Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-05 | Page d'accueil | 2010-07 »

29/06/2010

Enfants indiens volés pour l'adoption

Nagarani.jpgIndian children stolen for adoption


CHENNAI, INDIA. When Nagarani and her husband, Kathirvel, reached the Netherlands from India this month, the couple believed they would be able to prove that a 12-year-old Dutch boy was their son Sathish, who had been stolen from their home in a Chennai slum 11 years ago.


But a Dutch family court last week turned down the couple’s request for a DNA test on the adopted son of a Dutch ethnic Indian family, ruling that it risked inflicting severe emotional trauma to the minor.


“I am dead sure that Rohit is none but our Sathish. I went all the way to the Netherlands, I am disappointed that I was not even allowed to meet my son,” said Nagarani on her return to India last week,

“I am not angry with the Bissesars for taking my son into adoption. We felt very bad that the adoptive parents did not even want to meet us. I wanted to tell them that we became distraught after Sathish was lost. One day I hope Sathish will understand at least our pain we have lived through since we lost him.”


The struggle to retrieve their son by the couple highlights the plight of dozens of Indian parents who are searching for their children after they were apparently stolen by child traffickers and then sold into adoption in foreign countries, without the knowledge of their birth parents.


According to Bachpan Bachao Andolan, or Save Childhood Movement, an Indian child-rights non-governmental organisation, 45,000 children go missing in India every year. Most of the lost children end up as prostitutes, bonded labourers or among the homeless population in big cities. Some of the missing children land in orphanages, and a percentage of those reach their adoptive families in India and abroad.


One night in 1999 when Nagarani and Kathirvel, who only use one name each, were sleeping with their three children in front of their slum hut, one-year-old Sathish was snatched from their bed. Months of searching for the baby proved futile, but the couple suspected that Sathish had been stolen by child traffickers to be sold abroad.


Then in 2005, when police arrested a gang of child traffickers in south India, it was found that they had secretly supplied the children, Sathish among them, to the Malaysian Social Services (MSS), a Chennai-based orphanage that had the permit to send children for adoption abroad.


The investigation revealed that in the previous decade MSS had illegally sent at least 350 Indian children abroad for adoption.


From the office of the orphanage, police recovered in 2005 photos of scores of children who apparently had been stolen from their parents, and Nagarani and Kathirvel identified one child, sent for adoption in the Netherlands, as their son.


As India’s Central Bureau of Investigation (CBI) began investigating the case of Sathish, Against Child Trafficking (ACT), a Netherlands-based non-governmental organisation fighting for the prevention of child trafficking for international adoption, contacted the Dutch family in the city of Almere in 2006 and broke the news that their adopted son, Rohit Shivam Bissessar, may have been stolen from his original family in India.


The Bissessar family, who paid US$35,000 (Dh128,555) to adopt the child, have refused to take a DNA test, fearing that the child could be taken away. Nagarani and Kathirvel, with the help of ACT activists, last Tuesday filed a complaint with the Almere police against officials of the Meiling Foundation, the intermediary Dutch adoption agency that placed Rohit, and the Bissesars, accusing them of kidnapping.


In the complaint to Dutch police the couple alleged that Dutch courts and legal authorities were “shielding the Dutch kidnappers” and that “the Netherlands have been promoting kidnapping of children from other countries to their land”.


The Dutch police is of the opinion that the Bissesar couple had no role in kidnapping and trafficking the child. In a Chennai court India’s CBI, following its investigation in the case of Sathish, charged the child traffickers and Indian MSS officials with kidnapping, fabricating records and sending him for illegal adoption.


There are more than 11.5 million abandoned children in India, according to Bachpan Bachao Andolan, and authorities regularly urge western countries to adopt children from the country’s hundreds of orphanages. According to India’s Central Adoption Resource Authority [Cara], about 1,000 Indian children go for adoption abroad yearly with most going to the US.


Cara guidelines say that a foreign couple adopting an Indian child should not pay more than $3,500 to the Indian orphanage. However, in reality, foreign parents often are forced to pay up to 10 to 12 times that to private adoption agencies that act as middlemen, making adoption a lucrative business in India.


The Child Welfare Committee of Tamil Nadu (CWC) believes trafficking and selling children into adoption in foreign countries is still common in south India.


“Last week we discovered that one Chennai-based orphanage, having licence to send children for adoption abroad, had virtually stolen five babies by fooling their birth parents, apparently to sell them into adoption to wealthy families – possibly in foreign countries,” said P Manorama, the chairman of CWC in Chennai, referring to the adoption agency Guild of Service, which is currently under investigation for its role in illegal adoption.


“Children are continually getting lost and many are remaining untraced. We have reason to believe that kidnapping of children for business is still going on in the region.”


Source : The National.


Traduction en français sur le wiki de l'adoption

 

- Une habitante d'un quartier pauvre de Chennai se bat pour son fils néerlandais

Le 15 juin, quand Nagarani Kathirvel quittera la misère du taudis de Chennai pour la première fois et apparaîtra dans un palais de justice de Zwolle-Lelystad aux Pays-Bas, elle sera encore loin de la fin de son combat amer et traumatisant. Mais ce sera un commencement (pour établir dans une cour de justice étrangère qu'elle est la mère d'un garçon néerlandais de 12 ans). Il y a 10 ans, Rohit Shivam Bissesar était Satheesh Kumar, un jeune enfant habitant dans un quartier pauvre de Pulianthope, jusqu'à ce qu'il ait été enlevé et donné en adoption à un couple de Néerlandais. Plus tôt ce mois-ci, un tribunal de la ville de Lelystad aux Pays-Bas l'a appelée à comparaître.

Traduit en français sur Fabriquée en Corée

 

- Des enfants volés par l'intermédiaire d'une agence indienne d'adoption

Au moins 30 enfants amenés Australie en vue de leur adoption auraient été volés à leurs parents dans le cadre d'un réseau de trafic d'enfants en Inde.
Certains enfants auraient été volés dans les rues par des gangs qui les vendent pour seulement 10000 roupies ( 280 $ australiens chacun) à une agence d'adoption, qui les envoient dans des pays riches comme l'Australie.
Une grande enquête menée par le magazine Time a découvert qu'une bande de criminels kidnappaient des “jolis” enfants dans des régions les plus pauvres du sud de l'Inde, leur donnait de nouvelles identités et les vendait à des agences d'adoption.

Source : Le wiki de l'adoption | 23.08.2008 | The Australian

23/06/2010

Le Népal ne veut pas améliorer son système de l'adoption internationale afin de le rendre conforme aux normes internationales.

Nepal skips the Hague meet on adoption



Nepal has remained absent in an international meeting on adoption that is underway in the Hague where it is likely to find itself in an uncomfortable position to defend its inter-country adoption which is marred by alleged fraudulent activities.



The Secretariat of The Hague Conference on Private International Law, an intergovernmental organization, had sent an invitation to Nepal to send representatives to participate in the week-long meeting of the Special Commission which is for the first time taking up adoption trafficking. The meeting kicked off last Thursday and ends on Friday.




"We were invited. We had even decided to send a under secretary but did not at last because we came to know that a documentary was being screened during the meeting," said Secretary at the Ministry of Women, Children and Social Welfare Mahendra Shrestha in a question why Nepal decided not to take part the meeting.



By a documentary Shrestha referred to one prepared by the Terre des hommes Foundation, a Swiss NGO working for child rights and welfare. The 20-minute documentary exposes frauds in Nepal´s inter-country adoption practice.



Nepal even lodged an objection to the Secretariat to drop the documentary from the meeting´s agenda, saying that the documentary does not reflect the current ground realities.



But diplomatic sources who are following adoption issues interpret the government´s deliberate absence in a different way.



"It shows Nepal does not want to improve its adoption system so as to make it of international standard," said an official working at an embassy of a western country.



A member of adoption working group, who is participating in the meeting in The Hague, told myrepublica.com in an email message, "This means Nepal missed the boat and a historic opportunity to join the Special Commission. All countries condemn trafficking against their children. But Nepal was not here to join its voice and say that yes, trafficking happened, but that from now on it will be completely stopped."



Nepal´s adoption system has been questioned internationally following publication of a report The Hague Conference on Private International Law in February this year.



The report based on an investigation on ground by a group of lawyers accused Nepal´s adoption system of being subject to widespread abuse. It also called suspension of adoption from Nepal until reforms are ushered in the system.

 

Nepal-based embassies of the EU countries and the United States have already asked Nepal government in a diplomatic memorandum to ensure transparency in adoption system and keep child rights protection mechanism in place.



In addition, in March, the United States had issued an alert to prospective adoptive US parents, expressing concern over Nepal´s adoption system and the accuracy of the information in children´s official files.



But Secretary Shrestha said, "We are trying to improve the system. We do not want to see trafficking of children."



Following the publication of the Hague report in February, eight western countries have suspended adoption officially and unofficially from Nepal. They included Canada, Denmark, Germany, France, Norway, Sweden, Switzerland and the United Kingdom.




Source : Republica Political Affairs.

20:47 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : népal | |  del.icio.us

15/06/2010

Les personnes nées d'un don de sperme veulent connaître leur géniteur

 

My Daddys Name is Donor.jpgQue pensent de leur conception les adultes nés d'un don de sperme ? Voudraient-ils voir lever le secret qui pèse sur leur origine ? Comment se distinguent-ils du reste de la population ?

 

Pour la toute première fois, une étude américaine intitulée My Daddy's Name is Donor ("Le nom de mon père est donneur") permet de confronter l'expérience et l'opinion d'adultes ayant été conçus par don de sperme à celles de personnes adoptées ainsi qu'à celles d'autres ayant grandi avec leurs parents biologiques (1).


Réalisée par le cabinet Abt SRBI de New York, l'étude a été conduite par Elizabeth Marquardt de l'Institute for American Values, un think tank "non partisan", avec le sociologue Norval Glenn de l'université d'Austin (Texas) pour le compte de la Commission sur l'avenir de la condition parentale, un groupe d'universitaires et d'experts qui réfléchit à "la situation juridique, éthique, sociale et scientifique des parents dans la société contemporaine", et qui formule à la fin du rapport des recommandations.

 

Il naîtrait aux Etats-Unis entre 30 000 et 60 000 enfants chaque année de don de sperme. La fourchette reste peu précise car aucun relevé statistique fiable n'est réalisé, une absence de transparence prévalant dans ce domaine.

 

La première naissance par don de sperme répertoriée à Philadelphie en 1884. Au XXe siècle, un "marché de la fertilité" s'est développé. Réputé en croissance, il est actuellement évalué à 3,3 milliards de dollars par an. La plus grande banque de sperme au monde, l'entreprise danoise Cryos, exporte les deux-tiers du sperme qu'elle récolte.

 

Dans un très grand nombre de pays, les personnes nées d'un don du sperme n'ont pas accès à l'identité de leur "père biologique". Ces dernières années cependant, plusieurs Etats et non des moindres, comme le Royaume-Uni, la Suède, la Norvège, les Pays-Bas, la Suisse, certains Etats en Australie et en Nouvelle-Zélande, ont banni l'anonymat sur le don de sperme. Une loi a été discutée en ce sens récemment en Croatie.

 

UN FORT SENTIMENT D'INCOMPRÉHENSION

 

Constat de départ : les enfants nés de dons de sperme ne se distinguent guère des autres enfants. Le fait de choisir son donneur selon des critères physiques et sociaux - comme il est possible de le faire par exemple à Cryos - n'amène pas les parents à sélectionner les hommes à peau blanche et à cheveux blonds...

 

L'étude montre à quel point ces adultes représentent un échantillon représentatif de la société : 20% des personnes interviewées se revendiquent comme "hispaniques", comparé à 6% parmi les familles adoptantes et 7% de ceux élevés par leurs parents biologiques.

 

Leur diversité religieuse est tout aussi large, l'échantillon comprenant un éventail de catholiques, protestants et juifs "illustrant la réalité de leur présence dans chaque facette de la société américaine d'aujourd'hui", soulignent les auteurs.

 

Le portrait-robot qui découle de l'enquête dessine des hommes (52 % de l'échantillon) et des femmes (48 %) plutôt mal dans leur peau, donnant le sentiment d'avoir subi un préjudice et gênés par les "circonstances" qui ont présidé à leur conception. Près de la moitié reconnaît y penser "plusieurs fois par semaine voire plus".

 

Le fait que l'argent ait interféré dans leur naissance apparaît comme une source de préoccupation importante, 42% d'entre eux jugeant le fait de vendre du sperme ou des ovules à des personnes qui veulent avoir des enfants comme "une mauvaise chose", contre 24% des adultes ayant été adoptés et 21% des personnes issus de parents biologiques.

 

Un sentiment de malaise semble très fort chez une partie significative d'entre eux : 25 % acquiescent à l'idée, suggérée par les enquêteurs, que "personne ne les comprend vraiment". Un sentiment éprouvé par 13 % des adoptés et 9 % des enfants biologiques.

 

Les relations, amoureuses en particulier, de ces personnes sont affectées par cet inconnu qui pèse sur leurs origines. Près de la moitié (46 %) sont ainsi d'accord avec l'item suivant : "quand je suis attiré(e) par quelqu'un, je suis inquiet(e) du fait que je pourrais lui être apparenté(e)". De la même manière, 43 % des adultes nés de don de sperme "redoutent d'avoir une relation sexuelle avec quelqu'un avec qui [ils pourraient être] apparentés sans le savoir". Une crainte qui n'est guère partagée par les adultes adoptés (16 %) et encore moins ceux ayant grandi avec leurs parents biologiques.

 

67% DES SONDÉS SOUHAITENT LA LEVÉE DU SECRET SUR LES ORIGINES

 

Les adultes conçus par don de sperme font état de "problèmes avec la loi" et de consommation abusive de stupéfiants, deux fois plus souvent que les adultes ayant été élevés par leurs parents biologiques. Sur ce point, ils font cependant jeu égal avec les adultes ayant été adoptés.

 

Alors que le secret pèse sur leur origine, 38,5 % disent ne pas être d'accord avec l'idée qu'on puisse "délibérément concevoir un enfant sans père". Certains de ces adultes (36 %) vont jusqu'à émettre une objection de fond sur le principe même du don de sperme, même si une très large majorité y sont plutôt favorables, approuvant même la technique du clonage "pour tous ceux qui ne peuvent pas avoir d'enfants autrement".

 

Ils sont 67 % à demander la levée du secret sur les origines, actuellement en cours aux Etats-Unis. Parmi les dix-neuf recommandations formulées, à l'issue du rapport, par la Commission sur l'avenir de la condition parentale, figure justement, en tête, celle de mettre fin à l'anonymat du don, ainsi que la fixation d'une limite du nombre d'enfants nés d'un donneur.

 


(1) Le panel des 1687 personnes interviewées se répartit ainsi en 485 adultes pensant "avoir été conçus" par don de sperme dont 485 avec certitude, 563 adultes ayant grandi avec leurs parents biologiques et 562 adultes issus d'une adoption. L'étude a été réalisée par Internet entre les 10 et 28 juillet 2008.


Source: Le Monde.fr | 08.06.10 | Brigitte Perucca

 

The Sperm-Donor Kids Are Not Really All Right
A new study shows they suffer. By Karen Clark and Elizabeth Marquardt
Slate

 

Orphelins génétiques
Depuis plusieurs années, les adoptés revendiquent leur droit à l'identité. Aujourd'hui, comme il était à prévoir, les enfants conçus en cliniques de fertilité, de pères anonymes, veulent connaître leurs antécédents médicaux...
Lire la suite

 

Mère : connue. Père : éprouvette
De plus en plus de psys confrontés aux jeunes issus de la fécondation in vitro.
Voici 25 ans naissaient les premiers bébés-éprouvette. Ils sont aujourd'hui 800 par an.
Certains sont toujours en quête d'identité.
Lire la suite

 

 

 

 

11:21 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : identité, origine, fiv | |  del.icio.us

14/06/2010

La pauvreté des enfants selon leur origine

Logo Observatoires des Inegalites.jpg


En Finlande, 51 % des enfants dont les parents sont nés hors de l’Union européenne vivent sous le seuil de pauvreté, contre 9 % pour ceux nés dans ce pays. En France, ils sont respectivement 40 % contre 11 %.

 

Dans la plupart des pays européens, un enfant sur trois dont les parents sont nés à l’extérieur de l’Union européenne vit en dessous du seuil de pauvreté*, selon le rapport Tarki  sur la pauvreté et le bien-être des enfants dans l’Union européenne (en anglais). Cette proportion est fortement supérieure à celle des enfants dont les parents sont nés dans le pays observé.

 

Cet écart de taux de pauvreté varie selon les pays. La Finlande présente le taux le plus important : 51 % des enfants dont les parents sont nés hors Union européenne sont considérés comme pauvres contre 9 % de ceux qui sont nés dans ce pays. Avec respectivement une proportion estimée à 29 % contre 12 %, l’Allemagne est un des pays dont l’écart est le moins significatif. En France, 40 % des enfants dont les parents ne sont pas nés au sein de l’Union européenne vivent sous le seuil de pauvreté, contre 11 % pour ceux nés en France.

 

De très nombreux facteurs expliquent cette situation. Enfin, les enfants ne sont pas pauvres eux-mêmes, ce sont leurs parents qui le sont. Suivant les pays, les populations accueillies ne sont pas identiques, certaines sont plus ou moins formées. Ensuite, les politiques familiales amortissent plus ou moins le choc pour les familles. Enfin, les parcours des étrangers sont plus ou moins faciles, notamment quand comme en France une grande partie des emplois leurs sont interdits.

 

*Le seuil de pauvreté retenu par l’Union européenne rapporté ici est de 60 % du revenu médian national.

 

Source : Observatoire des Inégalités. 8 juin 2010

10:12 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, pauvreté, enfance | |  del.icio.us

10/06/2010

Haïti : mettre fin aux abus dans les adoptions internationales

Logo ReliefWeb.jpg
Source: Federation Terre des hommes (TDH)

Lausanne, le 10 juin 2010

 

 

Dans les orphelinats, sept enfants sur dix ont un parent vivant.

 

La loi doit empêcher les trafics d'enfants sous couvert d'adoption en Haïti, et les organismes de protection de l'enfance devront prendre part à la surveillance du bureau national des adoptions à créer. L'experte de Terre des hommes (Tdh) rentre d'une mission qui lui a permis de rencontrer des acteurs-clés, avant l'examen par le Sénat haïtien de la loi sur les adoptions. Tdh livre soins et protection à 30'000 enfants et proches, près de l'épicentre du tremblement de terre de janvier ainsi qu'au sud, où ont afflué quelque 50'000 déplacés.

 

« 70% des enfants qui se trouvent dans des institutions haïtiennes, souvent appelées crèches ou orphelinats, ont au moins un parent biologique vivant » évalue Marlène Hofstetter, cheffe du service adoption de Tdh à son retour de mission. En relation avec les agences internationales concernées, elle s'est efforcée de convaincre des sénateurs et d'autres responsables haïtiens de renforcer le projet de loi, pour mettre fin aux commerces d'enfants. Il faut inscrire dans la loi une évaluation sociale de la famille biologique, avant d'autoriser l'adoption. Suite au séisme et au chaos qui a suivi, près de 1800 enfants ont fait l'objet d'évacuations vers le Canada, les Etats-Unis, la France, les Pays-Bas ou la Suisse, sans que les procédures d'adoption soient clairement achevées. Marlène Hofstetter montre la plaie : « On dit trop rarement aux parents haïtiens que l'adoption internationale rompt les liens avec la famille biologique et rend illusoire un retour au pays de leur progéniture à l'âge adulte. »

Dans les orphelinats proches de l'épicentre du séisme, Tdh a documenté les cas de 438 enfants, afin de prévenir des disparitions, d'évaluer le niveau de prise en charge, de chercher d'éventuels liens familiaux, de connaître les causes de placement ou d'abandon et de définir le soutien à donner aux familles pour la reprise de leurs enfants.

 

Beaucoup de filles et garçons subissent des abus et sévices, à l'intérieur comme à l'extérieur de la famille. La catastrophe sismique a encore accru la fragilité des mineurs. Fondée sur l'expérience et des instruments éprouvés, Terre des hommes délivre en juin sur l'île deux séminaires de formation à des cadres d'organisations humanitaires suisses et étrangères, pour prévenir toutes formes d'abus et de violence sur des enfants. Dans les départements de l'Ouest et du Sud, Terre des hommes secourt les familles sinistrées dans quatre champs d'activités :

Près de 17'000 personnes ont déjà reçu un abri ou des biens de première nécessité (kits d'hy-giène, jerricans, ustensiles de cuisine, fourneaux économes en charbon, bâches ou moustiquaires).

Plus de 4'500 personnes bénéficient d'un accès à l'eau potable et gèrent leur réseau d'eau par des comités communautaires ; 500 latrines sont déjà construites, 400 personnes formées à l'hygiène.

Près de 9'000 enfants et mères ont fait l'objet d'un examen nutritionnel, dont les deux-tiers étaient des enfants de moins de cinq ans ; 300 enfants sévèrement dénutris ont été traités ou référés.

2'000 jeunes entre 6 et 12 ans ont pu être enregistrés et prennent part à des activités d'expression et de mouvement visant leur développement psycho-affectif, dans huit centres communautaires ; 145 enfants disposent d'un suivi individuel de protection, en concertation avec d'autres organisations spécialisées.

 

Renseignements: Marlène Hofstetter, experte en adoption internationale, 058 611 06 05 ou 078 716 77 34
David Dandres, responsable des opérations en Haïti, 058 611 06 19


Source : ReliefWeb. 10 Jun 2010.

09/06/2010

France. Le droit de l’enfant à accéder à ses origines menacé

 

Logo blog Droits des enfants.jpg

Tout un chacun a-t-il le droit de connaitre ses parents, ceux qui l’on engendré ? A priori on aurait tendance à répondre par l’affirmative tellement il apparait essentiel de garantir à tout individu de pouvoir s’inscrire dans une lignée. A défaut de savoir où l’on va chacun, doit savoir d’où il vient. La vie, la mort, sont les grandes questions qui structurent chacun d’entre nous.

 

Pour l’immense majorité la question ne souffre guère de difficulté. Dès les premiers instants nombre de bonnes ou de mauvaises fées se penchent sur le berceau pour s’exercer au grand jeu des ressemblances : « Bon Dieu ce qu’il ressemble à son père ! » ou « Tout sa mère ! » Quand ce n’est pas : « C’est son grand-père craché  » ou « l’oncle Anatole ! » que beaucoup ont oublié voire n’ont n’a jamais connu s’agissant d’une des deux branches du nouveau-né !

 

Cette recherche de similitudes est un classique avec une marge d’erreur que peu connaissent quand les travaux des chercheurs en sciences sociales montrent que dans une proportion non négligeables – entre 6 à 8 affirment certains, un peu plus de 10% affirment d’autres - les enfants nés d’une femme marié n’ont pas systématiquement pour père le mari de la mère.

 

Plus tard quand l’enfant s’interroge « Papa est-il mon père ?  » ou « Maman est-elle bien ma mère ! », un rapide tour d’horizon des photos de famille est de nature à rassurer celui qui douterait.

 

Reste que pour certains la difficulté est réelle pour répondre à cette question fondamentale « Qui suis-je ? » car ses géniteurs auront fait en sorte de brouiller sinon d’effacer les pistes. Il ne s’agit pas de condamner moralement cette attitude et de porter de jugement de valeur sur cette attitude mais simplement de la constater.

 

En France, chaque année plusieurs centaines d’enfants naissent ainsi sous « X », c’est-à-dire sans que leur filiation soit établie .

 

Je peux témoigner que de tous les gens que j’ai pu croiser qui étaient en grande difficulté psychologique ce sont ceux qui souffrent le plus. Non seulement ils ont le sentiment d’avoir été spoliés d’une partie d’eux-mêmes et ils s’interrogent sur ce qui peut être à l’origine de leur rejet ou l’incapacité de leurs parents de les assumer, mais encore et surtout ils reprochent à la puissance publique de savoir et de leur cacher une vérité qui leur appartient. Ils ne supportent pas cette injustice et des années durant, devenus même largement matures, ils en souffrent et sont près à soulever des montagnes pour savoir.

 

Leur revendication est forte et la résistance à leur donner satisfaction est tout aussi forte. Une batterie d’arguments sont traditionnellement développés. Ainsi on avance qu’il faut savoir tourner la page : leur permettre d’accéder à cette vérité pourrait déboucher sur des drames pour leur mère qui souvent a reconstruit sa vie et demande à oublier. On argumente encore que la révélation pourrait remettre en cause l’adoption, qui a pu survenir. Tout simplement l’accouchement sous « X » évite nombre d’infanticides.

 

Ces arguments ne tiennent pas la route. Ainsi nombre de femmes qui ont eu un enfant très jeune sont elles-mêmes en recherche et à tout le moins aimeraient savoir ce que leur enfant est devenu. Nombre d’ailleurs ont veillé discrètement à s’informer sur leur sort auprès des œuvres d’adoption. Par ailleurs tous les enfants nés sans identité ne sont pas adoptés. Et pourquoi un enfant adopté devrait-il être vierge de tout passé : il est adopté pour ce qu’il est et non pas comme s’il n’avait existé avant d’être accueilli par sa famille. Ne parlons pas de l’argument tiré de la prévention de l’infanticide : rien ne démontre scientifiquement qu’il soit pertinent. La France et le Luxembourg sont les deux pays qui pratiquent l’accouchement sous « X » sans qu’il soit établi que dans les autres pays il y ait plus d’infanticides.

 

Cette question de l’accès aux origines a longtemps été un des sujets d’affrontement entre les partisans des droits de femmes et ceux qui portaient les droits des enfants.

 

Jusqu’ici très nettement le droit des femmes l’avait emporté.

 

La convention internationale sur les droits de l’enfant du 20 novembre 1989 dans son article 6 avance que l’ enfant a « le droit, dans la mesure du possible, de connaitre ses parents et d’être élevé par eux ».

 

Dans la mesure du possible ne signifie pas dans la mesure où on le souhaite. Un droit est reconnu dont l’exercice ne peut se heurter qu’à des difficultés factuelles comme l’absence d’informations identifiantes (ex. : le billet dans le berceau).

 

Au soutien de l’application simple de ce texte ratifié par la France sans réserve nous avancions que l’histoire d’un enfant n’appartient pas qu’à ses géniteurs, mais lui appartient aussi. Ce point de vue que nous soutenions très fort a fini par l’emporter en France en 2001.

 

Certes un verrou a été posé : si la mère s’oppose à la révélation de son identité les autorités publiques ne pourront pas passer outre. Si le droit de l’enfant a été reconnu, le droit de la mère reste supérieur.
A l’époque, avec le Médiateur de la République, nous avons combattu en vain ce veto.

 

En tout cas, comme nous le souhaitions un accompagnement social a été décidé par le législateur et doit se mettre en place pour permettre à la mère d’assumer son passé sans casser ce que depuis elle a construit, souvent difficilement. On ne doit pas débarquer avec un gyrophare policier dans sa vie ! Nous faisons le pari que dans nombre de cas certains accepteraient ce qu’elles refusaient initialement.

 

De fait ce dispositif fonctionne. Insuffisamment certes, mais nombre des personnes ont pu ainsi accéder à leurs origines malgré les réserves de ceux qui initialement ont monté et animé le CNAOP (Conseil national d’accès aux origines personnelles)

 

On pensait qu’une dynamique était en marche, discrètement, mais efficacement.

 

On sera d’autant plus choqué de lire dans le rapport à paraître prochainement du CNAOP (ASH du 4 juin 2010) : « La démarche de recherche de ses origines, que ce soit ou non dans le cadre d’un accouchement anonyme, requiert une certaine maturité et peut s’avérer profondément déstabilisante ». « Les informations, la réalité sont souvent bien différentes ce de ce qui avait été imaginé ». Et d’ajouter « Plus l’enfant est jeune, plus il semble difficile pour la mère de naissance d’imaginer pouvoir le rencontrer ». Conclusion du CNAOP : il faut réserver aux majeurs l’accès aux origines personnelles.

 

Pas question de nier que la matière soit délicate, mais revenir sur la loi de 2001 en interdisant à des enfants mineurs d’âge de rechercher leurs parents serait une régression et une disposition contraire à la Convention internationale des droits de l’enfant.

 

Redoublons plutôt d’efforts et d’imagination pour permettre l’exercice de ce droit. L’exercice d’un droit ne se discute pas, il s’accompagne éventuellement. Celui-ci comme d’autre. Sans doute faut-il en amont créer un climat favorable en acclimatant l’opinion à cette démarche.

 

Source : blog de Jean-Pierre Rosenczveig.

 

Une lueur d'espoir pour les nés sous X en France?

 


09:03 Écrit par collectif a & a dans Nés sous X | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, accouchement sous x, identité, origine | |  del.icio.us

08/06/2010

Journée d'études CHC LIEGE - Les troubles de l’attachement

Date : Samedi 12 juin 2010 de 8:45 à 13:00


Lieu : CHC - Clinique Saint Joseph de Liège - Service de Psychiatrie - UAL Avenue George Truffaut, 44 - 4020 Liège - Belgique.



Programme

08h45 Accueil

09h00 Dr Caroline LEMOINE (ULB)
Troubles d'attachement et troubles de conduites chez les adolescents

09h45 Mme Zoé ROSENFELD (ULB)
La question du lien pour l'adolescent adopté et ses parents

10h30 Pause

11h00 Prof D. CHARLIER (UCL) :
Attachement et capacités de mentalisation de jeunes enfants présentant des troubles externalisés du comportement

11h45 Dr. A. MALCHAIR (ULg)
Quand l'attachement détruit : le syndrome de Munchausen par procuration

12h30 Buffet



Contacts

Dr S. FUCHS Hôpital Saint Joseph, rue de Hesbaye, 75 à 4000 LIEGE - Tél. : +32 4 358 27 35 - Fax. : +32 4 355 18 82 - Courriel : sonia.fuchs@chc.be


Source : Société Royale de Médecine Mentale de Belgique

 

 

06/06/2010

Le trouble de l’attachement chez la clientèle adolescente du Centre jeunesse de Montréal : comparaison entre jeunes ayant différents types d’attachement

Universite Montreal Papyrus.jpgCe rapport a comme objectif général d’observer et d’identifier l’évolution comportementale, affective, physique, sociale et sexuelle de jeunes ayant un trouble de l’attachement à l’adolescence, afin de se pencher sur les pistes d’intervention à favoriser auprès de cette clientèle. Le suivi et l’histoire de cas de deux jeunes ayant des styles d’attachement insécures différents et des problèmes de comportement sont analysés. Différents instruments méthodologiques ont été retenus afin de recueillir des données : entrevues, observations et questionnaires. Les résultats, obtenus à l’occasion d’un stage en intervention à titre d’agent de relations humaines au bureau Saint-Denis (CJM–IU), démontrent que ces deux jeunes ont des besoins différents, selon l’évolution de leurs problématiques, et que des interventions personnalisées sont essentielles pour aider ces jeunes. De plus, le trouble de l’attachement à l’adolescence semble se cristalliser et accentue le développement de différentes problématiques (problèmes de comportement, lacunes au niveau des habiletés sociales, déficits sur les sphères comportementales, affectives, physiques, sociales et sexuelles). Finalement, la principale piste d’intervention à favoriser auprès d’adolescents ayant un trouble de l’attachement est d’offrir un soutien visant une stabilisation des sphères de sa vie (personnel, familial, école, amis, etc.).




Conclusions



Le trouble de l’attachement à l’adolescence est un sujet peu exploré dans la littérature. Plusieurs chercheurs ont travaillé sur les causes du problème (à partir de la naissance) et des conséquences (à court et à long termes) durant l’enfance. Toutefois, peu de recherches se sont intéressées à comprendre les conséquences du trouble de l’attachement chez les adolescents. Et donc, peu d’études se sont concentrées sur l’élaboration d’interventions efficaces pour ces jeunes.



En fait, spécifiquement sur cette problématique, l’intervention privilégiée dans la littérature est la thérapie individuelle. Toutefois, dans un contexte de suivi en Centre jeunesse, les intervenants doivent développer des stratégies efficaces pour adapter leurs interventions aux besoins de ces jeunes. En effet, il est important de bien cerner les caractéristiques présentes chez ces jeunes afin de personnaliser les interventions.



De plus, le trouble de l’attachement peut être utilisé à outrance si les concepts sont mal saisis. En fait, le trouble de l’attachement s’apparente à plusieurs problématiques (tel que vue dans la littérature). La concomitance de problématique est fréquente chez les jeunes recevant des services par les Centres jeunesse. Ainsi, d’autres problématiques peuvent être confondues avec un trouble de l’attachement (difficultés relationnelles, TDAH, problèmes de comportement, etc.).



Par ailleurs, ce rapport de stage a démontré que le trouble de l’attachement semble se développer à l’enfance et que les problématiques se cristallisent à l’adolescence. Tel que le mentionne le DSM-IV révisé et la majorité de la littérature sur ce sujet, l’attachement se développe à la petite enfance et si ce lien ne se crée pas de manière adéquate, ces enfants risquent de développer un trouble de l’attachement.

 

De plus, travailler avec cette clientèle peut s’avérer ardu. En effet, le développement d’un lien de confiance entre l’intervenant et l’adolescent peut être long à créer. Comme le mentionnait Steinhauer (1999), ces jeunes ne peuvent être forcés à créer un lien d’attachement, il faut aller à leur rythme. En fait, il faut être en mesure de bien planifier ses interventions, prendre plus de temps pour expliquer au jeune la possibilité de changement dans sa vie et créer un lien positif avec ce jeune pour éviter qu’il ne se désorganise. Aussi, un environnement stable est favorable puisque ces jeunes vivent de grandes angoisses à la séparation d’avec des figures d’attachement et des lieux significatifs (Lemay, 1993). Ainsi, dans le contexte d’un suivi social avec un agent de relations humaines, il s’avère fréquent que ces jeunes connaissent de nombreux changements d’intervenants au cour de leur suivi. Bien que ce facteur soit difficile à contrôler, il est essentiel que ces jeunes aient des repères stables.


Pour ce faire, plusieurs moyens peuvent être utilisés : favoriser la stabilité à la maison (pas de changement fréquent de logement, de conjoint (si les parents sont séparés), ne pas impliquer plusieurs adultes dans la vie de l’enfant), la stabilité à l’école (avoir une personne contact, rester le plus longtemps possible dans la même école), établir une routine stable (chaque jour se ressemble, discipline et règles claires, etc.) et développer une relation positive avec une personne significative (le plus possible les parents) en favorisant des contacts positifs (activités, moments privilégiés, renforcement positif, etc.).



Ce rapport de stage a également démontré qu’il existe des caractéristiques semblables et distinctes entre les problématiques du trouble de l’attachement et des problèmes de comportement sérieux. Ainsi, il est important de prendre le temps de bien comprendre ces différences et ces ressemblances pour permettre l’élaboration d’un plan d’intervention pertinent aux besoins de ces jeunes (Lemay, 1993). En fait, un adolescent ayant un trouble de l’attachement a avant tout besoin de stabilité. Les techniques cognitivo-comportementales et celles proposées par Lemelin et Laviolette (2008) et Doucet (2008) semblent avoir permis de stabiliser ce jeune durant sa désorganisation.



Le plan d’intervention doit ainsi répondre à ce besoin. En fait, l’intervention n’est pas la même pour un jeune ayant un attachement évitant (comme Paul). Dans ce cas, l’intervention doit se centrer sur sa faible estime de soi et sur le respect des règles à la maison. Ainsi, bien que ces jeunes avaient des caractéristiques semblables, leurs besoins n’étaient pas les mêmes. Par ailleurs, il reste à démontrer si ces techniques apportent des améliorations sur le comportement et les attitudes à plus long terme.



Par ailleurs, ce rapport de stage présente plusieurs limites. Tout d’abord, le nombre restreint de jeunes ayant un trouble de l’attachement ne permet pas de généraliser les résultats trouvés. Toutefois, il s’avère difficile de trouver des jeunes ayant cette problématique pour deux raisons : les intervenants ne veulent pas confier leur dossier à de nouveaux intervenants car la création d’un lien thérapeutique a pris plusieurs mois et les jeunes ayant un trouble de l’attachement semblent plus se retrouver avec un suivi en centre de réadaptation. De plus, les interventions avec ces jeunes sont sommaires. En fait, dans les deux cas, l’intervenant fut continuellement appelé à gérer des crises et donc, n’a pas eu la chance d’intervenir directement sur la problématique centrale de ces jeunes.



En ce qui concerne les outils utilisés pour cibler les différentes caractéristiques du trouble de l’attachement, la grille pour identifier les comportements, raisonnements et attentes des adolescents ayant un trouble réactionnel de l’attachement s’avère très inclusive. En fait, elle est si inclusive que même des adolescents n’ayant pas un trouble de l’attachement peuvent s’y retrouver. Néanmoins, elle permet d’observer des comportements à identifier chez les jeunes en difficulté et de mieux cibler les pistes d’interventions à privilégier.



Cette recherche a permis de mieux cerner la problématique du trouble de l’attachement à l’adolescence et de comprendre les caractéristiques de ces jeunes afin de proposer des interventions plus adaptées à cette clientèle. D’autres recherches, avec un plus grand échantillon, devraient s’intéresser au développement d’un plan d’intervention basé sur les besoins de cette clientèle afin de permettre le développement d’habiletés sociales favorisant l’instauration de relations interpersonnelles saines.



Source : Rapport de stage d'Amélie Filiatrault-Charron présenté à la Faculté des études supérieures en vue de l’obtention du grade de Maître en criminologie option stage en intervention.
Université de Montréal. Date publication juin 2010.

 

 

En savoir plus sur les troubles de l'attachement.