Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2009

PC2R pour faciliter l'adoption internationale.

Peace Corps Rama.jpgDes volontaires de l'adoption internationale, le réseau de "Peace Corps à la française" créé par Rama Yade, secrétaire d'Etat chargée des affaires étrangères, vont être mis en place progressivement dans tous les pays d'adoption pour aider les familles.

 

Ces «volontaires», principalement des jeunes femmes, dépendent du Quai d'Orsay et sont censées faciliter l'adoption par les familles françaises en faisant le lien avec les autorités locales. Elles seront une petite dizaine à partir dans le courant du mois de février 2009.

Elles auront de muliples tâches à remplir :

1. "sortir de l'orphelinat" est un objectif prioritaire pour Rama Yade : nécessité de sortir les enfants le plus rapidement possible des institutions en s'appuyant soit sur les ONG locales soit sur les associations internationales actives sur le terrain;
2. soutenir les projets d'adoption internationale et les conventions relatives à la protection internationale des enfants;
3. être des interlocutrices, des opératrices en adoption internationale présentes sur le terrain;
4. faciliter les démarches des Français adoptant à l'étranger: entrer en contact avec les structures locales, les orphelinats, les familles biologiques; aider à déclarer les enfants "adoptables";
5. débloqué les dossiers adoption en attente;
6. contrôler d'éventuelle dérive;
7. traquer les situations irrégulières

A cette liste, il serait utile d'ajouter la tâche suivante :
8. Pour les personnes adoptées qui le souhaitent, être des facilitateurs dans la recherche de leurs origines.

 

Un fonds de coopération humanitaire - doté de 3 millions d'euros - a également été créé pour développer l'aide aux orphelinats dans les pays d'adoption.

 

Cette "mission d'accompagnatrice-aidante-contrôleuse" n'est certainement pas à la portée de tout le monde, d'autant plus que "pour mieux adopter, nous devons aider les pays à avoir moins besoin d'adoption" et que "l'adoption est l'ultime recours pour les enfants orphelins ou abandonnés. Avant cela, il faut tout faire pour qu'ils retrouvent une vie familiale dans leur pays". Extraits d'un entretien avec Aujourd'hui/Le Parisien. (19.01.2009)

 

Sur le même sujet

- Peace Corps or adoption army? 28.07.2008

14/01/2009

Les adoptions internationales sont en déclin.

Brian Douglas.jpgInter country Adoptions on the decline.

[Via "ALL CHILDREN HAVE RIGHTS" le blog de Brian Douglas. Directeur à RCHF]

 

In the last few years inter country adoptions of children has shown a distinct decline with a sharp decline in 2008. This is because more and more Countries have realized that they need to reform their childcare, so that all of their respective children benefit from children’s rights.


This can only be achieved if there are full and serious reforms within a Countries social system as the Romania case proved and only if best practices are observed at all times to ensure the rights of the child are put first above all other interests.


Only last week and Irish reporter explained how the drop in inter-country adoptions had hit Ireland and this is the same story repeated we see now in many Countries including the countries that had in the past high ICA rates like the USA, France, Spain and Israel.


Developing countries more and more are realizing that reforms in their childcare systems that really benefit the child above everything else can only be achieved if Inter-country adoptions are stopped. This kind of adoption has been proved not to be in the child’s best interest time and time again as in the last few years more and more cases of children being left unprotected have come to light. It is also clear that the Hague convention does not protect the child’s best interests, but is used as a excuse by the huge well financed inter-country adoption agencies, even though the many inter-country adoption agencies that make huge sums of revenue from ICA would not have one believe this.


The only serious way to go forward with reforms is to place a ban on Inter-country adoptions and promote national adoption in which the child does not loose its sense of origin, culture and language, as all of these important factors are lost in inter-country adoption.


Many critics will say that national adoption takes to long, but lets be honest as here what they are really saying is that inter-country adoption is to quick as has been proved to be the case in many inter country adoptions over many years. Of course national adoptions do take some time to process as there is a child’s best interest to be placed first and in order to do this many investigations to protect the child’s best interest must be undertaken and I might add these protect the adoptive parents too.


If a would be adoptive parent was putting the child’s best interest first they would not mind the time it takes to process their case properly observing the best practices and of course most in national adoption are prepared to adhere to this as they want the best for their would be adoptive child too. Here foster care comes into play at its best as a child over a period of time can be assessed and the, would be adoptive parent too, on regular visits. Many countries are now seeing that these kinds of reforms are the right and only way forward, plus these reforms also include child allowance and other social benefits, so that national adoption is for any family wishing to give a child the love and future in its own country that a family brings is available.


It is also clear that in 2009 there will be less inter-country adoptions on the part of foreign parents as the financial crisis bits in and it is therefore a time to look at your own countries needs and if you really want to adopt a child, then look to national adoption within your own country and give a child which you can understand and more importantly which can understand you a real chance.

 

- Inter country Adoptions in steep decline in last 4 years.

Within the last years World financial recession, which has hit just about every Country harder than anyone could have thought possible a year ago we also see a massive decline in the number of Inter-Country Adoptions Worldwide.

The drop of numbers in these types of child adoptions though has little to do with the World economic crisis as they have been falling for several years now and show a nearly 50% drop in the last 5 years alone.

All Children Have Rights | Brian Douglas | 31.12.2009.

 

- Dominique Nachury : « L’adoption internationale est en baisse aujourd’hui »

Aujourd’hui le nombre de pupilles est assez limité en France donc l’adoption nationale est compliquée et répond à des règles particulières.

Après une forte hausse durant les trente dernières années, l’adoption internationale est en baisse aujourd’hui. Cela peut s’expliquer par le fait que la plupart des pays susceptibles de confier des enfants en vue d’une adoption sont signataires de la convention de La Haye.
Cette convention prévoit une priorité au maintien dans le pays et la culture d’origine.

De nombreux pays ont aussi leur situation géographique et sociale qui se modifie et de ce fait, s’ouvrent moins à l’adoption. C’est le cas par exemple du Brésil, ou de la Chine.

Source : Lyonmag. 11 juin 2009.

11/01/2009

India. National Consultation on Countering Challenges in Adoption: Combating Child Trafficking.

BetterCareNetworkNederlands.jpgIndia: 10 & 11 januari Nationale consultatie over adoptie en trafficking van children.



Op 10 & 11 januari wordt in India een National Consultation on Countering Challenges in Adoption: Combating Child Trafficking.



Een belangrijke bijeenkomst voor organisaties in India die allen van harte welkom zijn die dagen in Delhi. Tip uw collega organisaties in India om hierheen te gaan. Reiskosten per trein worden vergoed.



Het aantal babies dat in India wordt afgestaan neemt eerder toe dan af door alle sociaal economische problemen die dit land heeft. Echter, het land ziet internationale adoptie als de allerlaatste oplossing en wil voorkomen dat deze kinderen slachtoffer worden van kinderhandel.



Daarom worden Indiase organisaties opgeroepen samen oplossingen te zoeken om moeders en kinderen te beschermen, te ondersteunen en die kinderen die zorg hebben in de eigen gemeenschap op te nemen. Het nationale adoptieprogramma moet herzien worden zodat kinderen beschermd worden en niet in handen vallen van handelaars die kinderen zoeken voor adoptie doeleinden.



Een belangrijke bijeenkomst voor onze werkgroep kinderhandel die de uitkomsten dan ook zal meenemen. In februari wordt een conferentie belegd door Cordaid en Kinderpostzegels in Bangalore. Hier zal een ”Better care Network” India een aanzet krijgen.



Meer informatie over de nationale consultatie in januari vindt u op de agenda pagina van de Better Care Network website.



Bron : Better Care Network


See also

- In search of his Indian mother. Arun DOHLE is a German whose roots lie in India.

The Times of India.

- Placing the "gift child" in transnational adoption. Barbara Yngvesson .
Business Network

27/12/2008

Centre International d'Etudes Judiciaires et d’Assistance Technique de la Conférence de la Haye

 

HccH.jpgProgramme d'assistance technique relatif à l'adoption internationale [1]

 

1. Cette dernière décennie a vu se développer progressivement les concepts sous-tendant le Centre international d'études judiciaires et d'assistance technique de la Conférence de La Haye et, de fait, la nécessité de sa création. À mesure que les migrations et les opérations transfrontières augmentent, le besoin de cadres juridiques et administratifs établis par les Conventions de La Haye devient de plus en plus pressant. Parallèlement à l'augmentation du nombre d'États parties aux Conventions, le besoin d'assistance pour la mise en oeuvre de ces Conventions se fait de plus en plus ressentir. Ces dix dernières années, la Conférence de La Haye apporte une assistance à la mise en oeuvre des Conventions, notamment par l'intermédiaire de visites de diagnostic et de conseils, ainsi que par des séminaires juridiques, tout d'abord sur le plan national, puis, progressivement, par le biais d'initiatives régionales. Ces développements ont été perçus comme un succès ; ils ont été généreusement financés par les États membres de la Conférence de La Haye de droit international privé, sous forme de contributions volontaires au Budget supplémentaire. [2]

 

2. La création du Centre, partie intégrante du Bureau Permanent de la Conférence de La Haye de droit international privé, et installé au début de l'année 2006 dans les nouveaux locaux de l'Académie de droit international dans l'enceinte du Palais de la Paix, a permis d'asseoir plus solidement ces initiatives. La subvention initiale versée par les Pays-Bas a permis de réaliser la première étape du Centre. Par ailleurs, son premier programme pilote (Programme d'assistance technique relatif à l'adoption internationale) a également été soutenu par les Pays-Bas, puis par les États-Unis d'Amérique et l'Australie. Le Centre permettra d'adopter une approche plus systématique de la prestation de services de formation et d'assistance à la mise en oeuvre.

 

3. Le Centre international d'études judiciaires et d'assistance technique de la Conférence de La Haye se concentre sur l'assistance logistique et administrative à une Convention particulière, aux initiatives régionales et autres entreprises et développées par le Bureau Permanent, en consultation avec ses États membres, en particulier pour les Conventions de La Haye relatives aux enfants et les Conventions de La Haye relatives à l'entraide judiciaire et administrative.

 

4. Le Bureau Permanent et le Centre s'efforcent de fournir une assistance coordonnée au titre des Conventions, en suivant trois principaux axes d'intervention :
a) identification des points faibles ou des besoins dans les États / régions ou dans les cas où une Convention de La Haye est sur le point d'entrer en vigueur ;
b) étude de ce que la Conférence de La Haye est en mesure d'offrir elle-même et en coopération avec des tiers (États parties, Organes régionaux ou ONG) dans la façon de dispenser des formations et d'apporter une assistance technique ;
c) examen des moyens d'accéder à l'éventuel financement nécessaire.

 

5. En particulier, le Centre :
a) traite les demandes d'assistance ;
b) aide à programmer et à effectuer le travail logistique relatif aux formations et aux séminaires de la Conférence de La Haye ;
c) aide à établir un comité international de conseillers techniques (de nombreux experts internationaux participent déjà aux programmes) ;
d) apporte son assistance au développement de matériel didactique ;
e) rédige et met en oeuvre des propositions de financement.

 

 

Programme d'assistance technique relatif à l'adoption internationale.

 

 

I. Contexte

 

6. Le principal instrument multilatéral régissant précisément l'adoption internationale est la Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale, qui établit des mesures de sauvegarde pour garantir que les éventuelles adoptions internationales interviennent dans l'intérêt supérieur de l'enfant, dans le respect de ses droits fondamentaux. La Convention de La Haye de 1993 compte à ce jour soixante-seize États parties.

 

7. La Convention reconnaît que l'adoption internationale peut offrir l'avantage que représente une famille fixe pour un enfant auquel il est impossible de trouver une famille adéquate dans son pays d'origine. Elle exige que les possibilités de placement de l'enfant dans son pays d'origine soient étudiées en premier lieu.

 

8. La Convention établit un système de coopération entre autorités du pays d'origine et du pays d'accueil. Ce système est conçu de manière à garantir que l'adoption internationale intervienne dans des conditions favorisant les meilleures pratiques en la matière et l'élimination de tout abus. Si nécessaire, les États contractants peuvent adopter des mesures de sauvegarde supplémentaires pour protéger l'enfant. Les mesures de sauvegarde prévues par la Convention visent à prévenir l'enlèvement, la vente ou la traite d'enfants. La Convention garantit que les adoptions réalisées conformément à la Convention sont reconnues dans tous les États contractants.

 

9. La Convention de La Haye de 1993, qui s'inspire de l'article 21 de la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant (CNUDE) [3], est soutenue par le Comité des Nations unies des droits de l'enfant. Le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, cite expressément la Convention de La Haye sur l'adoption internationale dans son préambule.

 

10. En 2002, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté le document intitulé « Un monde digne des enfants [4]», réaffirmant son engagement à s'attaquer aux questions découlant, en particulier, de la Déclaration du Millénaire [5], par l'action nationale et la coopération internationale. Afin d'atteindre ses objectifs, l'Assemblée générale a décidé de « protéger les enfants contre les adoptions ou les placements dans des foyers qui sont illégaux, exposent les enfants à l'exploitation ou ne servent pas au mieux leurs intérêts [6]». L'UNICEF a publié en 2007 un communiqué en faveur de la Convention de La Haye de 1993 comme étant l'instrument global le plus approprié pour l'adoption internationale.

 

 

II. Objet du programme d'assistance technique relatif à l'adoption internationale.

 

11. Pour que la Convention de La Haye de 1993 fonctionne, les premières étapes indispensables à sa mise en oeuvre effective au sein de chaque État contractant doivent être soigneusement planifiées. La Convention attribue une lourde responsabilité aux États d'origine. La mise en oeuvre et l'assistance technique peuvent s'avérer cruciales dans les pays disposant de peu de ressources à cet effet.

 

12. Les États parties à la Convention ont confié au Secrétariat de la Conférence de La Haye (Bureau Permanent) la tâche de contrôler et d'étudier le fonctionnement de la Convention dans les différents États contractants et d'apporter son assistance aux États en vue de garantir sa mise en oeuvre et son fonctionnement effectifs. Le Bureau Permanent jouit d'une expérience inégalée pour ce qui est d'évaluer le respect par les pays des normes de La Haye, ainsi que de l'expertise de personnes qui ont participé à de nombreuses missions dans les pays, notamment les personnes qui ont pris part à la rédaction de la Convention elle-même, et qui sont familières de la pratique des Autorités centrales. Les équipes de La Haye ont entrepris des missions dans divers pays (dont l'Albanie, l'Arménie, le Bélarus, le Brésil, le Cambodge, la Chine, la Colombie, le Guatemala, le Kenya, le Paraguay, la Roumanie, l'Ukraine, le Viêt Nam) afin de les conseiller en matière d'adoption et de protection des enfants ; elles ont accueilli et conseillé des délégations venant du monde entier.

 

13. Le Programme d'assistance technique (ICATAP) relatif à l'adoption internationale, présenté pour la première fois lors du Budget supplémentaire 2002-2003 de la Conférence de La Haye, a été conçu pour fournir une assistance directe aux Gouvernements de certains États qui prévoient de ratifier la Convention ou d'y adhérer, ou bien qui l'ont ratifiée ou y ont adhéré mais connaissent des difficultés pour la mettre en oeuvre.

 

 

III. Assistance

 

14. L'ICATAP est géré directement par le Bureau Permanent, qui dispose de membres du personnel et de ressources réservés à ce projet, ainsi qu'à des consultants et experts internationaux. L'utilisation d'un programme pilote permet au Bureau Permanent de vérifier à intervalles réguliers l'efficacité du programme et de tenir les États membres informés de l'avancement du projet.

 

15. La subvention initiale des Pays-Bas, suivie par des subventions des États-Unis d'Amérique et d'Australie, a permis de couvrir en partie les frais de personnel du Programme d'assistance à la mise en oeuvre et les frais de gestion de deux États pilotes jusqu'en décembre 2008. Le projet pilote a confirmé l'importance d' ICATAP, et beaucoup d'États ont démontré un grand intérêt à l'égard de ce programme. Des requêtes spécifiques d'assistance ont étés reçues de la part d'autorités de pays parties et non parties à la Convention.

 

16. Le Comité des droits de l'enfant recommande régulièrement aux Etats d'adhérer ou de ratifier la Convention et de demander de l'assistance technique.

 

17. Il est prévu que la prochaine phase du programme offrira de l'assistance à un ou deux Etats dans la région Asie-Pacifique, Afrique et / ou Amérique Latine. Le besoin de contributions – financières ou expertises professionnelles – de la part d'autres Etats parties à la Convention ou d'États membres de la Conférence de La Haye, est une priorité urgente.

 

 

[1] Une partie de ce document est extraite du Doc. prél. No 4 de février 2008 à l'intention du Conseil d'avril 2008 sur les affaires générales et la politique de la Conférence « Développements Régionaux ».
[2] Depuis 1999, plus de deux millions d'euros ont été apportés au Budget supplémentaire de la Conférence de La Haye, principalement grâce à des contributions volontaires des États membres. Voir ci-dessous, Partie II.
[3] Article 21 de la CNUDE : « Les États parties qui admettent et/ou autorisent l'adoption s'assurent que l'intérêt supérieur de l'enfant est la considération primordiale en la matière, et [mesures de sauvegarde visées aux alinéas (a), (b), (c) et (d)] (e) poursuivent les objectifs du présent article en concluant des arrangements ou des accords bilatéraux ou multilatéraux, selon les cas, et s'efforcent dans ce cadre de veiller à ce que les placements d'enfants à l'étranger soient effectués par des autorités ou des organes compétents. »
[4] A/RES.S-27/2, 11 octobre 2002, Un monde digne des enfants.
5. Résolution 55/2.
[6] Voir alinéa 44(12), A/RES.S-27/2. 3

 

 

6, Scheveningseweg 2517 KT The Hague | La Haye The Netherlands | Pays-Bas
Telephone | téléphone +31 (70) 363 3303 fax | télécopieur +31 (70) 360 4867
e-mail | courriel secretariat@hcch.net
website | site internet http://www.hcch.net

 

11:57 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conférence de la haye | |  del.icio.us

20/12/2008

Les sénateurs de Russie appellent à suspendre les adoptions d'enfants russes par des Américains.

Russie.jpgMOSCOU, 18.12.2008. Le comité pour la politique sociale du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) a proposé jeudi de suspendre l'adoption d'enfants russes par des Américains, après l'affaire retentissante d'un garçon mort étouffé dans une voiture.

 

L'Américain Miles Harrison, accusé d'homicide involontaire pour avoir oublié son fils adoptif d'origine russe dans sa voiture où il est mort étouffé, avait été acquitté mercredi un tribunal de Virginie.

"Notre comité envisage de formuler des propositions en ce sens après l'acquittement par un tribunal américain d'un père responsable de la mort du garçon russe qu'il avait adopté", a déclaré à RIA Novosti la présidente du comité Valentina Petrenko.

Selon Mme Petrenko, les sénateurs adresseront leurs propositions au ministère de l'Enseignement, au ministère des Affaires étrangères et au Parquet général.

"Tant que le tribunal qui a prononcé le jugement d'acquittement ne renoncera pas à son verdict, je me battrai pour la suspension des relations avec les Etats-Unis dans le domaine de l'adoption d'enfants russes", a-t-elle souligné.

Selon la sénatrice, la législation russe en matière d'adoption vient d'être "sérieusement durcie", et elle ne nécessite pas d'amendements. "Le problème ne réside pas dans les lois russes, il s'agit du fonctionnement de la justice américaine dont le raisonnement dépasse toutes les valeurs morales", a-t-elle indiqué.

L'affaire du petit Chase, âgé de vingt et un mois, qui a ému l'opinion publique russe remonte au 8 juillet 2008. Le père adoptif Miles Harrison a oublié l'enfant dans son tout-terrain GMC Yukon garé devant son bureau à Herndon, en Virginie. Selon les experts, la température à l'intérieur du véhicule pouvait dépasser 50°C, ce qui a provoqué la mort du garçon.


Source: RIA Novosti.


-  La Russie renforce les règles de l'adoption pour les Etats-Unis suite à l'acquitement de Harrison.

Le 8 juillet 2008, Harrison était arrêté après que son fils adoptifs de 21 mois soit mort d'un coup de chaleur après avoir été laissé dans un véhicule en plein soleil pendant 9 heures devant son lieu de travail. Le 17 décembre 2008, Harrison a été acquitté de l'homicide involontaire de son fils Chase, né Dmitry Yakolev. (Voir détails et articles cités dans PPL). Suite à cet acquittement, la Russie a décidé de renforcer les règles d'adoption pour les Américains.

Publié par Kim Myung-Sook sur son blog Fabriquée en Corée.


- Les Russes se montrent plus froids envers les adoptions étrangères.

"Dans le passé, le seul moyen de sauver nos enfants était l'adoption étrangère, mais maintenant, le gouvernement fournit des fonds pour les familles qui autrement ne seraient pas en mesure de se permettre de prendre un enfant" Nadezhda Gertman, chef de la protection de l'enfance à Chelyabinsk.
Pour plus de détails, lire l'article d' Anne GarrelsRussian Attitudes Colder Toward Foreign Adoptions paru dans NPR, le 17 décembre 2008.

Publié par Kim Myung-Sook sur son blog Fabriquée en Corée.

12:27 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie | |  del.icio.us

12/12/2008

Le problème en sauvant les "orphelins" du monde.

EFGraff.jpgThe problem with saving the world's 'orphans'.

E.J. Graff is associate director and senior researcher at Brandeis University's Schuster Institute for Investigative Journalism. Read her investigation into adoption corruption at www.brandeis.edu/investigate


[Publié et traduit en français par Kim Myung-Sook, sur le blog Fabriquée en Corée]


C'est le temps de l'année où nous sommes inondés par des appels à sauver les millions d'orphelins dans le monde. À la télévision, dans les journaux, dans nos boîtes aux lettres, nous voyons des enfants aux yeux tristes privés de nourriture, de vêtements et d'affection. Seul Ebenezer Scrooge (ou son incarnation, le Grincheux, par Seuss) au cœur dur pourrait y tourner le dos.


Mais lorsque ces appels sont combinés avec des exemples prestigieux comme la tournée du monde de l'adoption d'Angelina Jolie et de Brad Pitt, les humanitaires potentiels pourraient arriver avec cette conviction dangereuse: les familles de l'Ouest peuvent, et doivent, contribuer à résoudre cette "crise des orphelins dans le monde" en les adoptant.


Il est vrai que, parfois, l'adoption internationale peut sauver la vie d'un enfant. Mais soyez très prudent. En se dirigeant vers un pays pauvre, sous-développé ou déchiré par la guerre pour adopter un bébé, les Occidentaux peuvent accomplir par inadvertance au contraire de ce qu'ils voulaient. Au lieu de sauver un enfant, ils pourraient créer un orphelin. Les importantes sommes d'argent que les agences d'adoption offrent pour les bébés des pays pauvres incitent trop souvent des intermédiaires et opérateurs peu scrupuleux à acheter, contraindre, frauder, ou enlever les enfants des familles qui auraient aimé, soigné, et élevé ces enfants jusqu'à l'âge adulte.


Comment ce malentendu se produit-t-il ? Un des problèmes est le mot "orphelin". Les rapports de l'UNICEF mentionnent 132 millions d'orphelins dans le monde entier. L'étrange définition de l'UNICEF inclut les "orphelins uniques" qui ont perdu seulement un parent, et les "orphelins doubles" pris en charge par la famille élargie. Assez admirablement, l'UNICEF s'efforce de recueillir des fonds pour offrir de l'aide et le soutien aux familles de ces enfants, et de bâtir des systèmes de protection de l'enfance fonctionnels qui bénéficieront à la collectivité tout entière. Mais peu d'Américains penseraient à ces enfants comme des "orphelins".


Un autre problème est que les enfants abandonnés ou orphelins qui ont besoin de foyers sont rarement des nourrissons ou tout-petits en santé que la plupart des Occidentaux se sentent prêts à adopter. La majorité des enfants qui ont besoin de "familles permanentes" comme l'industrie de l'adoption le présente, sont âgés d'au moins cinq ans, handicapés, malades chroniques, traumatisés, ou bien ont besoin de plus soins. L'exception est la Chine, où la politique de l'enfant unique a conduit à une épidémie de filles abandonnées. Mais les bébés abandonnés de la Chine sont historiquement uniques. En Afrique, par exemple, les enfants sont peut-être rendus orphelins parce que leurs parents sont morts du sida, du paludisme ou de la tuberculose. Dans l'ancien bloc soviétique, les parents sont peut-être morts ou ont perdu la garde leurs enfants à cause des maladies reliées à l'alcool ou de la violence domestique. En Asie, les enfants sont peut-être eux-mêmes séropositifs ou souffrent de l'hépatite chronique B.


Mais du point de vue des organismes d'adoption, ces orphelins nécessiteux ne sont pas très "commercialisables". Alors, voici la mauvaise nouvelle: pour répondre aux désirs des familles occidentales d'adopter des bébés en bonne santé, de nombreux organismes d'adoption versent des sommes énormes dans les pays pauvres et corrompues - peu de questions posées - à la recherche d'enfants en bonne santé âgés de trois ans et moins. Ces sommes peuvent inciter certains habitants à acheter, à contraindre, à frauder ou à kidnapper les enfants de leurs familles. Traumatiquement, ces enfants sont privés de leurs familles, et les familles sont privées de leurs enfants.


Considérant qu'après la chute de Nicolae Ceausescu en 1989, les enfants roumains institutionnalisés avaient désespérément besoin des familles. Des milliers d'Occidentaux généreux se sont rendus en Roumanie pour adopter -, mais ont été dupés pour acheter des bébés directement auprès des familles qui n'auraient autrement pas abandonné. De même au Guatemala, pour plus d'une décennie, des Occidentaux adoptaient des enfants nécessiteux abandonnés; trop souvent en réalité, ils achetaient, même involontairement, des bébés en bonne santé sollicités (dans certains cas, apparemment, conçus et nés) spécifiquement pour le commerce de l'adoption. Le Guatemala et la Roumanie ont mis fin à l'adoption internationale en raison de la corruption généralisée. Comme la respectable organisation  World Vision à but non lucratif l'a dit, "Le désir d'adopter à travers les continents est bien intentionné mais détourné, mal guidé."


Ne durcissez pas votre cœur à ces "orphelins" aux yeux tristes - mais ne vous sentez pas coupables si vous ne pouvez pas (ou ne veulez pas) remplir une mission Jolie-Pitt d'adoption. Au lieu d'essayer de sauver un seul enfant, ce qui peut inciter au trafic, investissez dans et sauvez une communauté, ce qui empêche les enfants d'être rendus orphelins par la maladie ou la pauvreté. Achetez des fournitures pour les écoles défavorisées. Investissez dans l'eau potable ou le logement. Partez en mission médicale. Et rappelez-vous que la plupart des familles - comme la vôtre - ferait presque n'importe quoi pour garder leurs bébés à la maison et bien les élever.


E.J. Graff est directeur associé et chercheur à l'Université de Brandeis Schuster Institut pour le journalisme d'investigation. Lire son enquête sur la corruption des adoptions www.brandeis.edu/investigate.



Les remarques de Kim:


Voilà une journaliste bien informée des enjeux de l'adoption internationale mais quand elle dit que la Chine est une exception à la corruption, est-ce le résultat d'un "mensonge que nous aimons"?


On n'a qu'à lire le blog http://research-china.blogspot.com/ pour se rendre compte que la Chine n'est pas une exception.

Il suffit de cliquer sur le libellé "Chine" de ce blog pour voir les nouvelles sur les trafics d'enfants en Chine, en particulier dans les provinces de Hunan et de Guandong.

D'ailleurs, malgré son affirmation, l'enquête de E.J. Graff elle-même démontre que la Chine ne fait pas exception http://www.brandeis.edu/investigate/gender/adoption/china...



A lire aussi :


- Le mensonge que nous aimons (l'article complet)

L'adoption à l'étranger semble être la parfaite solution à un déséquilibre navrant: les pays pauvres ont des bébés qui ont besoin de foyers, et les pays riches ont des foyers qui ont besoin des bébés. Malheureusement, ces petits rayons de soleil rendus orphelins pourraient ne pas être orphelins du tout.

Traduit en français par Kim Myung-Sook, sur Fabriquée en Corée.

14:55 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : e.j. graff | |  del.icio.us

09/12/2008

Les voies de l’adoption internationale : Espagne, France et Suisse

terresdeshommes2.jpgLes intervenants prévus par la Convention de La Haye pour traiter les adoptions internationales sont:
• l’Autorité centrale (AC), voire, dans un pays fédéral, l’Autorité centrale fédérale et les Autorités centrales fédérées;
• les autorités compétentes (autorités de protection de l’enfance, tribunaux, offices de l’état civil…) apportant leur concours à l’Autorité centrale;
• les organismes agréés d’adoption internationale (OAA), agissant comme intermédiaires entre les candidats adoptants et le pays d’origine, sur base d’une délégation d’une partie de leurs missions par les Autorités centrales des pays d’origine et d’accueil. Ces organismes ont historiquement été des organismes privés.




Nous constatons cependant depuis quelques années, en Allemagne et en France particulièrement, la création d’organismes publics à caractère nous semblet-il hybride, tenant à la fois de l’organisme intermédiaire et de l’autorité centrale ou compétente. Comme nous le démontrerons ci-dessous, l’intervention de ces organismes publics peut être analysée comme problématique dans la mesure où leur statut, notamment au sens de la CLH, n’est pas clair, ni pour les candidats adoptants ni pour les pays d’origine. Ils ne nous paraissent pas présenter le même niveau de garanties que celles offertes par les organismes privés agréés.


Sur le plan légal, certains pays (Espagne, France, Suisse) laissent aux candidats adoptants le libre choix entre l’adoption par l’intermédiaire d’un organisme agréé ou l’adoption privée ou indépendante (c’est-à-dire sans intervention d’un organisme). Ces deux voies relèvent en outre des compétences des Autorités centrales et compétentes. La voie privée présente cependant des risques éthiques importants. D’autres pays (Italie, Norvège) interdisent en principe l’adoption privée, sous réserve d’exceptions strictement limitées.
L’intervention d’organismes publics vient cependant brouiller l’image de la politique revendiquée, que ce soit celle du libre choix des adoptants en France ou celle de l’interdiction de l’adoption privée en Allemagne.


1. Espagne, France et Suisse: libre choix des candidats adoptants


En Espagne, en France et en Suisse, les candidats adoptants peuvent indifféremment adopter un enfant étranger par un organisme agréé pour l’adoption ou en effectuant une adoption privée. Aucune restriction légale ne définit le recours à l’une ou l’autre voie. En France et en Suisse, les adoptions privées constituent les 2/3 des adoptions internationales.



2. En France, libre choix et « troisième voie » par un organisme public


Par application de la loi du juillet 2005, une « troisième voie » [Communiqué du Conseil des ministres,Paris, 23 mai 2006], d’adoption a été créée en France, l’Agence française de l’adoption (AFA), qui a été inaugurée le 18 mai 2006. Conformément à son texte légal de création [Art. L 225-12 du Code de l’aide sociale et des familles, tel que modifié par la loi du 14 juillet 2005.], elle constitue un OAA public, sous la forme d’un « groupement d’intérêt public » composé par « l’Etat, les départements et des personnes morales de droit privé ». L’AFA a été déclarée par le gouvernement français à la Conférence de droit international privé de La Haye, comme OAA agréé.



L’AFA est agréée pour servir d’intermédiaire à l’adoption dans tous les pays parties à la CLH et, sous condition d’un agrément spécifique pays par pays, délivré par le Ministre des affaires étrangères, dans les pays non parties à la CLH.




Il est difficilement compréhensible que cette condition d’agrément pays par pays, imposée à juste titre aux OAA privés pour tous les pays d’origine [Art. L 225-12 du Code de l’aide sociale et des familles.], qu’ils soient ou non parties à la CLH, ne s’applique à l’AFA que dans ses relations avec les pays non parties à la convention. Cela crée une discrimination entre les enfants et les familles en ce qui concerne les garanties octroyées. De plus, il convient de souligner dans ce contexte qu’il ne suffit pas qu’un pays soit partie à la CLH pour garantir le bon fonctionnement et que l’intérêt de bénéficier de partenaires fiables dans les pays d’origine reste néanmoins essentiel pour les OAA.



Par ailleurs, il conviendra aussi de vérifier la manière dont l’Etat opérera le contrôle, au sens de la CLH, sur un OAA public dont il est un membre constituant.



Contrairement aux OAA privés, l’AFA ne sélectionne pas les candidats adoptants mais accepte tous ceux qui disposent d’une déclaration d’aptitude. Par contre, bien qu’elle se présente comme un « intermédiaire », elle ne donne aucune garantie d’un apparentement. Elle envoie elle-même le dossier des adoptants dans le pays d’origine. Mais contrairement aux OAA privés à nouveau, elle n’assure pas le suivi de la famille adoptive après l’arrivée de l’enfant, lequel est dans ce cas confié au service public de l’Aide sociale à l’enfance [Art. R 225- 7 du Code de l’aide sociale et des familles, tel que modifié par le décret du 6 juillet 2006.]



Les Autorités françaises semblent d’ailleurs cultiver cette ambiguïté entre les rôles de l’AFA, des OAA et leur encadrement respectif des adoptions « individuelles ». Lors de son inauguration, le Ministre des Affaires étrangères annonçait ainsi que l’AFA pourrait « jouer » à l’égard des pays d’origine « de son double statut d’agence d’Etat et d’Organisme autorisé pour l’Adoption (OAA) » [Intervention de M. Philippe Douste-Blazy, Paris, 18 mai 2006], . « L’agence permettra à la fois de soutenir les parents et de rassurer les pays d’origine des enfants, qui veulent se protéger contre des démarches individuelles » (lire: privées) [Réforme de l’adoption : réponse de M. Philippe Bas, ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille, à une question à l’Assemblée Nationale. Paris, 17 mai 2006)].



L’AFA annonce également sur son site Internet:« Toute demande d’aide à la constitution et à l’envoi d’un dossier d’adoption dans un pays fermé à l’adoption individuelle (lire: privée) est prise en considération. Cependant, les pays restent souverains dans l’acceptation ou non de la demande selon les critères qui leurs sont propres ».



L’AFA semble donc bien plus un mécanisme tendant à faire accepter des adoptions semi-privées ou quasiment privées par des pays d’origine qui ne veulent plus des adoptions privées, qu’un OAA à part entière.
Sous peine de violation du principe de non discrimination entre les enfants (art. 2 de la Convention des droits de l’enfant) et les familles, il conviendra cependant de veiller à ce que chacun bénéficie du même niveau de garanties, quelle que soit la voie d’adoption envisagée, y compris les adoptions via l’AFA et les adoptions strictement privées au sens du droit français - ce qui semble difficile dans l’état actuel de la pratique française.



Source : "Adoption: à quel prix? Etude comparative sur six pays européens."
Rédigé par: Isabelle Lammerant, experte d’adoption internationale en droit comparé, et Marlène Hofstetter responsable du secteur Adoption internationale.
Fondation Terre des hommes – aide à l’enfance, Lausanne, Suisse - 2007.

 

En savoir plus

Les risques éthiques de l’adoption privée
L’adoption privée, source importante d’abus