Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quitter Haïti en catastrophe ne peut être qu’un traumatisme surajouté pour des enfants qui ont vu leur pays s’effondrer | Page d'accueil | Comment les jeunes errants mettent le travail social en difficulté »

31/01/2010

Adoptions privées et illégales d'enfants - Dix Américains arrêtés en Haïti

33 enfants haitiens.jpgLa police haïtienne a arrêté dix Américains en train d'évacuer du pays 33 enfants dans le cadre d'un programme d'adoption illicite. Cet incident ravive la hantise des autorités haïtiennes qui craignent que des malfaiteurs ne profitent du chaos consécutif au séisme pour se livrer au trafic d’enfants.

 

Dix Américains, cinq hommes et cinq femmes, ont été arrêtés vendredi par un commissaire de police haïtien, alors qu'ils allaient traverser la frontière dominicaine. Avec eux, 31 enfants âgés de 2 mois à 12 ans qu’ils sont soupçonnés d’avoir “volé”, pour les proposer illégalement à l’adoption.

 

Les Américains arrêtés ont été présentés comme faisant partie d'une organisation caritative baptisée “Le Refuge pour une nouvelle vie des enfants”, basée dans l'Etat de l'Idaho. Deux pasteurs, l'un en Haïti, l'autre à Atlanta, aux Etats-Unis, pourraient également être impliqués dans cette affaire.

 

“Ils ont perdu leurs maisons, leurs familles et ils ont si profondément besoin de l'amour de Dieu et de sa compassion”, assure Laura Silsby, présentée comme la responsable du groupe d’Américains, sur ces images d’AP.


Les suspects ont été interpellés à Malpasse, principal poste-frontière entre Haïti et la République dominicaine, à la suite d'une fouille routinière de leur véhicule.

"C'est totalement illégal", a déclaré Yves Cristalin, ministre haïtien des Affaires sociales. "Aucun enfant ne peut quitter Haïti sans l'autorisation adéquate et ces gens-là n'avaient aucune autorisation".

 

Le Monde | Le Temps | 31 janvier 2010.

 


- Americans arrested taking children out of Haiti


PORT-AU-PRINCE (Reuters) – Haitian police have arrested 10 U.S. citizens caught trying to take 33 children out of the earthquake-stricken country in a suspected illicit adoption scheme, authorities said on Saturday.

The five men and five women were in custody in the capital, Port-au-Prince after their arrests on Friday night. There are fears that traffickers could try to exploit the chaos and turmoil following Haiti's January 12 earthquake quake to engage in illegal adoptions.

One of the suspects, who says she is leader of an Idaho-based charity called New Life Children's Refuge, denied they had done anything wrong.

The suspects were detained at Malpasse, Haiti's main border crossing with the Dominican Republic, after Haitian police conducted a routine search of their vehicle.

Authorities said the Americans had no documents to prove they had cleared the adoption of the 33 children -- aged 2 months to 12 years -- through any embassy and no papers showing they were made orphans by the quake in the impoverished Caribbean country.

"This is totally illegal," said Yves Cristalin, Haiti's social affairs minister. "No children can leave Haiti without proper authorization and these people did not have that authorization."

U.S. authorities could not be reached for immediate comment on the arrests.

But Laura Sillsby from the Idaho group told Reuters from a jail cell at Haiti's Judicial Police headquarters, "We had permission from the Dominican Republic government to bring the children to an orphanage that we have there."

"We have a Baptist minister here (in Port-au-Prince) whose orphanage totally collapsed and he asked us to take the children to the orphanage in the Dominican Republic," Sillsby added.

"I was going to come back here to do the paperwork," Sillsby said. "They accuse us of children trafficking. This is something I would never do. We were not trying to do something wrong."

In addition to outright trafficking in children, authorities have voiced fears since the quake that legitimate aid groups may have flown earthquake orphans out of the country for adoption before efforts to find their parents had been exhausted.

As a result, the Haitian government halted many types of adoptions earlier this month.

There are no reliable estimates of the number of parentless and lost children at risk in Haiti's quake-shattered capital.

Pound Pup Legacy |  30 janvier 2010

 

- Vol présumé d’enfants haïtiens par des missionnaires américains : Arche de Zoé bis ?
...
La charité paternaliste, les "je te sauve car je sais ce qui est mieux pour toi", ont semble-t-il, encore de beaux jours devant eux.
Et si, comme nous le répétons souvent à Culturefemme, toutes ces bonnes âmes si soucieuses du sort des enfants des pays pauvres, se contentaient de faire pression sur leurs dirigeants afin que les rapports Nord-Sud soient moins inégalitaires ? Mieux, et si au fond, ces bonnes âmes si promptes à jouer avec les lois au motif de sauver les pauvres enfants du Sud, gardaient leur générosité pour eux car, au vu du résultat qu’elle produit, ça craint !
Culturefemme.com | 5.02.2010.

 

- Interview de Marlène Hofstetter, responsable du secteur adoption à Terre des hommes

Comment expliquez-vous ces enlèvements?
Ces institutions religieuses américaines profitent de la situation. Elles ramassent les gamins dans la rue et se dirigent ensuite à l'aéroport en disant qu'ils ont besoin d'être évacués. L'aéroport étant contrôlé par les Américains, les enfants passent sans problème. Une fois aux Etats-Unis, ils n'ont même pas de famille d'accueil.

Cela veut dire que l'Etat haïtien ferme les yeux?
Il ne s'agit pas de procédure d'adoption. A l'aéroport, on ne vérifie ni l'identité ni le statut de ces petits. Personne ne se soucie de savoir s'ils sont vraiment orphelins.

Ce trafic a donc lieu avec la complicité des autorités américaines...
A priori. Les Etats-Unis ont une tout autre perception de l'adoption et les autorités se soucient très peu de savoir d'où viennent les enfants. L'Etat a par exemple longtemps fermé les yeux sur le trafic dont étaient victimes les enfants du Guatemala, alors que la plupart des pays avaient interdit l'adoption. Car ce qui compte pour les Américains, c'est le sauvetage de l'enfant. Se demander si c'est la bonne solution est déjà la question de trop.

Sauver les petits Haïtiens est le nouveau trend?
Oui, aujourd'hui chacun veut son petit Haïtien pour contribuer à la bonne cause. Les parents qui cherchent à les adopter se disent qu'ils seront de toute façon mieux chez eux qu'en Haïti. C'est ce qui explique cet engouement des organisations chrétiennes. Mais c'est totalement criminel car, pour l'instant, la situation de ces enfants n'a absolument pas été évaluée!

Et sont-ils monnayés?
Il y a de fortes chances que les familles qui désirent les accueillir doivent débourser quelques milliers de dollars. Les frais de voyage, administratifs et autres figureront dans la facture. Je doute aussi qu'ils soient tous orphelins. En Haïti, il y en a très peu.

Mais le séisme a fait de nombreux orphelins...
C'est possible, mais il faut savoir que 80 à 90% des Haïtiens adoptés ont en réalité de la famille. C'est pourquoi je suis très réservée. Beaucoup de familles vivent à la campagne et placent leurs enfants momentanément dans des institutions à Port-au-Prince car elles n'ont pas l'argent pour les nourrir. En général, on abuse de la situation en faisant signer aux parents un papier qui donne la garde de l'enfant à l'orphelinat.

Ce type de trafic va donc s'amplifier.
Il est difficile d'évaluer précisément la situation. Mais des filières doivent exister. Tout le monde va essayer de tirer profit de la situation, c'est logique.

Des règles strictes ont pourtant été édictées. Seul le président haïtien peut autoriser une adoption depuis le séisme.
Oui. Toutefois, il ne faut pas oublier que parmi la population haïtienne les gens sont nombreux à approuver le fait que les enfants quittent le pays. Ils se disent qu'ils sont sauvés, qu'ils reviendront avec une bonne éducation et une solide formation, alors qu'en réalité personne n'en entend plus jamais parler.

Le Matin | 1 février 2010.

- Haiti: SOS Children's Villages takes care of those 33 children who possibly became victims of child trafficking
31/01/2010 - Late evening on 29 January, the Haitian police have arrested ten U.S. citizens caught trying to take 33 children out of Haiti to the Dominican Republic in a suspected illicit adoption scheme, authorities said on Saturday. The suspects could neither show official papers confirming the identity of the children nor any official permission for bringing the children out of the country. On 30 January in the evening, the Haitian Social Ministry entrusted those 33 children (aged three months to twelve years) to the care of SOS Children's Villages.
SOS Children's Villages International.

 

- Lost children: Why they should stay in Haiti
The high price of foreign adoption is corrupting – meaning parents may be getting `paper orphans'
There is no fool like the one who wants to be fooled.
Professor David Smolin wrote those words in 2005 referring to adoptive parents in the Western world. Eager to believe they are saving orphaned children from poverty, he wrote, they are easily fooled into accepting laundered children from the developing world.
He knows first-hand how such a thing could happen.
thestar.com | 31 janvier 2010.

 

- Arrêtons de parler d'adoption pour les enfants d'Haïti
Ce qui devait arriver est arrivé. Des personnes - américaines en l’espèce - viennent d’être interpellées pour avoir voulu faire sortir une dizaine d’enfants d’Haïti aux fins de les adopter. Nul doute qu’ils aient eu les meilleures intentions du monde. On conçoit même qu'ils aient été choqués de ce que malgré tout ce qui a été et est déployé par les autorités locales et par la communauté internationale,  l’effort ne soit pas à la hauteur du problème posé.  ... ...
Pour autant la fin ne saurait justifier tous les moyens.
Les droits des enfants vus par un juge des enfatnts, Jean-Pierre Rosenczveig | 31 janvier 2010