Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Espagne. 300 000 bébés volés à leurs parents et vendu pour l'adoption | Page d'accueil | Lutter contre la pauvreté infantile en soutenant les familles et mobilisant leurs compétences »

25/10/2011

Abandon Adoption. Quand la mère se retire. Par Edwige Planchin

Quand la mere se retire Edwige Planchin.jpgAbanDONNER son enfant, c'est lui donner de meilleures chances dans la vie en lui offrant la possibilité d' être adopté par des parents désirants et en capacité de le faire. Or la démarche de confier son enfant en vue de son adoption est non seulement méconnue mais très réprouvée socialement, condamnant les mères à la honte et au secret. Ce livre est le premier dans lequel une mère abanDONNANTE témoigne à visage découvert.

 

J’ai la joie de vous annoncer la sortie de mon témoignage pour adultes : AbanDON Adoption Quand la mère se retire. En effet, j’y retrace l’histoire de mon fils Ulysse, ou plus exactement l’histoire de notre rencontre. Pour ceux qui ne la connaissent pas, Ulysse est né le 22 août 2007 avec une maladie génétique rare : le syndrome de Noonan. Avant la naissance d’Orfée, Patrick et moi avons traversé une longue période d’infertilité qui nous a amenés à beaucoup réfléchir à la famille que nous étions prêts à construire. Nous nous sentions tout à fait capables d’adopter un enfant de moins de trois ans quel que soit son sexe ou sa couleur de peau. Mais nous avions bien compris que nous ne pouvions pas élever correctement un enfant gravement malade ou handicapé. D’autant plus que nous savions que des parents souhaitaient réellement adopter un enfant présentant ce type de particularité. Qu’ils souhaitaient sincèrement devenir ses parents et lui offrir une éducation adaptée. Lorsqu’Ulysse est né, force était de constater que nos limites n’avaient pas changé. En plus, Orfée n’avait que seize mois et l’état de santé d’Ulysse nécessitait des soins très lourds. Et c’est dans le déchirement le plus complet que nous avons du nous résoudre à confier notre fils en vue de son adoption. Le 26 septembre 2007, soit cinq semaines exactement après sa naissance, Ulysse est décédé. Cela a été réellement tragique pour nous et nous a fait vivre énormément de culpabilité. Quatre ans après le drame, nous avons retrouvé paix, confiance et optimisme. Dans mon livre, le premier dans lequel une mère témoigne à visage découvert sur l’abanDON d’enfant, je raconte la manière dont je m’y suis prise pour accepter l’ensemble de ces événements, dépasser la culpabilité et surmonter la douleur. L’histoire d’Ulysse est la plus grande déchirure de toute ma vie. Néanmoins, elle m’a donné la force de témoigner, espérant ainsi pouvoir aider d’autres personnes à avancer et à vaincre leurs difficultés.

Edwige Planchin


Edition L'Harmattan
 

15:43 Écrit par collectif a & a dans Livre - Revue, Témoignage | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us