Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Des enfants de tribu des collines du Vietnam "volés" pour l'adoption | Page d'accueil | Adoption internationale ou trafic d'enfants? »

25/02/2010

Le Népal épinglé sur l'adoption internationale

le-nepal-epingle-sur-ladoption.jpg
Des diplomates de quatorze pays ont demandé dans un communiqué publié mercredi par l'ambassade américaine que le Népal renforce les contrôles sur l'adoption internationale, après la découverte d'un dossier lancé sans l'autorisation des parents biologiques.

 

Dans leur communiqué commun, les diplomates pressent le gouvernement d'«agir promptement» pour mettre en place les garanties contenues dans la convention de la Haye de 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale.

 

Cela comprend «la mise en place de mesures visant à assurer l'authenticité et l'exactitude des documents, la promotion de la préservation de la famille et, le plus important, la garantie du bien-être des enfants», ont-ils poursuivi.

 

Cette mise en garde survient après la découverte par un couple américain essayant d'adopter une petite fille népalaise que ses parents biologiques étaient non seulement en vie mais qu'ils la recherchaient activement.

 

Les autorités n'auraient appris l'existence des parents que lors de leur irruption au ministère des Femmes et des Enfants pour demander de l'aide.

 

Le Népal a introduit une nouvelle législation en 2008 pour tenter d'empêcher de tels abus. Les procédures d'adoptions internationales ont repris en 2009 avec le nouveau cadre législatif en vigueur.

 

Mais selon des associations, de larges abus sont toujours en cours.

 

Ce mois-ci, un groupe d'experts de la Haye a appelé à la suspension de l'adoption internationale au Népal après avoir découvert au cours d'investigations que des documents étaient régulièrement falsifiés et que l'intérêt de l'enfant n'était souvent jamais considéré.

 

Source: Cyberpresse.ca

 


- Diplomats in Nepal urged the government to tighten controls on international adoptions after the parents of a child put up for adoption said they had not given their permission.
In a statement issued by the US embassy, diplomats from 14 countries urged the government "to act swiftly" to implement safeguards contained in a 1993 Hague convention on international adoption.
These include "implementing measures aimed at ensuring authenticity and accuracy of documents, promoting family preservation and, most importantly, safeguarding children?s well-being," they said.
Bangkok Post. 24 février 2010.

 

- Le Népal "devrait suspendre" les adoptions.
Les adoptions du Népal devraient être suspendues, recommande un organisme international qui régit les adoptions entre les pays.
Fabriquée en Corée.

 

- Népal. Etude sur les adoptions internationales.
Non pas le profit mais les droits de l'enfant doivent guider les adoptions au Népal. [...] L'étude "Adopting the rights of the child: a study on intercountry adoption and its influence on child protection in Nepal" (60 pages) [...]
Lire la suite

 

- Trafic d'enfants au Népal.
Selon Madhav Pradhan, "la majorité des adoptions internationales au Népal sont irrégulières". [...] peuvent kidnapper 103 gosses sans risquer grand-chose." - NÉPAL: Inquiétude grandissante face aux adoptions illégales.
Lire la suite

 

10:37 Écrit par collectif a & a dans Trafic d'enfants | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : népal, adoption internationale | |  del.icio.us

Commentaires

Les enfants volés du Népal mettent en évidence le système d'adoption défectueux

Rajan Kumar Nepali ne savait pas qu'il renonçait à ses deux jeunes enfants en mettant son empreinte digitale sur un document remettant leur garde à un orphelinat à Katmandou, la capitale népalaise.

Les propriétaires de la maison d'enfants avaient promis de prendre soin de son fils et de sa fille pendant que l'ancien ouvrier, qui ne savent ni lire ni écrire, tentait de revenir dans le droit chemin après être devenu accro à la drogue.

Au lieu de cela, les enfants ont été mis en adoption à l'étranger - une activité très lucrative dans le Népal appauvri - où les militants disent que les orphelinats peuvent faire jusqu'à 10 000$ pour partir de chaque enfant.

Au moment où Nepali est retourné pour récupérer les enfants, sa fille de trois ans, Karuna, avait déjà été placée sous la garde d'un couple américain qui présentait une demande de visa pour l'emmener aux États-Unis.

"Les noms de mon fils et ma fille avaient été modifiées, et ils avaient été déclarés orphelins. J'ai été tellement choqué", a déclaré Nepali dans une interview dans la maison à une pièce à Katmandou, où la famille vit maintenant.

"Les gens qui dirigent l'orphelinat m'ont dit que je pouvais même pas voir mon fils et ma fille car cela pouvait affecter les autres enfants.

"Puis les gens du coin m'ont dit que les photos de mes enfants avaient paru dans le journal sous de fausses identités. Avec leur aide, j'ai découvert que mes deux enfants avaient été mis en adoption à l'étranger."

Nepali et sa femme Maya ont éventuellement réussi à ravoir leur fils de six ans de l'orphelinat.

Mais ce n'est qu'après avoir déposé une plainte officielle à l'aide d'une organisation caritative locale, qu'ils ont découvert le sort de leur Karuna et elle leur a été finalement rendue.

Les groupes de protection des enfants mentionnent que l'épreuve de cette famille n'est que la pointe de l'iceberg au Népal, où les agents peu scrupuleux trafiquent des enfants à des couples étrangers pour de gros bénéfices.

Le Népal a introduit en 2008 une législation destinée à prévenir de tels abus, et a seulement repris les adoptions internationales l'année dernière dans le cadre du nouveau système.

Mais militants disent que les problèmes généralisés persistent, et le mois dernier une équipe d'experts juridiques de La Haye a demandé que les adoptions internationales des enfants népalais soient suspendus.

Ils ont dit que leurs enquêtes avaient montré que des documents étaient systématiquement falsifiés et les maisons d'enfants étaient en grande partie non réglementées, avec les intérêts de l'enfant généralement pas considérés du tout.

Suite dans l'article original en anglais sur le site Telegraph, 10 mars 2010.

Écrit par : Fabriquée en Corée | 12/03/2010