Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les mères de naissance / les premières mères ont-elles le droit de rechercher (leurs enfants) ? | Page d'accueil | Espagne. Trafic de bébés, l’autre visage du franquisme »

07/02/2011

Messages de mères inconnues. Xinran

Messages de meres inconnues.jpgDes mères chinoises racontent l'abandon de leurs filles.
La journaliste et romancière chinoise Xinran retrace les histoires jamais encore racontées de ces mères chinoises qui ont perdu leurs filles et donne la parole à quelques mères adoptives dans différentes parties du monde. Ces récits, Xinran  n'avait jusqu'à présent jamais pu se résoudre à les rapporter - ils étaient trop douloureux et la touchaient de trop près.

 

« Pourquoi ma maman chinoise n’a pas voulu de moi ? ». C’est, je pense une question qui hante tous les enfants adoptés du monde. Faute de pouvoir un jour poser la question à sa mère biologique, on se retrouve face à son imaginaire, qui ne peut trouver la réponsemadmoiZelle

 

Journaliste et animatrice radio célèbre à Pékin, aujourd’hui installée à Londres, Xinran a recueilli les témoignages tragiques de mères obligées de se séparer de leur fille. La faute à la politique de l’enfant unique qui a longtemps poussé les parents à vouloir absolument un fils? Ce n’est pas la seule raison. La loi chinoise interdit l’abandon ou la maltraitance des bébés filles. Mais en raison de croyances et de superstitions ancestrales restées vivaces dans les villages les plus pauvres, les épouses ont le devoir sacré de donner naissance à un premier-né de sexe masculin. Les bébés filles sont encore souvent étouffées à la naissance. Les plus chanceuses sont emportées à la ville par leur mère qui les dépose, la mort dans l’âme, sur un quai de gare ou à la porte d’un orphelinat.

Dix chapitres, dix femmes et autant d'histoires d'immenses chagrins, y compris le sien. Une fois de plus, Xinran nous emmène au coeur de la vie des femmes chinoises - étudiantes, femmes d'affaires, sages-femmes, paysannes - toutes hantées par des souvenirs qui ont marqué leur vie d'une empreinte indélébile. Que ce soit à cause de la politique de l'enfant unique, de traditions séculaires destructrices ou de terribles nécessités économiques, des femmes ont été contraintes de donner leur fille en adoption, d'autres ont dû les abandonner - dans la rue, aux portes des hôpitaux, dans les orphelinats ou sur des quais de gare -, à d'autres encore, on a enlevé leurs petites filles à peine nées pour les noyer.


La première phrase
A la fin de l'année 2007, le nombre des orphelins chinois adoptés dans le monde entier s'élevait à cent vingt mille.

La dernière phrase
Petite Neige, ma fille, où que tu sois, tu manques à ta mère !

Source : evene.fr

Commentaires

Très intéressant ! Je relaie sur mon blog !

L'avez vous lu ?

Écrit par : Moushette | 07/02/2011

Merci de nous l'avoir annoncé. J'ai déjà lu Chinoises que j'ai trouvé terriblement émouvant. Je fais le lien sur mon blogue.

Écrit par : Sycha | 07/02/2011