Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Haïti. Les dessous de l'adoption internationale | Page d'accueil | Tchad : l’Arche de Zoé avait-elle agi avec l’appui "en sous-main" du président Nicolas Sarkozy ? »

07/01/2012

Québec. Adoption internationale: l'illusion du bébé parfait

adoption internationale quebec johlemieux.jpgL'adoption internationale est devenue un interminable chemin de croix. Tellement, que Québec entend forcer les futurs parents qui rêvent de cueillir un poupon en des contrées lointaines à suivre une formation pour qu'ils sachent dans quel bateau ils embarquent. Entre le fantasme du bébé parfait de quelques mois et la complexe réalité des enfants disponibles, il y a un monde d'illusions à déconstruire.

«L'adoption internationale est à la croisée des chemins», déclare la directrice générale du Secrétariat à l'adoption internationale (SAI), Luce de Bellefeuille. La demande est toujours aussi forte, mais le nombre d'enfants jugés «adoptables» est en chute libre. Beaucoup de nouveau-nés trouvent maintenant une famille sur place, dans leur pays d'origine. Ces nations offrent donc aux adoptants de l'étranger de plus en plus de garçons et de fillettes plus vieux, souvent étiquetés «besoins spéciaux» (lire ici qu'ils cumulent des problèmes de santé physiques et psychologiques).

Baptiste Ricard-Châtelain pour Le Soleil


Adoption internationale: moins d'enfants, et des délais qui s'étirent

(«J'ai de la difficulté à encourager des gens qui veulent adopter qui sont en début de processus. [...] Il faut être fait fort pour passer à travers.»

Le Soleil


Adoption internationale: quatre contraintes pour les futurs parents

Pas simple de démystifier les bouleversements qui ballottent le monde de l'adoption internationale et chamboulent les aspirations des parents en devenir. Donald Foidard a fondé la société Formons une famille il y a une vingtaine d'années. Durant les périodes fastes, ses troupes ont aidé de 300 à 400 Québécois par an à trouver un enfant. Il revient tout juste d'un séjour en Chine, au Viêtnam et au Cambodge. Voici, en quatre temps, ses explications.

Le Soleil

16:37 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : québec | |  del.icio.us