Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2009

Trois articles de la revue "Wereldkinderen". La plus importante agence d'adoption aux Pays-Bas

BetterCareNetworkNL.jpg[Via Better Care Network Netherlands.]

 


150 millions d'orphelins ??
Ina HUT, directrice
Opinion de Wereldkinderen. Enfants du monde. Février 2008.


"L'adoption n'est pas un but en soi."
Ina HUT à propos de l'adoption, l'aide projet et les médias.
Directrice du plus grand organisme d'adoption aux Pays-Bas.
Opinion de Wereldkinderen. Enfants du monde. Septembre 2007.


Vision sur l'adoption internationale.
L'avenir de l'adoption : compétition internationale ou à terme plus nécessaire?
Opinion de Wereldkinderen. Enfants du monde.

Source: Better Care Network Netherlanths. Documentatie.

 

Repères


- Pays-Bas. ”Enfants du Monde” arrête...
Récemment, Ina Hut, l'ancienne directrice d'Enfants du Monde avait démissionné après des intimidations du Ministre de la Justice suite aux enquêtes [...] être lu sur TT.com En savoir plus - Adoption agency in child kidnap probe The Vienna- [...]
Lire la suite


- Pays-Bas. La directrice de l'organisme...
[Via United Adoptees International - News] Ina Hut, la directrice d'Enfants du Monde, dit que l'Autorité Centrale des Pays Bas l'a forcée à renoncer à [...] : L'industrie de l'abandon des nourrissonsqui décrit la façon dont le programme d' [...]
Lire la suite

 

- ”En Occident, le désir d'enfants et les...
2009-08-20 11:25:00 Ina HUT, directrice de Wereldkinderen, la plus importante agence pour l'adoption internationale aux Pays-Bas. [...] Ina Hut, la directrice d'Enfants du Monde la plus grande agence d'adoption aux Pays-Bas, dit qu'elle est lasse [...]
Lire la suite

10:31 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ina hut, adoption internationale, nederland | |  del.icio.us

16/12/2009

"Les forces économiques sont entrées en jeu qui, en dépit des intentions sincères de la plupart des parents adoptifs et d'un suivi consciencieux des autorités, ont conduit inévitablement à des effets indésirables". Brigitte Slot.

De Standaard.jpgKind zoekt ouders

   

De STANDAARD ANALYSE — 'Adoptie bevindt zich wereldwijd in crisis' kopte De Standaard gisteren. In Brussel ging die dag een staten-generaal van start die de knelpunten voor Vlaanderen onder de loep moet nemen. Eén van de grootste problemen? Te weinig kinderen voor te veel ouders. Er staan in Vlaanderen meer dan 400 kandidaat-ouders op een wachtlijst. Ter vergelijking: vorig jaar werden 210 buitenlandse kindjes door Vlamingen geadopteerd. Dat terwijl Bulgaarse weeskinderen nog altijd in erbarmelijke omstandigheden opgroeien of de straten van Calcutta overspoeld worden door bedelende weeskinderen.


Dat tekort aan buitenlandse kinderen er niet altijd geweest. Brigitte Slot, beleidsmedewerker bij het ministerie van Financiën in Nederland, schrijft in Justitiële Verkenningen over de beginjaren van adoptie: 'Het aanbod was vele malen groter dan de vraag. Oorlog, armoede, sociale ontwrichting, waren oorzaak van een niet onaanzienlijk aanbod van kinderen.'


Redmiddel


Uit die situatie vloeide een specifieke mentaliteit voort, typisch voor de jaren zeventig. 'Adoptie werd lange tijd gezien als een daad van mededogen', zegt Slot. 'Als laatste redmiddel om een kind zonder ouders kans te bieden op een menswaardig bestaan. In professioneel opzicht was adoptie het exclusieve terrein van maatschappelijk werkers, psychologen en juristen. Adoptie werd uitsluitend door een humanitaire bril bezien.'


Maar adoptie is ook handel, zo concludeert Slot, en het is dat steeds meer geworden. 'Met het groeiende aantal internationale adopties ontstond een nieuwe situatie. Vraag en aanbod werden door professionele partijen op elkaar afgestemd. Daaromheen ontstond een dienstverlenende industrie om adoptie in goede banen te leiden en problemen waar mogelijk op te lossen. (...) Op deze manier zijn economische krachten in het spel gekomen die, ondanks de oprechte bedoelingen van de meeste adoptieouders en een gewetensvol toezicht door overheden, onvermijdelijk tot onwenselijke effecten leiden.'


Die 'ongewenste effecten' kwamen genadeloos aan het licht wanneer geadopteerde kinderen op volwassen leeftijd op zoek gingen naar hun roots. 'Er zijn heel wat schrijnende situaties bekend van kinderen die helemaal niet afgestaan waren', zegt Inge Demol van Vereniging voor Kind en Adoptiegezin vzw (VAG). 'Het kind was gewoon naar het ziekenhuis gebracht, bijvoorbeeld, omdat het ziek was. Wanneer het weer beter was, ging het naar het weeshuis. De ouders wisten van niets. Kan je je inbeelden wat dat met iemand doet?'


Misbruiken


Het zijn dat soort misbruiken die in 1993 tot het Verdrag van Den Haag geleid hebben. Elk land dat kinderen ter adoptie aanbiedt en dat het verdrag ratificeert, engageert zich om eerst binnen de eigen landsgrenzen een oplossing te zoeken voor het kind, alvorens het aan te bieden voor internationale adoptie. Landen aan de 'ontvangende' kant engageren zich dat de adoptieprocedure zo zorgvuldig mogelijk plaatsvindt.


De inhoud van het verdrag wijst op een mentaliteitsverandering sinds de jaren zeventig. 'Terwijl vroeger eerder de mentaliteit heerste dat het kind dankbaar moest zijn dat het gered werd, vindt men nu dat het kind in de eerste plaats in het herkomstland een plekje moet krijgen', zegt Demol. 'Het Haagse Verdrag heeft in eerste instantie de bedoeling om het kind te beschermen. Een kind is dus pas “adoptabel, als het geen familie in eigen land heeft. Het is vandaag (gisteren, red.) ook op de staten-generaal gezegd: er moeten ouders gezocht worden voor het kind en geen kind voor de ouders.'


Sinds China in 2006 het verdrag ratificeerde, daalde het aantal adopties in Nederland met een derde. Iedereen is het over eens dat het Haagse Verdrag aan de basis ligt van het slinkende aanbod. Maar met de misbruiken en schandalen die aan het licht kwamen, ontstond ook een gevoel van schaamte dat het aanbod mee kan hebben beïnvloed. 'Autoriteiten gaan daarom eerst in eigen land op zoek gaan naar een oplossing', zegt Leen Du Bois van Kind en Gezin. 'We krijgen vaak te horen dat er zoveel weeskinderen zijn die wereldwijd op straat opgroeien, maar zo simpel ligt het dus niet. Omdat ze op straat leven, zijn ze nog niet adoptabel.'


Bron: De Standaard. Valerie Droeven. 15.12.2009.

 

12/12/2009

Vietnam. Rapport d'évaluation du SSI sur l'adoption internationale et domestique.

Vietnam rapport SSI adoption.jpgAdoption from Viet Nam.
Findings and recommendations of an assessment.



Cette évaluation a été effectuée par Hervé Boéchat, Nigel Cantwell et Mia Dambach du Service Social International (SSI)
Novembre 2009.



Résumé des principales observations


- The level and nature of intercountry adoptions (ICA) from Viet Nam are essentially influenced by foreign demand.
Thus, the availability of children who are “adoptable” abroad corresponds more to the existence of foreign prospective adopters than to the actual needs of “abandoned” and orphaned children. As a result, the overwhelming majority of adopted children are under 1 year of age, the age-group most sought by prospective adopters.  Since only a relatively small and ever-decreasing number of other “countries of origin” are currently making children of this age “adoptable” abroad, foreign actors have proved willing to accept conditions put in place by Viet Nam for processing these adoptions. There is also considerable pressure from abroad for Viet Nam to continue as a “source” of very young children.


- The circumstances under which babies become “adoptable” are invariably unclear and disturbing.
Declarations of so-called “abandonment”, which is notoriously difficult to investigate, are intriguingly frequent, but with unexplained “peaks” and “troughs”. Procedures for verifying the child’s status and, inter alia, for ensuring free and informed consent to adoption are inadequate and inconsistent. Decision-making on the availability of a child for ICA as opposed to a domestic solution (including return to the biological family) seems to take no account of the subsidiary nature of adoption abroad, with little or no effort being made to establish the child’s real need for the latter or to identify in-country care opportunities.


- The ICA procedure is influenced by a remarkably unhealthy relationship that can exist between agencies and specific residential facilities.
It involves compulsory and sizeable financial contributions by agencies in the form of “humanitarian aid” to facilities that they themselves have identified as potential “partners” in ICA. The question of “aid” generally seems to be given far more importance than ensuring that ICA is resorted to as an exceptional measure on a case-by-case basis. Agencies compete with each other to secure children and tend to expect that children will be “indicated” to them for ICA processing according to the amount of humanitarian aid provided. Agencies are subject to little or no monitoring, and neither they nor the residential facilities they work with have any incentive to address or notify problems, since the way the system presently functions is to the advantage of both.


- Governments and Central Authorities of “receiving countries” – collectively at least, and individually in many instances – have not effectively committed themselves to applying the basic principles of the THC-93, or the recommendations of the Special Commission on the treaty’s practical operation, in their dealings with Viet Nam.
They have therefore been sending out mixed – and hence eminently unhelpful – messages on the acceptability of the current system. These frequently seem to respond more to pressures within their respective countries than to tackling identified problems. In most cases, embassies have virtually no knowledge of how their country’s agencies are operating, let alone being in a position to verify the compliance with international standards of adoptions to their country.


- Viet Nam’s desire for rapid accession to the THC-93 constitutes a highly positive perspective.
It will nonetheless require not only far-reaching legislative changes, which Viet Nam already envisages, but also a fundamental change in outlook, including in particular a total divorce between “humanitarian aid” or other financial contributions and the ICA of those of its children who may require this measure. The success of reform efforts will depend not only on Viet Nam itself but also on the willingness and ability of foreign actors other than agencies to provide active assistance, including in the development of preventive child welfare measures and of functioning child protection systems, based on a deinstitutionalisation strategy and the consequent expansion of alternative care options for vulnerable children.



ICA: Intercountry adoption
THC-93: The Hague Convention of 29 May 1993 on Protection of Children and Co-operation in Respect of Intercountry Adoption


Source: Office of the Minister for Children and Youth Affairs, Hawkins House, Dublin 2.

 

Repères


- Unicef queries circumstances of adoptions from Vietnam
The Irish Times | 24.11.2009

- Vietnamese adoptions face scrutiny
The Irish Times | 21.09.2009

25/11/2009

Les «enfances perdues» de l’Australie et de la Réunion. Entretien avec Ivan Jablonka.

[Via l'Observatoire des questions sexuelles et raciales.]

 

Les enfances perdues de l Australie et de la Reunion.jpgLe lundi 16 novembre 2009, au nom de la nation australienne, le Premier ministre, Kevin Rudd, a présenté ses excuses aux enfants d’origine britannique qui, entre 1930 et 1970, ont été victimes de violences et d’abus dans les orphelinats et foyers d’accueil du pays. (Cf. L'Australie fait repentance auprès de ses «enfants oubliés», article de Liberation ).

 

Ces « forgotten Australians » se comptent par centaines de milliers. Parmi eux figurent « les générations volées », ces enfants aborigènes, arrachés à leur famille d’origine à des fins d’assimilation –l’Australie leur a présenté ses excuses l’an dernier. Mais il s’y trouve aussi des milliers d’enfants pauvres issus de Grande-Bretagne, qui ont été envoyés en Australie pour y trouver une vie meilleure. En fait, souvent enlevés à leurs familles, ils y trouvèrent une vie effroyable : ils étaient envoyés dans les dominions, en Australie, mais aussi en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud, au Zimbabwe ou ailleurs, afin de peupler les anciennes colonies avec des individus « de bonne souche britannique blanche », comme l’explique l’association Child Migrants Trust. Après celles de Kevin Rudd, les excuses de Gordon Brown devraient intervenir d’ici peu.

 

Or, cette affaire n’est pas sans faire écho à un problème similaire, qui concerne cette fois la France. Dans les années 1960-1970, des milliers d’enfants réunionnais ont été déracinés et envoyés vers la métropole par la DDASS de la Réunion, dans un programme social favorisé par Michel Debré. Le plus souvent, leur vie a été brisée dans une entreprise où se mêlent relents colonialistes et bonne conscience républicaine.

 

Pour évoquer ces deux dossiers en parallèle, nous avons interrogé Ivan Jablonka, historien, maître de conférences à l’université du Maine et au Collège de France, auteur de plusieurs ouvrages importants dans ce domaine, notamment : Ni père ni mère. Histoire des enfants de l’Assistance publique (1874-1939), Seuil, 2006 ; Enfants en exil. Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982), Seuil, 2007.

 

- Louis-Georges Tin : Dans quelles circonstances ces enfants réunionnais ont-ils été expédiés vers la métropole ?

 

- Ivan Jablonka : En 1963, Michel Debré devient député de la Réunion. Pour éviter que l’île ne devienne indépendante comme l’Algérie un an plus tôt, il lance un ambitieux programme de développement : il fait distribuer du lait en poudre dans les écoles, organise un système de cantines gratuites, développe des infrastructures hospitalières, met l’accent sur la formation des jeunes, etc. Ce programme est financé par la solidarité nationale, puisque, depuis 1946, la Réunion est officiellement un département français.

 

Mais Debré, comme la plupart des élites politiques réunionnaises de l’époque, s’inquiète de la surpopulation, qui risque d’annuler tous ces efforts. Il met donc en place un programme de migration destiné à envoyer en métropole de jeunes adultes réunionnais –dans les usines et sur les chantiers, on préfère embaucher des travailleurs de nationalité française plutôt que des Portugais ou des Maghrébins.

 

En parallèle, Debré incite la DDASS de la Réunion à transférer en métropole des mineurs –orphelins, enfants abandonnés, enfants retirés à leur famille par décision de justice. Pour faire du chiffre, la DDASS envoie ses assistantes sociales en tournée dans l’île pour ramasser un maximum d’enfants. D’un côté, elle s’assure de la collaboration des juges ; de l’autre, elle berne les parents en leur faisant croire que leur enfant va devenir avocat ou médecin. Elle immatricule à tout va, après quoi, elle a les mains libres pour envoyer les pupilles là où elle le souhaite. En tout, 1.600 enfants ont été expédiés dans une soixantaine de départements, notamment dans les zones rurales et vieillissantes du Massif central et du Sud-Ouest. En transférant une population depuis une île surpeuplée vers des départements désertés, Debré espère faire d’une pierre deux coups.


- LGT : Dans quelle mesure y a-t-il, dans cette entreprise, un mélange de préoccupation sociale, d’ambition républicaine et d’esprit néo-colonialiste ?

 

- IJ : En effet, on retrouve ces trois composantes. La préoccupation sociale existe : il s’agit d’arracher les pupilles à des familles violentes ou à des établissements vétustes pour leur donner une deuxième chance en métropole, dans des centres d’apprentissage ou auprès de petits patrons. Depuis la Révolution française, la pensée républicaine vise à régénérer l’enfant né ou élevé dans des conditions jugées anormales. Dès qu’une défaillance familiale est diagnostiquée, l’État disqualifie les parents et s’empare de l’enfant, considéré comme un être malléable : le but est alors de l’extraire de son milieu social et de le métamorphoser dans un environnement sain, avant de le replacer dans la société, remis à neuf, régénéré. Dans le cas des enfants réunionnais, l’administration considère qu’ils ne peuvent souffrir de leur déracinement, puisque leur destin sera préférable à celui que leur réservait leur milieu d’origine.

 

C’est ici que l’ambition républicaine et le projet colonial se recoupent : la migration initiée par Debré relève moins de la politique de l’enfance que de l’ingénierie humaine. Les petits migrants sont censés ne pas avoir d’histoire, de famille, de sentiments, d’avis ou de projet personnels ; leurs parents sont assimilés à des brutes irresponsables ; leur langue maternelle, le créole, est considérée avec mépris ; d’ailleurs, Debré administre l’île sans en référer à personne, comme un gouverneur de colonie. Seuls comptent le profit démographique de la métropole et le relèvement collectif de la Réunion. En fin de compte, on peut dire que ces enfants ont été sacrifié au nom d’un intérêt national : le maintien de la souveraineté française à la Réunion.

 

- LGT : La situation de ces enfants réunionnais est-elle comparable à celle des enfants australiens, qu’il s’agisse des Aborigènes ou des jeunes Britanniques ?

- IJ : La migration réunionnaise s’est soldée par un désastre humain. En quelques semaines, les pupilles perdent leurs repères familiaux et culturels, sont exposés au froid, à la claustration, au racisme, à des violences dans certains cas. En raison de ce choc très brutal –surtout pour des bébés, des enfants et des adolescents–, la métropole se révèle un milieu particulièrement angoissant et hostile. Dès leur arrivée, les enfants veulent rentrer chez eux ; mais le piège s’est refermé. Sur place, le suivi social est inexistant. De ce fait, les pupilles ont subi des carences affectives très graves ; un certain nombre a sombré dans la dépression, l’alcoolisme, la délinquance, la clochardisation ou la folie.

 

Dans le cas de la migration britannique, on observe la même déculturation et la même catastrophe socio-éducative ; mais les enfants ont également subi des violences physiques et sexuelles systématiques, notamment dans les établissements des Frères chrétiens –ce qui n’est pas le cas en France. La migration réunionnaise et la migration britannique ont toutes deux été réalisées avec des arrière-pensées impériales et sans aucun suivi socio-éducatif ; elles relèvent de la maltraitance d’État. Le cas de la « stolen generation », qui concerne les enfants aborigènes, est différent : il s’agit d’une tentative de génocide, où le déplacement forcé des enfants va de pair avec des vols de terre et des meurtres.


- LGT : Où en est-on des revendications des enfants réunionnais, aujourd’hui adultes ? Demandent-ils réparation ou repentance ?

 

- IJ : En 2002, un ancien pupille réunionnais a porté plainte contre l’État pour « enlèvement et séquestration de mineur, rafle et déportation » ; en réparation, il demandait un milliard d’euros. Des associations d’anciens pupilles sont entrées dans la bataille à leur tour. En 2005, le tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion a rejeté leur plainte. En 2007, c’est au tour de la cour administrative d’appel de Bordeaux de leur adresser une fin de non-recevoir : les juges ont estimé que la faute était prescrite, en vertu d’une loi qui efface toutes les créances sur l’État après un délai de quatre ans. Le Conseil d’État a été saisi, mais mon sentiment est que, au-delà de la justice nationale, les associations regardent désormais vers la Cour européenne des droits de l’homme.

 

La question des réparations financières est épineuse : après tout, s’il y a préjudice, il peut y avoir indemnisation. Mais je crois que les anciens pupilles demandent surtout une reconnaissance des souffrances qu’ils ont endurées. Les autorités de la République pourraient s’exprimer à ce sujet, comme le Premier ministre en Australie. Ensuite, on pourrait imaginer des manifestations historiques, mémorielles ou scolaires : numérisation d’archives, cérémonies à la Réunion ou dans un lieu symbolique de la métropole (par exemple le foyer de l’enfance de Guéret, dans la Creuse, qui a vu défiler des centaines d’enfants), mention de l’épisode dans les manuels scolaires, etc.

 

- LGT : Pensez-vous que cette actualité australienne puisse relancer le débat en France ?

 

- IJ : L’Australie se penche sur la question depuis les années 1990. La publication de divers rapports, au niveau local et fédéral, a conduit à un vaste examen de conscience auquel ont pris part les autorités politiques et religieuses. L’État français, lui, n’a jamais voulu admettre sa responsabilité dans l’affaire. Aujourd’hui comme hier, il s’enferme dans une attitude de déni. Le rapport que l’Inspection générale des affaires sociales a publié en 2002, d’une étonnante médiocrité, avait d’ailleurs pour objectif de dédouaner l’État, ainsi que le ministère de l’Emploi et de la Solidarité (héritier du ministère de la Santé).

 

L’État français est pourtant en cause. Depuis le XIXe siècle, les juristes affirment que, si l’aide sociale à l’enfance revêt un caractère départemental, l’État garde une autorité prépondérante justifiée par l’importance de l’enjeu ; dans le cas des pupilles réunionnais, c’est d’ailleurs une société d’État, le BUMIDOM, qui a financé le transport en métropole. D’autre part, s’il était député, Debré était aussi ministre et, à ce titre, il a sciemment influencé ses collègues du gouvernement. Enfin et surtout, le ministère de la Santé était parfaitement au courant de la migration en cours : en 1972, il a par exemple autorisé le préfet de la Réunion à ouvrir une antenne en métropole « pour suivre les placements d’enfants ». La migration des pupilles réunionnais a donc été exécutée par et pour l’État français.

 

En tant qu’historien et en tant que citoyen, j’espère que la migration réunionnaise va trouver sa place dans l’histoire de la Cinquième République. Mais, à l’évidence, ce n’est pas pour tout de suite. Le président de la République a manifesté son hostilité à l’égard de toute forme de « repentance ». Surtout, la migration réunionnaise n’est pas une bavure, mais une politique républicaine menée en connaissance de cause. Pour admettre cette vérité, il faudra une réflexion honnête et douloureuse que les dirigeants français ne sont pas prêts à mener.

 

Source : Observatoire des questions sexuelles et raciales. Les normes sociales décryptées par Louis-Georges Tin, Ariel Martín Pérez, Elsa Dorlin et Éric Fassin.

 

Repères

- France. La Réunion. L'île des Enfants Perdus.
Lire la suite

 

- Les "enfants volés" en Australie ont-ils servi de cobayes?
Lire la suite


- Les excuses aux aborigènes australiens seront-elles suffisantes?
Lire la suite


- "L’Arche de Zoé ou le système du déracinement". Ivan Jablonka.
La vie des idées | 15-01-2008

08:24 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : france, adoption, ivan jablonka | |  del.icio.us

01/11/2009

Québec. Réforme de l'adoption : l'intérêt de l'enfant.

adoption sans rupture de lien.jpgPour une adoption sans rupture du lien de filiation d'origine.


Dans Le Devoir du 22 octobre dernier, mon collègue Robert Leckey de la faculté de droit de l'Université McGill dénonce l'avant-projet de loi portant sur la réforme du droit de l'adoption, déposé par la ministre de la Justice, Kathleen Weil, le 6 octobre. L'avant-projet propose des modifications fondamentales aux dispositions du Code civil qui régissent l'adoption d'un enfant.

Si elles sont adoptées par l'Assemblée nationale, les nouvelles règles permettront au tribunal de prononcer l'adoption d'un enfant en faveur de parents adoptants, sans pour autant rompre le lien de filiation préexistant. Le tribunal pourra avoir recours à ce mode d'adoption alternatif s'il juge nécessaire de préserver des liens d'appartenance significatifs entre l'enfant et sa famille d'origine. De tels liens sont susceptibles d'exister, notamment lorsque l'enfant est adopté à un âge avancé.

Depuis les années 1920, le droit québécois ne connaît qu'une seule forme d'adoption, soit l'adoption plénière. Au terme du jugement d'adoption, l'adopté cesse d'appartenir à sa famille d'origine. Sa filiation est effacée et remplacée par la filiation adoptive. Un nouvel acte de naissance mentionnant exclusivement le nom des nouveaux parents de l'enfant est dressé par le Directeur de l'état civil. L'adoption plénière consacre en quelque sorte la renaissance de l'enfant en lui forgeant une toute nouvelle identité.

Sans doute ce modèle juridique pouvait-il se justifier à l'époque des «filles-mères», les enfants étant alors confiés à l'adoption dès après leur naissance. En réalité, les enfants adoptés n'avaient jamais été en contact direct ou indirect avec leurs parents d'origine. Mais tel n'est pas le cas de la grande majorité des enfants qui sont aujourd'hui adoptés. Âgés de plus de deux ans, ceux-ci ont souvent vécus avec leurs parents d'origine. Bien qu'ils se soient montrés incapables d'en assumer le soin et la charge en raison de leurs limites intellectuelles, de leurs carences ou de leur négligence, ces parents représentent parfois d'importants repères identitaires pour l'enfant.

Qui plus est, l'enfant peut avoir développé des liens significatifs avec les membres de sa parenté d'origine, dont ses grands-parents et ses frères et soeurs. Or le système actuel oppose le besoin de l'enfant de grandir auprès de parents adoptants aimants, capables de lui procurer la stabilité socioaffective qu'il requiert, et celui, tout aussi fondamental, de conserver son histoire, son passé et son identité. En donnant au tribunal le pouvoir de prononcer une adoption sans rompre la filiation d'origine, l'avant-projet de loi cherche à concilier ces deux besoins.
 

Des mythes à déconstruire
 

L'adoption sans rupture du lien d'origine fait peur. On craint l'immixtion et l'ingérence des parents d'origine dans le quotidien de l'enfant. Il s'agit là d'une crainte non fondée. En dépit du maintien du lien de filiation préexistant, les parents d'origine ne pourront jamais s'interposer unilatéralement dans la vie de l'enfant. Seuls les parents adoptifs demeureront titulaires de l'autorité parentale. Cela dit, si l'intérêt de l'enfant le commande, il leur sera loisible de convenir, avec les parents d'origine, d'une entente permettant la divulgation ou l'échange de renseignements ou le maintien de relations personnelles.

L'adoption sans rupture du lien d'origine fait également craindre la résurgence d'une idée passéiste qu'on croyait à jamais révolue: la prédominance des liens de sang. Les parents adoptifs redeviendraient les parents de second ordre qu'ils étaient autrefois. Ce n'est pourtant pas la philosophie derrière l'adoption sans rupture du lien d'origine. Il n'est nullement question de hiérarchiser les filiations ou de désavouer les parents adoptifs. Il ne s'agit pas non plus de réintroduire les parents d'origine par la porte d'en arrière au nom de leur seule et unique contribution génétique. La nouvelle institution permettra simplement au tribunal d'envisager l'adoption de l'enfant dans une perspective de continuité avec le passé.

En somme, l'adoption sans rupture du lien d'origine ne doit pas être regardée avec les yeux des parents adoptifs, mais avec ceux de l'enfant. Cet enfant qui, au moment de l'adoption, a déjà sa propre histoire, ses propres liens d'appartenance, sa propre identité. Si le droit actuel autorise l'effacement de ces attributs comme s'ils n'avaient jamais existé, l'adoption sans rupture du lien d'origine a au contraire pour mission de les préserver. Certes, le défi est imposant pour les uns et les autres, mais s'il profite à l'enfant, il vaut assurément la peine d'être relevé.
Alain Roy, Professeur de droit de l'enfant à l'Université de Montréal.
 

Source: Le Devoir | 28 octobre 2009.
 

Repères
 

- Québec.  L'adoption locale sans rupture de lien.

Un avant-projet de loi, portant sur l'adoption locale sans rupture de lien, a été déposé mardi dernier à l'Assemblée nationale. Les parents biologiques pourraient donc demeurer légalement les parents de l'enfant qu'ils ont confié en adoption, tout comme ses parents adoptifs. Qu'en pense la Direction régionale de la protection de la jeunesse (DPJ)?

Le document soulève plusieurs questionnements. Cette loi viendrait-elle à l'encontre du jeune, de sa stabilité? Diminuerait-elle le désir des Québécois d'adopter localement? «Actuellement, lorsqu'un parent confie son enfant à l'adoption, tous les liens sont brisés. Le parent n'a plus aucun droit. Mais je peux vous assurer que le besoin de retrouver ses parents est un besoin fondamental. Il y en a beaucoup des parents qui reconnaissent ne pas être en mesure d'assurer l'éducation de leur enfant, mais de là à mettre une croix dessus, ce n'est pas facile», explique la directrice générale de la Direction régionale de la protection de la jeunesse, Danielle Tremblay.

«Je ne crois pas que les gens hésiteront à adopter un enfant, en ayant peur d'avoir le parent biologique dans le décor. C'est très déchirant de voir un parent laisser aller son enfant de 7 ans parce qu'il n'est pas en mesure de s'en occuper correctement. Et c'est tout aussi déchirant de voir l'enfant quitter sa mère ou son père, parce qu'à 7 ans par exemple, l'enfant a un passé avec son parent», indique Danielle Tremblay.

Le projet de loi, déposé par la ministre de la Justice Kathleen Weil, modifierait le Code civil. Lorsqu'on parle d'adoption locale ou interne, on fait référence aux adoptions faites au Québec. Le projet de loi ne traite en aucun cas de l'adoption réalisée à l'étranger. Le projet institue de nouvelles notions comme l'adoption ouverte, l'adoption sans rupture avec le parent biologique, de même que la délégation judiciaire à des tiers (grands-parents, oncles, tantes, ex-conjoint) de l'autorité parentale. La mère, par exemple, qui ne veut plus assurer son rôle, mais hésite à couper tout lien avec son enfant, pourra privilégier «l'adoption ouverte» et conclure une entente de communication avec les parents adoptifs. Un droit de visite et diverses formes d'échanges avec son enfant pourront être considérés. Selon la DPJ, il est primordial d'apporter de telles modifications à la loi sur l'adoption au Québec, afin de s'adapter aux nouvelles réalités.
Source : Le Quotidien |20 octobre 2009.


- Dépôt de l’Avant-projet de loi intitulé « Loi modifiant le Code civil et d’autres dispositions législatives en matière d’adoption et d’autorité parentale »

La ministre de la Justice, Mme Katleen Weil, a déposé, aujourd’hui, un avant-projet de loi intitulé : « Loi modifiant le Code civil et d’autres dispositions législatives en matière d’adoption et d’autorité parentale ». À première vue, les points inclus dans cet avant-projet de loi tiennent compte des nombreuses demandes effectuées au fil des ans par plusieurs intervenants, dont le Mouvement Retrouvailles. Le seul « hic » c’est qu’il semble s’appliquer uniquement aux adoptions futures.
Qu’en est-il des adoptions du passé ?
Mouvements Retrouvailles. Caroline Fortin, présidente.

- Québec. Atelier sur l’adoption sans rupture du lien de filiation d’origine.
Une adoption québécoise à la mesure de chaque enfant, est-ce possible?

- Québec. Pour une adoption une adoption sans rupture du lien de filiation d'origine. Carmen Lavalée.
Heurts et bonheur de l'adoption. Le Lien adoptif, sa constitution, son suivi.

07:41 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : adoption, enfant adopté, filiation, origine, québec | |  del.icio.us

23/09/2009

Terre des hommes s’oppose à l’ordonnance fédérale sur l’adoption en Suisse. Crainte de trafic d’enfants.

Logo TDH.jpg

L’organisation non gouvernementale "Terre des hommes" s’élève contre l’ordonnance fédérale sur l’adoption. Elle craint que la diminution des exigences concernant l’activité d’intermédiaires ne conduise à un trafic d’enfants.



La mise en consultation de l’ordonnance fédérale suisse qui règle le placement d’enfants à des fins d’entretien et en vue d’adoption fait craindre à Terre des hommes (Tdh) que l’on ne respecte plus l’intérêt supérieur de l’enfant et les principes éthiques". La nouvelle ordonnance se contenterait, selon l’organisation, d’exiger des connaissances suffisantes du contexte culturel et social des pays d’origine de la part des parents adoptants."


Avis Tdh sur l’avant-projet d’ordonnance sur l’adoption. 14/09/2009.


Source: apic-kipa

20:14 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : suisse, adoption, terre des hommes | |  del.icio.us

17/09/2009

Ces femmes qui risquent leur vie pour devenir mères.

Femmes d ailleurs.jpg

 

[Via Femmes d'ailleurs. Le blog de Anne Collet.]


Sammy Lee, un des spécialistes du traitement de la stérilité les plus reconnus au Royaume uni a décidé de mettre en garde les femmes contre les dangers potentiels de la fécondation in Vitro (FIV). Certaines d'entre elles vendraient tout ce qu'elles possèdent afin de financer leur traitement contre la stérilité tout en sachant que leur vie est en danger,  explique le professeur Lee qui participe le 18 septembre à l'université de Londres, à une conférence sur le thème "La Maternité au XXIème siècle".


"J'ai traité des femmes cancéreuses qui refusaient de soigner leur cancer tant qu'elles n'étaient pas enceintes ou n'avaient pas accouché. Certaines meurent de leur cancer mais s'en vont heureuses, en sachant que d'une certaine manière leur vie continue", a-t-il expliqué au quotidien britannique The Guardian. L'énergie incroyable dépensée par certains jeunes couples est un cercle vicieux car les avancées de la science sont telles qu'elles leur donnent un espoir sans limite. Or, Estime le professeur Lee, il faudrait refuser de suivre ces personnes dans leur combat contre la stérilité d'autant plus que le traitement a très peu de chances de donner un résultat. Mais si vous dites à ces femmes que vous n'allez rien faire, elles iront directement voir un autre praticien.


Ces femmes sont souvent des personnes sérieuses, des cadres qui connaissent les dangers du traitement mais qui sont prêtes à prendre les risques les plus fous pour avoir un enfant. Au Royaume uni, la stérilité concerne un couple sur sept, soit environ 3,5 millions de personnes. Chaque année, 44 000 femmes entreprennent un traitement et 11 000 bébés naissent grâce à la fécondation in vitro.

16:05 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stérilité, fiv, sammy lee, anne collet | |  del.icio.us