Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Des enfants ou des matières premières ? | Page d'accueil | L’Ethiopie retire les autorisations de neuf organisations caritatives »

23/03/2010

Une bonne nouvelle pour les enfants. Les adoptions internationales sont en déclin.

L'adoption internationale est de plus en plus difficile à mesure que les pays ratifient la Convention de La Haye, qui incite à faire adopter les enfants dans leur pays d'origine.

 


Après une forte hausse durant les trente dernières années, l’adoption internationale est en déclin aujourd’hui. Cela peut s’expliquer par le fait que la plupart des pays susceptibles de confier des enfants en vue d’une adoption sont signataires de la Convention de La Haye.
Cette convention prévoit une priorité au maintien dans le pays et la culture d’origine.

De nombreux pays ont aussi leur situation géographique et sociale qui se modifie et de ce fait, s’ouvrent moins à l’adoption. C’est le cas par exemple du Brésil, ou de la Chine.

 

Extraits de "La situation toujours plus tendue de l’adoption internationale".

...

Il apparaît clairement que les demandes d’adoption des pays d’accueil  sont de plus en plus difficiles à satisfaire. Les restrictions imposées par des pays d’origine importants en termes de nombre d’adoptions internationales annuelles poussent les candidats à rechercher ailleurs des possibilités d’adoption. Or, l’histoire contemporaine de l’adoption montre que ces mouvements induisent systématiquement le même phénomène: lorsqu’un pays s’ouvre à l’adoption internationale, il est rapidement submergé par les dossiers de candidats étrangers, beaucoup trop nombreux par rapport aux besoins de ses enfants adoptables.

...


Il apparaît donc essentiel que les pays d’accueil consacrent plus d’efforts à sensibiliser leur population à cette réalité, en soulignant le sens réel de l’adoption internationale telle que consacrée par les textes internationaux. Il est urgent que les pays d’accueil prennent des mesures pour gérer le flux de leurs candidats adoptants.

...


L’adoption internationale ne trouvera son équilibre que si chaque acteur fait sa part du chemin. Nous sommes conscients qu’initier de telles démarches demande un réel courage politique, ainsi qu’un véritable effort didactique de la part de chaque intervenant. Si les professionnels de l’adoption sont souvent conscients de ce phénomène, il devient de plus en plus urgent d’en informer le public et de lui proposer d’autres moyens de soutenir l’enfance en détresse.


Source : Stéphanie Romanens et Pythoud Cécile-Maurin - SSI/CIR.

 

 

15:11 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us