Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Julien Sanchez, habitant de Vedène (France) cherche ses parents biologiques | Page d'accueil | Troubles de l'attachement et états limites »

10/04/2010

Adoption internationale en Russie. Retour à l'expéditeur

Russian Boy Artiom Savaliev.jpgLa Russie souhaite geler l'adoption d'enfants russes par des citoyens américains après qu'une famille du Tennessee eut renvoyé à Moscou par avion l'enfant qu'elle avait adopté.
Le petit Russe de 7 ans est arrivé à Moscou tout seul, avec une lettre qui aurait été écrite par sa mère adoptive.




Le jeune garçon de 7 ans, Artiom Saveliev, appelé Justin Artyom Hansen aux États-Unis, est arrivé dans la capitale russe, tout seul, avec une lettre qui aurait été écrite par sa mère adoptive, ont rapporté les médias russes. La missive est signée Torry Hansen.



L'enfant est mentalement instable. Il est violent et souffre de problèmes psychotiques sévères. L'orphelinat russe m'a menti et trompée. [...] Après avoir donné le meilleur de moi-même à cet enfant, je suis désolée de dire que pour la sécurité de ma famille, de mes amis et la mienne, je ne veux plus m'en occuper.

— Torry Hansen, mère adoptive américaine



Les autorités russes ont indiqué qu'un homme avait conduit le garçonnet au ministère de l'Éducation. Peu après son arrivée, l'enfant a été emmené à l'hôpital pour être examiné. Selon la Commission russe des droits des enfants, il a soutenu que sa mère adoptive était « méchante » et qu'elle « ne l'aimait pas ». Il avait été adopté à l'orphelinat de Partizansk, dans l'est de la Russie en septembre, selon diverses agences.



L'affaire, largement traitée dans les médias russes, a scandalisé la population et les autorités. « La façon dont il a été traité est immorale », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Serguëi Lavrov.



Les adoptions sur la glace


Le ministre Lavrov a précisé que son ministère prônait la suspension des adoptions par des Américains jusqu'à ce que les deux pays concluent un accord, qui établirait « les conditions sous lesquelles l'adoption peut avoir lieu » et « les engagements » des familles adoptives.



Washington a déjà refusé de négocier une entente en ce sens auparavant, mais cet événement est « la goutte qui fait déborder le vase », a ajouté le ministre Lavrov.



Le porte-parole du département américain d'État, Philip Crowley, a admis que cette affaire était « troublante ». « Nous aimerions voir ces adoptions se poursuivre, mais nous comprenons les inquiétudes de la Russie, et nous continuerons à travailler avec la Russie pour résoudre ces problèmes », a déclaré M. Crowley.



Les autorités américaines ont assuré qu'elles collaboreraient avec leurs homologues russes et avec les agences d'adoption internationale pour mieux protéger les enfants adoptés.



Moscou a dit vérifier si des lois avaient été brisées. Un porte-parole du ministère russe de l'Éducation a en outre indiqué à l'agence RIA Novosti que le gouvernement avait suspendu la licence de l'agence américaine World Association for Children and Parents, qui avait aidé à l'adoption du garçon.



Le shérif du comté de Bedford, au Tennessee, a de son côté indiqué Torry Hansen fait par ailleurs l'objet d'une enquête.



Selon Associated Press, c'est la grand-mère adoptive, Nancy Hansen, qui a conduit le garçon à l'aéroport de Washington. Elle a nié qu'il ait été abandonné, disant qu'un agent de bord s'en était occupé jusqu'à son arrivée en Russie. La famille a en outre versé 200 $ à un homme en Russie pour qu'il vienne l'accueillir à l'aéroport.



Elle a affirmé que son petit-fils avait des problèmes de comportement, qu'il donnait des coups de pied et de poing et qu'il proférait des menaces.



La Russie a resserré son processus d'adoption après la mort d'enfants russes, tués par leurs parents adoptifs américains.

* En 2006, une femme de Virginie a été condamnée à une peine d'emprisonnement pour avoir battu à mort sa fillette de 2 ans, adoptée en Sibérie quelques mois plus tôt.
* Deux ans plus tard, une femme de l'Utah était condamnée à purger une peine d'emprisonnement de 15 ans pour avoir tué un enfant russe qu'elle gardait.
* Plus tôt cette année, un couple de Pennsylvanie a été accusé d'avoir tué le garçon russe de 7 ans qu'il avait adopté.



Quelques chiffres

- En 2009, 1586 enfants russes ont été adoptés par des Américains. (Source : National Council for Adoption)

- En tout, les Américains ont adopté plus de 60 000 enfants originaires de Russie. (National Council for Adoption)

- La Russie occupe le 3e rang des pays où des citoyens américains adoptent des enfants. (Département d'État américain)

- 740 000 enfants sont sans autorité parentale en Russie, c'est-à-dire orphelins ou confiés à des organismes par des parents qui ne veulent ou ne peuvent pas les élever (UNICEF)

- Le problème de l'alcoolisme foetal de plusieurs enfants russes, notamment ceux confiés en adoption, est un phénomène connu. En 2003, le pédiatre Jean-François Chicoine, l'infirmière Patricia germain et la travailleuse sociale Johanne Lemieux, spécialisée en adoption internationale, écrivaient dans le livre L'enfant adopté dans le monde en quinze chapitres et demi: « À titre de comparaison, on diagnostiquera environ 20 syndromes d'alcoolisation foetale aux États-Unis pour 10 000 naissances, et on en repérera en Russie, 1000 à 2000 pour 10 000 naissances. Pas surprenant avec de tels chiffres que s'y compliquent donc et l'avenir de leur progéniture et celui de plusieurs enfants qui y sont adoptés. »



Source: Radio Canada | 10 avril 2009



US Mother Returns Adopted Russian Boy like Pair of Shoes


A seven-year-old boy arrived at Moscow’s Domodedovo Airport on April 8 in the morning. The skinny boy had no luggage with him – he was only holding a letter in his hands.


“I am Artyom,” he only said.

He did not have any adults with him. He was wandering over the airport alone until customs officers paid attention to the exhausted child. The boy could not explain anything properly. He only handed them a letter. Employees of the airport were shocked when the letter was translated from English into Russian. Torry Hansen, a US citizen, wrote in the letter that she adopted the child on September 29, 2009. The woman wrote that she did not like the boy, he did not fit her, and she decided to return him like a pair of shoes. The woman sent the child back to Russia.

Custody officers picked the boy from the airport and took him to a police station in the Moscow center.

“The boy had a Russian passport with the US visa and a birth certificate. He also had a boarding ticket. He arrived on board a plane of United Airlines. The boarding ticket said that the child was not accompanied by adults,” Pavel Astakhov, the Kremlin’s commissioner for children’s rights said.

One may only guess how the boy managed to pass through customs in the USA and board the plane without adults. However, as soon as the boy found himself at the police station, officials of the US embassy showed up very quickly.

Russia Today: American parents send adopted boy back to Russia by himself

“They wanted to take the child away, and we had to take quite an effort to leave him here. US officials were trying to assure us that he was a US citizen, but the boy had the Russian passport with a visa. They said that it would be much better for the boy to go to the US embassy,” Astakhov said.

The boy was later hospitalized with exhaustion. Afterwards, he will be accommodated in a Moscow orphanage.

The saddest thing in this story is the fact that the adoption agency, which was in charge of the questions of Artyom’s living in the US foster family, said two weeks before that the boy was doing just fine. Photographs of the happy family and the happy boy were attached to the report, officials of the Russian ministry for education and science said.

The boy could hardly speak after he arrived in Moscow. The people who worked with him in Moscow said that he had so much sorrow and sadness in his eyes. Artyom said that he had not been eating anything for several days. He only had several sweets.

 

Source : Pravda.

 

UPDATES: Atryem/Artyom Savilliev and his Abandoner Torry Hansen
Family Preservation Advocate | 10 avril 2010

 

- La Russie bannit 113 agences d'adoption...
régions russes d'accepter les demandes d'adoption transmises par 113 organisations américaines non accréditées en Russie, [...] Les personnes ayant adopté un enfant en Russie doivent envoyer des rapports cinq, 11, 23 et 26 mois après l [...]
Lire la suite

 

- Les sénateurs de Russie appellent à suspendre...
suspendre l'adoption d'enfants russes par des [...] La Russie renforce les règles de l'adoption pour les Etats-Unis suite à l'acquitement de Harrison. [...] Suite à cet acquittement, la Russie a décidé de renforcer les règles d'adoption pour les [...]
Lire la suite


- L'adoption internationale se plie de plus en...
En Russie par exemple, il existe des « facilitateurs » qui font payer des honoraires parfois exorbitants pour mettre en relation une famille avec un [...] on est en train de créer un appel d'air et d'inciter les familles à l'abandon.
Lire la suite

 

 

 

Commentaires

Mother in Adoption Scandal Was Trying for Second Child

Sheriff Meeting with District Attorney, Hopes to Charge Torry Hansen With Abandonment

The Tennessee mother who horrified the adoption community when she put her 7-year-old son on a plane back to Russia was in the process of trying to adopt a second child.
Tennessee woman returns 7-year-old boy, claiming he has mental problems.

Torry Hansen had turned to a second adoption agency to bring home a child from the Soviet Republic of Georgia, a source with the sheriff's department told ABC News.

She switched adoption agencies after the agency that arranged the adoption of her first child, World Association for Children and Parents, urged her to wait before adopting again, the source said. The association advised Hansen it would be best to settle in with the boy before adding to her family, the source said.

A few months later, Hansen, of Shelbyville, Tenn., and her mother, Nancy Hansen put 7-year-old Artyem Savilev on a plane back to Moscow in hopes of having the boy's adoption annulled.

In a letter pinned inside Artyem's pocket, Hansen told Russian officials that he was violent, had psychiatric issues and that she no longer wanted to be his mother.

The Tennessee sheriff investigating the case said both Torry and Nancy Hansen have notified him through their lawyer that they refuse to be interviewed unless they are charged with a crime. He said he is looking into possible charges against the women.

"Abuse has been mentioned," Sheriff Randall Boyce said.

Investigators are expected to meet with the district attorney today. Charges being considered for both Torry and Nancy Hansen include child abuse, endangering the welfare of a child and educational neglect.

The educational neglect charge stems from the fact that neither Artyem or his cousin Logan were registered for public school or home school. Torry Hansen's sister, Logan's mother, could also face charges for educational neglect, a misdemeanor.

Any charges against the women, however, may be difficult to prove since Artyem is now in Russia and Russian officials have told ABC News that it is unlikely that the boy will ever set foot on U.S. soil again. Because the boy is in Russia, U.S. investigators are unable to question him about any allegations. Perhaps more importantly, if the boy is not present in a Tennessee courtroom, any case against the women could be dismissed.

"This is an extremely complicated deal," Boyce said. "There's nothing simple about this."

Boyce said there haven't been any reports of trouble in the Hansen home from the police or the adoption agency Torry Hansen used. Hansen, Boyce said, was contacted by the agency in January and March, but didn't report problems at that point. In December Hansen was so thrilled with Artyem she began asking about a second child.

The status of the second adoption inquiry was unclear today.

Écrit par : abc news | 14/04/2010

La Russie suspend toutes les adoptions par des familles américaines

MOSCOU - Toutes les adoptions d'enfants russes par des familles américaines sont suspendues jusqu'à ce que les deux pays trouvent un accord sur les procédures, a annoncé jeudi un porte-parole du ministère russe des Affaires russes.

Cette annonce intervient après l'arrivée la semaine dernière à Moscou d'un enfant de 7 ans renvoyé tout seul dans son pays par sa mère adoptive américaine avec pour seule explication qu'il était trop violent. L'affaire a déclenché une polémique sur les adoptions d'enfants russes par des familles étrangères.

Une délégation américaine se rendra à Moscou "dans les prochains jours" pour discuter des procédures d'adoption internationale et d'un possible accord bilatéral, a indiqué jeudi Andreï Nesterenko, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

"La Russie estime que seul un accord de la sorte pourrait contenir des dispositions efficaces pour permettre aux autorités russes et américaines de surveiller les conditions de vie des enfants russes adoptés et garantir que les récentes tragédies aux Etats-Unis ne se reproduisent pas", a déclaré le porte-parole.

Des députés russes militent depuis des années pour une suspension des adoptions par des familles américaines après d'autres cas de mauvais traitements, mais aucune mesure n'avait été prise avant jeudi.

Plus de 1.800 enfants russes ont été adoptés aux Etats-Unis l'année dernière, selon le ministère russe de la Santé et de l'éducation.

THE ASSOCIATED PRESS
15 avril 2010

Écrit par : metro montreal | 15/04/2010