Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2014-01 | Page d'accueil | 2014-03 »

21/02/2014

Les enfants de la Réunion. Une reconnaissance tardive

Du début des années 1960 au début des années 1980, l’État français a organisé la déportation de 1 600 enfants réunionnais (orphelins ou présumés abandonnés) vers la métropole. On leur promettait qu’ils pourraient y faire des études puis s’en retourner vers leur pays natal. Mais, arrachés brutalement à leur environnement, ils furent placés en foyer ou en famille d’accueil dans des conditions souvent indignes, voire utilisés comme main d’œuvre agricole gratuite, dans les champs de la Creuse et d’ailleurs.

Les députés voteront sans doute une motion reconnaissant la responsabilité de l’État français dans cette maltraitance.  Une reconnaissance bien tardive, et dont il est affirmé d’avance qu’elle n’ouvrira droit à aucune réparation !

Source : L’exil forcé des enfants de la Réunion


- Les «enfances perdues» de l’Australie et de la Réunion.
Entretien avec Ivan Jablonka.


- J’ai le sentiment que mes origines n’ont pas été respectées. Du coup, j’ai eu beaucoup de mal à me projeter dans le futur.
Témoignage de Marie-Thérèse Gasp, aussi connue sous le nom de Dominique Foucher.