Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Des familles allemandes déchirées par les adoptions forcées pendant la guerre froide recherchent encore des réponses - et leurs parents perdus. | Page d'accueil | Les enfants ne sont pas des marchandises. »

25/08/2010

La seule de ma race, par Nathalie Daysse, née sous X.

Nathalie Daysse, nee sous X. Droit à connaitre ses originesLe droit à connaître ses origines

 

Nathalie Daysse était le 20 août 2010 à l'Office du tourisme de La Gacilly pour dédicacer son autobiographie, La seule de ma race. Enfant abandonnée et adoptée à 10 jours, elle raconte ses interrogations et son mal de vivre. Son manque, c'est de ne pas connaître ses origines. « Tout l'amour des parents adoptifs n'empêche de se sentir comme un électron libre », d'être un maillon hors de toute chaîne. À l'âge de 38 ans, mère de famille, elle perd sa mère adoptive. Elle reprend sa quête et finit par retrouver sa mère biologique. Le fil de son histoire se renoue.

 

Ce livre émouvant est aussi un plaidoyer. « Les enfants nés sous X sont 400 000 en France. Chacun devrait avoir le droit, s'il le souhaite, à sa majorité, de connaître sa filiation. Même sans le consentement des parents biologiques ». Elle remet en cause « la procédure de l'accouchement sous X et le verrouillage de l'administration ».

 

Elle défend ainsi les intérêts des enfants, et de leurs descendants avec leur histoire, et leur hérédité génétique, alors que sont aujourd'hui davantage pris en compte les intérêts des géniteurs et des parents adoptifs. Sa mère biologique, qui a rédigé la postface, comprend la souffrance de sa fille, mais défend le secret.

 

La seule de ma race, Éditions Le Toucan en librairie, à la Fnac et sur le site Amazone


Source: Ouest France.