Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Film-enquête sur les vols de nouveau-nés dans les maternités sous le franquisme | Page d'accueil | Une bourse des mères porteuses à Bruxelles. Aucune place n'est accordée à l'enfant. »

23/12/2014

Cachez ces mulâtres que je ne saurais voir

Cachezcesmulatre.jpgRetour sur le passé douloureux des enfants nés de rencontres entre missionnaires belges et femmes africaines.


« Dieu a fait l’homme blanc et l’homme noir. Le diable a fait les métis ». Cet adage, Regina Nabashekage l’a souvent entendu dans son enfance. Née en 1933 à Bukavu, au Congo, d’un père belge et d’une mère congolaise, elle trouve difficilement sa place dans la société, rejetée à la fois par la communauté africaine et la communauté européenne. Rapidement, comme des centaines d’autres enfants métis, elle est séparée de sa famille par l’administration coloniale et envoyée dans un internat dédié aux Métis.

Article complet sur Bruxelles Bondy Blog

08:11 Écrit par collectif a & a dans Film & documentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us