Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Québec. Pour une adoption sans rupture du lien de filiation d'origine. | Page d'accueil | L'Espagne enquête sur 849 cas présumé de trafic de bébés. »

13/06/2011

Chine. Les « donations » pour adoption favorisent des comportements criminels

donation chine adoption.jpgLes familles étrangères qui souhaitent adopter un enfant chinois font presque toujours un don à l'institution d'adoption, ce qui pousse ces institutions à proposer davantage d'enfants à l'adoption et à recourir à des pratiques illégales pour trouver plus d'enfants, d'après les experts du secteur.

Un accord préparé par le Centre d'adoption de Nanchang, capitale de la Province du Jiangxi, dans l'Est du pays, comporte ainsi une clause mentionnant les donations volontaires.

Le montant suggéré est de 35 000 Yuans (5 405 Dollars US), a dit hier une personne bien informée au Beijing News.

Fu Yuechan, Directeur du Centre d'adoption, a reconnu la mention d'une donation, mais ajouté que le montant « pouvait en être négociable ».

Il a précisé que la donation fait partie de la Convention de La Haye sur l'Adoption Internationale, un accord international entre les pays participants sur les meilleures procédures.

A la question le Centre « vend »-il des enfants pour faire des bénéfices, M. Fu a répondu que les donations étaient utilisées pour couvrir les frais d'éducation de ces enfants.

Aux termes de la Convention de La Haye et de la Loi chinoise sur l'adoption, les parents adoptifs ne sont pas tenus à faire une donation et il est strictement interdit à quiconque d'exploiter ce processus pour en tirer profit, a dit l'article.

Tan Mingzhu, Secrétaire du Parti de la Maison de Bienfaisance de Nanchang, a dit au Beijing News qu'elle ne tirait aucun profit des donations, qui sont versées sur un compte spécial géré par le Bureau des Finances de Nanchang.

Mais le journal a découvert que certaines de ces institutions, avides de gagner de l'argent, recouraient à des méthodes illégales pour chercher des enfants qui seront ensuite proposés pour l'adoption.

Ainsi, une institution de la ville de Hengyang, dans la Province du Hunan, dans le Centre du pays, avait naguère ordonné à chaque employé de trouver trois enfants par an susceptibles d'être adoptés. Ils ne recevaient leur salaire et leur bonus que quand ils avaient rempli leur quota, avait rapporté antérieurement le Southern Metropolis Daily.

En 1996, le Ministère de la Sécurité Publique a publié une note imposant des mesures strictes pour examiner l'identité de chaque enfant avant de lui délivrer un passeport, a précisé l'article.

Cela n'a pas empêché certaines institutions de fabriquer de faux certificats pour faire passer les enfants ayant fait l'objet d'un trafic pour des enfants légalement disponibles à l'adoption, a dit l'article.

C'est ainsi qu'en 2005, six institutions de Hengyang ont fabriqué de faux documents pour des enfants ayant fait l'objet de trafic et prétendu qu'ils avaient été abandonnés, a dit le Phoenix Weekly de Hong Kong.

Et d'après une personne bien informée qui a souhaité rester anonyme et qui en a parlé au Beijing News, les gouvernements de certaines zones touchées par la pauvreté voient dans les donations une source majeure de revenus, et encouragent donc les institutions à proposer davantage d'enfants à l'adoption internationale.

D'après le New Century Weekly qui avait annoncé l'information en mai, des fonctionnaires des autorités chargées du planning familial du Hunan auraient enlévé des bébés à des familles n'ayant pas respecté les règles du planning familial et les auraient proposés à l'adoption.

C'est ainsi qu'à la fin de 2005, au moins seize enfants ont été arrachés à leur famille par des fonctionnaires de la ville de Gaoping, dans le Hunan. Les bébés furent ensuite envoyés dans des institutions qui pouvaient gagner beaucoup d'argent grâce aux adoptions, a dit le magazine.

La Chine est l'une des plus grandes sources de l'adoption internationale. Ses procédures relativement souples ont attiré de nombreuses familles étrangères.

Quelque 120 000 enfants chinois ont été adoptés par des familles aux Etats-Unis depuis 1992.



Source: le Quotidien du Peuple en ligne | ShanghaiDaily | 10.06.2011

18:00 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chine | |  del.icio.us