Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Adoption internationale en Russie. Retour à l'expéditeur | Page d'accueil | Un nouveau scandale d'adoption éclate concernant un garçon russe laissé aux Caraïbes. »

14/04/2010

Troubles de l'attachement et états limites

[Via Blogosapiens]

blogosapiens_isabelle_de_penfentenyo.jpg

 

Dans le cadre de la spécialisation de ma pratique de thérapeute vers l'accompagnement de l'adoption, je suis plongée dans un livre très intéressant sur les troubles de l'attachement des enfants abandonnés. Par ailleurs, je traduisais récemment un document sur les personnalités borderline.

 

La lecture de ces textes montrent clairement le lien entre troubles de l'attachement et structure borderline (états limites). Cela paraît évident a priori, pourtant c'est une piste extrêmement intéressante en termes d'accompagnement car ce qui est préconisé pour l'enfant peut relativement facilement s'adapter à l'adulte.

 

La personne ayant une structure borderline a souffert d'un attachement insécurisant: manque d'attention, de contact, violence y compris sexuelle. L'enfant, au moment où il commence son processus d'individuation au travers de ses premiers pas vers l'autonomie se retrouve face à un ou des parents qui ne répondent que par leur propre problème de symbiose/autonomie non résolu (à moins que l'origine du trouble ne soit dans une difficulté physiologique de l'enfant à entrer en contact, ce qui pourrait aussi poser question en termes transgénérationnels). Comme quoi, si accompagner un enfant est très important, l'accompagnement des parents l'est au moins autant.

 

La difficulté avec une personne ayant une structure borderline est de pouvoir entrer dans une relation authentique avec elle. L'enfant souffrant de troubles de l'attachement ne connaît pas cette relation authentique et a besoin, plus que tout, que le contact avec l'adulte, le parent, la mère au sens archétypal, reprenne sa place. Le fil du contact doit être repris en douceur, avec beaucoup de patience, en laissant la plupart du temps l'initiative à l'enfant. Il en est de même avec l'adulte qui fera lui aussi des allers et retours dans la relation thérapeutique.

 

Le point où je veux en venir est que plutôt que de regarder une personne uniquement au travers du filtre d'une dite structure borderline, qui revient à poser une étiquette, il semble plus thérapeutique de s'intéresser à ses troubles de l'attachement.


Source : Blogosapiens | 12.04.2010