Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2011

Haïti. Procédures d'adoptions internationales accélérées suite à une catastrophe naturelle... Quelles leçons à tirer ?

Haiti ISS Final French.jpgVoici la version française partielle du rapport SSI sur les adoptions qui ont suivi le tremblement de terre à Haïti.

Auteurs : Mia Dambach et Christina Baglietto | août 2010.

12:01 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : haïti, rapport, isscir | |  del.icio.us

20/01/2011

Haïti. La gestion des adoptions internationales. Hervé Boéchat.

Revue Humanitaire.jpgAprès les rumeurs nées lors du tsunami et le désastre avéré de L’Arche de Zoé, l’adoption – et plus généralement le sort des enfants – est devenue une préoccupation majeure en cas de catastrophe naturelle ou de conflit. Haïti, pays depuis longtemps ouvert à l’adoption internationale, n’a pas échappé à la polémique. Hervé Boéchat nous livre l’appréciation de son institution sur cet épisode qui n’a sans doute pas contribué à apaiser le ressentiment des Haïtiens contre la « communauté internationale »


Plan

Diktat de la médiatisation ?
Manquements relevés
Haïti, pays d’origine ?

 

...

Afin de documenter au plus près des évènements les actions de toute nature prises en relation avec l’adoption internationale depuis le mois de janvier, le Centre International de Référence pour les droits de l’enfant privé de famille (SSI/CIR1) a soigneusement répertorié et compilé les informations publiques disponibles, pour tenter d’en tirer les enseignements nécessaires, et, vœu pieux s’il en est, les leçons à retenir lorsqu’une nouvelle catastrophe surviendra. Le résultat de ce travail se présente sous forme d’un rapport intitulé Haïti: “Expediting” intercountry adoptions in the aftermath of a natural disaster, rédigé en anglais.

...

Texte intégral sur Revue Humanitaire | 27 | 2011

12:07 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : haïti, hervé boéchat, ssicir | |  del.icio.us

18/01/2011

Réouverture des adoptions intra européennes ? Sujet d'une résolution au Parlement européen.

Victor Bostinaru UE.jpgIntra European Adoptions ?
Reopening intercountry adoption – subject of a Resolution of the European Parliament

 

Published by www.victorbostinaru.ro on Tuesday 18 January 2011 (informal translation)

 

On Monday night, European Parliament plenary session in Strasbourg has discussed an initiative of 62 Members of the European Parliament (MEPs), mostly Italians, to re-open international adoptions to the European Union. Although both the debate and the resolution aimed at the general situation of international adoptions in all 27 Member States, in the MEPs speeches, Romania was the country mentioned almost exclusively with the criticism that its legislation does not allow international adoptions. The MEPs resolution will be put to vote tomorrow, 19 January.

The European Parliament debate comes less than a year after the petition of the Italian organisation Amici dei Bambini “, which called for the reopening of international adoptions by Romania, the proposal was closed by MEP Victor Bostinaru (PSD) and with the agreement of all members of the Petition Committee of the European Parliament.

MEP Victor Bostinaru welcomed last night’s debate in the European Parliament plenary session on the premise that “protection of child rights is and should be a priority of each EU member state as long as our ultimate goal for everybody here is to promote children’s interest. ”

At the same time, however, the MEP reminded those present that “opening the gates for international adoptions in Romania, has meant creating an unprecedented network of child trafficking, including cases of kidnapping children and selling them to the West, in collaboration with European and international organisations. ”

“Between 1997 and 2000, Romania has “exported” 9.150 children and my country will not ever again accept such a monstrosity,” said Victor Bostinaru.

In concluding his intervention in the plenary, Victor Bostinaru asked Commissioner for Justice, Fundamental Rights and Citizenship and Vice President of the European Commission Viviane Reding to clarify the allegations published in Romanian and international media regarding the establishment of a European Agency for Adoption. According to revelations in the press in December last year, the European Commission pressured the law firm appointed to draw up a report on the status of adoptions in the 27 EU member states to include the conclusion that there is a need for the establishment of a European Adoption Agency.This agency should be followed to unite all the lobby mechanisms in order to force Romania to reopen international adoptions.

Sources : UAI news et ACT 

 

- European Union, Romania MEPs debate Romanian adoptions
‘Irish Times’ reports that the European Parliament tabled the issue of adoptions from Romania – which were halted in 2001. While there is now a pressure on Romania to make international adoptions possible, the country resists, saying that 9,500 children left the country through adoption in the three years between 1997 and 2000 and they do not wish to repeat this experience again. Parliament will vote on a resolution regarding this issue.
Source : Irish Times | 19.01.2011

 

- United Adoptees International Against Intra European Adoptions
Europe Heading for New Markets Romania used as Battering ram
Last Monday the European Parliament debated about a proposed resolution for intra European adoptions, especially to reopen adoptions from Romania. Nothing has created more tension in the European Adoption debate politically, as the closure of Romania at the beginning of this century. It seems that the European Parliament and also many allied organisations within Europe has forgotten the history and the need for immediate halt of Romanian Adoptions early 2000.
UAI-news

 

15/01/2011

India. Foreign parents can adopt only if nobody available in India

The Central Adoption Resource Agency (CARA) today told the Bombay High Court that it has imposed some new conditions for granting No Objection Certificate (NOC) for international adoption.



According to the new conditions, apart from the declaration by the Child Welfare Committee (CWC) that the child is available for adoption, a certificate will also be required from the state government that there are no waiting parents available for adoption within the country and the case can be considered for inter-country adoption.

CARA had filed its affidavit in response to seven petitions filed by prospective foreign parents, who had applied for adoption through Pune based adoption house Preet Mandir.

The adoption house had come under scrutiny after a sting operation showed that it allegedly sold babies to foreign couples.

Vinod Joshi, counsel for CARA, informed the court that they would clear foreign adoptions only after the new conditions were fulfilled by the parents. "In the case of Preet Mandir, an additional certificate will be required from the state government appointed committee."
In a related development, another bench of the high court allowed Preet Mandir to continue providing facilities to 86 children, who are placed there for adoption.
Following the sting operation, the government had said that it would be relocating the children to other adoption houses.


However, today, the government filed an affidavit saying that concession will be given to Preet Mandir, so that it can continue providing care for the 86 children for the time being.
The High Court however, directed Preet Mandir not to admit any fresh children.


Source : Indian Express et Pound Pup Legacy



17:57 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inde | |  del.icio.us

13/01/2011

Roumanie, France. Une famille rom vend un enfant sur base d'un plan de versement

‘Nine O’Clock’ reports of an illegal adoption between a French and a Romanian family. French prosecutors arrested the adoptive parents as they were paying the last installment for the child that was born in 2004. It is quite unfortunate that the article mentions the ethnic origin of the biological parents – which has nothing to do with the story.




A French family bought a Roma child from Romania, paying EUR 5,000 on the basis of an installment plan. DIICOT prosecutors apprehended the child’s parents on Monday, the day in which the last installment had to be paid. The two were arraigned before the Timis County Court’s magistrates with the proposal to place them under preventive arrest.

The deal was sealed in 2004 back when the child was born, opiniatimisoarei.ro informs. The child was sold immediately after birth. The parents forged paperwork too, so that the child’s birth certificate lists the French woman as his mother. His natural parents then returned to Romania where they started to receive the installments.


Source : Nine OClock | 12.01.2011

11/01/2011

"J'étais là...": l'envers du décor des adoptions à Haïti

Journal d'une jeune journaliste.jpgUne jeune journaliste raconte sur son blog les dessous de l'adoption fortement médiatisée de 113 enfants haïtiens en décembre 2010.

Source: Youphil


Mon "plus beau cadeau de Noël" ou J'ai les boules-de Noël

Mon plus beau cadeau de Noël? Que cette phrase n'ai jamais été prononcée. J'étais là, le jour de l'évacuation des 113 enfants haïtiens. J'étais là, à des milliers de kilomètres de Roissy et des flashs des journalistes qui attendaient leur conte de Noël. J'étais là dans la résidence de l'ambassadeur de France à Haïti où devaient se retrouver 113 enfants et autant de parents français venus chercher leur "plus beau cadeau de Noël". J'étais là quand cet enfant a commencé à se taper la tête contre le mur, j'étais là encore quand cet autre paquet-sous-le-sapin s'est roulé par terre en hurlant le nom de sa nounou qui partait les larmes aux yeux. J'étais là quand cette petite fille appelait sa maman, alors que sa future la serrait dans ses bras pour la convaincre qu'en fait, c'était elle, sa vraie maman. J'étais là quand cette journée du 21 décembre qui promettait d'être une émouvante journée de retrouvailles s'est muée en déchirante séparation.

J'étais là quand ce journaliste d'une grande radio française a détourné le regard de ce petit bébé qui essayait vaillamment de grimper aux grilles de la Résidence de l'ambassadeur pour rejoindre sa nurse, une jeune religieuse qui s'en allait tristement. J'étais là quand Laura, 2 ans, paniquée par le tourbillon des parents et du personnel médical, m'a attrapé la jambe en m'appelant "Maman". J'étais là quand l'essaim de pédo-psychiatres et de médecins qui ne parlaient pas créole, essayaient vainement de rassurer les petits qui ne comprenaient pas pourquoi celles qui s'étaient occupés d'eux pendant deux ans ou plus, leurs disaient adieu.

J'étais là quand l'opération communication-de-l'amour-de-Noël a tourné au vinaigre. J'étais là aussi quand tout cela est passé inaperçu. Pourquoi briser le happy end de "la galère des parents français"? Pas vraiment le moment de parler des réalités de l'adoption à Haïti. Personne pour dire que 80% de ces enfants ont toujours leurs parents biologiques et qu'une partie des petits cadeaux de Noël n'ont pas de jugement d'homologation.  Encore moins pour expliquer que mettre 113 enfants dans une résidence, autant de parents dans un gros Boeing, de rassembler tout ce beau monde et de les faire partir tous ensemble "le plus vite possible" c'est pas une bonne idée. Comment, dans la panique de faire décoller l'avion-pour-pas-qu'il-soit-bloqué-à-Paris-par-la-neige-et-que-les-deux-ministres-se-soient-déplacés-pour-rien, la rencontre ou les retrouvailles peuvent-elles être apaisées?

Et pourtant. Il y avait peut être un conte de Noël à raconter. Celui de ces quelques parents qui ont préféré partir de leur côté en se disant que passer quelques jours, voire plusieurs semaines à l'orphelinat avec les enfants, histoire de faire la transition, c'était une meilleure idée.

Mais non. Il fallait l'histoire avant Noël, pour que le petit soit sous le sapin. Il fallait 113 enfants à Roissy, pour que la nouvelle ministre Père Noël ne se déplace qu'une fois. Elle et ses amis devaient passer pour "les sauveurs" de ces petits choqués par l'abandon, choqués par le séisme, choqués par le cyclone, choqués par le choléra et choqués par les conditions de vie dans leurs orphelinats ravagés. Et, il faut le dire, choqués par cette évacuation d'urgence. Mais cette fois, l'urgence.... d'une opération communication. 

 

Source : Journal d'une jeune journaliste | 05.01.2011.

10/01/2011

Signe des temps: fonder une famille par adoption devient de moins en moins courant en Suisse

Les suisses adoptent de moins en moins.jpgEn 2009, on n’a recensé que sept adoptions pour 1000 naissances. En chiffres absolus, le nombre d’enfants adoptés chaque année est tombé de 1600 en 1980 à 500 en 2009.

 

Les motifs d’adoption ont changé en 30 ans. Comme le monde a changé. En 1980, les deux tiers des adoptions se passaient dans le cadre des familles, souvent lorsqu’un nouveau mari adoptait les enfants que sa femme avait d’un premier lit. Aujourd’hui, la proportion s’est inversée et les adoptions à l’intérieur de la famille représentent juste un tiers du total.
 
L’acceptation sociale des mères célibataires a aussi eu un impact sur le sort des enfants. En 1980, 300 jeunes Suisses étaient à la recherche d’une famille d’accueil, contre 25 à 30 par année de nos jours.
 
Enfants dans le besoin
 
L’adoption internationale a souffert de l’absence de standards acceptés par tous, qui auraient permis de faire face à des situations de détresse extrême. Vingt ans après leur diffusion, les images terribles d’enfants laissées à eux-mêmes dans des orphelinats chinois ou roumains sont encore dans les mémoires.
 
«Ce qu’il y a de nouveau aujourd’hui, c’est que dans pratiquement tous les pays, vous avez des gens des classes moyennes ou supérieures qui ont les moyens d’adopter ces enfants», explique Rolf Widmer, du Service suisse de l’adoption.
 
Depuis 1993, la Convention de La Haye stipule que les enfants devraient d’abord être placés dans des familles adoptives de leur pays et n’être proposés pour l’adoption internationale que lorsque cela n’est pas possible. 80 pays ont adopté ce texte et en Suisse, les lois qui en découlent sont entrées en vigueur en 2003.
 
Au niveau mondial, la demande pour des enfants en bonne santé et adoptables légalement dépasse largement l’offre, explique Marlène Hofstetter, de l’ONG Terre des Hommes, dédiée à l’enfance.
 
«Depuis la Convention de La Haye, de nombreux pays ont amélioré leurs structures et leur législation et ils trouvent des solutions domestiques pour leurs orphelins, explique-t-elle. Mais comme la demande reste importante, les pays-cible placent désormais la barre très haut en termes d’âge, de santé ou de revenu des requérants, afin de limiter la demande».
 
Dernier recours
 
Marlène Hofstetter estime que l’état d’esprit des futurs parents adoptifs doit changer. «Le défi, pour l’avenir de l’adoption, c’est d’éveiller la conscience des parents sur les enfants qui ont réellement besoin d’être adoptés, soit des enfants un peu plus âgés, qui souffrent de problèmes de santé ou d’un handicap».
 
Rolf Widmer confirme que les enfants qui ont le plus besoin d’une famille d’adoption ne sont pas les tout-petits. «Les plus âgés sont généralement ceux qui restent dans les orphelinats, car ils n’ont personne. Mais adopter un enfant pareil est une tâche très exigeante pour les parents. Car ces enfants arrivent avec leur propre histoire», rappelle-t-il.
 
Christine Piffaretti, de l’association Espace adoption à Genève, confirme que l’adoption d’un enfant plus âgé est une affaire délicate. Et insiste sur l’importance de la préparation et de la bonne évaluation, des parents comme de l’enfant.
 
«On n’est jamais trop prudent lorsqu’il s’agit d’une adoption internationale, surtout lorsque l’enfant est déjà un peu âgé. Cette solution ne devrait jamais être que le dernier recours, et toujours se faire dans l’intérêt de l’enfant», plaide-t-elle.
 
Un rêve onéreux
 
La route est longue pour les parents adoptifs suisses. Et le fait d’avoir reçu le feu vert pour une adoption internationale ne signifie pas qu’ils sont au bout de leurs peines. Les délais et les obstacles rencontrés en chemin incitent d’ailleurs plus de la moitié des candidats à abandonner en cours de procédure.
 
Certains couples sont prêts à payer des taxes élevées ou à faire des «donations» aux agences ou aux orphelinats dans leur quête pour l’enfant tant désiré. Une femme qui a adopté en Amérique centrale a raconté à swissinfo.ch avoir versé 20'000 dollars à l’orphelinat pour faire accélérer la procédure.
 
«Quand il commence à y avoir de l’argent qui change de mains, le risque de trafic augmente, avertit Marlène Hofstetter. Les parents qui veulent trouver un enfant sans passer par une agence reconnue ont tendance à ne pas voir plus loin que le bout de leur nez. C’est l’enfant à n’importe quel prix, et ils se mettent parfois à chercher dans des pays connus pour leurs pratiques douteuses».
 
Et pendant ce temps, de nouvelles options sont apparues pour les couples ayant des problèmes de fertilité. Aujourd’hui, plus de 3000 bébés naissent annuellement en Suisse grâce à ces technologies de procréation assistée.

(Traduction de l’anglais: Marc-André Miserez)

Source : swissinfo.ch | 09.01.2011

08:10 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse | |  del.icio.us