Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-01 | Page d'accueil | 2010-03 »

28/02/2010

Tremblements de terre et adoption

Simon PPL.jpgEarthquakes and adoption



When an earthquake hit Haiti last month, the newspapers were immediately filled with stories of children needed to be "saved" through adoption, and several governments almost immediately granted permission to remove children from the island.



Today I checked the news and not a single article referred to adoption of children from Chile. Not one.



Why is it that one earthquake immediately triggers the drive to adopt "orphans", while the other doesn't?



Oh, I forgot, Haiti already had a flourishing adoption business before their earthquake, while Chilean adoptions are rare.

 

 

Source: Pound Pup Legacy.

16:27 Écrit par collectif a & a dans Opinion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : séismes, adoption internationale | |  del.icio.us

27/02/2010

La migration d'enfants. Une question difficile.

SOS Children Villages.jpg

Child Migration a Difficult Issue


Though Uganda and Liberia have difficulty in stopping outright crimes in child trafficking, the problems of Haiti and Zimbabwe are more complex.



Uganda and Liberia have been named by the international community as being two countries with extensive difficulty in quelling child trafficking.



Uganda has the highest rates of child trafficking in Africa, a recent report has stated. And, in a study of Liberian cases handled by UNICEF, the UN children’s agency reported that 75% involved issues of child trafficking. These children are recruited as sex slaves, domestic help, or are used by traffickers to claim social services for “family benefits.” They may be trafficking domestically, regionally within the African continent, or internationally. Transnational crime networks constitute a multi-billion dollar industry in drugs, prostitution, humans, arms, and other goods. They also tend to spill into one another.



Unfortunately, the difficulties of illicit migration are also often clouded with grey areas or prove difficult to remedy. Such problems were seen in the upsurge in child trafficking in Haiti since the January earthquake as well as the 3 000 to 15 000 Zimbabwean children that travel to South Africa and back to attend school or see a doctor—vital social services they cannot access in their home country, thanks to poverty. Given the socioeconomic causes for this daily migration, it is unlikely to change without stricter border controls of the improvement of livelihoods in Zimbabwe. So, protecting children by empowering families to earn more money through skills or vocational training as well as enlisting the help of charities and non-governmental organizations to construct schools ad medical clinics where there is a vacuum in public services may be sure-fire ways to help.



Yet, the international nature of the problem requires a global solution too. Given the problems encountered in Haiti and unaccompanied child migrants in southern Africa, international actors are further urging governments to adopt the Hague conventions on child protection, specifically the Hague Convention of 1980 on International Child Abduction, Hague Convention of 1993 on Inter-country Adoption, Hague Convention of 1996 on the Protection of Children, and Hague Convention of 2007 on the International Recovery of Child Support. When it comes to cross border movement, it is essential that children be where they should be—namely, the place that is in their own best interests, preferably with their families. It is important to ensure that all migration is legal and that children not accompanied by parents have adequate protection.


SOS Children's Villages Canada. 26/2/2010.

19:38 Écrit par collectif a & a dans Droits de l'enfant | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ong, haiti, adoption internationale | |  del.icio.us

26/02/2010

Adoption internationale ou trafic d'enfants?

Corinna Lankford, a member of New Life Children's Refuge of Boise.jpg [Via Fabriquée en Corée]          

Comment pouvez-vous savoir si votre adoption internationale est légale? Y a-t-il un moyen sûr d'éviter de faire partie d'un trafic d'enfants par inadvertance? Et à quel moment doit-on faire tomber les restrictions de l'adoption afin de donner aux orphelins des foyers?

 

David Smolin possède à la fois des connaissances personnelles et d'expert liées à ces questions. En 1998, lui et sa femme Desiree ont adopté deux filles de l'Inde. Ils pensaient à l'époque que leurs adoptions étaient légales, mais il s'avère qu'elles ne l'étaient pas. Depuis lors, il est devenu un expert universitaire respecté sur l'adoption internationale, et il est maintenant un ardent militant de la réforme de l'adoption internationale. Il partage son histoire et apporte des idées aux personnes qui envisagent l'adoption internationale.

 

"Le problème est qu'il n'y a pas autant d'orphelins que les gens le croient. Il y a beaucoup de familles pauvres qui sont prêtes à placer les enfants dans une sorte d'endroit afin qu'ils puissent recevoir une éducation et obtenir logement et pension. Mais dans un grand nombre de cas ces familles n'ont pas l'intention de renoncer, d'abandonner leurs enfants."
David Smolin

 


International Adoption or Child Trafficking?



Last week, ten American Baptist community members attempted to take 33 children out of Haiti, claiming their goal was to rescue the children. The Haitian government disagreed and charged the Americans with kidnapping.  For many, the story has raised new concerns and questions about adoption.

How do you know if your international adoption is legal? Is there a guaranteed way to avoid inadvertently being a party to child trafficking? And at what point do we break down adoption restrictions in order to give orphans homes?

 

David Smolin has both personal and expert knowledge related to these issues. In 1998, he and his wife Desiree adopted two girls from India. At the time, they thought their adoptions were legal, but it turns out they weren't. Since then, he has become a respected academic expert on international adoption, and is now a leading advocate for international adoption reform.  He shares his story with us, and brings insights for those who are considering international adoption.

Takeaway. 8 février 2010.

 

Les enfants d'Haïti et la question de l'adoption
Haiti’s Children and the Adoption Question

Via United Adoptees International


Comment from the UAI

The New York Times did a great job by starting, or should I say, continuing the debate about intercountry adoption. They interviewed, or at least collected,different academic point of views. Some of them are adoptive parents (AP) themselves. And even in the list of those who left comments, are mostly AP's also. And so the adoption history was constructed as continued. Even though more AP's become aware of the international phenomena of childtrafficking for adoption, not many of them dared the oppose the system which continues the international baby market called: international adoption.

Also many ideas written in several parts and by different persons in the article as in the comments are based on gut feeling instead of tracking down the history and international interests on religious, political and economical fundamental beliefs.

(conducivemag.com)

The international history around foster-care, orphanages ending up with (intercountry) adoption generally shows a well hidden agenda of powerplay, child abuse and exploitation of children brought into limbo by governments and their so-called social workers.

Nowadays more and more adult adoptees found the truth behind their adoption and what was meant as the idea of saving lives and in the best interest of the child they once were, they found a web of money making adoption multinationals connected with churches and religious groups, well backed up by politicians who see their chances to increase the numbers of voters and covered by academics and mewho are pro-adoption and most times (P)AP's themselves.

The whole arena regarding intercountry adoption is based on a strict marketing doctrine of to do well and to save. But the phenomena of intercountry adoption is in reality an international accepted well staged childfactory with celebrities (Madonna, Jolie etc.) marketing for more adoptions, politicians who adopted outside of the normal procedures (Milliband-GB, Schroder-D, Schelfhout-B etc.)

But lets see what happened last few years regarding (intercountry) adoption. The Netherlands accepted a new bill proposed by the homo-lobby in the Netherlands to adopt from the US while the US, according to their arguments, do not want to adopt black babies. Meaning coloured children from American Soil. But how would you explain the hundreds or thousands Haitian children flown into the US for intercountry adoption or Ethiopian children earlier ? But no one is answering this question.

A few years ago, a so-called French relieve organisation 'Arc de Zoe' trafficked children from Chad saying that these children needed medical support in France while hundreds of prospective adoptive parents where waiting at French and Belgium Airports. Just like the American traffickers in Haiti they where released from Prison and free to go after deals with the French governments.

And what about the international ring of Catholic churches who took children away from young mothers and gave them away to other parishes for adoption to richer and social more accepted families without children. A book by Carina Hutsebaut shows extensively this phenomena and who does not know now the Magdalene files from Ireland and many other Catholic regions in the world.

What about the annual + 2 billion dollar babymarket called intercountry adoption. Is it really true that those (+45.000, last year) children and their families who are adopted could not have been helped with this amount of money ?

And what about the fight for Adoptee Rights. In the Netherlands it is hard to marry without a birth certificate. But what about those hundreds or thousands Adoptees who have been adopted without one and have to go to court to marry. The Dutch government does not care as does many others in the world. And what if Adoptees want their original name. Again they have to court to fight for it. And what if adoptive parents forgot to complete adoption procedures, suddenly Adoptees are aliens and can be deported from the country where they have been raised in, like the US. What if Adoptees found out that their adoption procedure was false and deliberately falsified or in the most horrible scenario where stolen for adoption. Is there a government who are willing to deal with this ? NO. The Adoptees have been saved according to the international mantra and after arrival in the new country, you are at you own. At least in many legal situations. Many things have been arranged for adopters and agencies. They all covered for possible flaws in the adoption systems. Even many of them are covered by insurances and expensive law-firms. But what if Adoptees wants or need to go to court. Indeed, they are at their own.

Time has come that the adoption world dares to admit their real interest instead 'helping' children. Children became objects of possession. But we are human beings !

25/02/2010

Le Népal épinglé sur l'adoption internationale

le-nepal-epingle-sur-ladoption.jpg
Des diplomates de quatorze pays ont demandé dans un communiqué publié mercredi par l'ambassade américaine que le Népal renforce les contrôles sur l'adoption internationale, après la découverte d'un dossier lancé sans l'autorisation des parents biologiques.

 

Dans leur communiqué commun, les diplomates pressent le gouvernement d'«agir promptement» pour mettre en place les garanties contenues dans la convention de la Haye de 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale.

 

Cela comprend «la mise en place de mesures visant à assurer l'authenticité et l'exactitude des documents, la promotion de la préservation de la famille et, le plus important, la garantie du bien-être des enfants», ont-ils poursuivi.

 

Cette mise en garde survient après la découverte par un couple américain essayant d'adopter une petite fille népalaise que ses parents biologiques étaient non seulement en vie mais qu'ils la recherchaient activement.

 

Les autorités n'auraient appris l'existence des parents que lors de leur irruption au ministère des Femmes et des Enfants pour demander de l'aide.

 

Le Népal a introduit une nouvelle législation en 2008 pour tenter d'empêcher de tels abus. Les procédures d'adoptions internationales ont repris en 2009 avec le nouveau cadre législatif en vigueur.

 

Mais selon des associations, de larges abus sont toujours en cours.

 

Ce mois-ci, un groupe d'experts de la Haye a appelé à la suspension de l'adoption internationale au Népal après avoir découvert au cours d'investigations que des documents étaient régulièrement falsifiés et que l'intérêt de l'enfant n'était souvent jamais considéré.

 

Source: Cyberpresse.ca

 


- Diplomats in Nepal urged the government to tighten controls on international adoptions after the parents of a child put up for adoption said they had not given their permission.
In a statement issued by the US embassy, diplomats from 14 countries urged the government "to act swiftly" to implement safeguards contained in a 1993 Hague convention on international adoption.
These include "implementing measures aimed at ensuring authenticity and accuracy of documents, promoting family preservation and, most importantly, safeguarding children?s well-being," they said.
Bangkok Post. 24 février 2010.

 

- Le Népal "devrait suspendre" les adoptions.
Les adoptions du Népal devraient être suspendues, recommande un organisme international qui régit les adoptions entre les pays.
Fabriquée en Corée.

 

- Népal. Etude sur les adoptions internationales.
Non pas le profit mais les droits de l'enfant doivent guider les adoptions au Népal. [...] L'étude "Adopting the rights of the child: a study on intercountry adoption and its influence on child protection in Nepal" (60 pages) [...]
Lire la suite

 

- Trafic d'enfants au Népal.
Selon Madhav Pradhan, "la majorité des adoptions internationales au Népal sont irrégulières". [...] peuvent kidnapper 103 gosses sans risquer grand-chose." - NÉPAL: Inquiétude grandissante face aux adoptions illégales.
Lire la suite

 

10:37 Écrit par collectif a & a dans Trafic d'enfants | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : népal, adoption internationale | |  del.icio.us

24/02/2010

Des enfants de tribu des collines du Vietnam "volés" pour l'adoption

[Via Voices for Vietnam Adoption Integrity]

 

Vietnam's hill tribe children "stolen" for adoption (Feature)

 

 

Hanoi - High among the jagged limestone peaks that mark Vietnam's border with Laos, Cao Thi Thu squats on the stone floor of her family's hut and pleads, 'Please help bring my daughters home.'

 

It is more than three years since officials came to Thu's village and offered her the chance to send her daughters - Cao Thi Lan, 3, and Cao Thi Luong, 8 - to be educated in the provincial capital. Instead, they were sold for adoption overseas.

 

Clutching the only photographs she has of the girls - shots ironically taken at the children's home to send out to prospective adoptive parents abroad - the pain of separation from her daughters is as sharp today as it was on the day she last saw them.

 

'I am sad and I am very worried,' the 35-year-old said. 'I don't even know which country they are in. I don't know if they are together or apart. They should be with their families

 

here in Vietnam, not thousands of miles away with strangers.'

Lan and Luong were among 13 children taken away from Vietnam's smallest and least developed ethnic minority - the Ruc hill tribe - and then given to adoptive parents in Italy and the US months later in return for fees of around 10,000 US dollars per child.

 

A police investigation has been launched into complaints from the parents that their children were adopted without their permission but villagers fear it will be a whitewash and want foreign governments to intervene. Those pleas to diplomats have so far fallen on deaf ears.

 

It was in September 2006 when officials from Quang Bing province's capital Dong Hoi visited the tiny hill tribe, which numbers only 500 people.

 

They picked out 13 children aged 2 to 9 and offered to house and feed them at a children's social welfare centre in Dong Hoi and return them when their education and vocational training was complete, the families say they were told.

 

The parents - all poor farmers and most illiterate - agreed and were driven to Dong Hoi with their children where they signed consent forms placing them into the care of the local authority.

 

Four months later, in the Lunar New Year holiday in 2007, Thu went to visit her daughters. 'They looked well but they missed me very much. They said 'Mummy, please take us home',' she recalled.

 

'I couldn't bear to see them so sad so I decided to take them home. I took them by the hands and led them out of the children's home towards the bus stop - but the security guards stopped me and told me I couldn't take them away.

 

'The officials at the children's home said I had signed papers and had to leave them in their care. I was crying and very upset but I believed them and I went home alone.'

 

A year later - shortly before the 2008 Lunar New Year holiday - Thu travelled to Dong Hoi to visit her daughters again. When she arrived, she was told both girls had been adopted overseas.

 

'Those men lied to me,' said Thu, who has three other children. 'They said the children would return to the village when they finished school. But they sold them as if they were livestock.'

 

News of the children's fate spread quickly around the Ruc community villages as other parents discovered that their sons and daughters too had been sent overseas for adoption. Some were even handed photographs of their children with their new adoptive parents.

 

In the provincial capital Dong Hai, Le Thi Thu Ha, director of the children's home where the 13 children were taken, confirmed a police investigation had been launched into the circumstances in which the Ruc children were adopted overseas.

 

Ha - who recently replaced former director Nguyen Tien Ngu who handled the adoptions - insisted, 'All of the legal documents (for the adoptions) were in order. It was approved by the provincial ministry of justice and the provincial social welfare centre and it was done with the consent of the Ruc parents.

 

'The local police force started investigating the case a few months ago when the parents persisted with their complaints. We expect the investigation to be complete and the results announced in the first quarter of 2010.'

 

By the time the investigation is complete, the children will have been apart from their parents for more than four years. Despite appeals made to them nearly two years ago, neither the US nor the Italian embassies have taken up the parents' cause.

 

Anthropologist Peter Bille Larsen, who worked in the border area, alerted the embassies in early 2008 and is baffled by the inaction. He argues the children should be sent home however long it takes.

 

'I would want to see my children again even if they had been sent to the other end of the world,' he said, dismissing the idea that the youngsters were better off in relatively wealthy western families.

 

Asked why diplomats in Hanoi had apparently done nothing to help the families, Italy's charge d'affaires in Hanoi Cesare Bieller said that his embassy had no powers of investigation.

 

However, Bieller added, 'We acknowledge the importance of the task you are undertaking and we hope that your story will be received with the importance that it deserves.'

 

Read more

 

19/02/2010

Tinan, témoignage d’un enfant déraciné

Il n’a même pas 5 ans lorsqu’il débarque à Roissy. Parmi d’autres enfants haïtiens adoptés par des familles françaises. Nous sommes en 1984. Tinan ne comprend pas qui est cette femme blanche qui le serre dans ses bras, il ne sait pas dans quel pays il est, ce qu’il fait ici. Le petit garçon est complètement déboussolé, dépaysé. Mais il comprend vite qu’il ne reverra plus sa maman, restée en Haïti. L’histoire d’un enfant « déraciné », aujourd’hui devenu un adulte engagé.

tinan-temoignage-d-un-enfant-deracine-2010-02-18.jpg




Où viviez-vous avant votre départ pour la France ?


Ma mère m’avait placé dans une crèche. Ce n’était pas un établissement de départ pour l’adoption. C’était en fait un endroit dans lequel les parents plaçaient leurs enfants pour un temps avant de venir les récupérer. Ma mère n’avait pas les moyens de nous élever, mon frère et moi. Elle m’a donc placé dans cet établissement, le temps d’améliorer sa situation. Nous étions une quarantaine d’enfants à vivre dans ce centre.





Comment vous êtes-vous retrouvé dans cet avion pour la France ?


Je ne me souviens pas clairement de ce qu’il s’est passé. Je n’avais que 4 ans et demi lorsque j’ai débarqué sur le sol français ! Je ne me souviens pas qu’on m’ait dit qu’on allait en France mais de toute façon, ça n’aurait rien voulu dire pour moi.
Nous étions plusieurs enfants dans l’avion, mais je ne sais pas combien. Je me souviens de l’atmosphère pesante de ce voyage, je me suis rendu compte qu’il se passait quelque chose d’anormal.
Je voyais des choses que je n’avais jamais vues avant : d’abord ce gros appareil qui vole et une fois arrivé, toutes ces personnes blanches et ce froid… Je n’ai pas compris tout de suite ce qu’il se passait mais j’ai compris que je ne reverrai pas ma mère. J’étais dérouté par cette femme blanche, en larmes, qui s’est jetée à mes pieds à Roissy.


Vous savez aujourd’hui qui avait organisé ce départ?


Il est difficile d’avoir des pistes, de savoir qui a décidé ce départ, comment cela s’est exactement déroulé… Mais pour moi, l’essentiel n’est pas de retrouver aujourd’hui les responsables. L’essentiel, c’est surtout de mettre en garde : ce qui m’est arrivé à moi est également arrivé à au moins 40 autres enfants à l’époque…Et j’ai bien peur qu’aujourd’hui, ces pratiques ne soient plus courantes qu’on ne le pense.

On a tendance à minimiser le déracinement mais pour les enfants, c’est terrible. Le confort gagné dans un pays comme la France ne compense pas le déracinement subi par l’enfant ! Pour un enfant qui n’a plus de parent, c’est différent. Mais dans mon cas, certains adultes ont cru faire une bonne action alors que je n’avais pas été vraiment abandonné.


C’est un appel que vous lancez aujourd’hui ?


Oui, lors des procédures d’adoption, il faut faire attention aux risques de trafic d’enfants !  Des gens en Haïti profitent de l’argent donné par les familles d’accueil, il ne faut pas alimenter cela. Les Etats et les grandes organisations comme l’Unicef doivent contrôler ces procédures d’adoption. Des enfants touchés par ces trafics, il y en a forcément plein, il y a de l’argent qui circule et donc des détournements… Lorsqu’on adopte un enfant, il faut pouvoir vérifier toutes les étapes, sinon on alimente ce trafic.

Il y a des abus. Par exemple, dans mon cas, quelqu’un avait fait signer un papier d’abandon à ma mère biologique. Mais elle ne savait pas lire, elle ne savait pas ce qu’elle signait !


Comment avez-vous retrouvé votre mère et votre famille biologiques ?


En 2001, je cherchais depuis longtemps à retrouver la trace de ma famille biologique, j’avais mon nom d’origine et mon lieu de naissance pour cela. Le vrai problème était de pouvoir aller en Haïti sans connaître personne, ni la langue, et sachant que le niveau d’insécurité est très élevé…
Une amie, ici en France, communiquait par Internet avec un Haïtien. Elle nous a mis en contact… et ce garçon avait entendu parler de moi ! Un hasard total : il était ami avec mon cousin qui avait raconté mon histoire, celle du petit Manassé – c’est mon prénom Haïtien – disparu de la crèche.

Ma mère m’a appelé plusieurs jours plus tard. Quelle émotion de l’entendre… Ma cousine sur place a joué l’interprète au téléphone, ma mère parlant créole et moi uniquement le français…

En 2002, je suis retourné pour la première fois en Haïti : je pensais être accueilli comme une bête curieuse mais pour ma famille, je n’étais pas « l’Européen ». C’était comme si j’avais toujours été avec eux… Et j’ai retrouvé mon surnom, maintenant je me fais à nouveau appeler « Tinan ». C’est mon « non jwèt », comme on dit là-bas.


Votre mère biologique vous a reparlé de votre disparition ?


Oui, elle m’a raconté que lorsqu’elle était venue me chercher à la crèche, il n’y avait plus personne. Ni enfants, ni personnel. Un choc. Toutes les rumeurs couraient sur nous : nous avions été tués, victimes d’un trafic d’organes, adoptés… Mais ma mère ne s’est apparemment jamais dit que j’étais perdu. Sa foi l’a aidée à tenir. Et elle a partagé sa douleur avec les autres mamans dont les enfants ont disparu.


Quel adulte êtes-vous aujourd’hui, toujours déraciné ?


Aujourd’hui, j’ai toujours l’impression de n’appartenir à rien, d’être perdu entre deux mondes. Il me manque des repères. C’est déstabilisant. Mais j’essaie de me raccrocher à des choses concrètes. Je veux par exemple aider d’autres Haïtiens qui ont été déracinés comme moi à retrouver leurs familles biologiques s’ils en éprouvent le besoin.




* Plus d’informations sur Tinan sur son site : www.tinan.fr

* La position de l'Unicef sur l'adoption et la protection des mineurs


Source: UNICEF | 18.02.2010

17/02/2010

L’adoption n’est pas une action humanitaire d’urgence

 

Chronique de l Abrincate.jpg

[Via Chronique de l'Abrincate, le blog de Bernard BOETON.]

 

Ci-dessous, le texte rédigé par deux médecins français ayant accompagné une convoi d’enfants adoptés en provenance d’Haïti et ayant transité par la Guadeloupe.



6 heures du matin, Orly, un froid glacial, un aéroport vide,  excepté la porte I, gardée par quelques personnes en civil. Le personnel de la Croix rouge et du Samu sont là, tentent de préparer un espace intime en vue de l’arrivée de 46 enfants au cours de la matinée venant d’Haïti, transitant par la Guadeloupe. Vers 7 heures un premier avion atterri et 26 enfants portés par des adultes, apparaissent enfin. Hagards, sidérés, endormis, fatigués tous enveloppés dans des couvertures, ils sont installés avec douceur dans la partie du Hall qui leur est réservée. Quelques vieux jouets trainent, et accueillent les plus téméraires qui quittent les genoux bienveillants de leurs référents. On leur parle doucement et on leur propose des boissons et des gâteaux. Le calme règne. Pas pour longtemps. Les premiers référents de Guadeloupe partis, les enfants hurlent, s’agrippent, s’endorment subitement, sont pris de panique, s’immobilisent dans des expressions vides. Les adultes regardent. Le personnel des CMUP (cellules médico psychologiques d’urgence) s’inquiètent en voyant émerger au-delà des manifestations réactionnelles assez classiques au vu de la situation, les malaises anciens des enfants. Les plaies psychiques s’ouvrent révélant les amputations affectives récentes et sévères, traces profondes du vécu des enfants, réactivées par l’urgence du transfert.

 

Le personnel administratif et les personnalités politiques des ministères notent la normalité des réactions de ces enfants qui viennent de subir un traumatisme, celui du séisme. Deux regards, deux interprétations, qui se transforment en dialogue de sourd. La vie psychique n’existe pas, la souffrance profonde non plus, seule l’expression réactionnelle, et donc entendez ponctuelle, a le droit de cité : enfants fatigués par le voyage, le décalage horaire, ce qu’ils ont vu et vécu du séisme…

 

Durant l’attente pour remplir les formalités administratives, les psychologues passent voir les parents et leur expliquent progressivement  le vécu des enfants arrivés. Ils iront ainsi tout au long de la matinée les tenir au courant des réactions de leurs enfants.

 

Les rencontres sont pour certaines émouvantes, d’autres effrayantes tant les conditions d’urgence de cette mise en relation, sont en soi un séisme, cette fois psychique.

 

Les référents de Guadeloupe sont surpris de constater que personne ne parle créole et ils pourront à plusieurs reprises calmer les enfants en s’adressant à eux dans leur langue, pour compenser notre impuissance à le faire.  Après leur départ personne ne pourra prendre le relais, certains enfants hurleront pendant des heures, même après la rencontre avec leurs parents adoptifs. Ils devront partir avec cet enfant inconsolable, inapprochable, nous confiant déjà qu’ils ne supportaient plus ses cris et qu’ils auraient besoin de repos. Mais impossible, ils doivent partir avec l’enfant, cela fait déjà 6h, 7 ou 8 heures qu’ils sont là dans ce grand couloir aménagé d’aéroport.

 

Alors que nous entendons dans l’espace public que tout est fait en tenant compte de règles éthiques, juridiques, sévères, nous assistons médusés à la séparation de jumeaux arrivés dans deux avions différents, adoptés dans deux familles différentes ; deux enfants adoptés dans la même famille devenant frère et sœur sans aucune préparation ; des parents adoptifs déchirant une lettre d’une mère de naissance ne souhaitant rien garder du passé ; d’autres ne supportant pas la tenue de l’enfant qu’ils ont rencontré 5 minutes plus tôt et qu’ils changent, le dévêtant, lui supprimant ainsi ce qui faisait office de peau, d’enveloppement sensoriel ; de parents inadaptés psychiquement sans capacités identificatoires à l’enfant ; d’autres s’adressant à l’enfant avec son nouveau prénom sans lui avoir parlé de leur souhait de le rebaptiser tout de suite. Heureusement quelques belles rencontres nous apaisent tel cet homme seul accueillant son petit garçon avec douceur, sans chercher à l’accaparer, lui offrant de belles chaussures qu’il aime exhiber à ses copains, l’obligeant à l’attendre, ce qu’il accepte; ou ce couple avec deux enfants dont une petite fille de 5 ans qui pendant des heures tournera dans le hall, refusant de partir, son père la suivant, attendant qu’elle l’apprivoise.

 

Au regard de toutes nos observations de ce jour, nous confirmons que  l’adoption n’a pas sa place dans un dispositif humanitaire. La logique de sauvetage physique, en tenant compte de l’urgence médicale seulement, ne peut pas être éthique si elle ne prend pas en compte la santé psychique des enfants que nous voulons sauver. L’amputation n’est pas réservée au corps, elle existe dans la vie psychique où la souffrance lancinante empêche tout processus vital. Ici l’amputation est le déracinement, l’arrachement, la précipitation, propre à « l’accélération des procédures d’adoption en cours ». Celle-ci devient un risque majeur d’échec pour la construction du lien de filiation adoptif.

 

Nous déplorons que notre expertise clinique soit inaudible au nom du déni de la vie psychique de l’enfant, de sa construction. « Vous ne pouvez pas en trois minutes dire comment vont ses enfants » avons-nous entendu ce matin là par des personnalités institutionnelles organisant ce dispositif. Vouloir traduire la vie affective des enfants, est en soi insupportable. Personne n’a contrecarré un diagnostic médical fait en trois minutes. Deux santés, pour deux priorités qui ne sont pas à égalité.

 

L’invisible du psychisme nécessite un regard qui repose sur des années d’expérience et de pratique, le refuser, l’ignorer, le dénier est une atteinte direct aux droits des enfants et leur intérêt d’être reconnu dans leur identité de Sujet.

 

Nous demandons à l’exemple d’autres pays, le gel de toute arrivée d’urgence des enfants. Et de prendre des mesures spécifiques propres à l’adoption sans les confondre avec les exigences des sauvetages humanitaires.

 

Dr Pierre Lévy-Soussan  
psychiatre, psychanalyste

Mme Sophie Marinopoulos
psychologue, psychanalyste

---

Témoignage du Dr Bydlowski.
Le transport des enfants haïtiens en cours d’adoption par des parents français

12 Février 2010 – Retour de Guadeloupe

 

L’émotion soulevée par le séisme a entraîné les autorités françaises à accélérer les procédures d’adoption en cours.

 

La lenteur habituelle de ces protocoles est en effet impopulaire auprès des familles en mal d’enfant. Elle a cependant sa rationalité : aucune adoption ne peut se réussir dans l’urgence. Il faut en effet respecter la temporalité de l’installation  de la parentalité d’une part et celle de la préparation de l’enfant au moment crucial de la mise en relation avec la famille adoptante et du départ du milieu d’origine.

 

Dans la situation tragique créée par le séisme, des enfants non blessés physiquement sont ainsi évacués d’Haiti par groupes de 50 environ en avion militaire et sans accompagnement.  Ils ont entre 6 mois et 9 ans et presqu’aucun ne parle ni ne comprend le français. Leur stress extrême est une leçon de clinique du traumatisme (incontinence, pleurs, sidération ou au contraire hyper agitation). Les Antilles françaises (Guadeloupe et Martinique) sont la première étape de leur exode, mais aucune structure d’accueil stable n’y est proposée. L’équipe essentiellement  bénévole du CUMPS (cellule  d’urgence médico psychologique) les reçoit et ne doit les garder qu’une nuit. L’urgence prescrite étant de les accompagner au plus vite dans un avion de ligne direction Orly où des parents à peine encadrés les réceptionnent sans accompagnement spécifique. Nouvelle étape puisqu’ensuite les enfants sont répartis dans toute la France. Le risque de solitude des familles adoptantes avec ces enfants qui viennent de traverser des expériences traumatiques est majeur.

 

Le vol AF du 11 février transportait ainsi 19 enfants dont 12 bébés de 6 mois environ et une dizaine d’accompagnants bénévoles (toujours les mêmes) épuisés. On estime que cette semaine 370 enfants auront ainsi  été « traités » ; 130 environ vont suivre dont les dossiers sont en règle. On estime que 400 autres ont leurs dossiers encore en suspens.

 

Les bénévoles du CUMPS témoignent de rencontres potentiellement explosives avec des enfants qui risquent d’être mal acceptés par certains parents ne les ayant jamais rencontrés auparavant, ou bien parce que porteurs de signes de troubles de développement déjà visibles.

La situation, ainsi créée, additionne les traumatismes des rencontres bâclées à ceux de l’effondrement de leur pays, et risque de préparer à l’échec du processus d’adoption. Ajoutons que les services de pédopsychiatrie en France, déjà surpeuplés, auront du mal à faire face à des « urgences adoptives »  immédiates ou différées.

 

Des propositions

1. La création d’une structure d’accueil des enfants haïtiens sur une durée de plusieurs mois en Guadeloupe, en milieu créolophone est une nécessité absolue. Les enfants pourraient y être écoutés, rassurés, soignés. Cette structure permettrait leur bilan et l’évaluation de leur adoptabilité. Elle offrirait aux enfants une expérience de vie collective avec des pairs et la préparation à la rencontre de parents adoptants, sur place, dans un lieu de vie voisin  du pays d’origine.


2. La question de la langue maternelle est essentielle même pour les tout-petits. Il existe en France une communauté de près de 70.000 Haïtiens. Pourquoi ne pas envisager de développer des liens entre ceux-ci et les familles adoptantes, ayant d’ores et déjà accueilli un enfant ? Ces contacts permettraient de développer des espaces de transition, offrant un bain culturel aux enfants, retrouvant par là des repères structurants, dont la perte brutale est pourvoyeuse de traumatismes. Ils permettraient aussi aux parents adoptifs de tisser une histoire favorisant l’accueil des enfants. L’idée est de relancer des processus de vitaux, là où le séisme a semé morts, violences et douleurs.

 

Eloigner purement et simplement, sans accompagnement, ces enfants du lieu de l’horreur est bien insuffisant. Il faut leur donner les moyens, un jour, de pouvoir penser cette expérience, et pour cela, aider les parents adoptifs à soutenir ces processus.

Docteur Monique Bydlowski

 

Communiqué de presse.

Enfants d’Haïti et adoption : du sauvetage au désastre


Le déplacement en urgence des enfants d’Haïti « en cours d’adoption » que la France a conçu comme un processus de sauvetage humanitaire est un nouveau scandale français en matière d’adoption internationale. D’autres pays ont fait le choix du gel de toutes les procédures en cours afin d’éviter les maltraitances et les trafics d’enfants. Après le tirage au sort des enfants par l’Agence Française de l’adoption, l’arche de Zoé, les agréments  obtenus contre l’avis des professionnels par intervention d’un politique, voilà maintenant l’adoption en lieu et place d’un sauvetage humanitaire.


La logique de sauvetage physique, en tenant compte de l’urgence médicale seulement, ne peut pas être éthique si elle ne prend pas en compte la santé psychique des enfants que nous voulons sauver. L’amputation psychique des enfants d’Haïti propre au déracinement, à l’arrachement, la précipitation, propre à « l’accélération des procédures d’adoption en cours» est une pratique inadmissible contre l’enfant et la famille adoptante qui mèneront à des échecs d’adoption dramatiques.


Que sommes nous devenus, les adultes d’aujourd’hui pour imaginer qu’un enfant se possède, s’achète, se prend, se consomme, se livre « en urgence » au mépris de sa temporalité psychique et des étapes légales indispensables garantissant sa légitimité ? Que se passe t-il pour que nous pensions que des enfants âgés de 6 mois à 9 ans déracinés, arrachés à leur culture, dans une précipitation salvatrice au nom du séisme dramatique qui a touché Haïti, ne puissent retrouver le bonheur, qu’en France, dans une famille adoptive ? Pourquoi l’adulte d’aujourd’hui est incapable de penser que l’enfant qui vient de vivre une catastrophe naturelle, est profondément traumatisé et que son statut de survivant l’oblige d’abord à se retrouver parmi « les siens » au sens large : dans son pays, d’entendre sa langue, de sentir ses odeurs, de se retrouver dans sa communauté d’enfants,  pour se restaurer, revivre? Pourquoi les futurs parents adoptifs n’ont pas fait une chaine de solidarité, envoyant des dons massifs, pour que les enfants restent dans leur pays dans une zone non touchée, et soient pris en charge médicalement, psychologiquement, matériellement dans leur pays avant tout ?


Il n’y avait pas urgence à transférer ces enfants en France dans les conditions auxquelles nous avons assistées lors de l’arrivée de 46 enfants sur les 363 arrivés. Ce que nous avons vu et entendu à l’aéroport d’Orly le 11 février 2010 n’est pas digne d’un pays d’accueil, civilisé, qui respecte les enfants de toutes origines, leurs donne des droits et s’occupe de leur intérêt.


L’intérêt de l’enfant, ce thème majeur dans la protection de l’enfance, est en perte de sens depuis longtemps et ce 11 février 2010 en est la démonstration vivante. Cet accueil, plus exactement cette « livraison », vient sceller notre surdité face aux besoins des enfants et leur intérêt majeur. Perdus, les enfants tout juste arrivés, oscillent entre se taire comme ultime réflexe de survie en plongeant dans une hypersomnie, des états de sidération, de prostration ;  ou bien hurler à en perdre la voix pendant des heures, s’agitant, marchant le regard perdu, hagard, n’attendant plus rien de ce monde adulte qui ne veut pas les entendre dans leurs besoins premiers. La chronologie des troubles, qui n’existaient pas avant le départ d’Haïti, permet d’évoquer une cause traumatique aigue, précoce, liée au déplacement dans l’urgence des enfants, sans aucune préparation psychique. Ces états traumatiques ne sont pas liés directement aux conséquences du séisme ni aux conditions de vie après. De tels états ne sont presque jamais observés avec une telle intensité ou sur un aussi grand nombre d’enfants dans les suites d’une catastrophe naturelle.


Pendant que nous imaginons être des sauveteurs d’enfants, le monde nous regarde agir, juge nos passages à l’acte et fera le bilan. Les plus graves conséquences seront subies par les enfants et leurs familles et les années à venir révéleront des échecs d’adoption que nous avons fabriqués de toutes pièces.  La « livraison » des enfants d’Haïti va laisser de lourdes traces dans l’histoire de l’adoption internationale en France.


Sophie Marinopoulos et Pierre Lévy-Soussan


Source: Chronique de l'Abrincate.

 

- "Adopter n'est pas un acte humanitaire"
Lors de crises humanitaires, généralement, toutes les procédures d'adoption sont gelées.
Youphil | Julie Schneider | 11/01/2011

 

- Haïti : urgence, traumatisme et adoption

Depuis une quinzaine de jours, des enfants arrivent à Orly et Roissy ; 70 % ont moins de trois ans. 7, 30, 40, 61 enfants selon les vols sont ainsi débarqués en France depuis le tremblement de terre d’Haïti. Ils sont hagards, prostrés, tenus dans les bras de secouristes tout aussi bouleversés et silencieux face à des enfants qui ne réagissent pas, qui ne réagissent plus. Sont-ils toujours vivants, psychiquement ?

Ces enfants, ces tout-petits, ces bébés même, ont vécu un événement traumatique majeur. Il ne s’agit pas tant du tremblement de terre que des conséquences néfastes de celui-ci sur leur vie et leurs repères. En quelques heures, ils ont été dans le chaos total d’un tremblement de terre, avec des adultes perdus, submergés de peine, de désespoir et d’impuissance. Certains  sont blessés, d’autres ont erré seuls pendant des heures, d’autres abandonnés …

Ils se trouvent en situation de deuil traumatique non seulement parce qu’ils ont été confrontés à un risque de mort imminente mais surtout par ces multiples pertes qu’ils ont dû subir en quelques jours : perte de leurs figures d’attachement, de leurs repères et comme si cela n’était pas suffisant, perte de leurs racines, de leurs habitudes.

Ce n’est pas tant la catastrophe de ce tremblement de terre que la manière dont ses conséquences ont été traitées qui risque de faire une trace traumatique durable dans leur histoire de ces enfants.

De l’autre côté, il y a des parents qui sont à des niveaux d’élaboration de leur parentalité bien différents : de rares parents ont déjà rencontré leur enfant (12%), la majorité ne les connaît qu’en photos (63%) et certains ont juste un prénom mais pas même une photo (25%). Il y a aussi des frères et des sœurs bouleversés dans leur rapport à cet enfant venu d’ailleurs et, pour certains, dans des états de réactivation traumatique de leur propre histoire d’enfants adoptés.

Le tremblement de terre et le retour des enfants ont violement court-circuité leur démarche  d’adoption.

Dans un tel contexte, comment penser la rencontre entre cet enfant et ces familles ?

Comment pouvoir s’imaginer qu’en quelques heures, dans un aéroport aux conditions d’accueil précaires, tout ce processus de construction autour de cette nouvelle filiation va pouvoir se faire ? Comment ne pas craindre les effets de déculturation et de désaffiliation si aucune étape n’est prévue avec du temps pour que chacun, enfant et parents, aille l’un vers l’autre ?

Les conséquences traumatogènes d’un tel événement (le tremblement de terre ET cette adoption précipitée) dépendront de ce qui pourra leur en être dit, de ce qui pourra être mis en place pour réassurer au plus tôt ces enfants et leur permettre d’intégrer ces multiples ruptures subies.

Ce qu’ils viennent de vivre se surajoute tout en réactivant les traumas antérieurs. Et l’adoption n’annulera pas la dette traumatique, même avec un amour infini des parents adoptants.

 

Enfance Majuscule
enfancemajuscule@wanadoo.fr

 

- Quitter Haïti en catastrophe ne peut être qu’un traumatisme surajouté pour des enfants qui ont vu leur pays s’effondrer.
Le point de vue de Bernard Golse, pédopsychiatre.
Via Osi Bouaké.




- L'adoption n'est pas de l'aide humanitaire. Opération "Baby Lift" à Haiti.
Via United Adoptees International - News.

 

13/02/2010

Abolir l'aide - adoption. Ou pas?

De Wereld is van Iedereen.jpg

Ceci est la traduction de l'article "Schaf de hulp adoptie af. Of niet?" paru sur le blog "De Wereld is van Iedereen".
Auteur : Michiel, père de deux enfants nés en Colombie.




L’économiste zambienne Dembisa Moyo soutient que l’aide au développement attise la corruption et sape l'autonomie des pays en voie de développement.

"Je ne nie pas que l'aide au niveau individuel améliore et sauve des vies à court terme. Les nouvelles pompes à eau potable allègent brièvement l'existence. Mais, dans son ensemble, le pays n'ira pas mieux. Au contraire, l’aide est contre-productive et contribue à créer plus de pauvreté." [de Volkskrant]

Je vois un parallèle frappant avec l'adoption internationale. Cela peut également contribuer à ce que les pays investissent insuffisamment dans la protection des enfants, de l'aide aux familles à problèmes (*) et conduire à la corruption et au trafic d'enfants.


Mais Moyo a également rencontré la critique. Premièrement, il y a beaucoup d'autres causes que la pauvreté, comme l'impact, l'influence du colonialisme. Si le monde devrait suivre l'avis de Moyo, beaucoup de gens qui vivent maintenant, seraient mortes. A cela Moyo répond: «Ce qui est encore plus cruel, c'est d'emprisonner délibérément les Africains dans la pauvreté pour soixante années supplémentaires. »


Les partisans de l'adoption internationale utilisent des arguments similaires: il y a maintenant des enfants qui ont besoin d'urgence d’une famille et qui sans l'adoption internationale auront un avenir sombre. Et même encore sans l'adoption, des enfants sont victimes de traite.
Les opposants indiquent que de nombreux adoptés ne sont pas heureux parce qu'ils sont séparés de leurs familles d'origine.

 

La principale différence entre le débat sur l'aide au développement et le débat sur l'adoption est qu'il n' y a pas dans le monde de l'adoption un "gourou" renomé, brillant et convaincant que tout le monde veut écouter.

 

(*) Michiel, l'auteur du blog "De wereld is van iedereeen" fait référence à l'étude anglaise sur la relation entre les structures de soins institutionnels et l'adoption internationale d'enfants en Europe. Shihning Chou et Kevin Browne.


-

‘‘L’aide fatale’’ de Dambisa Moyo
Observatoire du Sahara et du Sahel

 

Dead aid : sortir l’Afrique de l’impasse.
Guillaume Vuillemey, Institut économique Molinari.
Le Monde


Plus de Moyo, moins de Bono.
Pierre-Antoine Delhommais.
Le Monde

-

Faut-il stopper l’adoption internationale?



faut il stopper l'adoption internationale.jpgAprès le scandale de l’Arche de Zoé, le secteur de l’adoption est en crise. Christine Piffaretti, de l’association suisse Espace Adoption, s’alarme. Les enfants ne sont pas des marchandises.



Femina L’affaire de l’Arche de Zoé va-t-elle avoir des conséquences sur l’adoption en général?
Christine Piffaretti Pendant un certain temps, elle va faire planer le doute sur des ONG qui travaillent très dur pour obtenir la confiance des gouvernements. Les parents adoptifs vont aussi être soupçonnés de se constituer en un lobby qui fait pression. Les choses s’apaiseront. Mais il faut rester vigilant.



Doit-on boycotter certains pays?
Les autorités devraient avoir le courage d’interdire provisoirement les adoptions dans les pays qui n’offrent pas les garanties minimales. Le Cambodge,Haïti ou le Guatemala demandent une attention particulière en raison des risques de trafic. Certains pays d’Afrique ont même déclaré des enfants adoptables, sans savoir si leurs parents étaient décédés, sans s’assurer qu’ils n’avaient pas été volés. C’est inacceptable.



Tous ces enfants ne sont alors pas orphelins…
La notion de famille est différente selon les continents. Dans la culture africaine, par exemple, on pense famille élargie. Il est normal que des bébés soient placés auprès de tantes, de cousines ou qu’ils vivent avec leur grand-mère si leurs parents ont disparu ou sont dans l’incapacité de s’en occuper. C’est leur réalité. Pareil après la catastrophe du tsunami, les demandes d’adoption sont arrivées massivement alors que la plupart des orphelins avaient des relais autour d’eux pour rester dans leur pays d’origine.



Le malaise autour des filières de l’adoption n’est donc pas récent?
Il y a dix-huit ans, à la mort des Ceausescu en Roumanie, le monde entier s’est senti concerné en voyant les images des orphelinats. La Roumanie est devenue un véritable «réservoir d’enfants» contrôlé par le marché gris. D’où, il y a trois ans, la décision de bloquer les adoptions au niveau international.



L’explosion des demandes d’adoption venant des pays industrialisés ne pose-t-elle pas problème?
On assiste à un retournement de situation. Comme si on cherchait des enfants pour des parents adoptants, plus qu’une famille pour accueillir un orphelin… Sauf que ce ne sont pas des marchandises disponibles sur un marché international, où l’on vient s’approvisionner avec son panier. Il y a une autre confusion: l’adoption n’est pas un acte humanitaire, mais bel et bien une filiation qui va se tisser sur toute une vie. La question que l’on doit se poser aujourd’hui est la suivante: est-ce que l’intérêt de l’enfant est de quitter son pays? On a tort d’imaginer qu’il sera forcément mieux chez nous.



Les pays en voie de développement ont-ils pris des mesures concrètes?
A l’échelle mondiale, on a vu de nettes améliorations depuis que la Convention de La Haye a été signée en 2003. Ce texte veut rendre les Etats signataires attentifs à la protection de l’enfance. Des programmes de planning familial ou des structures d’accueil ont été mis en place en Inde, au Brésil ou en Colombie. L’objectif étant que les enfants restent chez eux, si c’est possible.



Et en Suisse, comment ça se passe?
La Suisse collabore étroitement avec la Colombie et la Thaïlande. Cela fonctionne bien. Mais il y a toujours des risques lorsque de futurs parents passent par des circuits privés non reconnus par l’Autorité Suisse en matière d’adoption. Au niveau national, on parle de 500 enfants adoptés par an en moyenne, dont une vingtaine nés sur territoire helvétique.



Bio express

Christine Piffaretti est née en 1953 et habite Genève. Psychothérapeute, elle est très engagée dans les questions de filiation. Directrice de l’Ecole des parents de 1988 à 1996, elle a eu la chance de côtoyer Françoise Dolto. Elle est responsable de l’Association Espace Adoption, une ONG suisse qu’elle a fondée en 1999 et qu’elle dirige depuis.
Renseignements: www.espaceadoption.ch



Source: Femina.ch

 

 

11:02 Écrit par collectif a & a dans Opinion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adoption internationale, enfant adopté | |  del.icio.us

12/02/2010

Ces enfants qui deviennent des marchandises.

Le récent scandale entourant des cas d'adoption illégaux rappelle que, face à la misère, de nombreux parents sont prêts à abandonner leur progéniture pour lui assurer un avenir décent.

Haiti Adoption Self Service.jpg





Le mot d’ordre des Haïtiens est de survivre. La très grande majorité des habitants, aux corps et aux esprits taraudés par la misère, ne lèvent les yeux vers le ciel que pour implorer la miséricorde divine ou interpréter les mouvements des nuages en vue d’anticiper les pluies jamais bienvenues en ville. D’autant plus depuis le séisme qui a mis tout le monde ou presque dans la rue. Cette extrême misère a transformé les enfants haïtiens en marchandises.


Actuellement, tout se vend ou mérite pourboire : un sourire pour une photo auprès d’une montagne de détritus, la confession et la visite de votre propre inénarrable misère, une information sur la dernière rue à contourner pour trouver tel immeuble important effondré ou tel bureau public encore fonctionnel. Mais le plus rentable est un enfant à donner en adoption, un enfant à confier à un bienfaiteur fortuné. Pour les plus pauvres, qu’un enfant ait 2 mois ou 14 ans, c’est du pareil au même. C’est, pour beaucoup, une charge impossible à supporter. Mais c’est aussi, depuis le séisme, une opportunité financière, de l’argent frais à portée de main. A combien se monnaient les enfants ? Cinq cents, 1 000 dollars américains ! Une fortune, ici. Largement suffisante pour monter un commerce, rêver de richesse, alors qu’en réalité on (re)perdra tout après deux mois. Dans l’esprit des mères, c’est aussi donner une chance à leur enfant – une chance d’éducation, une chance de trouver un boulot digne, une chance de richesse. Pour soi-même et son homme, c’est l’espoir d’un pécule mensuel, d’un visa pour une aventure nord–américaine ou européenne, considérée comme le boulevard du bien-être et du bonheur. C’est dans ce contexte qu’il faut situer ce scandale des enfants “kidnappés” par des Américains.


La bonne société haïtienne peut bien s’émouvoir et s’indigner, la communauté internationale ne fait que s’appuyer sur la corruption qui règne dans le pays, sa vénalité, son amoralité – en vérité, son désespoir. Aucune de ces mères domiciliées à Calebasse, à environ 20 kilomètres à l’est de Port-au-Prince, et qui ont vendu leurs enfants, n’a pipé mot après l’arrestation des trente-trois missionnaires américains acheteurs d’enfants. Chesnel Régilus a vendu ses enfants. Il a 50 ans environ et est père de quatre jeunes infortunés. Pour justifier son acte, il évoque avec calme le délabrement du pays, la maladie des petits qu’il doit faire soigner en République dominicaine voisine. Et sa confiance dans le pasteur Jean Saint Vil, qui a établi le contact avec les missionnaires inculpés. “Assurer l’avenir des enfants est la seule chose qui compte”, a affirmé un autre jeune père. Pour les Haïtiens très pauvres, l’étranger blanc est devenu synonyme de richesse et de puissance, voire d’altruisme. L’étranger, en Haïti, symbolise la main tendue que l’Haïtien refuse à son frère. Alors, comment mettre en doute la légitimité de ces actes ? De quels papiers parle-t-on ? De quels principes ? De quel instinct maternel, chez ces femmes qui ne peuvent nourrir leurs propres enfants ?


La police haïtienne qui a intercepté les missionnaires américains acheteurs d’enfants a démontré que l’Etat haïtien existe encore. Après les critiques acides qui ont porté sur la mauvaise gestion gouvernementale du désastre, c’est une bonne nouvelle. La justice les condamnera ou les blanchira, mais il est certain que d’autres viendront à leur suite pour profiter du désastre. Patrice Dumont Le Matin (extraits), Port-au-Prince.

Courrier International | 11.02.2010 | Patrice Dumont.




- Pourquoi l'adoption des enfants haïtiens est une très mauvaise idée, pour eux et pour nous.
L'article original "Chin: Why adopting Haitian children is a terrible idea - for them and us." a été traduit en français par Kim Myung-Sook et publié sur Fabriquée en Corée.
Elizabeth Chin est professeure d'anthropologie au Occidental College, à Los Angeles. Elle a mené des travaux sur le terrain à Haïti depuis 1993.

 

- Haïti: quand l'adoption internationale rime avec business.
Haïti est un des principaux « fournisseurs » d’enfants adoptables. Une filière quasi commerciale s’y est installée, basée sur la loi du marché plus que sur une logique d’aide à l’enfance. Beaucoup d’enfants adoptés ont encore leurs parents…
Le Matin Haïti | 15 octobre 2009.

 

09/02/2010

Les Evangélistes et l'Adoption internationale. Une lecture obligée.

The Daily Beast.jpgThe Evangelical Adoption Campaign.
By Kathryn Joyce.


Bill Clinton, who is helping relief efforts in earthquake-torn Haiti, has stepped in to the U.S. missionaries' adoption mêlée. His diplomatic efforts may free all but one of the 10 jailed missionaries. The group's leader, Laura Silsby, will likely still be held. During a visit Friday, Clinton said he believed the Haitian government would likely want to find a way "to defuse the crisis."

As Clinton works to spring the U.S. missionaries charged with kidnapping, the case highlights a new evangelical strategy: Adopt Third World babies and convert them.

 

For the past week, the news from Haiti has been dominated by the story of 10 American evangelicals from Idaho who were caught at the border of the Dominican Republic attempting to take 33 Haitian children, many with living parents, out of the country without documentation. The Americans, missionaries with the recently created New Life Children’s Refuge, were arrested and charged with kidnapping and criminal conspiracy—a reprieve from the child trafficking charges they may have faced.

 

American evangelical churches are embracing a new orphan theology that urges Christians to see adoption and “orphan-care” as an integral part of their faith.

 

The details that emerged about the group’s plans and leader, Laura Silsby, were unsavory. Although Silsby, the legally embattled CEO of a personal shopping business, claimed that the group never intended to put the children up for adoption, an itinerary for New Life’s mission, published by an affiliated Southern Baptist church, bluntly described a plan to “gather 100 orphans from the streets and collapsed orphanages” onto a bus, then take them to a hotel in the Dominican Republic. There, New Life hoped to build permanent orphanage facilities, including a beachfront restaurant and “seaside villas” for prospective adoptive parents—amenities that underscore their understanding of local adoption residency requirements, even as they claimed ignorance of Haitian law. Additional planning and fundraising documents described the group’s goal to “equip each child” with the opportunity “for adoption into a loving Christian family,” and help them “find new life in Christ.”

 

After the arrests, Silsby and supporters explained that they’d been called by God to help orphans in Haiti, that they were “acting not only in faith but God’s faith.”

 

The news of an adoption organization driven by missionary zeal surprised many, but it shouldn’t. Although New Life’s illegal actions have been condemned by other religious adoption agencies, their sense of calling fits into a growing movement of American evangelical churches embracing a new orphan theology that urges Christians to see adoption and “orphan-care” as an integral part of their faith—and a means of spreading the gospel.

 

This January, Christianity Today declared adoption the next culture war issue, and a major theological development of 2009. Indeed, 2009 was filled with news of adoption, as Russell Moore, dean of the theological school at the Southern Baptist Theological Seminary, released his book Adopted for Life: The Priority of Adoption for Christian Families and Churches, exhorting Christians to “be at the forefront of the adoption of orphans close to home and around the world.”

 

Moore’s message came with both political and theological justifications, both positioning adoption as part of a holistic “pro-life” stance and, in a stunning admission, as a means for Christians to fulfill the Great Commission: evangelizing and making converts of the nations. In fact, adoption has become such a critical, though under-recognized, part of the evangelical agenda that in 2008, The Wall Street Journal’s “Taste” section advised Senator John McCain to highlight his adopted daughter—once the target of an ugly smear campaign—as a means of shoring up his lukewarm evangelical appeal.

 

This June, Moore helped pass a Southern Baptist Convention resolution calling upon all 16 million members of the denomination to prayerfully consider whether or not God was calling them to adopt. With both domestic and international adoption described as almost “contagious” in evangelical churches, with even small congregations boasting dozens of adopted children, it’s evident that more Christians are feeling that “call”—whether from God, or from leaders like Moore.

 

This November, hundreds of churches participated in “Orphan Sunday,” a nationwide adoption event where churches focused their sermons on promoting adoption as a Christian duty. And in 2007, Focus on the Family estimates it reached 19 million people through its “Cry of the Orphan” campaign. A number of upcoming conferences will further the message, including the Christian Alliance for Orphans Summit this April, which will now focus on Haiti, promoting adoption as a “long-term response” to the crisis and the best way that “ordinary people can make a lasting difference for orphans.”

 

In the wake of the New Life fiasco, Russell Moore worried the news would “give a black eye to the orphan-care movement,” as anti-abortion vigilantes had to the pro-life movement—a lawless take on a shared agenda. But there are larger problems with the call for American Christians to adopt en masse. Among them are the widely misunderstood definitions of orphans, which lead to ever-ballooning estimates of children in need of adoption. Another is the strong taint of colonialism in casting American adopters as saviors and focusing on adoption as a solution for impoverished communities. In some countries in recent years, including Liberia and Ethiopia, religious adoption organizations have been singled out for censure by national authorities, accused of using church ties to legitimize unethical practices.

 

To be sure, many Christians and non-Christians involved in adoption keep these considerations in mind, and while the activist group Christian Defense Coalition is campaigning for the release of New Life missionaries, many other Christian groups have distanced themselves from a plan some denounced as “child trafficking.” But the wholesale call for Christians to adopt as a solution for poverty and disaster—often at a cost of up to $30,000 per child—and particularly for purposes of proselytization, seems destined to lead to more people jumping headlong into a perceived “calling” to care for orphans without understanding the complex ethics that surround all adoptions.


Kathryn Joyce is the author of Quiverfull: Inside the Christian Patriarchy Movement (Beacon, 2009).

 

Source: The Daily Beast | 6.02.2010.

 

- Americans Held in Haiti Are Divided Over Leader
Divisions emerged within the group of 10 Americans jailed in Haiti on child abduction charges, with eight of them signing a note over the weekend saying that they had been misled by Laura Silsby, the leader of the group.
“Laura wants to control,” said the scribbled note handed to a producer for NBC News. “We believe lying. We’re afraid.”
The New York Times | 7 février 2010.

 

- Missionnaires ou menteurs?
Articles traduits en français par Kim Myung-Sook et publié sur Fabriquée en Corée.

 

- Et pendant ce temps-là sur blogdei.com & voxdei.org

Sachant qu’un enfant de Dieu ne peut mentir et considérant que le verdict de leur procès n’a pas été rendu, même si les médias et l’opinion publique manipulée les ont déjà condamnés, faisons grâce et croyons ou du moins écoutons le point de vue de nos frères et soeurs, et le récit de ce qui s’est passé selon eux. C’est la moindre des choses: pourtant les médias anti-chrétiens ne l’ont même pas fait !  
Lire la suite.

 

- Haïti, de l'adoption au trafic
Dix jours après le séisme qui a dévasté Haïti, une employée de l'Unicef rendait visite à des collègues évacués de Port-au-Prince à l'hôtel Santo Domingo, sur le front de mer de la capitale dominicaine. Un groupe de plusieurs dizaines de jeunes enfants haïtiens, accompagnés de quelques étrangers, attire son attention. Interrogé, un des responsables du groupe réplique que ces enfants ont été adoptés de manière légale et qu'ils partent vers l'Allemagne.
La fonctionnaire de l'Unicef demande en vain à voir les documents des enfants, et alerte le Conseil national pour l'enfance et l'adolescence (Conani), l'instance dominicaine chargée de la protection des mineurs. Une discussion tendue s'engage, qui monte d'un cran avec l'arrivée de l'ambassadeur d'Allemagne à Saint-Domingue, Christian Germann.
Péremptoire, il affirme avoir les autorisations nécessaires au départ du groupe d'enfants, tant des autorités haïtiennes que dominicaines. Il exige, et obtient, que le groupe de 63 enfants, âgés de moins de 5 ans, s'envole le soir même vers Francfort. Ce départ houleux s'est produit après la directive du premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, en date du 20 janvier, exigeant sa signature pour toute adoption d'enfant. Aucun de ceux partis vers l'Allemagne n'a obtenu cette autorisation signée par le premier ministre.
La suite sur LE MONDE | 10.02.2010