Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2008

Le Guatemala suspend les adoptions d'enfants par des étrangers

Le Guatemala suspend, sauf exception, les adoptions d'enfants par des ressortissants étrangers, mettant fin à une pratique qui représentait plus de 200 millions de dollars par an.

 

Le Conseil national des adoptions (CNA), entré en fonction en janvier dernier, "a décidé, pour le moment, de ne plus autoriser (...) les adoptions internationales", a annoncé sa présidente, Elizabeth Hernandez, dans un courrier au secrétaire général de la Conférence de La Haye du Droit international privé. Le CNA donnera la priorité aux demandes d'adoptions introduites par des familles guatémaltèques.

 

Jusqu'à la création du CNA, les vols d'enfants aux fins d'adoption illégale étaient fréquents au Guatemala, et ce trafic générait un "chiffre d'affaires" de l'ordre de 200 millions de dollars par an, selon les organisations sociales du Guatemala. Elles estiment que 5.000 enfants étaient adoptés par ce canal, et 90% d'entre eux par des familles vivant aux Etats-Unis.

 

Toutefois, "l'adoption internationale demeurera une option dans le cas d'enfants pour lesquels il n'a pas été possible de trouver une famille au niveau national, et elle passera par le CNA", ajoute le courrier. Depuis janvier, le CNA a reçu 158 demandes d'adoption de la part de familles guatémaltèques, pour 70 enfants en situation d'être adoptés, a-t-il précisé.

 

Source : 7sur7.


Guatemala halts foreign adoptions  


 
US parents have long turned to Guatemala to find children to adopt

The authorities in Guatemala have suspended the adoption of some 2,300 children by foreigners for at least a month to check for irregularities.

Officials said each case would be reviewed to see if the babies were genuinely being offered for adoption by their birth mothers.

In recent months, Guatemala has taken steps to improve its adoption system, plagued by fraud and corruption.

Last year, some 5,000 children were adopted, most of them by US parents.

In January, a new law took effect in Guatemala to comply with an international treaty on inter-country adoptions.

The legislation included having a central body to oversee adoptions, allowing only accredited adoption agencies and imposing a transparent fee system.

The government had been under pressure to curb a controversial trade where intermediaries could be paid thousands of dollars to arrange an adoption.

Guatemala's attorney general, Baudilio Portillo, said the cases being put on hold were already in the system before the new legislation took effect.

Mr Portillo said the cases would be checked "one by one" to see if the children being offered up for adoption were really the offspring of the parents whose names appeared on documents supplied by private lawyers.

If there were any doubts, DNA tests would be carried out.

The attorney general's move was prompted by concern expressed by Guatemalan legislators and the newly created National Adoption Council over possible anomalies and manipulation of DNA results in some cases.

'Babies sold'

Guatemala is second only to China as the source of babies adopted by US parents.

Last year, more than 4,700 Guatemalan children were adopted by Americans.

Last August, the US embassy began requiring a second DNA test to ensure that the baby presented at the start of the process, when the mother is also DNA-tested to ensure she is the child's biological parent, is the same child who receives a visa at the end.

US officials have said reports of babies being stolen from their mothers are unlikely to be true given these safeguards, but nevertheless it was sometimes difficult to ascertain the level of consent granted by the birth mother.

Last month, the Vietnamese government announced that it would stop accepting adoption applications from US citizens after 1 July, after a US embassy report in Hanoi cited cases in which children had allegedly been sold and families pressured to give up their babies.

Vietnam dismissed the claims as groundless and unfair.

 
Source : BBC News.


- Adoptions d'enfants louches au Guatemala.

Guatemala, 16 septembre 2008 (Prensa Latina). Les autorités financières guatémaltèques ont détectés plusieurs cas de blanchiment d'argent lié à des procédures irrégulières d'adoption d'enfants par des familles américaines, ont révélé les sources dans la capitale.

Le Corps spécial de vérification(IVE), chargé d'enquêter sur les transactions bancaires suspectes, a indiqué qu'au moins 12 millions de dollars ont été transférés dans le pays pour payer des avocats et autres personnes liées à ces procédures.

Selon le rapport, il y a environ 85 mandats achetés par environ 50 agences américaines, les services de transfert qui disent, par exemple: "premier paiement pour l'enfant, second paiement pour le garçon de sept ans dans le processus", et d'autres similaires.

Les montants fluctuaient entre 20 000$ et 30 000$ et au moins 40 Guatémaltèques ont été détectés parmi les bénéficiaires, dont 20 étaient les notaires, a dit le IVE.

Selon les lois locales, le blanchiment d'argent est commis lorsque des sommes d'argent sont reçues à la suite d'une action illégale ou irrégulière.

Jusqu'à la fin de 2007, 4 000 mineurs guatémaltèques ont été donnés pour adoption à des familles étrangères, principalement des États-Unis, suscitant des critiques de la part des organisations nationales et internationales.

Ces organisations ont dit que de nombreuses femmes ont été persuadées de vendre leurs nouveau-nés pour répondre à leurs besoins, ou les bébés étaient volés et leurs identités changées.

Pour arrêter ce marché, le gouvernement a créé le Conseil national de l'adoption, une seule et même entité juridique avec le pouvoir d'autoriser à donner un enfant en adoption.

Le 9 septembre, le conseil a décidé de suspendre les adoptions internationales pour une durée indéterminée, et de donner la priorité aux demandes de couples d'origine guatémaltèque qui n'ont pas à payer d'argent pour les procédures nécessaires.

Publié par Kim Myung-Sook sur Fabriquée en Corée.
 

09/09/2008

Rwanda. Des parents réclament leurs enfants adoptés illégalement.

[ Fabriquée en Corée.]



Parents Demand for Their Illegally Adopted Children.



EASTERN PROVINCE - A number of parents from the former Umuvumba (currently part of Nyagatare District, Eastern Province) requested the government to intervene in the repatriation of their children who were taken to Europe during the 1994 Genocide and illegally adopted.


The children are said to be living in France.


According to the Mucyo Report on the role of France in the Genocide, the children in question were formerly sheltered at St. Agathe orphanage centre which was located in Masaka, a Kigali suburb.


The report also says that the orphanage was headed and funded by Agathe Kanziga, the spouse of Rwanda’s former Head-of-State, Juvenal Habyarimana.



The centre was run by the Saint Vincent Palotti Sisters who were apparently mandated with receiving orphans of the Rwanda Armed Forces (FAR) soldiers killed in combat.


At the orphanage, Sister Edita, a Polish citizen, was given the responsibility of finding families in Europe, especially France to adopt these children.


A dozen parents, who preferred anonymity for security reasons, allege that their children were taken during the evacuations of French nationals in the 1994 Genocide by French soldiers.


One of the angry parents who recently talked to this reporter complained that since their children were evacuated by the French evacuation squad at the height of the Genocide, they (parents) have not got any information on their whereabouts.


Parents of the illegally adopted children maintain that the methodology applied for adoption of their children contradicts Article 341 of the Rwanda Constitution.


The law states that to legally adopt a child, the supreme prerequisite is the consent of both parents, meaning the father and mother and adopting parent before a notary or in front of the Registrar of their respective residence.


“No single article was complied with. So, we need to see our children back because we as their parents never consented to their adoption. We understand that they were taken in the wake of the 1994 Genocide but even after the Genocide, nothing was done. Our government has to intervene and return them,” another angry parent underscored.


Yet another parent said that she appreciated the fact that the issue of their children was given prominence in the Mucyo Commission report. That this gives them hope that the human rights organisations will intervene to restore the rights of both parties.


According to the Mucyo report, the St. Agathe orphanage leadership was politically motivated by the then political ideology of the time which includes ethnic discrimination against the Tutsi or Hutus who distanced themselves from the ideology.


The report also reveals that selective evacuation was carried out by the French in April 1994. According to the report, those evacuated from the orphanage were first accommodated at a reception centre for asylum seekers in Créteil, a region in Paris.


They were then taken to Olivet in the south of Orléans where, for two and a half years, they were accommodated in a property put at their disposal by the General Council of Loiret, from whence they were entrusted to families.


Source : The New Times Rwanda.

 

07/09/2008

Cambodia Adoption Scandal

Cambodia-Adoption-Scandal.jpgScandale de l'adoption Cambodgienne.

[Via

 

Des familles américaines apprennent la vérité à propos des enfants cambodgiens adoptés. La femme au centre du scandale de l'adoption, parle à 20/20.

Ce documentaire, sur le scandale de l'adoption cambodgienne, est passé sur les ondes de ABC News 20/20 aux États-Unis en 2005.


Video abc News 2020.

 

- U.S. Families Learn Truth About Adopted Cambodian Children
Woman at Center of Adoption Scandal Talks to '20/20'

04/09/2008

La Chine privilégie désormais l’adoption nationale

Chine.jpgLe directeur du bureau de l’Adoption Internationale du ministère des Affaires civiles chinois, Wang Suying, a indiqué, dans un communiqué, le 19 août 2008, que la République Populaire de Chine allait désormais privilégier l’adoption nationale au détriment de l’adoption internationale.




En effet, selon les estimations de ce ministère, 30 millions de couples chinois seraient désireux d’adopter l’un des 52 700 enfants déclarés, à ce jour, adoptables par les services locaux de la protection sociale.



Cette évolution de l’adoption internationale en Chine s’explique notamment par une forte croissance du niveau de vie des Chinois, du changement culturel et de l’application de la Convention de La Haye du 29 mai 1993.



De ce fait, le China Center of Adoption Affairs (C.C.A.A.) recommande aux familles étrangères qui initient ou vont initier une procédure d’adoption en Chine la plus grande patience, les délais d’attribution pouvant être de plus de quatre ans entre l’enregistrement du dossier en Chine et l’acceptation ou non du dossier.




Source : L'Agence Française d'Adoption (AFA).

 

* * *

 

- Chinese children's homes pay money to finders who bring children to those homes

 

Chinese orphanages pay money to those who deliver children to the children homes. This news was intercepted from a report from an examination of the Ministry of Justice in response to a earlier Network report on illegal adoptions from China. According to China, its just about "symbolic amounts."

Informal translation of Netwerk.

30/08/2008

Fabriquée en Corée - adoption internationale - enfance volée.

Sur son blog "Fabriquée en Corée" , Kim Myung-Sook produit et publie un travail remarquable de traduction d'articles en langue française.
Quel rendement svp! Merci à elle.



- À la recherche des enfants volés.
Traduction de l'article "In search of the stolen children" publié dans smh.com le 30 août 2008.
Malgré une vague de scandales, le trafic des enfants demeure un énorme problème pour l'Inde, rapporte Matt Wade à Chennai.


- Le Népal demande instamment de mettre l'accent sur les droits de l'enfant en adoption.
Traduction de l'article "Nepal urged to focus on child rights in adoption' publié dans Reuters India , le 29 août 2008.



- Peut-être que maintenant, nous aurons la justice.
La version originale "Maybe now, we will get justice" se trouve dans smh.com, le 30 août 2008, par Scott Carney.
Les parents de Zabeen, fillette volée à l'âge de 2 ans et vendue à des Australiens, racontent leurs cauchemars.



- Des enfants volés retracés dans un orphelinat hollandais.
Traduction de "Stolen kids traced to Dutch orphanage" paru dans Times Now, le 28 août 2008.
Le cas des enfants volés et vendus à des parents adoptifs à l'étranger (Australie) par une agence d'adoption d'enfants Malaysian Social Services devient plus sombre. Les parents de deux enfants auraient été "vendus" à des parents d'accueil de la Hollande ont révélé à TIMES NOW qu'ils avaient reçu une lettre, après 12 ans, de leurs enfants qui ont été abandonnées dans un orphelinat des Pays-Bas.



- Une adoptée examine minutieusement un passé volé.

Adoptee sifts through a stolen past paru dans JoongAngDaily le 2 mai 2007.



- L'adoption d'orphelins éthiopiens n'est peut-être pas la meilleure solution.
C'est ce que conclut l'article dont la version originale intitulée "Adopting Ethiopian Orphans May Not be the Best Solution" est publiée par New America Media.

29/08/2008

Au Cambodge, les scandales n’ont toujours pas servi de leçon.

Les passe-droits et l’opacité perdurent autour des procédures d’adoption internationale, même après les révélations de plusieurs scandales.

 

Nus, assis sur un chemin caillouteux, des gamins hauts comme trois pommes regardent passer les motos. Derrière eux, leurs aînés s’affrontent dans une bruyante partie de volley-ball. Dans cet orphelinat de la banlieue de Phnom Penh, la capitale cambodgienne, vivent 75 enfants, âgés de 2 à 17 ans. 

 

Certains sont orphelins, mais la plupart ont encore leurs deux parents en vie. Ils ont été abandonnés. L’an dernier, deux enfants de moins de 8 ans de cette structure ont été adoptés. 

 

"Les Français leur ont donné de l'argent"

 

« Des Français sont venus à l’orphelinat et ils ont choisi un garçon et une fille. Les autorités françaises étaient au courant. Puis, les Français sont allés voir les parents cambodgiens dans leur village d’origine pour savoir s’ils étaient d’accord. Les parents, paysans, sont très pauvres. Les Français leur ont donné de l’argent », explique un des responsables de l’orphelinat sous le couvert de l’anonymat. Combien ont-ils payé pour obtenir ces enfants ? « C’est privé. »

 

En 2003, toutes les adoptions ont été suspendues entre la France et le Cambodge. Les trafics les plus sordides avaient poussé les autorités à la prudence. Des enfants étaient achetés. La demande alimentait les abandons. Un vaste marché, entretenu par la corruption, enrichissait des fonctionnaires cambodgiens véreux. 

 

La France espère prévenir les abus

 

En 2007, la France a rouvert les procédures en assurant désormais encadrer mieux le système, pour prévenir les abus. Désormais, les adoptants français doivent impérativement s’adresser à deux organismes pour trouver un enfant cambodgien : l’Agence française de l’adoption (AFA), ou les Amis des enfants du monde (AEM). Ils ne sont plus autorisés à entreprendre les démarches par eux-mêmes, d’orphelinat en orphelinat.

 

Comment, alors, expliquer que deux couples aient pu, l’an dernier, adopter en se rendant directement dans cet orphelinat de la banlieue de Phnom Penh ? « Il y a des passe-droits, des appuis, des pressions », témoigne une responsable d’un organisme d’adoption français. « Le gouvernement français a très envie qu’il y ait beaucoup d’adoptions. L’AFA a énormément de dossiers. » Visiblement, les restrictions appliquées par la France en 2007 n’ont pas suffi…

 

"Aucune réelle action des autorités cambodgiennes"

 

Les autres pays ayant également suspendu les procédures avec le Cambodge refusent de les reprendre, considérant que rien n’a changé. « Nous ne voyons aucune réelle action de la part des autorités cambodgiennes pour réformer le système et punir les auteurs de trafics », analyse Jason Barber, consultant pour l’ONG cambodgienne de défense des droits de l’homme Licadho. De fait, aucun intermédiaire n’a été arrêté, ni jugé, sur le territoire cambodgien.

 

Dans ces conditions, comment être sûr que les enfants actuellement adoptés légalement au Cambodge, et dont les dossiers transitent par l’AFA ou l’AEM, ne sont pas issus de trafics ? « Nous n’avons pas vraiment de prise sur cette question », reconnaît, désolée, la responsable de l’organisme d’adoption. Le volontaire français qui sera nommé au Cambodge le mois prochain (lire l’encadré) aura donc fort à faire. En attendant, l’ambassade de France à Phnom Penh a refusé de s’exprimer sur sa future mission ainsi que sur les adoptions en cours dans ce pays.

 

Jérôme BORUSZEWSKI, correspondant à Phnom Penh 

 

Source : La Croix.

 

 

28/08/2008

La situation toujours plus tendue de l’adoption internationale.


A la lecture des recommandations émises en novembre 2007 par Stéphanie ROMANENS-PYTHOUD et Cécile MAURIN du Service Social International - Centre international de référence pour les droits de l’enfant privé de famille (SSI/CIR), il ressort clairement que Rama YADE n'est pas "the right woman at the right place" en matière d'adoption internationale. Les mesures prises par la secrétaire d'Etat chargées des Affaires étrangères et des Droits de l'Homme - voir les Peace Corps à la française pour faciliter l'adoption internationale - vont principalement dans le sens contraire du SSI/CIR de Genève. Courage politique ?


Les statistiques de l'adoption internationale montrent une situation particulièrement tendue, les candidats adoptants étant toujours plus nombreux dans la plupart des pays d’accueil.

 

L’adoption internationale a beaucoup évolué dans une période relativement courte. Dans les années 1950, elle était plutôt une réponse humanitaire spontanée à des situations de conflit ou de catastrophe naturelle. Puis, au fil des ans, elle a peu à peu été mieux encadrée par diverses règlementations, tant au niveau national qu’international, pour être reconnue, aujourd’hui, comme étant avant tout une mesure de protection des enfants privés de famille. A ce titre, l’adoption internationale est la rencontre des besoins d’un enfant avec le désir d’un adulte (en couple ou célibataire) dans laquelle doit être privilégié l’intérêt supérieur de l’enfant. La situation actuelle de l’adoption internationale met cependant en danger ce principe fondamental. En effet, les statistiques montrent une situation particulièrement tendue, les candidats adoptants étant toujours plus nombreux dans la plupart des pays d’accueil. Il est difficile d’obtenir des chiffres à ce sujet. Mais les données de la seule France, que l’on connaît, illustrent bien le phénomène: le nombre de couples ou d’individus en possession d’un agrément approche les 30'000, ceci alors que le pays réalise environ 5000 adoptions par année, dont près de 80% à l’étranger, et que le nombre annuel d’adoptions internationales réalisées dans le monde dépasse à peine les 40'000.


Si des mesures ne sont pas prises rapidement, cette situation risque de devenir encore plus tendue ces prochaines années, le nombre d’adoptions internationales tendant à diminuer.
Ainsi, comme vous le savez, la France a connu une diminution de ses adoptions internationales de 5% en 2006 (2006: 3977 / 2005: 4136). Mais certains pays ont connu une diminution beaucoup plus importante que la France: moins 10% pour les Etats-Unis (2006: 20,679 /2005: 22,728), moins 20% en Suède (2006: 879 / 2005: 1083), moins 25% en Norvège (2006: 448 / 2005: 582). Le Canada a, quant à lui, connu une diminution de 18 % en 2006. Le nombre d’adoptions internationales en Espagne a également fortement diminué: en 2006, 4472 enfants venant de l’étranger ont été adoptés par des Espagnols, soit 951 de moins qu’en 2005, ce qui représente une diminution de plus de 20%6. En Allemagne, le nombre d’adoptions internationales 2006 est légèrement inférieur à celui de 2005 (moins 1%), mais le pays avait déjà connu une diminution de 6% en 2005 par rapport à 2004. Dans ce contexte, seule l’Italie fait exception et affiche une augmentation de 10% de ses adoptions internationales par rapport à 2005 (2006: 3188 / 2005:2874). Le pays reste toutefois en dessous de l’année 2004 (3402). Nous verrons plus loin une explication possible au cas de l’Italie.

 

Les explications à ce ralentissement sont multiples. Parmi elles, le contexte prévalant dans le pays d’origine joue un rôle très important. Par exemple, et c’est peut-être le cas le plus flagrant en raison de l’ampleur des chiffres, le nombre d’adoptions avec la Chine a sensiblement diminué depuis que ce pays a mis en place de nouvelles structures suite à l’entrée en vigueur de la Convention de La Haye de 1993 et depuis qu’elle a introduit des normes plus strictes concernant les candidats adoptants. Ainsi, pour le Canada, la diminution des adoptions internationales en Chine (moins 37,5%) est même la principale explication à la diminution générale de ses adoptions internationales. La Chine étant le choix de plus de 40% des Canadiens adoptant à l’étranger, cette diminution a induit une baisse générale des adoptions internationales canadiennes, ceci malgré l’augmentation du nombre d’adoptions avec plus de la moitié des 25 pays avec lesquels le Canada réalise le plus d’adoptions. Le Canada n’est certainement pas seul dans ce cas. La France a, par exemple, également réalisé un peu plus de 30% d’adoptions en moins avec la Chine en 2006 par rapport à 2005. Le nouveau contexte prévalant en Chine n’a, en revanche, eu aucune incidence sur l’Italie qui ne fait pas d’adoption avec ce pays. C’est peut-être là une des principales raisons pour lesquelles l’Italie n’a pas connu de diminution de ses adoptions internationales en 2006.

 

Les changements survenus dans d’autres pays d’origine ont également eu des conséquences directes sur le nombre d’adoptions internationales. Dans ce contexte, on peut notamment citer les nouveaux critères d’accréditation des intermédiaires en Russie, qui ont entraîné une diminution des adoptions pour certains pays, comme les Etats-Unis (933 adoptions de moins en 2006 qu’en 2005, soit 3706 adoptions au total); les adoptions avec l’Ukraine qui ont été réduites en raison des différentes réformes en cours dans le pays; ou encore le cas de l’Inde où les adoptions internationales continuent de baisser à la suite du développement des adoptions nationales. A l’inverse, on constate que de nouveaux pays apparaissent, parfois même dans le peloton de tête, dans les récentes statistiques de nombreux pays d’accueil, comme le Kazakhstan, l’Ethiopie, le Kenya ou le Mali. Ainsi les Etats-Unis ont réalisé 732 adoptions avec l’Ethiopie en 2006, alors qu’ils n’en avaient réalisé que 441 l’année d’avant et 150 en 20019. La France a réalisé 109 adoptions avec le Mali en 2006, alors qu’elle n’en avait réalisé que 85 en 2005 et 79 adoptions en 2004.

 

Ce contexte chiffré posé, il apparaît clairement que les demandes d’adoption des pays d’accueil  sont de plus en plus difficiles à satisfaire. Les restrictions imposées par des pays d’origine importants en termes de nombre d’adoptions internationales annuelles poussent les candidats à rechercher ailleurs des possibilités d’adoption. Or, l’histoire contemporaine de l’adoption montre que ces mouvements induisent systématiquement le même phénomène: lorsqu’un pays s’ouvre à l’adoption internationale, il est rapidement submergé par les dossiers de candidats étrangers, beaucoup trop nombreux par rapport aux besoins de ses enfants adoptables. Ce déséquilibre induit une forte pression sur le pays d’origine et entraîne immanquablement des abus qui finissent par être dénoncés dans la presse, provoquant une prise de conscience populaire et politique. Le pays prend alors des mesures, tant au niveau structurel que politique et socio-juridique, pour enrayer le phénomène, mieux protéger les droits des enfants et mettre au centre des préoccupations leur intérêt supérieur et leurs besoins: adhésion à la Convention de La Haye de 1993 sur l’adoption internationale, création d’une autorité centrale, réformes législatives incluant de nouvelles normes en matière d’adoption (concernant la procédure, le suivi post-adoptif, la détermination du nombre de pays d’accueil et d’organismes agréés…), développement de l’accueil familial et de l’adoption nationale, formation des intervenants…

 

Ces dispositions sont nécessaires pour offrir une réponse adéquate aux besoins des enfants privés de famille, même si elles sont plus restrictives à l’égard des pays d’accueil et des candidats adoptants, et induisent immanquablement une diminution des adoptions internationales avec le pays concerné. Les candidats cherchent alors d’autres pays d’origine, parfois moins regardant sur les procédures, qui, à leur tour, se trouvent submergé par les dossiers de candidats étrangers et finissent par prendre des mesures. Considérant que ce mouvement est inéluctable, un jour arrivera où la très large majorité des pays d’origine sera passée par ce processus et limitera en conséquence encore bien davantage le nombre d’adoptions internationales. D’autant que certains Etats d’origine ont pris, et vont certainement encore prendre, des mesures plus drastiques pour se protéger de la pression de la demande d’enfants adoptables de la part des pays d’accueil : certains pays ont ainsi choisi d’imposer des quotas annuels, comme la Thaïlande ou la Corée du Sud. Chaque année, ces pays informent les autorités centrales de quelques Etats d’accueil du nombre d’enfants qu’ils souhaitent leur confier en adoption pour éviter de recevoir un nombre ingérable de dossiers auxquels il ne sera de toute façon pas possible de répondre. D’autres Etats, comme la Lituanie ou les Philippines pour leurs enfants à besoins spéciaux, ou l’Etat de Porto Alegre au Brésil pour tous ses enfants, n’acceptent plus de recevoir des dossiers de candidats adoptants, mais envoient eux-mêmes les dossiers des enfants en besoin d’une adoption internationale aux Etats d’accueil pour que ces derniers procèdent à l’apparentement.

 

Ces mesures permettent certes de protéger les pays d’origine et leurs enfants adoptables de la pression mais elles ne peuvent pas fournir à elles seules une solution aux tensions qui distordent le paysage de l’adoption à travers le monde. En effet, tant que les pays d’accueil n’auront pas fait leur part du chemin, ces mesures auront des effets secondaires néfastes. Elles peuvent notamment engendrer une concurrence toujours plus aiguë entre les pays d’accueil. La rigidité des règles des pays d’origine peut également conduire à la corruption et au trafic d’enfants pour satisfaire les candidats les moins scrupuleux.

 

Une fois de plus, il apparaît donc essentiel que les pays d’accueil consacrent plus d’efforts à sensibiliser leur population à cette réalité, en soulignant le sens réel de l’adoption internationale telle que consacrée par les textes internationaux. Il est urgent que les pays d’accueil prennent des mesures pour gérer le flux de leurs candidats adoptants. Il est notamment capital que les autorités des pays d’accueil ne perdent pas de vue le nombre d’adoptions internationales réalisées en moyenne chaque année lorsqu’elles délivrent les agréments aux candidats adoptants. Sans forcément établir de corrélation stricte entre les deux éléments, il est important que le nombre de candidats adoptants d’un pays donné bénéficiant d’un agrément ne soit pas sans commune mesure avec le nombre d’adoptions internationales réalisées en moyenne chaque année dans ce même pays. Un tel écart induit une pression difficilement gérable pour les pays d’origine comme pour les pays d’accueil. Il génère en outre d’importantes frustrations parmi les nombreux candidats et aboutit parfois à des abus.


 
Au vu de ces éléments, une sélection plus fine des candidats adoptants est vraisemblablement inévitable. Une telle mesure est, certes, difficile à prendre pour les pays d’accueil soumis à d’importantes pressions politiques et populaires, mais les chiffres montrent qu’elle devient toujours plus nécessaire pour garantir l’intérêt supérieur de l’enfant. Rappelons à ce sujet que les bébés en bonne santé étant de plus en plus souvent adoptés dans leur pays d’origine, les enfants concernés par l’adoption internationale présentent fréquemment des particularités qui exigent des capacités d’accueil plus spécifiques. Dans ce contexte, la question extrêmement controversée de la limite d’âge supérieure des candidats à l’adoption mériterait également une réflexion ouverte et constructive. Une solution telle que la limitation de l’écart d’âge maximum entre l’adopté et l’adoptant est, à notre sens, une piste qui mérite d’être explorée sérieusement. En effet, selon les spécialistes en sciences humaines, l’adoption suppose des capacités d’adaptation et une souplesse psychologique spécifiques présumées en diminution avec l’âge. Par ailleurs, le développement de l’enfant peut pâtir d’un modèle parental trop âgé ou de la disparition précoce des adoptants.

 

Pour les candidats adoptants en possession d’un agrément, les organismes autorisés pour l’adoption (OAA) ont également un rôle de régulation à jouer. En effet, leur intervention peut être un atout dans le renversement de la logique demande – offre ainsi que dans la réduction des pressions et des abus aggravés par l’arrivée, dans les pays d’origine, de nombreux candidats adoptants non encadrés. Mais pour cela, le nombre, le profil professionnel et l’éthique des OAA doivent être établis en partant des besoins des enfants du pays d’origine et non de la demande des adoptants ou des intermédiaires.

 

Le développement d’alternatives à l’adoption internationale au sein des pays d’accueil peut constituer un autre élément de réponse. Certains pays d’accueil ont de nombreux enfants institutionnalisés pour lesquels peu de projets de vie permanents de type familial sont élaborés. Aux Etats-Unis par exemple, on estime que 23% des quelque 500'000 enfants placés attendent une adoption, soit un peu plus de 117'000 enfants; ceci alors que le pays réalise plus de 20'000 adoptions internationales par année. Le développement et la promotion de l’adoption nationale pourraient donc répondre aux besoins de ces enfants tout en répondant à la demande des candidats adoptants. Parlant de la France, il y a environ 1000 adoptions nationales par année alors que le pays compte quelque 3000 pupilles de l’Etat et environ 125'000 enfants placés en protection de l’enfance14. S’il est difficile de savoir combien de ces enfants seraient véritablement adoptables, il semble évident qu’ils sont plus nombreux que les quelque 1000 enfants adoptés chaque année.

 

L’adoption internationale ne trouvera son équilibre que si chaque acteur fait sa part du chemin. Nous sommes conscients qu’initier de telles démarches demande un réel courage politique, ainsi qu’un véritable effort didactique de la part de chaque intervenant. Si les professionnels de l’adoption sont souvent conscients de ce phénomène, il devient de plus en plus urgent d’en informer le public et de lui proposer d’autres moyens de soutenir l’enfance en détresse.

 

Source : Service Social International - Centre international de référence pour les droits de l’enfant privé de famille (SSI/CIR).
Archives novembre 2007.

 

- Diversification of countries of origin and an increase in the age of adopted children against a background of inter-country adoption that continues to be tense.


The fall in inter-country adoptions, which is common throughout the world, reflects amongst other things, an improvement in the provision of domestic care for children in the countries of origin. Faced with this situation, the receiving countries are looking for new countries to adopt in, particularly in Africa.


The 2007 statistics illustrate clearly: inter-country adoptions around the world are continuing to plunge. This pattern, which started for certain countries at the beginning of the 2000, was clearly confirmed in 2005, and seems to be continuing. It is explained by several factors that this bulletin has already addressed, namely, the fact that more and more countries of origin are developing and strengthening their national systems for child protection, particularly by means of family placement and domestic adoptions, thus reducing their need for inter-country adoption. Today, the latter therefore constitutes an appropriate response for older children and/or those suffering from problems of physical or psychological health, for whom it is more difficult to find a family.

Source : SSI-CIR, bulletin n°7-8/2008.