auteure de "A Legitimate Life", elle dit que sans son certificat de naissance original, elle a l'impression qu'elle a une "fausse identité".

Marlou Russell, de Santa Monica, Californie, psychologue qui se spécialise dans l'adoption dit qu'il est naturel de vouloir connaître ses racines. Elle a été adoptée en 1950 et a reçu un certificat de naissance amendé nommant ses parents adoptifs en tant que parents de naissance. En 1991, elle a cherché et trouvé sa mère biologique, avec qui elle entretient une relation "positive".

De nombreux adoptés et parents adoptifs se sentent plus liés après une réunion avec la famille biologique, selon Russell.

Pour plus de détails, lire l'article original Adoptees Face Sting of Discrimination publié sur ABCNews.com, le 23 novembre 2009.


Source: Fabriquée en Corée.




Adoptés de la Corée et en quête d'identité


Aux adoptés qui se croient/ se sentent seuls. Lisez ceci.

L'étude de Evan B. Donaldson Adoption Institute sur les luttes des adoptés coréens par rapport à leurs identités.

Publié sur New YorK Times, le 8 novembre 2009.

Enfant, Kim Eun Mi Young détestait être différente.

Quand son père a amené des jouets à la maison, un disque et un livre d'images sur la Corée du Sud, le pays d'où elle a été adoptée en 1961, elle les a ignorés.

En grandissant en Géorgie, au Kansas et à Hawaï, dans une famille de militaire, elle sortait seulement adolescents de race blanche, même quand les garçons asiatiques étaient dans les parages.

"À aucun moment, je ne me suis considérée autre chose qu'une blanche", a dit Mme Young, 48 ans, qui habite à San Antonio. "Je n'avais aucun sens d'identité en tant que femme coréenne. Fréquenter un homme asiatique m'aurait forcé à accepter qui j'étais."

Ce n'est que dans sa trentaine qu'elle a commencé à explorer son héritage coréen. Une nuit, après une sortie pour fêter avec son mari de l'époque, elle dit qu'elle a craqué et s'est mise à pleurer de façon incontrôlable.

"Je me souviens d'être assise là à penser, où est ma mère? Pourquoi m'a-t-elle laissée? Pourquoi ne pouvait-elle pas se battre pour me garder", dit-elle. "Ça a été le commencement de mon voyage pour découvrir qui je suis."

Les expériences de Mme Young sont communes chez les enfants adoptés en provenance de la Corée, selon l'une des plus grandes études sur l'adoption transraciale, qui doivent être publiées lundi. Le rapport, qui met l'accent sur la première génération d'enfants adoptés en Corée du Sud, a révélé que 78 pour cent de ceux qui ont répondu s'étaient considérés de race blanche ou avaient voulu être des blancs quand ils étaient enfants. Soixante pour cent ont indiqué que leur identité raciale était devenue importante au moment où ils étaient à l'école moyenne, et, adultes, près de 61 pour cent ont dit qu'ils avaient été en Corée, tant pour en apprendre davantage sur la culture que pour trouver leurs parents biologiques.

Comme Mme Young, la plupart des adoptés coréens ont été élevés dans les quartiers à prédominance blanche et ont vu peu, sinon aucun, des gens qui leur ressemblaient. Le rapport indique également que les enfants étaient moqués et étaient victimes de discrimination raciale, souvent par des enseignants. Et seule une minorité des personnes interrogées ont déclaré s'être senti bien accueillis par les membres de leur propre groupe ethnique.

En conséquence, bon nombre d'entre eux ont eu du mal à venir à bout de leur identité raciale et ethnique.

Le rapport a été publié par le Evan B. Donaldson Adoption Institute, un groupe de politique et de recherche sur l'adoption à but non lucratif basé à New York. Depuis 1953, des parents aux États-Unis ont adopté plus d'un demi-million d'enfants venant d'autres pays, la grande majorité d'entre eux des orphelinats de l'Asie, L'Amérique du Sud et, plus récemment, l'Afrique. Pourtant, l'impact de ces adoptions sur l'identité n'a été étudié que de façon sporadique. Les auteurs de l'étude Donaldson Adoption Institute ont dit qu'ils espéraient que leur travail guidera les responsables politiques, les parents et les agences d'adoption pour aider la génération actuelle des enfants adoptés dans des pays d'Asie à former sainement leurs identités.

"Tellement de recherches sur l'adoption transraciale a été faite selon le point de vue des parents adoptifs ou des enfants adolescents", a dit Adam Pertman, directeur exécutif de l'institut. "Nous avons voulu pouvoir tirer parti de la connaissance et de l'expérience de vie d'un groupe d'individus qui peuvent fournir un aperçu de ce que nous devons faire mieux."

L'étude recommande plusieurs modifications dans les pratiques d'adoption qui sont importantes selon l'Institut, notamment un meilleur soutien pour les parents adoptifs et la reconnaissance que l'adoption grandit en importance pour leurs enfants à partir de l'âge de jeune adulte, et tout au long de l'âge adulte.

La Corée du Sud a été le premier pays où les Américains ont adopté en grand nombre. De 1953 à 2007, environ 160 000 enfants sud-coréens ont été adoptés par des gens d'autres pays, la plupart d'entre eux aux États-Unis. Ils constituent le groupe le plus important des adoptés transraciaux aux États-Unis et, selon certaines estimations, 10 pour cent de la population coréenne du pays.

Le rapport dit que des changements importants ont eu lieu depuis que la première génération d'enfants adoptés ont été amenés aux États-Unis, du temps où on disait aux parents d'assimiler les enfants dans leurs familles sans égard à leur culture d'origine.

Pourtant, même les adoptés qui ont été exposés à leur culture et ont des parents qui discutent des questions de race et de discrimination disent qu'ils ont trouvé cela difficile en grandissant.

Heidi Weitzman, qui a été adoptée de la Corée à l'âge de 7 mois et qui a grandi dans les quartiers ethniquement mixtes de St. Paul, a déclaré que ses parents étaient en contact avec d'autres parents ayant des enfants coréens et lui ont même offert de l'envoyer à un "camp de la culture" où elle pouvait en apprendre davantage sur son héritage.

"Mais je haïssais ça", a déclaré Mme Weitzman, une thérapeute en santé mentale à Saint-Paul. "Je ne voulais pas faire quelque chose qui me faisait ressortir comme étant coréenne. En étant entourée de gens qui étaient blonds et brunets, je pensais que j'étais blanche." Ce n'est que lorsqu'elle a déménage à New York après le collège qu'elle a commencé à devenir confortable en tant que Coréenne.

"J'avais 21 ans avant de pouvoir me regarder dans le miroir et ne pas être surprise par ce que je voyais me rendant mon regard", dit-elle. "Le processus de découvrir qui je suis, a été un long processus, et je suis toujours là-dessus."

Le chemin de Mme Weitzman vers la découverte de soi, est assez typique des 179 adoptés coréens avec les deux parents de race blanche qui ont répondu à l'enquête Donaldson Adoption Institute. La plupart ont dit qu'ils ont commencé à se considérer davantage comme Coréens lorsqu'ils ont fréquenté le collège ou lorsqu'ils ont déménagé vers les quartiers ethniquement diverses à l'âge adulte.

Pour Joel Ballantyne, un professeur de secondaire à Fort Lauderdale, en Floride, qui a été adopté par des parents blancs en 1977, l'étude confirme beaucoup des sentiments que lui et d'autres adoptés ont tenté d'expliquer depuis des années.

"Cela donne la preuve que nous ne sommes pas fous ou simplement ingrats envers nos parents adoptifs, lorsque nous parlons de nos expériences", a déclaré M. Ballantyne, 35 ans, qui a été adopté à 3 ans et qui a grandi en Alabama, au Texas, et enfin, en Californie.

Jennifer Town, 33 ans, .est d'accord.

"Beaucoup d'adoptés ont des problèmes à parler de ces questions avec leurs familles adoptives", dit-elle. "Ils le prennent comme une sorte de rejet quand nous essayons juste de comprendre qui nous sommes."

Mme Towns, qui a été adoptée en 1979 et a grandi dans une petite ville du Minnesota, se souvient qu'au cours du collège, quand elle a annoncé qu'elle allait en Corée pour en savoir plus sur son passé, ses parents ont "flippé".

"Ils le considéraient comme un rejet", dit-elle. "Ma mère adoptive est vraiment fanatique de la généalogie, retraçant sa famille en Suède, et elle était fâchée après moi parce que je voulais savoir qui j'étais.

M Ballantyne a déclaré avoir reçu une réaction similaire quand il parlé à ses parents de ses plans de voyage en Corée.

L'étude de la Donaldson Adoption Institut conclut que ces voyages sont parmi les nombreux moyens dont les parents et les agences d'adoption pourraient aider les adoptés à traiter leur lutte avec l'identité et la race. Mais Mme Towns et M. Ballantyne ont dit tous les deux que tandis que voyager en Corée du Sud a été une expérience révélatrice à bien des égards, c'était également démoralisant.

Beaucoup de Coréens ne les considèrent pas comme de "vrais Coréens" parce qu'ils ne parlaient pas la langue ou ne semblaient pas comprendre la culture.

M. Ballantyne a trouvé sa grand-mère maternelle, mais quand il l'a rencontrée, elle l'a grondé pour ne pas avoir appris le coréen avant de venir.

Elle était celle qui m'avait mis en adoption", a-t-il dit. "Alors, cela a juste créé une tension entre nous. Même quand je partais, elle a continué à dire que j'avais besoin d'apprendre le Corée avant que je revienne."

Sonya Wilson, adoptée en 1976 par une famille blanche dans Clarissa, Minnesota, affirme que même si elle partage un grand nombre des expériences des personnes interrogées dans l'étude - elle a grandi en étant la seule Asiatique dans un village de 600 habitants - les changements de politique doivent s'intéresser à pourquoi les enfants sont mis en adoption, et devraient faire davantage pour aider les femmes célibataires en Corée du Sud pour garder leurs enfants. "Cette étude ne traite pas de ces questions", a dit Mme Wilson.

Mme Young a dit que l'étude était utile, mais que ça arrivait trop tard pour aider les gens comme elle.

"J'aurais aimé que quelqu'un ait fait quelque chose comme ça quand j'étais jeune", a-t-elle dit.

À LIRE!!! Rapport de plus de 100 pages: BEYOND CULTURE CAMP: PROMOTING HEALTHY IDENTITY FORMATION IN ADOPTION

Source: Fabriquée en Corée.

09:24 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : usa, enfants adoptés, corée, identité, origine | |  del.icio.us

Commentaires

Est ce que les retrouvailles se passent toujours bien?

Écrit par : consultation psychologue | 23/03/2010

Report Shows Misconceptions Stymie Equality for Adoptees by Keeping Records Closed

NEW YORK, July 15, 2010 – In its continuing effort to improve law, policy and practice so that “all adopted people can achieve equal treatment with their non-adopted peers,” the Evan B. Donaldson Adoption Institute today released a major report recommending that every state enact legislation restoring the right of all adult adoptees to access their own original birth certificates (OBCs).

The new Policy Brief, “For the Records II: An Examination of the History and Impact of Adult Adoptee Access to Original Birth Certificates,” is based on a years-long examination of relevant judicial and legislative documents; of decades of research and other scholarly writing; and of the concrete experiences of states and countries that have either changed their laws to provide these documents or never sealed them at all.

The Institute’s report suggests that, while a growing number of states have restored OBC access to adopted people once they reach the age of majority, efforts to accelerate the trend have been impeded by misunderstandings about the history of this controversial issue, misconceptions about the parties involved (especially birthmothers), and mistaken concerns about the impact of changing the status quo – e.g., legislators often assume that negative consequences will occur but, in fact, they do not.

“Effective policies and best practices serve everyone’s interests better when they are based on accurate information,” said Adam Pertman, the Adoption Institute’s Executive Director. “We hope this new report will help to reshape the debate over a very important and controversial question, and that the result will be that all adopted people can achieve equal treatment with their non-adopted peers.”

Among the findings in the 46-page Policy Brief, which updates and expands the Institute’s November 2007 report, “For the Records: Restoring a Right for Adult Adoptees,” are:

Ø Barring adopted adults from access to their OBCs wrongly denies them a right enjoyed by all others in our country, and is not in their best interests for personal and medical reasons.
Ø Alternatives such as mutual consent registries are ineffective and do not meet adoptees’ needs.
Ø The vast majority of birthmothers don’t want to be anonymous to the children they relinquished.

The recommendations in the Institute’s new Policy Brief include:

Ø Every “closed” state should unseal OBCs for all adult adoptees, retroactively and prospectively.
Ø States that already provide limited OBC access should revise laws to include all adult adoptees.
Ø No professional should promise women anonymity from the children they place for adoption.

The “For the Records II” report is attached to this email and will also be available for download from our website, www.adoptioninstitute.org, beginning July 15, 2010. For more information or to schedule an interview, contact Pertman at 617-763-0134 or apertman@adoptioninstitute.org. The Evan B. Donaldson Adoption Institute is the pre-eminent research, policy and education organization in its field. Its mission is to provide leadership that improves laws, policies and practices – through sound research, education and advocacy – to better the lives of everyone touched by adoption.

Écrit par : Adoption Institute | 16/07/2010