Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« France. Le droit de l’enfant à accéder à ses origines menacé | Page d'accueil | La pauvreté des enfants selon leur origine »

10/06/2010

Haïti : mettre fin aux abus dans les adoptions internationales

Logo ReliefWeb.jpg
Source: Federation Terre des hommes (TDH)

Lausanne, le 10 juin 2010

 

 

Dans les orphelinats, sept enfants sur dix ont un parent vivant.

 

La loi doit empêcher les trafics d'enfants sous couvert d'adoption en Haïti, et les organismes de protection de l'enfance devront prendre part à la surveillance du bureau national des adoptions à créer. L'experte de Terre des hommes (Tdh) rentre d'une mission qui lui a permis de rencontrer des acteurs-clés, avant l'examen par le Sénat haïtien de la loi sur les adoptions. Tdh livre soins et protection à 30'000 enfants et proches, près de l'épicentre du tremblement de terre de janvier ainsi qu'au sud, où ont afflué quelque 50'000 déplacés.

 

« 70% des enfants qui se trouvent dans des institutions haïtiennes, souvent appelées crèches ou orphelinats, ont au moins un parent biologique vivant » évalue Marlène Hofstetter, cheffe du service adoption de Tdh à son retour de mission. En relation avec les agences internationales concernées, elle s'est efforcée de convaincre des sénateurs et d'autres responsables haïtiens de renforcer le projet de loi, pour mettre fin aux commerces d'enfants. Il faut inscrire dans la loi une évaluation sociale de la famille biologique, avant d'autoriser l'adoption. Suite au séisme et au chaos qui a suivi, près de 1800 enfants ont fait l'objet d'évacuations vers le Canada, les Etats-Unis, la France, les Pays-Bas ou la Suisse, sans que les procédures d'adoption soient clairement achevées. Marlène Hofstetter montre la plaie : « On dit trop rarement aux parents haïtiens que l'adoption internationale rompt les liens avec la famille biologique et rend illusoire un retour au pays de leur progéniture à l'âge adulte. »

Dans les orphelinats proches de l'épicentre du séisme, Tdh a documenté les cas de 438 enfants, afin de prévenir des disparitions, d'évaluer le niveau de prise en charge, de chercher d'éventuels liens familiaux, de connaître les causes de placement ou d'abandon et de définir le soutien à donner aux familles pour la reprise de leurs enfants.

 

Beaucoup de filles et garçons subissent des abus et sévices, à l'intérieur comme à l'extérieur de la famille. La catastrophe sismique a encore accru la fragilité des mineurs. Fondée sur l'expérience et des instruments éprouvés, Terre des hommes délivre en juin sur l'île deux séminaires de formation à des cadres d'organisations humanitaires suisses et étrangères, pour prévenir toutes formes d'abus et de violence sur des enfants. Dans les départements de l'Ouest et du Sud, Terre des hommes secourt les familles sinistrées dans quatre champs d'activités :

Près de 17'000 personnes ont déjà reçu un abri ou des biens de première nécessité (kits d'hy-giène, jerricans, ustensiles de cuisine, fourneaux économes en charbon, bâches ou moustiquaires).

Plus de 4'500 personnes bénéficient d'un accès à l'eau potable et gèrent leur réseau d'eau par des comités communautaires ; 500 latrines sont déjà construites, 400 personnes formées à l'hygiène.

Près de 9'000 enfants et mères ont fait l'objet d'un examen nutritionnel, dont les deux-tiers étaient des enfants de moins de cinq ans ; 300 enfants sévèrement dénutris ont été traités ou référés.

2'000 jeunes entre 6 et 12 ans ont pu être enregistrés et prennent part à des activités d'expression et de mouvement visant leur développement psycho-affectif, dans huit centres communautaires ; 145 enfants disposent d'un suivi individuel de protection, en concertation avec d'autres organisations spécialisées.

 

Renseignements: Marlène Hofstetter, experte en adoption internationale, 058 611 06 05 ou 078 716 77 34
David Dandres, responsable des opérations en Haïti, 058 611 06 19


Source : ReliefWeb. 10 Jun 2010.