Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'Ethiopie va réduire les adoptions internationales jusqu'à 90% | Page d'accueil | Sans mémoire, on ne vit nulle part »

15/03/2011

Zingari : projet de recherche sur les troubles de l'attachement

Zingari est un projet de recherche et de clinique portant sur les troubles de l’attachement.
Le Collège Marc-Aurèle en Belgique, composant du projet Zingari, intègre une école et un internat. C’est un des premiers centres en Europe qui propose un hébergement et un traitement spécifiques pour les enfants souffrants de troubles de l’attachement.
Séquoia est le nom de l’entité juridique


Les symptômes de l’enfant


Plusieurs sont associés, parmi les plus courants, citons :
- violences verbales et physiques à l’égard des parents principalement;
- cruauté envers des animaux ou d’autres enfants;
- auto-agressions, destructions;
- comportements anormaux face à la nourriture;
- refus de contacts visuels;
- relations superficielles;
- manipulation;
- problèmes de vol et de mensonge;
- expressions disproportionnées des sentiments ou états.

 

Dans la tête de l’enfant


« J’ai peur. Quelle est cette personne qui veut me donner de l’amour ? Je n’ai rien demandé. D’abord c’est quoi l’amour ? Je veux être maître de mes choix. Je n’ai peur de rien sauf d’une relation envahissante. Si cette relation peut être bonne pour moi, je sais aussi qu’elle peut être dangereuse pour ma survie. C’est beaucoup trop pour moi. Comment faire pour éloigner ces gens qui veulent me prendre ma liberté puis risqueront encore de me laisser tomber malgré qu’ils me disent le contraire ? Quand ce calvaire va-t-il prendre fin ? »


Dans la tête du parent


« J’ai peur. Toute sa violence a jailli comme un geyser. Je ne comprends pas. J’ai tant d’amour à donner à mon enfant. Pourquoi me montre-t-il autant d’agressivité ? Je suis prêt à tous les sacrifices pour lui. J’ai tout essayé. Il a même porté plainte pour maltraitance. Plus on s’acharne à l’aimer plus il nous rejette. Tout ce que je fais est mal interprété. Quand je me confie autour de moi, les gens ne se rendent pas compte à quel point l’enfant nous en veut. Des professionnels ont même voulu me retirer la responsabilité parentale. Je l’aime mais j’ai compris que cet amour était dangereux pour lui. C’est un enfer. Comment s’en sortir ? »


Dans la tête des amis, de la famille


« Cet enfant est beaucoup trop difficile, insupportable, invivable, parce que les parents sont trop laxistes ou rigides. Nous avons dû prendre de la distance pour nous protéger. Nous ne sommes pas d’accord avec les concepts éducatifs des parents. Leur enfant martyrise les nôtres. Cet enfant est dangereux. Mais il n’en peut rien, il a connu des choses difficiles. Il ne faut pas poser d’interdits à ce pauvre enfant. »


Ou…

 
« Cet enfant est charmant. Qu’ont-ils tant à lui reprocher ? Il est obéissant. Les parents exagèrent certainement ce qu’ils racontent. Ce n’est pas possible. Pourquoi serait-il infernal en famille ? N’est-ce pas parce qu’ils ne le comprennent pas ? »


Dans la tête des professionnels


« Pour que les enfants montrent des comportements aussi inadéquats et violents, c’est que les parents ne savent pas s’y prendre. Peut-être sont-ils incapables de faire le deuil de l’enfant idéal ? Peut-être y a-t-il maltraitance car hors de la famille, il est plus sociable ! La thérapie proposée ne donne aucun résultat. Veulent-ils vraiment changer ? »


Pour en savoir plus consulter Le Nidoux

 

 

14:43 Écrit par collectif a & a dans Troubles DSM-IV | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : trouble de l'attachement | |  del.icio.us