Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2008

Réflexions sur le devenir de l’adoption internationale. Jacqueline Rubellin-Devichi.

HeurtsBonheurAdoption.jpg

Jacqueline Rubellin-Devichi Professeure émérite de l’Université de Lyon, Présidente de l’Association française de recherche en droit de la famille.
Concernant l’adoption internationale, elle a notamment publié “L’adoption à la fin du XXe siècle” in Le droit privé à la fin du XXe siècle, Études offertes à P. Catala, Litec 2001, p. 341 ; “L’adoption internationale et l’intérêt supérieur de l’enfant”, JCP 1999, G, I, 160, chron. Dr famille.



Résumé


Dans cet article, l’auteure explique que les dispositifs juridiques sur lesquels repose l’adoption internationale ont atteint un tel degré de complexité que toutes les velléités de réforme ont été jusqu’à présent vouées à l’échec. Après en avoir examiné les raisons, elle pointe du doigt la situation inique des enfants provenant de pays d’origine qui prohibent l’adoption et qui ne peuvent, malheureusement, au regard du droit français, être adoptés en France. À l’aide d’exemples, l’auteure souligne également que les professionnels du secteur ne sont pas toujours suffisamment outillés pour affronter l’enchevêtrement des textes en la matière. Toutefois, un espoir de remise en ordre pourrait venir des institutions internationales qui font valoir les droits de l’enfant.


Source : CAIRN.

01/03/2008

La voix des adoptés (France)

En avril 2005, Elsa et Céline - adoptées françaises d'origine péruvienne ayant un parcours similaire - créaient l'association "La Voix des Adoptés".

Voici l'adresse du site officiel :
http://www.lavoixdesadoptes.com/

"Parce que les adoptés doivent s'exprimer !"

761541295.jpg

Echanges, rencontre, partage, écoute, conseils entre adoptés, avec les parents adoptifs.
Parler de son expérience et de sa vision de l'adoption, savoir écouter celle des autres.
Se rapprocher de ses origines : s'y préparer ? Comment ? Pourquoi ?

Adopté, parent adoptif, famille, ami adopté ...
Ensemble construisons l'adoption de demain.

 

D'autres associations actives en Europe:

- United Adoptees International News

The UAI wants to initiate a worldwide dialogue whereby adoption, the position of adoptees and children rights are the center point of developing social, political and cultural policies. The UAI wants to participate, and if necessary, enforce influence on the (adoption) society where the rights and lives of adoptees and children are endangered.


- United Adoptees International

De UAI Nederland is een organisatie die actief is op het gebied van (interlandelijk) adoptie. Zij participeert in vraagstukken die het maatschappelijke, politieke en culturele hart raken met betrekking tot adoptie. Haar beleid kenmerkt zich door drie pijlers: Bewustzijnswording, Ontwikkeling en Verandering van het adoptieveld in al haar facetten, met name daar waar de rechten en belangen van kinderen en geadopteerden in het gedrang komen.

 

27/02/2008

Adoptions en Europe : à quel prix ?

143181288.jpg- "Terre des hommes" pointe les lacunes législatives des pays d'accueil.
- L'organisation fustige en particulier l'adoption privée.
- "Souvent, les parents ne sont pas conscients qu'ils sont piégés dans des situations de trafic d'enfants."


C'est l'histoire d'une Française, qui s'est directement adressée à un orphelinat à Katmandou pour adopter un petit Népalais. Moyennant 3 000 dollars, on lui a envoyé la photo de l'enfant promis. Sans même vérifier si elle avait obtenu l'agrément des autorités françaises. Sans même donner de garanties d'adoptabilité de l'enfant.

 

"Au Népal, ils sont spécialistes. On déclare un enfant trouvé, avec rapport de police, alors qu'il a toute sa famille. On lui vole son identité" , explique Marlène Hofstetter, responsable du dossier "Adoption internationale" à la Fondation "Terre des hommes"

 

L'organisation, qui vient de publier un rapport "Pour une responsabilité éthique des pays d'accueil dans l'adoption internationale", fustige précisément l'adoption privée, telle qu'elle est encore pratiquée en France, en Espagne ou en Suisse - mais plus en Belgique, sans le recours à un organisme agréé d'adoption.

 

"Les pires abus"

 

Elle s'inquiète plus encore lorsque des parents partent à la recherche d'un gamin, sur Internet par exemple, dans des pays qui n'ont pas ratifié la Convention de La Haye réglementant l'adoption entre pays depuis 1993. "Des couples travaillent à l'étranger ou ont des contacts avec ces Etats, et nous n'avons pas voulu faire d'exclusion", justifie Wolfgang Meincke, responsable du placement des enfants au ministère allemand de la Famille. "Mais nous n'avions pas, en 2001, évalué les risques de l'adoption privée", reconnaît-il.

 

"Ce type de procédure est le lieu potentiel des pires abus de l'adoption internationale : sélection des enfants par les candidats adoptants, pressions sur les parents d'origine, corruption, faux documents, illégalités procédurales, enlèvements d'enfants", égrènent les auteurs du rapport intitulé "Adoption : à quel prix ?" et présenté hier à Bruxelles. Or, en France et en Suisse, deux tiers des adoptions internationales passent par cette filière. "Et souvent, les parents ne sont pas conscients qu'ils sont piégés dans des situations très complexes de trafic d'enfants", précise Marlène Hofstetter. Les lacunes législatives des pays d'accueil sont considérées comme des facteurs favorisant la corruption, la pression et l'illégalité.

 

"Par la pression sur les pays d'origine que représentent des centaines, voire des milliers d'adoptants individuels insistant auprès des mêmes autorités surchargées, l'adoption privée constitue en outre un frein essentiel au développement d'une adoption internationale centrée sur les enfants et non les adultes", remarque "Terre des hommes". "Notre but est de donner une famille à un enfant et non un enfant à une famille", se défend Richard Bos, secrétaire général de l'Autorité centrale en France, très critiquée par l'organisation.

 

L'un des problèmes fondamentaux, c'est que, contrairement aux idées reçues, la demande dépasse l'offre. En Belgique, citée en exemple par "Terre des hommes", on informe les parents que l'environnement international est fait de "possibilités décroissante et de concurrence croissante", indique Didier Dehou, directeur de l'Autorité centrale communautaire française. "Nous savons pertinemment que la demande croissante ne sera peut-être pas rencontrée."


Sources : Communiqué TDHChild Rights Information Network, La Libre Belgique

 

- Adoption: at what cost?
For an ethical responsibility of receiving countries in intercountry adoption
Isabelle Lammerant, Marlène Hofstetter, Terre des hommes

 

- Playing both side of the fence ?
United Adoptees International News

 

- International adoption, the global baby chace
Marlene Hofstetter, Terre des hommes, Lausanne, septembre 2003.

 

26/02/2008

Joint declaration on intercountry adoption

Via  [Pound Pup Legacy] , an informational resource from and for adults who advocate the needs of abused, abandoned, betrayed, neglected, and sometimes trafficked children, as seen through the eyes of adopted and fostered people.  



Last night I listened to the attached audio file, a press conference held by Maud de Boer-Buquicchio, Claire Gibault and Francois de Combret. Maud de Boer-Buquicchio, I don't know much about, but the other two names certainly rang a bell, having read Romania for Export Only .



After a brief introduction Maud de Boer-Buquicchio takes stage and without any back-up information dishes platitudes as "the child's best interest", "abandoned children in the streets of Romania" after which she lists a set of proposals to change European adoption policies.



Then Claire Gibault takes the stand and in a very confusing speech she tells about the many teen-agers in residential care, who desperately need a family before they age out of the system, hence promoting international adoption. This is a very peculiar twisting of facts. Most international adoptions pertain infants, not teen-agers, so opening up Romania for international adoption is not going to help this group at all and probably wouldn't benefit them at all when they were. What is the point in moving 14-15 year olds to another country, where they don't speak the language and as a result of that won't fit within the educational system.



I read Mrs. Gibault's words as an emotional appeal, to cover up the real agenda, opening up Romania for international adoption of infants. That was very well made clear by Mr. de Combret, who's self-congratulatory speech was a vile attempt to claim Romania's choice to close it's borders for international adoption was a mistake, of which thousands of children suffer today.



None of the contributers to this press conference mentioned the situation in Romania before the moratorium. They simply state the fact the moratorium was wrong and now European law has to change to force Romania to comply to their motivations for adoption legislation.



At the end of the press-conference some questions are asked. None of the pertaining to the real issue at hand, but instead on issues such as gay-couple adoption, which was briefly mentioned. The final question though related to one of the points Mrs. de Boer had presented: consent to adoption for children 14 years and older. When asked why 14? She said it was arbitrary such as any age in law is and when asked if that was based upon scientific study, she stammered that it was some average. An average of what? The average of the weight of a pack of cigarettes, the circumference of a bicycle tire and the air pressure around the Azores?



Clearly Mrs. de Boer shows no sign of knowing what she was talking about. The other two certainly do, but their two-faced attitude prevents them from telling what their real agenda is.



The joint declaration related to this press conference can be found here.

 

A critical expose of the press conference can be found on Brian Douglas' excellent blog All Children have Rights.

 

Source : Pound Pup Legacy

Read more

->  The European Lobby exposed. Roelie Post.
->  In reply to Mrs Maud de Boer-Buquicchio. All children have rights.

16/02/2008

United Adoptees International en ligne !

04fd4ebaed96dc968a00106bbb979b74.jpg[Via Roelie Post]

 

Après "La Voix des adoptés", voici maintenant "United Adoptees International": une organisation internationale dirigée et gérée par des personnes adoptées. Provenant surtout des Pays-Bas, ils recoivent beaucoup d'aide et  soutien de toutes sortes de personnes adoptées et d'organisations du monde entier.

 

L'UAI veut initier un très large dialogue et participer activement aux questions et problèmes concernant l'adoption et ce sur les thèmes du développement social, politique et culturel.

 

Si nécessaire l'UAI veut aussi renforcer son influence sur (l'adoption), la société, là où les droits, la vie des adoptés et des enfants sont mis en danger. Depuis quelques années, UAI est devenu un important leader d'opinion aux Pays-Bas et à l'étranger dans le domaine de l’adoption transnationale.

 

L'UAI est maintenant en ligne :

- Le blog de UAI
- News Blog de UAI

13/02/2008

Internationale adopties: hulp of handel ?

f8e45e6b489a09a158e319c0fc9c73d3.jpg'India eist gestolen adoptiekind uit Nederland terug'. 'Nederlands stel in Sri Lanka vast voor illegale adoptie'. De schandalen zijn niet van de lucht en de kritiek op internationale adopties - ja, ook op Madonna en Angelina - groeit. Wat is er aan de hand?

 

Hij woonde al zeven jaar bij zijn adoptieouders in Nederland toen ineens zijn biologische moeder in India zich meldde. De negenjarige Rahul werd onlangs wereldnieuws. De jongen is destijds helemaal niet vrijwillig afgestaan, meldde zijn moeder, maar 's nachts gestolen uit zijn bedje.
Het verhaal van Rahul is niet het enige adoptieschandaal van de afgelopen tijd. Een Nederlands stel kwam vorige zomer vast te zitten in Sri Lanka omdat het een baby illegaal het land uit probeerde te krijgen. En afgelopen oktober werd de wereld opgeschrikt door beelden van honderden zogenaamde weeskinderen uit Darfur, die op het punt stonden om door een Franse hulporganisatie het land uit te worden gehaald. Nog een schokkend feit? In Guatemala wordt één op de honderd baby's speciaal gebaard voor de export naar voornamelijk de VS. De moeders krijgen 600 tot 1600 dollar per kind, adoptieouders betalen rond de 30.000 dollar voor een baby. Het verschil verdwijnt in de zakken van advocaten, babymakelaars en directeurten van kindertehuizen.
Reden van adoptiemisstanden: de vraag naar adoptiekinderen overstijgt het aanbod, dus alle kinderen zijn welkom. Volgens Unicef staan er wereldwijd vijftig potentiële adoptieouders in de rij voor elk adoptiekind.

 

Lees verder : Marie Claire

Bron: Adoptie Trefpunt

English : International adoptions : aid or trade ?

09/02/2008

Togo: Suspension provisoire des adoptions d'enfants

 Lomé - 08/02/2008

 

Les autorités togolaises ont décidé, jeudi 7 février, de suspendre provisoirement toute adoption d'enfants, expliquant avoir relevé "des dysfonctionnements" dans le système. Rendant compte des délibérations d'un conseil des ministres sur le sujet, le ministre d'Etat, ministre de la Santé, le PR Charles Kondi Agba, a déclaré que cette décision vise à sauver la vie et les intérêts supérieurs de l'enfant togolais dont la sécurité est en péril.



Dans une communication conjointe au conseil, les ministre de l'Action sociale et de la Protection de l'enfant et de la Justice indiquent que les procédures en matière d'adoption sont contournées, malgré les dispositions de la loi du 06 juillet 2007 portant Code de l'Enfant.



Ils relèvent que des adoptions sont prononcées par des tribunaux sur la base de jugements d'abandon sans aucune enquête sociale, ce qui fait du Togo un pays où les adoptions peuvent se faire par des raccourcis procéduraux.



Les deux ministres ont eu mandat du gouvernement de "préciser" les définitions procédurales du code de l'enfant, de faire des distinctions entre les adoptions nationales et les adoptions internationales et de mettre en place un meilleur mécanisme de contrôle de l'adoption au Togo.



Source : Afrique en ligne