Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pierre Lévy-Soussan : "On n'adopte pas pour sauver un enfant" | Page d'accueil | Quel avenir pour les enfants vendus à des fins d’adoption ? »

16/11/2010

Qualité de l’attachement: diagnostic, cours, et interventions possibles

SPZ symposium qualite attachement.jpg7ème Symposium SPZ, en collaboration avec le service de psychiatrie de l’enfance et de l’adolescence de l’université de Zurich

Jeudi, le 2 décembre 2010, de 8h30 à 17h15
Kirchgemeindehaus, Liebestrasse 3, Winterthur

 

Enfants et adolescents ont besoin de notre protection d’une manière toute particulière. Ils grandissent dans un contexte que notre société et nos notions culturelles leur imposent.

Nombre d’études internationales ainsi que suisses démontrent de façon impressionnante l’importance du développement des liens d’attachement dès la prime enfance et leur influence sur la capacité d’établir des liens durables et porteurs pour plus tard et de pouvoir les vivre.

En Suisse, des initiatives diverses en faveur des enfants, parents et familles ont été entreprises aux niveaux national, cantonal et régional qu’il faut poursuivre. Il est important de procurer aux enfants une formation et un encadrement correspondant le mieux possible à leurs besoins individuels moyennant un encouragement précoce ainsi que des offres d’accueil extrafamilial privées et publiques. Et il est primordial que les parents se sentent soutenus et ne soient dès lors pas livrés à eux-mêmes quand surgissent des difficultés et des situations qui les dépassent.

Le 7ème symposium SPZ, organisé en collaboration avec le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent du Canton et de l’Université de Zurich, met en évidence les possibilités de diagnostiquer la qualité de l’attachement, au cours de la petite enfance jusqu à l’âge adulte, et présente des possibilités d’interventions face aux troubles de l’attachement. Un nombre d’exemples vidéografiés ainsi que des notions actuelles provenant de la recherche dans le
domaine de la pédopsychopathologie et de la neurobiologie réunissent fondements théoriques et pratique appliquée.


Programme

- La qualité de l’attachement: Définition et connaissances acquises sur les nouveau-nés et enfants prématurés
Univ.-Prof. Dr. Marguerite Dunitz-Scheer, Graz

- Interaction mère-enfant dans les contextes à risque élevé:
Diagnostic, prévention et interventions auprès des mères adolescentes
Prof. Dr. Ute Ziegenhain, Ulm


- The Child Attachment Interview: Current Status and Future Developments
PhD Yael Shmueli-Goetz, London


- Les processus bio-psycho-sociaux dans le développement de l’attachement
Prof. Dr. Gottfried Spangler, Erlangen

- Attachement, traumatisme et réponse au stress
Prof. Dr. Blaise Pierrehumbert, Lausanne


- Attachement et comportement problématique des enfants placés: L’influence des expériences dans la famille d’origine et dans la famille de placement
Dr. Ina Bovenschen, Erlangen

- La signification de la qualité de l’attachement pour la relation entre thérapeute et client dans le traitement des jeunes adultes
Prof. Dr. Bernhard Strauss, Jena


Source : Kantonsspital Winterthur.

Commentaires

Je me permets d'ajoiuter à votre programme la controverse de Boris Cyrulnik relative à la "résilience et l'adaptation".

En effet, l'adaptation ne se réduit pas à un "coulage dans un moule" (principe pratiquement passif) à l'opposé de la résilience.

On confond trop souvent les conflits produits par les troubles de l'Attachement et ***l'adaptation réciproque*** des enfants et des parents face à ce paradigme, qui n'est pas une maladie mentale ni un handicap, mais un simple disfonctionnement de la psychogénède émotionnelle de l'enfant.

Les parents en ***conflits*** avec leurs adoptés ***ne s'adaptent pas à la demande des enfants***, et s'attendant plutot à ce que ces enfants coïncident, comme par magie, ***à leurs propres attentes.

La malttaitance parentale ni le harcèlement ne sont pas loin. Et l'enfant, quelles armes a-t-il pour se défendre?

L'agression, l'arme des plus faibles.

Les victimes, ce sont ***les enfants***, et non, comme ils se complaisent à le pcolammer, les parents inadéquats (cf petales, dont je fus expulsé pour avoir osé mettre en cause l'attitude des parents).


cf. cliniquedeladoption.eu
pierre@clniquedeladoption.eu
sociopsychorétarapeute de l'adoption.

Écrit par : Pierre ROGGEMANS | 16/11/2010