Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2009

Lettre envoyée par United Adoptees International à l'ambassade du Royaume-Uni et des États-Unis au Malawi concernant l'adoption de Madonna.

UnitedAdopteesInternational.jpgLETTER SEND TO UK and US Embassy in Malawi regarding the Adoption of Madonna.

3 April 2009

Dear Mr. Wildash,

 

Herewith United Adoptees International is asking your attention for the issue of Intercountry Adoption regarding Malawi.

 

United Adoptees International (UAI) is the first independent adoption organisation run and managed by Intercountry Adoptees based in the Netherlands. The UAI is representing the interest of Adoptees nationally and internationally in different fields of interests. The UAI policy exist foremost out of; creating (inter)national dialogues and participation in debates regarding adoption as a phenomena and is involved in political and societal field regarding policy developments and discussions about the consequences of (intercountry) adoption for adoptees and international consequences for the long term. The UAI is an acknowledged foundation in the Netherlands which has been consulted more than once by politicians, academics, media and researchers in the field of family life and adoption.

 

The UAI wants hereby express their concern regarding the development of the explorations of new adoption channels by western parties in new adoption countries. Most of the time non-western countries. Lately the influence and impact of so-called pop culture in the perspective of social views regarding adoption does concerns us very much.

 

As we assume, you are informed about the additional adoption plan of popstar Madonna in Malawi which has raised international concern. Something which is not been dealt with since her first appeal for adoption by adopting David Banda from this country.

 

Now ms. Madonna Louise Veronica Ciccone seems not to have understood what kind of impact this has on international scale, the UAI wants to express their concern about the development of breaking international guidelines according to the Hague Convention on Adoption and the subsidiary rules regarding this issue.

 

Malawi, which till the adoption of ms. Ciccone, had no adoption policy, is been confronted with western NGO’s and adoption agencies since, creating safety breaches for the well being of the Children of Malawi. The Malawian Government seems not to understand that adoption should be a last resort and not a facility for western couples to adopt children from abroad nor a way to prevent implementation child welfare and child protection programs.

 

Especially when there are no safety measures like the implementation of child rights laws in such countries as Malawi, intercountry adoption cannot been disconnected from a lack of these essential laws preventing adoption as an easy escape route for countries and a facility for adopters. There is not a clear control on the process of parental consent of releasing their parental rights for the cause of adoption.

 

Even many parents who are handing over their children to the west expect them back one day, seeing adoption as a long term foster care. Many of them have no idea that intercountry adoption will be a permanent breach in lives of involved.

 

We know from resources within Malawi, that parents are not informed well enough and have most of the time no clue what adoption might cause to the child and the reality behind adoption.

 

By accepting such easy breaches of the well being of a generation young people, who are eligible to help their country to build a future, they are been immigrated against their will, to perhaps economically a better life, but without their own consent and understanding to which challenge they have to cope with. Economic wealth may never be the argument for international adoption. As all members of the Hague Convention on Intercountry Adoption agreed on.

 

With accepting a popstar like Madonna breaking this international treaty and guidelines, we acknowledge that ethics ends by the fame of others. The UAI is highly concerned by seeing this happen decade after decade.

 

When does the interest of adoptees come first instead the wish of the rich and famous ? Child protection first and adoption as a last resort. Like we agreed on in the Convention on the Rights of the Child and the Hague Convention on Adoption.

 

Sincerely,
United Adoptees International

Hilbrand W.S. Westra BSc MA
Chairman UAI

13/09/2008

Adoption Registry Connect

adoption-registry-connect.jpg

 

 

 

Adoption Registry Connect is a worldwide adoptee and birth parent search registry designed to reunite adoptees with their birth parents and siblings.

 

Is there a parent, child, or sibling that you would like to reunite with? This website can make that possible!

 

1. Start by searching our database of profiles.

 

2. Add your profile to our database allowing that special somone to find you.

 

Adoption Registry Connect is networked across other websites to bring greater attention to the profiles in our database. If you have an adoptee-related website, and you'd like to help reunite people with their families, consider adding Adoption Registry Connect to your website.

 

17:16 Écrit par collectif a & a dans Communiqué | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adopté, mére de naissance, retouvailles, origine | |  del.icio.us

22/06/2008

Les enfants toujours en marge du développement en Afrique

APA.jpgAPA - Lilongwe (Malawi).

Omatayo Olaniyan, délégué de l’Union africaine (UA) à la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), a déclaré que la plupart des enfants africains sont toujours, les parents pauvres des processus de développement de leurs pays. C’est ce qu’a appris l’Agence de Presse Africaine à Lilongwe.



S’exprimant lors de la commémoration de la Journée de l’Enfant africain dans la capitale Lilongwe, il a indiqué que la paupérisation existe, malgré plusieurs politiques, déclarations et résolutions nationales, régionales, continentales et mondiales qui préconisent l’intégration des enfants dans les processus de développement.



Il a précisé qu’il y avait plus questions à résoudre, dans les domaines de la santé, du trafic et de la prostitution des enfants, des mariages forcés, de l’adoption illégale et du travail des enfants entre autres.



« Cela conduit à la désorientation et à un dysfonctionnement dans le développement des enfants avec des conséquences négatives très importantes sur le développement national », a-t-il souligné.



Des pays ont mis en place des politiques nationales à cet effet, a-t-il noté, ajoutant qu’au niveau continental l’UA avait élaboré des mesures adoptées par les Etats membres.



La ministre de la Promotion de la Femme et de l’Enfant, Anna Kachikho à quant à elle, fait remarquer que même si les efforts visant à faire face à la situation des enfants ont été notés sur le terrain, leur participation effective au développement national n’était toujours pas effective.



La Journée de l’Enfant africain a été initiée par l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) qui est devenue l’Union africaine (UA) pour honorer la mémoire des enfants tués dans les rues de Soweto en Afrique du Sud en 1976.



La Journée est une occasion pour plaider pour la promotion, la protection et le respect des droits des enfants en Afrique, soulignent les observateurs.




Source : Agence de Presse Africaine.

17/04/2008

Les "enfants volés" en Australie ont-ils servi de cobayes ?

[Via "Courrier International"].


Kathleen Mills, qui témoignait devant une commission d'enquête sénatoriale sur la compensation financière des "générations volées", a fait une révélation retentissante le 15 avril, rapporte le quotidien Sydney Morning Herald. Pendant les années 1920 et 1930, assure cette Aborigène, les petits pensionnaires métis du centre Kahlin, à Darwin, ont reçu des injections de médicaments expérimentaux contre la lèpre, avec des conséquences dramatiques pour leur santé. Une deuxième personne est venue corroborer cette information, affirmant que des expérimentations sur des "enfants volés" ont également eu lieu à la léproserie de la ville, et ce jusqu'aux années 1960. "Ce que vous avez entendu aujourd'hui n'est pas le pire", a déclaré Kathleen Mills, qui demande au gouvernement d'ouvrir ses archives, qu'elle qualifie de "boîte de Pandore".


Children were guinea pigs, inquiry told


A STOLEN generations member's claim that Aboriginal children were taken from their families and used as "guinea pigs" to trial a leprosy drug has shocked the Federal Government into scouring its records for more information.

Aboriginal elder Kathleen Mills made the allegation yesterday in Darwin on day one of a Senate inquiry into compensation for the stolen generations.

She said some children held at the city's Kahlin Compound in the 1920s and '30s had been injected with a leprosy serum that made them sick and almost killed them. The compound, a holding house for half-caste Aborigines, closed after World War II.

While Ms Mills's claim was based on the recollections of her uncle, a medical orderly at the compound, it was given weight last night by another source, who confirmed a Darwin family had been subjected to similar testing at another institution in the city, the leprosarium, as late as the 1960s. This may suggest such experimentation was systemic.

"What you heard today wasn't the worst of all the stories," Ms Mills told the Herald last night. "Whether you're prodding them with sticks and needles, the actual removal of children from their mothers and their countries without any records is the issue."

She told the inquiry: "These are the things that have not been spoken about. As well as being taken away, they were used … there are a lot of things that Australia does not know about."

Ms Mills said information to do with the testing would be in health department archives and she called on the Government to assist "opening Pandora's box".

The Health Minister, Nicola Roxon, promised to do anything she could to get the facts. "These are obviously very serious allegations," Ms Roxon said. "I have requested my department to examine their archives to determine if there are any documents that can shed any light on this situation."

Ms Mills said her uncle had told her about the drug's effects. "It made our people very ill and he said the treatment almost killed them," she told ABC radio outside the inquiry.

The Greens Senator Bob Brown, who was at the inquiry, said: "It's clearly a matter that's worrying indigenous people so it should be investigated. First, we have to find out if there's any records of experimentation."

An expert on leprosy, Clem Boughton, said he had not heard of such claims but it was possible they were triggered by early uses of sulfone drugs which provided the first effective treatment of leprosy. A former professor of infectious diseases at Prince Henry Hospital in Sydney, now in his 80s, Dr Boughton said the claims should be treated with caution.

"It could be they were using preparations of sulfones to see how effective they were," Dr Boughton said. "This would not be deliberately targeted at Aboriginal people because there was a lot of leprosy around then. Patients themselves would want to have the treatment even if it was a bit experimental because it was their only hope."

Ms Mills said she raised it to highlight the problem Aborigines had accessing their records. But she worried last night it would detract from the bigger issue of compensation. "It was like throwing the cat among the pigeons and there's a lot of fluttering now."

with AAP and Mark Metherell

15:56 Écrit par collectif a & a dans Communiqué | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : australie, aborigènes, générations volées | |  del.icio.us

25/03/2008

Le rapport Colombani veut encourager l'adoption nationale (Fr)

Mobiliser les réseaux diplomatiques français, mieux informer les parents, encourager l'adoption nationale : telles sont les principales propositions du rapport sur l'adoption remis à Nicolas Sarkozy.


Rapport sur l'adoption (France).Sa rédaction avait été confiée l'automne dernier à Jean-Marie Colombani, ancien président du directoire du Monde, lui-même père de deux enfants adoptés.

 

Sa mission est partie d'un constat : le déséquilibre entre le nombre de parents ou de futurs parents agréés et le nombre d'enfants réellement adoptés.

 

Il y a ainsi eu 4.000 adoptions en 2007 en France, où 30.000 à 35.000 personnes attendaient de pouvoir adopter.

 

"Il faut tout repenser en fonction de ce quoi être l'intérêt de l'enfant", a déclaré Jean-Marie Colombani lors d'une conférence de presse.

 

Il propose notamment de "rouvrir une voie qui s'est progressivement fermée et qui est l'adoption nationale", en déclin depuis plusieurs années.

 

Comme le souligne le rapport, l'adoption nationale est actuellement limitée aux seuls enfants nés sous le secret et à ceux qui ont fait l'objet d'une déclaration judiciaire d'abandon, soit au maximum 800 enfants par an.

 

Or, il y a en France quelque 2.100 jeunes enfants placés durablement qui pourraient faire l'objet d'un projet d'adoption, ajoute-t-on.

 

Le rapport propose de demander à l'Agence française de l'adoption, créée en 2005, de se pencher sur cette question.

 

Autre piste : une meilleure information des parents sur les exigences des pays concernés et sur la situation particulière des enfants adoptés.

 

EXIGENCES INTERNATIONALES

 

"Un enfant adopté est un enfant traumatisé et ce traumatisme l'accompagne toute sa vie. Il faut que les parents soient notamment préparés à l'adolescence de l'enfant qui sera, par exemple, confronté au racisme ordinaire", a expliqué Jean-Marie Colombani.

 

"Les conditions internationales changent très vite et deviennent infiniment plus exigeantes", a aussi rappelé l'ancien patron du Monde. "Il faut se mettre en accord avec ces exigences si on veut ne pas être largué".

 

Pour écrire son rapport, Jean-Marie Colombani a dit s'être inspiré de pays comme la Suède, l'Espagne et l'Italie "qui placent l'enfant au coeur du dispositif".

 

Les chiffres sont "inquiétants", estime Jean-Marie Colombani, qui rappelle la baisse de 24% du nombre des adoptions internationales depuis 2005, "ce qui n'est pas le cas dans tous les pays européens".

"Il peut y avoir moins d'agréments et en même temps davantage d'adéquation entre les personnes agréées et les enfants adoptés", a-t-il encore expliqué.
"Globalement on doit pouvoir augmenter le nombre d'enfants adoptés". (*)

Le rapport ne se prononce pas sur l'adoption des couples non mariés ou homosexuels.

 

Jean-Marie Colombani a qualifié à titre personnel d'"anomalie" le fait que des couples "pacsés" ne puissent pas adopter et "d'hypocrisie" le fait qu'un célibataire puisse adopter "sauf s'il révèle son homosexualité en cours d'enquête".

L'Elysée précise dans un communiqué que Nicolas Sarkozy "partage pleinement les analyses du rapport, en particulier sur la nécessité de revoir notre organisation en matière d'adoption internationale".

 

Le président a demandé à Jean-Marie Colombani d'évaluer, fin 2009 "la mise en oeuvre des pistes qu'il suggère".

 

(*)  En 2004, Jean-Pierre Raffarin, alors premier ministre, avait affiché la volonté de doubler le nombre d'adoptions en France en trois ans.


Source : Reuters

Télécharger le rapport

 

A lire aussi :

 

-> L'adoption en Europe : à quel prix ?
. "Terre des hommes" pointe les lacunes législatives des pays d'accueil.
. L'organisation fustige en particulier l'adoption privée.
. "Souvent, les parents ne sont pas conscients qu'ils sont piégés dans des situations de trafic d'enfants."

-> Dire la vérité sur l’adoption
Les droits des enfants vus par un juge des enfants, Jean-Pierre Rosenczveig.

-> "On ne va pas inventer les enfants adoptables !"
Marie-Hélène Theurkauff, membre de l'association Enfance et Familles d'adoption, et Christiane Sébenne, en charge de la communication et membre du conseil d'administration de l'association, expliquent que la chute de l'adoption est due davantage à la baisse du nombre d'enfants adoptables qu'à un dysfonctionnement du système.

-> Réjouissons-nous : il n’y a pas d’enfants adoptables !
Le rapport Colombani sur l’adoption a donc été remis le 19 mars au président de la République. Il est jugé comme sévère sur notre dispositif tant national qu’international. 32 propositions sont avancées pour apporter reméde. Le constat est intéressant quand la loi du 4 juillet 2005 abondant avec le discours du premier ministre Raffarin ambitionnait de doubler le nombre d’adoption. Las !

-> AFA. « Ne pas tout casser »
L’existence et le fonctionnement de l’Agence française de l’adoption (AFA), ont été remis en cause par le rapport Colombani. Sa directrice générale, Laure de Choiseul, s’explique.

-> L’AFA critique le rapport Colombani
Laure de Choiseul, directrice de l'Agence française pour l'adoption (AFA) a jugé le 20 mars 2008 le rapport Colombani sur l'adoption, "peu réaliste", "technocratique", "démagogique", et risquant de "déconcerter les pays d'origine des enfants adoptés". La directrice de l'AFA, organisme public créé par la réforme de 2005 et cible de critiques sévères de la part de l'ancien patron du Monde, juge "peu réaliste" de penser qu'"en réorganisant tout, le nombre d'adoptions internationales va progresser. On s'est fait piéger une première fois", dit-elle, avec la "promesse" du gouvernement en 2005 de doubler les adoptions. "Cela avait plombé le débat, on ne sait pas si c'est par démagogie ou méconnaissance que M. Colombani tient ce propos, mais des personnes très autorisées s'accordent à dire qu'on va vers une diminution du nombre d'adoptions internationales".

01/02/2008

Les excuses aux aborigènes australiens seront-elles suffisantes ?

6b7a8a287d14fd07ffefc6d701392548.jpgLe premier ministre australien Kevin Rudd, ouvrira la session parlementaire, le 13 février prochain, par un discours d'excuses à la communauté aborigène, comme il s'y était engagé avant la victoire des travaillistes fin novembre 2007.
Il présentera des excuses formelles aux "générations volées" qui désignent ces milliers d'enfants autochtones enlevés de force à leurs familles à partir des années 1930 et jusqu'aux années 70. Ces enfants étaient ensuite placés dans des institutions ou des familles adoptives européennes pour les assimiler à la culture blanche et leur donner une éducation occidentale.

 

Ce n'est seulement en avril 1997, quand paraît le rapport « Bringing them home » (Ramenez-les à la maison), que le pays réalise ce que son gouvernement a réalisé au cours du siècle précèdent.

 

A partir de 1950, chaque Etat australien disposait d’un arsenal législatif permettant à la police et aux agences gouvernementales d’enlever les enfants métis de la communauté aborigène, et de les confier à des institutions spécialisées.

 

Le but déclaré de ces placements d’office était de faciliter l’assimilation culturelle des métis dans la société australienne blanche.

 

Le rapport se conclut par des mots d’une rare violence : « Les communautés et familles aborigènes ont enduré des violations flagrantes de leurs droits fondamentaux. Ces violations continuent d’affecter les aborigènes aujourd’hui. Il s’agissait d’un génocide, destiné à anéantir les cultures, communautés et familles aborigènes, pourtant vitales au précieux et inaliénable héritage de l’Australie ».

 

De dix mille à cent mille enfants sont concernés dans l'ensemble de l'Australie, selon les évaluations. Le Réseau international pour les droits des Aborigènes australiens (Eniar, une ONG européenne) affirme qu'"entre 10 et 30%" des enfants aborigènes ont été enlevés.  Beaucoup ont souffert de maltraitance et de sévices sexuels.

 

Jenny Macklin, la ministre des Affaires indigènes, a précisé que ses excuses nationales constitueraient la première tâche du nouveau Parlement désormais dominé par les travaillistes.

 

"Ces excuses seront présentées au nom du gouvernement australien et n'attribue aucune culpabilité à la génération actuelle du peuple australien", a souligné Macklin dans un communiqué.

 

Mais le gouvernement annonce aussi qu'il n' indemnisera pas les aborigènes pour leurs générations perdues. Il rejète toute compensation, craignant une avalanche de demandes.

 

Documents

- Report of the National Inquiry into the Separation of Aboriginal and Torres Strait Islander Children from Their Families

- Bringing them home - Community guide

Link-Up Services 

 

+ + +

 

Geen schadevergoeding voor Gestolen Generatie

De Australische premier, Kevin Rudd, heeft maandag 7 januari gemeld dat de zogenaamde Gestolen Generatie van Aboriginal kinderen geen schadevergoeding krijgt. De regering zal wel investeren in betere gezondheids- en onderwijsvoorzieningen voor de Aboriginals.

 

Inheemse leiders hadden 869 miljoen dollar schadevergoeding geëist voor de duizenden Aboriginal kinderen die tussen 1870 en 1967 bij hun familie weggehaald werden. De slachtoffers werden in weeshuizen of bij blanke families ondergebracht zodat ze zouden assimileren naar de normen van de blanke Australische bevolking.

 

Ondanks bewijzen van traumatische ervaringen en de aanbeveling voor een schadevergoeding in een rapport uit 1997 over de Gestolen Generatie, gaat de regering niet in op de eis van de Aboriginals. "Onze prioriteit is de kloof tussen de levensverwachting van inheemse en niet-inheemse Australiërs te dichten en de economische onafhankelijkheid van Aboriginals te verhogen. Daarom zullen we geld investeren in gezondheids-en onderwijsvoorzieningen", zegt Jenny Macklin, de Australische minister van Inheemse Zaken. Tijdens de volgende zitting van het parlement zal de premier als blijk van respect voor de Aboriginals een nationaal excuus uitspreken voor de Gestolen Generatie.

 

Naar de rechtbank

De actiegroep Stolen Generation overweegt om de zaak voor de rechtbank te brengen. Volgens voorzitster Christine King zijn verontschuldigingen van de regering niet voldoende. "Iedereen heeft recht op een schadevergoeding bij een schending van mensenrechten. Blijkbaar geldt dat niet voor Aboriginals", zegt King.

 

In augustus 2007 ontving Bruce Trevorrow (50) als eerste Aboriginal een schadevergoeding voor de mentale gevolgen van de abrupte scheiding van zijn familie toen hij dertien maanden oud was.


Oorsprong : Mondiaal Nieuws

 

Andere artikels

"Er ontstond door de kinderroof meer leed dan dat er iets positiefs gebeurde."
"I remember when lots of white people took the children away", Cecily Napanangka Granites

 

26/01/2008

Geen geslachtsvoorkeur meer mogelijk voor adoptieouders

BRUSSEL - Ouders die een kind uit binnen- of buitenland willen adopteren, mogen niet langer kiezen of ze een jongen of een meisje willen. De maatregel komt er omdat opvallend veel ouders voor een meisje kiezen. Dat bevestigen Kind en Gezin en de Vlaamse adoptieambtenaar zaterdag in Het Belang van Limburg en Gazet van Antwerpen.



260166952dab7ec45595c7146c24c3c9.jpgDe Vlaamse Centrale Autoriteit inzake Adoptie besliste dat adoptieouders in spe geen geslachtsvoorkeur meer mogen opgeven in hun aanvraag. "Ouders denken dat meisjes gemakkelijker op te voeden zijn, of ze zijn bang dat - in het geval van buitenlandse adopties - jongens meer kans lopen op racisme dan een exotisch uitziend meisje", vertel Vlaams adoptieambtenaar Dorine Chamon.


De keuzemogelijkheid die Vlaamse adoptiebureaus tot nog toe boden, zorgt er volgens Chamon voor dat er meer jongens in buitenlandse weeshuizen blijven zitten. "We vonden dat we daartegen moesten optreden. Uiteindelijk zijn we op zoek naar ouders die een kind willen adopteren, en niet enkel een jongen of enkel een meisje. Wie via de natuurlijke weg zwanger wordt, heeft die keuzemogelijkheid trouwens ook niet."



Vele ouders die een kind willen adopteren, hebben nu al geen expliciete voorkeur voor een jongen of een meisje. Dat zegt Leen Du Bois, woordvoerster van Kind en Gezin. "Het is zeker niet zo dat alle kandidaat-adoptieouders expliciet een meisje of een jongen willen", zegt Du Bois. Ze geeft wel toe dat als er een expliciete keuze is, dat er dan meestal een meisje gevraagd wordt.



"Maar vaak heeft dat te maken met heel individuele zaken", luidt het. Een voorbeeld is een ouderpaar dat ooit een kindje verloor en nu enkel een kindje van het andere geslacht wil.



De woordvoerster van Kind en Gezin zegt voorts dat ook in de toekomst bij uitzonderlijke gevallen er nog een expliciete keuze kan zijn. De algemene regel wordt wel dat adoptieouders in spe geen geslachtsvoorkeur meer mogen opgeven in hun aanvraag.



In Vlaanderen waren er in 2006 162 adopties van kinderen uit het buitenland - vooral uit Ethiopië en China - en 22 binnenlandse adopties, zo blijkt uit het activiteitenverslag van Kind en Gezin. Cijfers van 2007 heeft Du Bois nog niet.

 

Oorspong : De Standaard



Les parents adoptifs flamands n'auront plus le choix du sexe


Les parents adoptifs flamands qui désirent adopter un enfant en Belgique ou à l'étranger ne pourront désormais plus choisir s'ils veulent une fille ou un garçon. La mesure intervient car de nombreux parents préfèrent adopter des filles, rapportent samedi les journaux Het Belang van Limburg et Gazet van Antwerpen. « Les parents adoptifs pensent que les filles sont plus faciles à éduquer ou ils ont peur, dans le cas d'adoption à l'étranger, que les garçons soient plus facilement victimes de racisme », explique pour sa part Dorine Chamon de l'autorité centrale flamande en matière d'adoption.
"Au final, nous sommes à la recherche de parents qui veulent adopter un enfant, et pas seulement un garçon ou une fille. Une mère qui devient naturellement enceinte n'a pas non plus la possibilité de choisir le sexe de son enfant", ajoute Dorine Chamon. En 2006, 162 enfants étrangers ont été adoptés en Flandre, principalement des enfants originaires d'Ethiopie et de Chine, pour 22 adoptions d'enfants belges.