Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2010

Roumanie. La bataille des adoptions internationales atteint le sommet.

La Commission européenne a falsifié un rapport officiel, publié partiellement il y a un an, pendant la Conférence de Défis dans les Procédures d'Adoption en Europe, à Strasbourg du 30 novembre au 1 décembre 2009. Exclusivement pour Jurnalul National plusieurs experts ont apporté le témoignage de la pression mise sur leur travail par des hauts fonctionnaires de la Comission Européenne, afin d'arriver à la conclusion de la nécessité de l'établissement d'une "Agence Européenne de l'Adoption". L'enjeu de cette nouvelle agence : la création d'un "marché" pour des adoptions européennes par laquelle la Roumanie serait forcée de rouvrir les adoptions internationales.
Derrière cette décision, des groupes de pression pro-adoption de la France, d'Italie, d'Espagne et des États-Unis.

 

Battle of international adoptions reaches peak
The European Commission Forges Official Report


The European Commission has falsified an official report, released only partially exactly one year ago, during the Conference on Challenges in Adoption Procedures in Europe, in Strasbourg from 30 November to 1 December 2009.  Exclusively for Jurnalul National several experts testified about the pressure put on their work by high-rank European Commission officials, in order to get to the conclusion that there is a need for the establishment of a European Adoption Agency. The stake of the new agency: creating a "market" for European adoptions in which Romania would be forced to reopen international adoptions. Behind this decision are pro-adoption lobbies from France, Italy, Spain and the United States.


On December 1, in Strasbourg - France, the European Commission and the Council of Europe organized a conference on adoptions. Originally it was to take place behind closed doors, but it became public after Jurnalul National revealed the backstage games behind it and the attempt to invite only the adoption lobby, through the mediation of the Italian EC official Patrizia De Luca. Surprisingly, at the end of the conference the conclusion of a report were presented, which recommended the need for establishing a European Adoption Agency. The long awaited report did not become public and was kept secret at the conference in Strasbourg. It was not made public until spring 2010, after pressure from several non-governmental organizations. Even so, the details of the report were never made public. One of the aims of the report, which needed the consent and approval of all Member States of the EU, was to reopen international adoptions at European level and thus forcing Romania to repeal the law 274, which forbids the adoption of Romanian children by foreigners.


One year after the scandal of this conference, Jurnalul National has been able to reveal what is hidden behind the report but, much worse, to also reveal pressure from the European Commission on the Belgian law firm, which drafted the report, in order to falsify data. The study has cost 250,000 euros, European public money, and consisted of interviews with more than 500 experts, lawyers, social workers, adoptive parents and adopted children. The study focused on the state of play of adoptions in the 27 EU member states. The final conclusion of the report was that clearly there was an urgent need to establish the European Agency for Adoption.


In reality, however, this conclusion proved to be a factual lie, for which officials of the European Commission signed, under the pressure of lobby groups in several Western countries with direct interest in the reopening of international adoptions from Romania. The study and the report were prepared by the law firm DBB - Demolin - Brulard – Barthelemy in Brussels, an associate of the French law firm PDGB.


Here is the stupefying testimony of one of the experts who prepared the country studies and the European Commission's report. "We were asked to conduct a study and a report identifying the needs of children, social services, the needs of the adopters and solutions for each country in order to improve the adoption and care system. We developed a questionnaire for each EU country. Then we interviewed over 500 subjects. Most of them answered they want better social protection, support for adopted children, post adoption assistance for adoptive parents after adoption, and some country-specific problems. There was only one question on whether it is necessary to establish a European Agency for adoptions. Only a few lawyers, out of the 500 subjects considered the new agency as necessary. Finally, we presented the conclusions and the report to the European Commission. When they saw the results they went mad at us and refused to acknowledge the study and its recommendations. They said the study would only be accepted if we would follow their main recommendation of setting up a European Agency for Adoption. Or, in reality, only a few had said such an agency would be good. Our firm’s prestige was at stake. We have been forced in the end to accept this conclusion, although it is not the reality. However they added whatever they wanted. We have been put in a situation with no alternative, because our company has several contracts with the European Commission and other European institutions. We could also risk losing these as customers. If we did not do it, they would have gone to another company and get the result they were looking for. "If you don’t make the recommendation about the new agency, you do not get your money” - this was the message of the European Commission ", Jurnalul National was told, on condition of anonymity, by one of the experts directly involved in the realization of the research and the report.


Lying was necessary for the lobby groups and adoption agencies in order to establish the "adoption market." "European States would have a limit, for example of two years, in which the children can stay in care, after which they would become adoptable. First in their country, and after a period of time they get on the European list. If not adopted this second time, then the children are put on the international adoption list. Such a system would take away the responsibility of the Member States to provide care for children temporarily or permanently deprived of parental care (UN Convention Rights of the Child). A European Adoption Agency – as EU institution staffed by EU civil servants – would take all responsibility away from national Member states and would create a full fledged free market. Adoption agencies from all over the world would be competing to get the children. Member States will have less incentives to create appropriate care for children, or to place children back into their own families, invoking that having the children adopted will save a lot of money on child protection and social protection costs. It is important to realize that children in care, foster and residential, have families and mostly are in contact with them. Adoption changes identity and cuts permanently all family ties”, said European official Roelie Post, seconded to the NGO Against Child Trafficking. She says the number of children legally adopted internationally has declined. Since Romania's accession to EU, the number of children available for adoption decreased worldwide from 40,000 to 20,000 per year. A future European Adoptions Agency will also have the problem of legality, because the EU has no legal powers on the issue of international adoptions, which are directly regulated by protocols between the Member States, and work under national competence.


Roelie Post followed this phenomenon and she believes that the report was meant to be used in the EU Strategy on the Rights of the Child. Without success so far, the EU strategy on children's rights, announced since 2006, but not yet finalized. The initiative was called "the Frattini strategy”, then Vice President of the European Commission, and who concretized the fake report of the EC in 2010. Roelie Post wrote a book about the export of Romanian ‘orphans’ until the introduction of Law 273 and 274 of 2004 that stopped the business with adoptions from Romania.

The book and more information can be found at: http://www.romania-forexportonly.eu
http://againstchildtrafficking.org

 

Source: Jurnalul National | 3 décembre 2010


L'Europe veut plus d'adoptions.
La baisse de l'offre d'enfants pour ceux-qui-veulent-devenir-parents mène à une nouvelle politique européenne.
Via United Adoptees International.

 

 

ENQUÊTE POUR ABUS DE POUVOIR DE LA COMMISSION EUROPEENNE

 

Nine Kooiman.jpgSP-Tweede Kamerlid Nine Kooiman en SP-europarlementariër Dennis de Jong willen opheldering over het bericht dat de Europese Commissie over de hoofden van adoptiekinderen probeert meer macht naar zich toe te trekken. Een Roemeense kwaliteitskrant onthulde vandaag dat de Europese Commissie onderzoekers onder druk heeft gezet om te concluderen dat er behoefte bestaat aan een Europees Adoptie Agentschap terwijl het onderliggende onderzoek die conclusie niet staaft. Kooiman: 'We kennen allemaal de zucht naar meer middelen en meer macht van de Europese Commissie, maar dat de problemen rond adoptie daarvoor gebruikt worden, zou ik verschrikkelijk vinden. Juist adoptiekinderen verdienen extra bescherming en zorgvuldigheid.'

 

Adoptieschandalen in het verleden zijn voor Roemenië aanleiding geweest te stoppen met interlandelijke adopties. Nu zouden er pogingen worden ondernemen Roemenië te dwingen de grenzen voor adopties weer te openen. De geruchten over het tot stand brengen van een Europees adoptiebeleid zijn er al langer. Kooiman: 'Ik heb daar recent nog een aantal kritische vragen over gesteld maar die zijn nog niet beantwoord. Maar deze onthulling van vandaag gaat nog verder dan wat ik al vermoedde.'

 

De SP is er geen voorstander van interlandelijke adopties Europees te gaan stimuleren, omdat het uitgangspunt moet zijn dat kinderen zoveel mogelijk in hun oorspronkelijke omgeving op kunnen groeien. Adoptie uit het buitenland is bovendien een kwetsbaar proces. Kooiman: 'Als het waar is dat de Europese Commissie onderzoeksresultaten manipuleert hebben we een probleem. Niet alleen omdat het onacceptabel is dat onderzoeken worden aangepast zodat Europa meer macht naar zich toe kan trekken. Maar vooral omdat het hier gaat om kwetsbare kinderen. Het belang van het kind moet voorop staan, niet het belang van de Europese Commissie.'

 

Kooiman heeft schriftelijke vragen gesteld aan de staatssecretaris van Buitenlandse Zaken en de staatssecretaris van Justitie, die over adoptie gaat.

 

Bron : SP. Socialistische Partij. Nederland. 03-12-2010.

 

 

SP vraagt opheldering over mogelijk machtsmisbruik Europese Commissie inzake adoptiebeleid
Europa nu  3.12.2010

 

European Adoption Agency
De Wereld is van Iedereen, 4.12.2010

Beaucoup de documents dans "Comparative study on adoption procedures in the Member States of the European Union - 16/12/2009" pour finalement arriver à 1 seule conclusion : la possibilité d'une Agence européenne de l'adoption.
Tout les citoyens européens peuvent consulter les documents de cette étude comparative sur  "European Judicial Network in civil and commercial matters"
A la page 209 du rapport de synthèse : "Creation of a European adoption agency".

En novembre 2006, lors d'un colloque à Bruxelles organisé par l'Alliance des Libéraux et Démocratiques d'Europe, Mme Claire Gibault et Mr Jean-Marie Cavada (Députés européens) préconisaient déjà une "Agence Européenne de l'Adoption".

 

16/11/2010

Qualité de l’attachement: diagnostic, cours, et interventions possibles

SPZ symposium qualite attachement.jpg7ème Symposium SPZ, en collaboration avec le service de psychiatrie de l’enfance et de l’adolescence de l’université de Zurich

Jeudi, le 2 décembre 2010, de 8h30 à 17h15
Kirchgemeindehaus, Liebestrasse 3, Winterthur

 

Enfants et adolescents ont besoin de notre protection d’une manière toute particulière. Ils grandissent dans un contexte que notre société et nos notions culturelles leur imposent.

Nombre d’études internationales ainsi que suisses démontrent de façon impressionnante l’importance du développement des liens d’attachement dès la prime enfance et leur influence sur la capacité d’établir des liens durables et porteurs pour plus tard et de pouvoir les vivre.

En Suisse, des initiatives diverses en faveur des enfants, parents et familles ont été entreprises aux niveaux national, cantonal et régional qu’il faut poursuivre. Il est important de procurer aux enfants une formation et un encadrement correspondant le mieux possible à leurs besoins individuels moyennant un encouragement précoce ainsi que des offres d’accueil extrafamilial privées et publiques. Et il est primordial que les parents se sentent soutenus et ne soient dès lors pas livrés à eux-mêmes quand surgissent des difficultés et des situations qui les dépassent.

Le 7ème symposium SPZ, organisé en collaboration avec le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent du Canton et de l’Université de Zurich, met en évidence les possibilités de diagnostiquer la qualité de l’attachement, au cours de la petite enfance jusqu à l’âge adulte, et présente des possibilités d’interventions face aux troubles de l’attachement. Un nombre d’exemples vidéografiés ainsi que des notions actuelles provenant de la recherche dans le
domaine de la pédopsychopathologie et de la neurobiologie réunissent fondements théoriques et pratique appliquée.


Programme

- La qualité de l’attachement: Définition et connaissances acquises sur les nouveau-nés et enfants prématurés
Univ.-Prof. Dr. Marguerite Dunitz-Scheer, Graz

- Interaction mère-enfant dans les contextes à risque élevé:
Diagnostic, prévention et interventions auprès des mères adolescentes
Prof. Dr. Ute Ziegenhain, Ulm


- The Child Attachment Interview: Current Status and Future Developments
PhD Yael Shmueli-Goetz, London


- Les processus bio-psycho-sociaux dans le développement de l’attachement
Prof. Dr. Gottfried Spangler, Erlangen

- Attachement, traumatisme et réponse au stress
Prof. Dr. Blaise Pierrehumbert, Lausanne


- Attachement et comportement problématique des enfants placés: L’influence des expériences dans la famille d’origine et dans la famille de placement
Dr. Ina Bovenschen, Erlangen

- La signification de la qualité de l’attachement pour la relation entre thérapeute et client dans le traitement des jeunes adultes
Prof. Dr. Bernhard Strauss, Jena


Source : Kantonsspital Winterthur.

04/07/2010

Les Etats réunis à La Haye admettent l’existence de commerce d’enfants dans l’adoption internationale

La Commission Spéciale de La Haye, une sorte d’Assemblée Générale des Etats qui ont ratifié la Convention de la Haye sur l’adoption internationale, a pris fin après neuf jours de débats intenses et passionnants. Ces débats et les résolutions qui ont suivi auront certainement un impact important sur la protection des enfants privés de famille et servira, nous l’espérons, à améliorer les pratiques de l’adoption dans le futur. Pour la première fois dans l’histoire de la Convention en effet, les Etats ont admis l’existence d’enlèvements, de ventes et de trafics d’enfants dans le cadre de l’adoption internationale et ont ouvertement débattu à ce sujet – une opportunité historique créée par le Bureau Permanent mais aussi par des Etats qui sont à l’avant-garde de l’adoption éthique tels que l’Allemagne, l’Australie, la Belgique, le Canada. Ces Etats sont peu nombreux mais ils sont les premiers de la classe dans leurs déclarations et dans les faits.



Au cours des débats, Terre des hommes a défendu les droits des enfants et de leurs parents à La Haye en faisant les déclarations suivantes :

1. Le nombre des intermédiaires c’est-à-dire des agences accréditées pour l’adoption doit être nécessairement limité après avoir opéré une évaluation du nombre d’enfants adoptables et de leur profil dans chaque pays d’origine. Autoriser un nombre important d’intermédiaires crée une situation malsaine de compétition entre acteurs et de pression sur les pays d’origine pour obtenir des enfants. Tdh défend donc une responsabilité conjointe entre Etats pour que d’une part le pays d’accueil puisse prévoir une procédure d’autorisation des intermédiaires accrédités de travailler dans un pays donné, et que d’autre part le pays d’origine puisse aussi limiter le nombre d’intermédiaires. A noter que les Etats-Unis ne disposent pas de cette procédure et donc ne réglementent pas le nombre d’intermédiaires par pays. Cela crée une situation de demande excessive d’enfants, qui en pratique est la porte ouverte à toutes sortes de trafics.

2. Le principe selon lequel les adoptions ne donnent lieu à aucun profit indu doit être maintenu et élevé en une règle commune non-dérogeable. Si les avocats américains sont autorisés à s’occuper d’adoptions et à faire du profit, ce que nous regrettons, ils devraient être agréés et autorisés sur la base de la possibilité qui leur est faite de faire passer ces dossiers sous leur quota d’affaires “pro-bono”. Ils ne feraient payer que l’essentiel et ne feraient ainsi pas de profit.

3. Il existe une tendance pernicieuse à notre avis, qui est de considérer l’adoption internationale comme la seule alternative possible lorsque l’adoption nationale n’est pas envisageable. Cela est contraire au principe de subsidiarité ancré dans la Convention de La Haye qui prévoit le placement de l’enfant dans la famille élargie, dans une famille d’accueil, ou toute autre alternative appropriée avant l’adoption internationale. Ces alternatives sont tout simplement négligées ou dénigrées par certains acteurs de l’adoption internationale afin d’augmenter le nombre des enfants adoptables à l’étranger. Tdh dénonce ces pratiques qui ne servent qu’à répondre aux attentes des entreprises lucratives de l’adoption internationale et à satisfaire la demande croissante du « marché de l’adoption ». Nous considérons qu’il existe de très bonnes options dans les pays au-delà de l’adoption nationale et que ces pratiques endogènes d’accueil et de prise en charge communautaire doivent être renforcées.



La Commission Spéciale de La Haye a décidé, sur une initiative des autorités australiennes, de créer un groupe de travail qui va s’occuper des abus, du trafic et des dysfonctionnements qui entachent les adoptions internationales. Terre des hommes a dors et déjà été invitée à participer à ce groupe. Espérons que cet outil supplémentaire va nous aider à défendre les intérêts supérieurs des enfants dans l’adoption.



Au terme de ces neuf jours de séance, Marlène Hofstetter, spécialiste pour les adoptions à Tdh, se sent soulagée. La position de Terre des hommes est de plus en plus reconnue et est fortement soutenue par les Etats cités plus haut. Marlène est aussi consciente du travail qui nous attend et de nos responsabilités : “Un travail important nous attend afin de pouvoir garantir à chaque enfant ses droits et sa dignité dans la procédure d’adoption le concernant. L’enfant n’a rien demandé, ce sont les adultes qui ont décidé pour lui, à eux de prendre leurs responsabilités”.



Source : Terre des Hommes | 2 juillet 2010

 

Documents related to 2010 Special Commission

 

 

08/01/2010

La conférence du Conseil de l'Europe se révèle comme un réseau de lobby pour l'adoption.

Logo-UAI-News.jpg

Conférence sur "Les défis dans les procédures d'adoption en Europe" du 30 novembre au 1 décembre 2009 à Strasbourg.

 

Planifiée comme conférence sur la discussion de l'intérêt pour les enfants (d'être adopté) et la position européenne sur cette question, la conférence en elle-même s'est vite révélée comme un lobby pro-adoption avec la volonté d'instaurer une loi européenne, un droit européen en vue d'accélérer les adoptions où, de nouveau les droits et les intérêts des parents (de naissance) et des Adoptés n'ont pas été pris en considération.


Joan Hansink, le représentant de United Adoptees International (UAI) a posé quelques questions, auxquelles le panel n'a pas apporté de réponses.


Le fait que le comité préparatoire de la conférence avait essayé de refuser l'accès de UAI à cette conférence montre la crainte réelle de l'interférence d'une position critique des Adoptés dans le débat international.

Pour visionner les vidéos. Joan Hansink apparaît à la vidéo 2 et 6, au moment des questions et des réponses.


Films   1  |  2  |  3  |  4  |  5  |  6  |  7  .

   

Source: United Adoptees International - News.

28/12/2009

Conclusions de la conférence sur "Les enjeux dans les procédures d'adoption en Europe : garantir l’intérêt supérieur de l’enfant"

conseil de l europe.jpgLes participants à la Conférence sur l’adoption qui s’est tenue à Strasbourg les 30 novembre et 1er décembre 2009 tiennent à remercier la Commission européenne et le Conseil de l’Europe d’avoir organisé cet événement qui leur a permis d’étudier ce sujet important.




Les intervenants ont évoqué plusieurs instruments juridiquement contraignants adoptés à la fois aux niveaux national et international, qui protègent les droits de l’enfant au cours du processus d’adoption afin de garantir l’intérêt supérieur de ce dernier. Une attention particulière a été accordée à la Convention révisée du Conseil de l’Europe en matière d’adoption des enfants et à la Convention de La Haye de 1993 sur l’adoption internationale, mettant en lumière les bonnes pratiques qui aident à garantir les droits de l’enfant tout au long de cette procédure sensible et chargée d’émotion. Les intervenants ont noté la neutralité de ces instruments qui n’encouragent ni ne découragent l’adoption. Les choix qui s’offrent aux Etats parties dans cette matière doivent respecter les droits des enfants, et les procédures d’adoption devraient cependant toujours garantir l’intérêt supérieur de l’enfant.



Les participants sont convenus que la signature et la ratification de ces deux instruments juridiques internationaux devraient être encouragés. Dès lors qu’ils sont ratifiés, ils devraient être réellement et scrupuleusement mis en oeuvre dans le but de fixer des normes minimales pour développer davantage la législation et les politiques nationales. Seules trois ratifications sont nécessaires à l’entrée en vigueur de la Convention révisée du Conseil de l’Europe et nous espérons tous que cet instrument deviendra contraignant dès que possible. La Convention révisée en matière d’adoption devrait même aujourd’hui trouver un écho au sein des tribunaux nationaux, et elle a déjà été invoquée dans des affaires d’adoption portées devant la Cour européenne des droits de l’homme 1. Les participants sont particulièrement reconnaissants aux deux juges de la Cour européenne de les avoir éclairés sur l’évolution de la jurisprudence de la Cour en ce qui concerne l’adoption.



Plusieurs participants ont indiqué que leurs pays promulguaient actuellement la législation nationale favorable à la mise en oeuvre des deux conventions permettant de protéger l’intérêt supérieur de l’enfant.



On n’insistera jamais assez sur l’importance des mécanismes de suivi nationaux et des institutions gouvernementales et non gouvernementales qui font la promotion des droits des enfants. Ces institutions jouent un rôle vital dans l’établissement de lignes directrices sur l’application des procédures et politiques d’adoption, destinées aux professionels travaillant dans ce domaine, en conformité avec les normes internationales pertinentes. La clarté des procédures et processus contribue à réduire au minimum la bureaucratie inutile.



Il est nécessaire de renforcer la coopération internationale pour promouvoir l’échange d’informations et d’expériences, recenser les bonnes pratiques, favoriser les meilleures pratiques en matière d’élaboration et de mise en oeuvre effective de normes, et l’élaboration de stratégies nationales intégrées visant à prévenir et à combattre la traite des enfants sous toutes ses formes. Le Conseil de l’Europe et l’Union européenne peuvent jouer un rôle crucial pour encourager les espaces d’échange à l’échelon national, dans le prolongement des enseignements tirés de la conférence et le fondement d’étude déjà menée et bientôt publiée.



Tous les professionnels – en particulier les juges, les psychologues, les travailleurs sociaux et les avocats – qui interviennent auprès d’enfants en contact avec le système judiciaire devraient recevoir une formation appropriée, et avoir l’occasion de se former aux méthodes d’entretiens adaptés aux enfants. Le rôle de médias responsables est reconnu dans la présentation de la question de l’adoption des enfants. La question doit être dépolitisée en faisant primer l’intérêt supérieur de l’enfant sur les sensibilités politiques des pays d’origine ou d’accueil. Qu’il s’agisse de prise en charge en établissement, en famille d’accueil ou d’adoption nationale ou internationale, la meilleure solution pour un enfant qui a besoin d’un foyer doit cependant tenir compte des faits du cas particulier d’espèce.



Le consentement de l’enfant d’âge mûr à l’adoption est désormais nécessaire. L’interprétation de leurs souhaits et de leur intérêt supérieur devraient être facilitée par des pédo-psychologues et autres professionnels qualifiés. Il est extrêment important de prendre en compte l’avis des enfants dans toutes les procédures d’adoption. A cet égard, il faut sensibiliser l’ensemble des professionnels travaillant dans ce domaine. Une interaction pluridisciplinaire, entre les diverses professions concernées, notamment les juges, les avocats, les psychologues, les travailleurs sociaux et d’autres professionnels qui interviennent dans les procédures d’adoption, doit être encouragée pour donner corps à la notion d’intérêt supérieur d’enfant, à leur droit d’être entendu et d’exprimer leurs points de vue. Les informations communiquées aux enfants doivent être adaptées à leur âge, et leurs besoins, pris en compte. A ce titre, il peut être souhaitable de leur désigner un « tuteur ». Nous avons entendu l’expérience encourageante des membres du pouvoir judiciaire qui estiment nécessaire d’entendre les enfants directement avant de prendre une décision quant à l’adoption.



Les participants ont noté des divergences dans les pratiques et procédures sur la condition du consentement des pères non mariés, en dépit de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme sur ce point. Le débat animé sur la possibilité d’une adoption conjointe pour les couples homosexuels a révélé des divergences de points de vues sur cette question. La Convention révisée demeure souple sur ce point. Tous les participants s’accordent sur le fait que l’intérêt supérieur de l’enfant devrait, une fois de plus, être primordial dans le choix concernant l’adoption. Il faut faire le maximum pour éviter la discrimination, y compris celle fondée sur l’origine ethnique ou le handicap des enfants.



La rupture des liens de filiation qui découle d’une adoption plénière met particulièrement en relief les droits des fratries, des parents et des grands-parents. La question de savoir si cela peut avoir un effet disproportionné sur l’adoption a été posée, et, à mesure que les discussions des participants avançaient, il devenait clair que ces points mériteraient d’êtres approfondis.



Le droit de connaître ses origines et l’importance qu’il revêt pour les personnes adoptées est ressorti très clairement du témoignage de plusieurs adultes ayant été adoptés qui se sont exprimées avec une grande émotion sur leurs expériences personnelles, particulièrement fortes et convaincantes. Le besoin de rassembler les pièces de son histoire et la quête d’identité s’est révélé important pour leur bien-être psychologique. Dans les années à venir, il faudrait probablement réexaminer les questions qui se posent concernant la collecte, le stockage et la protection des données.



Il convient de garder à l’esprit que la Convention révisée en matière d’adoption est un instrument d’harmonisation, qui fixe des normes minimales ; il y a lieu d’espérer que les Etats parties continueront d’améliorer et d’élever les normes nationales au fil des ans. Le travail se poursuit sur d’autres conventions internationales pour promouvoir les droits de l’enfant et rétablir l’équilibre entre les droits des enfants et ceux des adultes.



La Convention de La Haye entend avant tout fournir un cadre au processus d’adoption international qui vise à protéger l’intérêt supérieur de l’enfant par l’établissement d’un système de coopération entre les Etats contractants afin de prévenir l’enlèvement, la vente ou la traite des enfants. Cet objectif traduit concrètement les normes internationales énoncées dans la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. Les pays d’origine et d’accueil ont participé à la formulation de la Convention afin de garantir des procédures d’adoption acceptables pour toutes les parties contractantes. Comme tout instrument juridique, la Convention est un document cadre qui est, par définition, incomplet et imparfait. La coopération et la transparence sont les ingrédients clés pour améliorer sa mise en oeuvre. Les Etats parties doivent faire preuve de vigilance en respectant les obligations de la Convention. Les participants ont été encouragés à prendre une part active dans le processus de révision de cette Convention, prévu pour 2010.



Tout pays qui opte pour l’adoption internationale devrait être partie à la Convention de La Haye puisque celle-ci formule les « meilleures pratiques » de réglementation de l’adoption internationale, donc de protection des droits des enfants en situation d’adoption. Tout Etat partie à la Convention devrait appliquer, dans la mesure du possible, les garanties et procédures énoncées dans la Convention de La Haye lorsqu’il traite avec un Etat non contractant.



Le cadre coopératif de la Convention de La Haye se fonde sur une division convenue des responsabilités entre les pays d’origine et d’accueil. « L’intérêt supérieur » de l’enfant dans des procédures d’adoption internationale est protégé par :

- l’établissement de garanties spécifiques assurant « l’ adoptabilité » de l’enfant ;
- l’assurance que les autres formes de prise en charge permanente de l’enfant dans le pays d’origine ont été mûrement réfléchies ;
- l’assurance que les consentements nécessaires ont été accordés sciemment et librement après que des conseils ont été donnés ;
- la réglementation des aspects financiers de l’adoption ;
- l’accréditation et l’autorisation des agences d’adoption ; et
- la vérification du respect des procédures énoncées par la Convention.



Les pays d’accueil doivent s’assurer que les parents adoptifs remplissent l’ensemble des conditions et correspondent aux critères d’adoption, qu’ils ont reçus des conseils appropriés et que l’enfant est autorisé à entrer et à résider à titre permanent sur le territoire de l’Etat concerné.



Les responsabilités des pays d’accueil et d’origine ne s’excluent pas mutuellement. En effet, ils partagent la responsabilité d’apporter des garanties et des procédures qui protègent l’intérêt supérieur de l’enfant. Les Etats d’accueil devraient éviter de faire pression sur les pays d’origine et aider ces derniers à perfectionner leurs systèmes de protection de l’enfance. Les fonctions des autorités centrales ont à la fois une dimension nationale et internationale. L’attention a été portée sur le Programme d’assistance technique en matière d’adoption internationale, coordonné par la Conférence de La Haye, qui aide les Etats contractants à mettre en place l’infrastructure et les procédures exigées pour respecter les normes internationales. A cet égard, la coopération et l’harmonisation entre les pouvoirs publics est nécessaire et doivent être étayées par des sessions de formation et l’échange de meilleures pratiques. De l’avis de plusieurs participants, l’aide financière des Etats membres de l’Union européenne serait la bienvenue.



Conformément aux principes fondamentaux de liberté de circulation à l’intérieur de l’Union européenne, il importe de mettre en place une reconnaissance mutuelle des attestations d’éligibilité à l’adoption et d’aptitude des futurs parents adoptifs, de la publication et de la diffusion des décisions d’adoption.

 


1 Wagner c. Luxembourg (76240/01), E.B. c. France (43546/02) et Emonet et autres c. Suisse (39051/03).



Sources: Conseil de l'Europe. Droit de la famille. CJ-FA. + les discours.

10:43 Écrit par collectif a & a dans Colloque | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, adoption, origine, identité, enfant adopté | |  del.icio.us

27/11/2009

L'Europe veut plus d'adoptions. La baisse de l'offre d'enfants pour ceux-qui-veulent-devenir-parents mène à une nouvelle politique européenne.

United Adoptees International logo.jpg

Europe wants more adoptions.

Declining supply of children for want-to-be parents leads to a new European policy.


On the 30th of November and the 1st of December, the European Commission organizes the Conference: Challenges in Adoption Procedures in Europe: ‘Ensuring the Best Interests of the Child. This is a preparation for a new European Adoption Policy, which will have major implications for children in child protection, including foster children or children in children’s homes. These children could, with the new measure, easily qualify first for European and then international adoptions.


The foundation United Adoptees International (UAI) hopes that Vice President Joan Hansink can be present to stand up for the rights of children and parents. The UAI believes that children have the right to be raised by their parents and if not possible the right to social protection or alternative forms of care provided by the governments. Adoption is not the solution to a failing care system. The European Union guarantees its citizens the right for social protection. Does this not count for these children and their parents?


In practice, the new policy would mean that children in foster in no time would be available for adoption. For example, a Dutch child in foster care would after 18 months become adoptable for a couple from the Netherlands. If there would be no possibility, then the child could be adopted by a couple from Naples. As a last solution, the child can be adopted worldwide. Another consequence will be that under the new European Adoption Convention and the new policy no longer only children under 8 years can be adopted, but also up to 18 years. Parents get like this little chance to get their children back and to keep them, and it relieves governments of their obligation to provide alternative care for children who cannot be raised by their parents (Article 20c of the UN CRC). With the declining supply of children for want-to-be parents these adoptions are a solution. But this is not in the interest of children.


The European Union has asked Romania in 2000 no longer to export children, but apparently gets back to that decision. Also, the Council of Europe, with the European Adoption Convention, is working towards paving the way for adoptions by gays, lesbians, bisexuals and transsexuals. The strong adoption lobby is working through the European Commission and searches to legalise new adoption opportunities. There is little to no publicity about the conference and invitations were carefully picked, especially to prevent nasty dissonant voices. The UAI and its partners intercepted at the last moment the announcement for the upcoming European Commission and Council of Europe Conference in Strasbourg via its Finnish contacts. Participation by the UAI was initially not accepted and remains until today still uncertain.


Interestingly, the Dutch government accepted the European Convention and the new adoption policy apparently uncritically, without realizing that it will have consequences for the Dutch policy regarding (inter-country) adoption and its existing care system for children. It is remarkable that the Convention on the Dutch website is shown as a hammer piece, while the majority of the Members of Parliament, except the Christian Democrats, does not seem to be aware of the European Adoption Convention. The Convention as now formulated, will according to the UAI lead to an infringement of the UN Convention on the Rights of the Child (UNCRC). The UAI has in recent years pointed out the consequences of the upcoming Convention and policy to several MPs charged children’s rights.


The UAI is not convinced of the good intentions of the current compilers and the democratic process of all this and hopes to have the opportunity to be present in Strasbourg to demand attention to children and parents who as a vulnerable group do not have a voice in the debate.


For more information see : www.adoptionprocedure.net

And for the Adoption Lobby see this film.

Source: United Adoptees International News.

 

- Council of Europe and EC conference aimed at re-trafficking Romanian children again. By Brian Douglas (Director RCHF).

No one will ever forget the Romanian orphanages of the communist times as many thousands of children were left in the care of a communist regime that simply didn’t care for them. After Communism ended in late 1989, the orphanages remained open for the best part of the next decade.
It was therefore a blessing in the late 1990s when Romania along with the full backing of the EU took the bull by the horns and decided to end the misery of these children and to close the large old-style children’s home, while creating foster care, family-type homes etc. ... ...
Read more on All Children Have Rights.

 

- Dossier Europe. Défis dans les procédures d'adoption en Europe : garantir et préserver l'intérêt supérieur de l'enfant.
Source : United Adoptees International News.

08:33 Écrit par collectif a & a dans Colloque | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : europe, adoption, politique, droits de l'enfant | |  del.icio.us

03/11/2009

Approche clinique pédiatrique de l’enfant abandonné, adopté,affectivement insécure ou atteint d’un trouble de l’attachement.

Jean-Francois CHICOINE.jpgPar le Docteur Jean-François CHICOINE, pédiatre au CHU Sainte-Justine, professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal et viceprésident de la Société de pédiatrie internationale.

En 2002, avec Rémi Baril, il fonde la société « Le Monde est ailleurs », qui se porte à la défense de la santé et des droits des 0-18 ans. Depuis lors, il partage sa vie professionnelle entre le travail clinique et son expertise éducative.


Le mercredi 4 novembre 2009.

Lieu : La Marlagne
Centre Culturel Marcel Hicter
Chemin des Marronniers 26
5100 WEPION (Namur)
BELGIQUE

Une organisation de La Ridelle et Les Chanterelles, deux services d’accueil familial agréés par l’AWIPH.


Programme

8h30 : Accueil.

9h00 - 12h00 : Lien & Attachement

- abandon, modèles théoriques.
- mémoires, génétique, épigénétique.
- développement sensori-perceptif, moteur, cognitif et langagier.
- nutrition, croissance.
- parentalité, guidance familiale, techniques éducatives.
- comportement, scolarité.
- adolescence, identité.

13h30-16h30 : Lien & Attachement

- et problématiques neurodéveloppementales
(difficultés d'apprentissage, troubles d'apprentissage, TDAH)
- et problématiques neurocognitives ( syndrôme d'alcoolisation foetale)
- et problématiques neuropsychologiques (Troubles d'attachement, troubles intériorisés et extériorisés, troubles oppositionnels avec provocation, troubles de conduite, troubles de l'humeur dépressive, troubles anxieux, troubles dans la sphère de l'autisme, tics et syndrôme de Gilles de la Tourette).
- problématiques et solutions ... familiales, de crèche & scolaire, psychosociales, médicamenteuses, pédiatriques adaptées.


Inscriptions

La Ridelle
Tél : 00 32 83 21 65 90
Email: colloqueaccueilfamilial@hotmail.com


Source : Fondation Pour l'Enfance.

 

Voir aussi "Le lien...S'en mêler sans s'emmêler!", un colloque sur le lien et l'attachement chez le petit enfant.