Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2009

L'adoption transnationale et la "financiarisation de tout". Jane Jeong Trenka.

Jane J Trenka.jpgTransnational Adoption and the “Financialization of Everything”

[Via United Adoptees International.]



Par Jane Jeong Trenka (Auteure de "Le Langage du Sang" et "Visions Fugitives".)

 

L'adoption internationale est souvent considérée comme une relation mutuellement bénéfique entre des enfants ayant besoin d'un foyer financièrement stable et des adultes qui veulent élever un enfant. Mais c'est aussi une grande affaire d'argent.


Conformément au néolibéralisme, ou le manquement, le vide des services gouvernementaux, de nombreux enfants adoptés sont nés de mères célibataires qui n'avaient peu ou pas de moyens, de ressources pour s'occuper de leurs enfants. Les agences d'adoption internationale ont renforcé cette lacune en proposant des foyers, et en faisant du profit dans ce processus.


La transformation de l'adoption en une entreprise globale, mondiale crée une incitation supplémentaire à ne pas aider les mères, qui  se tournent vers l'adoption,  en désespoir de cause mais non par désir.
Des militants adoptés travaillent à faire la lumière sur cette question.

En mettant particulièrement l'accent sur la Corée du Sud, l'auteure et co-fondatrice du mouvement TRACK "Truth and Reconciliation for the Adoption Community of Korea" (Vérité et Réconciliation pour la Communauté d'Adoption de la Corée) Jane Jeong Trenka soutient que le processus devrait être repensé pour remettre l'argent et les décisions fatidiques là où elles appartiennent c.à.d. : les mères et leurs enfants.

 

TRACK travaille maintenant avec le gouvernement coréen pour obtenir que les voix des parents de naissance et celles des coréens adoptés  soient entendues lors de la révision de la loi sur l'adoption en Corée du Sud.

 

Au cours de la présentation d'un document appelé "L'adoption domestique (intérieure) et d'outre-mer(étrangère) et le bien-être des mères célibataires"  dans le complexe du Parlement de la Corée du Sud à Séoul le 4 mars 2009, le Dr Mi-Jeong Lee, de l'Institut de Développement coréen de la Femme a fait remarquer qu'après la Guerre coréenne, la Corée du Sud capitaliste  a envoyé des enfants à l'étranger de façon permanente aux parents adoptifs, alors que la Corée du Nord socialiste, avait une philosophie différente dans le traitement de la crise. Au lieu d'envoyer des enfants à des fins d'adoption, elle a envoyé les enfants dans d'autres pays avec des nourrices nord Coréennes, et les enfants ont été ramenés plus tard. Le Dr Lee a déclaré que, compte tenu de cela, lorsque le Nord a critiqué le Sud pour "exporter" des enfants pour l'adoption, le Sud "n'a rien pu réfuter contre la Corée du Nord."


Le texte complet (en anglais) sur CONDUCIVE.

 

* * *

 

Pays-Bas & Corée. Parler de l'adoption est mauvais pour les relations diplomatiques.


La cinquième rencontre internationale des adoptés corréens a lieu cette année aux Pays-Bas. Amsterdam, la capitale des Pays-Bas accueille cette manifestation internationale. IKAA, l'organisation de toutes les associations des adoptés coréens dans le monde, présente  le thème : la vie et de travail en Corée.

En lire plus sur United Adoptees International News.

 


05/07/2009

Une liste de ressources de recherche sur le thème de l'adoption internationale.

ICASN.jpgA list of research resources on the topic of inter-country adoption.


[Via Inter-Country Adoptee Support Network (ICASN)]

Adoption Research Organisations

-Trans-racial Adoption: Research & Consultation
-The Adoption Initiative (University Collaboration in the USA)
-Centre for Cognitive Developmental Assessment & Remediation - specialise in psycho educational needs for internationally adopted children

Research Papers specific to Inter-Country Adoption

NSW Law Reform Commission discussion paper 34 - Review of Adoption of Children Act (ICA an International Perspective)

Adoptee Written Thesis's on Adoption


Research Statistics on Inter-Country Adoption

-Trends in Intercountry Adoption (1998 - 2004) by Peter Selman

Medical & Health Research

-Educational Attainment & Cognitive Competence in Adopted Men - a study of international & national adoptees, siblings, and a general Swedish population
Research Booklet: Children Adopted from China - A Longitudinal Study of their Health, Growth & Development.  Email Nancy for a copy
-Unique Issues of Adult Adoptees from a Psychotherapeutic Perspective

Adoption Ethics Research



Source : ICASN.

10:32 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adoption internationale, adoptés | |  del.icio.us

13/05/2009

Adoption internationale et vérification des rapports d'immunisation des enfants adoptés.

[Via Pound Pup Legacy | 12.05.2009 | Niels]


Verify Internationally Adopted Children's Immunization Records



A study by the division of global child health at Case Western Reserve University School of Medicine cautions adoptive parents not to rely solely on vaccination records when gauging their internationally adopted children's immunizations. In the study, "Predictive Value of Immunization Records and Risk Factors for Immunization Failure in Internationally Adopted Children," published in the current version of Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine, division chief, Anna Maria Mandalakas, M.D., M.S., and her colleagues examined immunization records in international adoptees and found that the records may not accurately predict if a child is protected from disease even with what appears to be a valid written immunization record, a child may lack immunization.



In the study of 465 children with valid records, the researchers looked at the predictive value of immunization records in children from China, Russia, and Guatemala and identified those whose records might fail, that is, those records which would not accurately reflect the immunities present in the children's body. Multiple factors may lead to the inaccuracies: falsification of vaccine certificates, inaccurate entries, lack of vaccine potency, and impaired immune response, which could be linked to stress or malnutrition. They also examined whether a child's birth country had an impact on the records' accuracy. This was found to not be an effective measure of protection.



Serologic testing, a type of blood test that identifies antibodies, was conducted on the children in the study and the results found that the immunization levels did not consistently match those of their written records. The tests for diphtheria, pertussis (whooping cough), tetanus, polio, measles, and hepatitis B immunity rates ranged from 58.3 percent to 94.6 percent. The results indicated written records overestimate a child's protective immunity.



"Based on our findings, I recommend prospective parents try to obtain a vaccination record prior to the child's arrival in the U.S. to help guide US based evaluation of their child's immunization status," says Dr. Mandalakas, associate professor of pediatrics, epidemiology and biostatics at the Case Western Reserve University School of Medicine. Underimmunization is a major topic of concern for the parents of the more than 247,000 children adopted into the United States in the last 15 years. Currently, some guidelines suggest that if a record appears to be valid, the pediatrician can assume it is valid. This study found that this assumption is often incorrect.



The study concludes the responsibility of ensuring a child's immunization status falls on the shoulders of the adoptive parents to take their child to a pediatrician or an adoption health specialist to determine an appropriate plan for that child. Testing provides a clear understanding of which vaccines were given and those a child is lacking.



"International vaccination records for adoptive children should not be accepted as evidence of a child's immunity," say Dr. Mandalakas. "I recommend parents work closely with their physicians to chart a revaccination plan for their child based on the findings of antibody testing. Failure to properly immunize children puts them at risk when these diseases are reintroduced into the community."



About Case Western Reserve University School of Medicine



Founded in 1843, Case Western Reserve University School of Medicine is the largest medical research institution in Ohio and is among the nation's top medical schools for research funding from the National Institutes of Health. The School of Medicine is recognized throughout the international medical community for outstanding achievements in teaching. The School's innovative and pioneering Western Reserve2 curriculum interweaves four themes--research and scholarship, clinical mastery, leadership, and civic professionalism--to prepare students for the practice of evidence-based medicine in the rapidly changing health care environment of the 21st century. Eleven Nobel Laureates have been affiliated with the school.



Annually, the School of Medicine trains more than 770 M.D. and M.D./Ph.D. students and ranks in the top 25 among U.S. research-oriented medical schools as designated by U.S. News & World Report "Guide to Graduate Education."



The School of Medicine's primary clinical affiliate is University Hospitals Case Medical Center and is additionally affiliated with MetroHealth Medical Center, the Louis Stokes Cleveland Department of Veterans Affairs Medical Center, and the Cleveland Clinic, with which it established the Cleveland Clinic Lerner College of Medicine of Case Western Reserve University in 2002.



Source: Case Western Reserve University

16:01 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : immunisation, enfant adopté | |  del.icio.us

23/04/2009

Situations d’urgence et adoption internationale : quelle éthique ?

adoption.jpgPar Julie Sence-Herlihy, Maitre de conférences en civilisation britannique.
Thèse : " L'Adoption en Angleterre: histoire, acteurs, et enjeux d'un véritable moteur social " soutenue en décembre 2007 à l'université de Rennes 2 sous la direction du Professeur Claire Charlot.
Via Le Mensuel de l'Université.


En octobre 2007, l’association française l’Arche de Zoé a fait la une de l’actualité lorsque les autorités tchadiennes ont arrêté plusieurs de ses bénévoles et responsables alors que ceux-ci s’apprêtaient à emmener illégalement une centaine d’enfants vers l’Europe dans le but de les faire accueillir par des familles. Les nombreuses réactions suscitées par ce scandale de fausse évacuation sanitaire, d’opération secrète et d’incertitude quant aux origines des enfants montrent à quel point les questions éthiques de l’adoption internationale sont délicates en situation d’urgence.


Ces dernières années, de nombreuses régions du monde ont dû faire face à des catastrophes naturelles (Tsunami en Asie en décembre 2004, tremblement de terre en Chine en mars 2008) ou à des situations de guerre (conflit au Rwanda, au Darfour). Dans de telles situations d’urgence, beaucoup d’enfants sont séparés de leurs parents et se retrouvent abandonnés à leur sort. L’attention des parents candidats à l’adoption internationale peut alors se porter naturellement vers ces enfants, à qui ils aimeraient offrir un foyer aimant et la stabilité qui leur fait cruellement défaut dans leur pays d’origine. Bien que ces « élans du coeur » soient compréhensibles, l’adoption est-elle pour autant une solution dans ces cas précis.


D’une manière générale, les organismes internationaux tels que le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) ou l’Unicef, ainsi que les Organisations Non Gouvernementales en poste parlent de ces enfants perdus en employant le terme d’enfants « non accompagnés ». Ils souhaitent ainsi souligner le fait que les enfants ont été séparés de leurs familles, mais ne sont pas orphelins pour autant. Il est donc préférable de considérer qu’en situation d’urgence, un enfant n’est pas susceptible d’être adoptable. Les autorités des pays victimes de catastrophes naturelles ou en situation de guerre évitent ainsi de se tourner vers l’adoption internationale en premier recours, car les recherches pour retrouver les familles - même éloignées - des enfants prennent en moyenne deux ans (1).


Bataille judiciaire pour un enfant


Cette mesure permet d’éviter de graves erreurs concernant l’avenir des enfants, comme cela a été le cas pour Edita Keranovic, une enfant originaire de Bosnie-Herzégovine adoptée par une famille au Royaume-Uni dans les années quatre-vingt dix. Edita est âgée de seulement neuf semaines lorsque sa ville de Sanski Most est prise par les Serbes. Sa mère, son frère, ainsi qu’un grand nombre de ses tantes et cousins meurent lors du massacre, et son père disparaît. Edita est rapidement recueillie par l’orphelinat de Banja Luka. Lorsque son histoire est relayée par les médias britanniques, un couple se propose de l’emmener en Angleterre afin qu’elle bénéficie de traitements médicaux. Son grand-père s’oppose à une adoption, et tente de récupérer la petite fille.


Une bataille judiciaire s’engage alors : le juge de la Haute Cour, ne souhaitant pas qu’Edita soit de nouveau arrachée à une famille, accorde la garde au couple britannique, soulignant toutefois que le comportement des nouveaux parents est irresponsable et lamentable (2) . Cette attitude, qui consiste à « arracher » un enfant à son pays et à sa famille, est d’ailleurs dénoncée par Catherine Stevens, membre active du Romanian Orphanage Fund, dans une lettre ouverte au rédacteur en chef du journal The Independent le 22 février 1997:

« Les organismes tels que le Romanian Orphanage Trust travaillent dans le but de promouvoir des solutions sur place et à long-terme aux problèmes de gardes d’enfants en Europe Centrale et en Europe de l’Est. Nous avons connu un succès considérable en Roumanie, où nous avons permis à plus de 3 000 enfants de quitter l’orphelinat pour retrouver une vie de famille, et ce, en respectant entièrement le cadre légal roumain. Quatre-vingt pour cent de ces enfants sont retournés vivre dans leur famille d’origine ou chez des membres de la famille éloignée. Quand cela s’avère impossible, il y a de nombreuses familles roumaines désireuses de les adopter. Une solution peut être trouvée si les droits et les intérêts de l’enfant passent en premier. Ces droits, et ceux de leurs familles, doivent être préservés. L’adoption internationale ne devrait jamais être le premier recours.»


“Faire une bonne action”


De plus, l’adoption internationale n’apparaît pas comme une solution dans de telles situations car il existe un risque qu’elle soit motivée par des raisons purement humanitaires. Adopter un enfant pour avoir le sentiment de faire une bonne action, pour le « sortir de la misère » implique en effet le danger de le considérer éternellement comme un rescapé, comme celui que l’on a tiré d’affaire, mais également, selon Enfance et Familles d’Adoption, une fédération française qui représente quatre-vingt dix associations et 10 000 familles  :
« Celui de ne pas fonder un véritable lien de filiation, voire celui de considérer l’adopté comme ayant contracté une dette envers ses parents. Sans compter que, contrairement à l’engagement humanitaire (on peut en revenir au bout de cinq, dix, vingt ans, si la vie nous fait changer d’orientation), adopter nous engage à vie! Construire une famille, c’est partager la même chance de créer ensemble une vie heureuse pour tous. Pour les parents, c’est le plaisir d’accompagner un enfant tout au long de sa vie afin qu’il se construise lui-même et qu’il se sente le mieux possible.» (3)


Un débat à recadrer


D’une manière générale, les chercheurs et les sociologues s’intéressent moins souvent à l’expérience des personnes adoptées, et en particulier à celle des enfants. En effet, le point de vue des adoptants est fréquemment mis en avant dans leurs travaux. Pourtant, l’enfant est bien le premier concerné par une adoption: ce paradoxe doit pouvoir aider à recadrer le débat, car comme le précise Muriel Eglin, magistrate, « l’adoption vise à donner une famille à un enfant et non à consacrer un “droit à l’enfant” pour les familles ». (4)


Il s’agit donc de mettre de côté un a priori bien vivace: la parentalité n’est pas un droit. Seul l’enfant a un droit, celui d’avoir des parents. Si l’on considère le monde de l’adoption en général - et de l’adoption internationale en particulier - en se basant sur ce point de vue, il est plus aisé de mieux appréhender son actualité et de mieux comprendre, par exemple, dans quelle mesure les activités de l’Arche de Zoé, exposées par les médias, vont à l’encontre de tous les principes qui devraient guider l’adoption.


Notes

1. Entretien avec Madame Chantal Cransac, Chargée de communication à l’AFA, l’Agence Française de l’Adoption, le 23 juin 2008.
2. Moyes, Jojo, Family furious as judge says war baby must stay, The Independent, 18 février 1997.
3. Texte relevé sur le site internet de l’association, www.adoptionefa.org, le 25 septembre 2007.
4. Le Run, Jean Louis, et al.,L’Enfant dans l’Adoption, Petite collection enfances et psychologie, Ramonville, Eres, 2006, p. 27.

 

Source: Le Mensuel de l'Université.

 

Repères


- Tchad. L'affaire "Arche de Zoé".
Neuf Français sont soupçonnés d'avoir voulu faire partir illégalement 103 enfants originaires du Darfour pour la France. Selon eux, il s'agissait d'une "évacuation sanitaire".

 

- Tu veux du poisson ou un enfant?
Les professionnels de l'humanitaire mesurent les dégâts causés par l'opération commando de L'Arche de Zoé: des années d'efforts dans le sens de la rigueur éthique décrédibilisées. Réactions en Suisse.

 

- «L'adoption privée favorise les filières douteuses » Marlène Hofftetter, responsable du service adoption de Terre des hommes.
Experte internationale en matière de traite d'enfants, elle a été contactée par la diplomatie française au Tchad pour obtenir son avis sur l'opération montée par l'association française "Arche de Zoé". Elle est catégorique: «Il est évident qu'aucune procédure n'est respectée dans cette affaire. On ne sait même pas si les 103 enfants ont encore des parents, on ne connaît ni leur statut ni leur point de chute. Leur évacuation en bloc est intolérable. D'ailleurs, cette association voulait déjà faire adopter en masse des enfants victimes du tsunami, sans se soucier de l'intérêt de l'enfant. » Marlène Hofstetter n'est pas étonnée d'apprendre que des familles suisses figurent sur la liste des volontaires pour accueillir un enfant du Darfour. «Le problème fondamental, c'est que la Suisse, comme la France, autorise les adoptions privées sans exiger que des instances intermédiaires contrôlées fassent le lien entre les enfants et les familles adoptantes. Cette situation favorise le recours aux filières plus rapides, mais aussi plus que douteuses ». Le Matin.ch 10.05.2001

 

- Douter des ONG n'est plus tabou. Laure Lugon Zugravu.
Le scandale de l'Arche de Zoé accroît la méfiance envers les ONG. Déjà ébranlée par la gestion floue de l'après-tsunami, l'opinion publique ose en fin se poser des questions. La journaliste Laure Lugon Zugravu, auteur d'un livre sur certaines dérives humanitaires observées sur le terrain, s'en réjouit. Tout comme Nago Humbert, président de Médecins du monde Suisse. 20.01.2008

 

- L'adoption n'est pas une action humanitaire.
Titulaire d’un doctorat d’études arabes et islamiques de l’université de la Sorbonne, Mohamed Al-Haddad est maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Tunis. Il est aussi chroniqueur à Tayyarat, le supplément politique du quotidien panarabe Al-Hayat, et est considéré comme l’un des meilleurs connaisseurs arabes de la vie politique française.

 

- Le complexe occidental du sauvetage d’enfants.
De l’affaire de l’Arche de Zoé à la mise en cause du système de l’adoption internationale. Un "point de vue" clinique et politique. Sandrine Dekens.

- L'adoption dans tous ses états. Enjeux et pratiques.

Un document d’analyse publié par le service adoption de Terre des hommes, basé sur plus de 40 ans d’expérience dans le domaine de l’adoption internationale.
Partant de l’enfant et de ses besoins, cet ouvrage de 112 pages aborde les différents aspects liés à l’adoption internationale en général et au travail de l’intermédiaire en particulier. Tenant compte de la complexité du sujet, les thèmes sont divisés en cinq chapitres qui peuvent être lus ensemble ou séparément : l’enfant et son adoptabilité, la préparation et le suivi des parents, le devenir de l’enfant adopté, l’évolution de l’adoption au niveau légal ainsi que l’éthique et le trafic d’enfants.

 

- Orphelins du tsunami : l’adoption en dernier recours.
Janvier 2005. Le gouvernement français a mis en place la semaine dernière un collectif “Asie enfants isolés” pour venir en aide aux enfants orphelins du tsunami. Recréer des lieux de vie où ils seront à l’abri des trafics humains qui sévissent dans la zone et mettre tout en œuvre pour retrouver leur famille sont les priorités de la France.

 

- Tsunami : cas de trafic d'enfant signalés et gel des adoptions en Asie du Sud-est.

 

- Adoptions en Europe : à quel prix ?
"Terre des hommes" pointe les lacunes législatives des pays d'accueil.
L'organisation fustige en particulier l'adoption privée.
"Souvent, les parents ne sont pas conscients qu'ils sont piégés dans des situations de trafic d'enfants."

 

- La situation toujours plus tendue de l’adoption internationale.
Les statistiques de l'adoption internationale montrent une situation particulièrement tendue, les candidats adoptants étant toujours plus nombreux dans la plupart des pays d’accueil.

 

- Adoption internationale, une forme de néocolonialisme.
Dans son billet intitulé "Adoption ou abstention", Guillaume Bardon, Avocat à Tours, souligne à juste titre que certains aspects du projet de la Xème réforme de l'adoption en France ont des inspirations colonialistes. Par le lancement d'un "Peace Corps" à la française, un réseau des volontaires pour l'adoption internationale, cette réforme participe d'une conception colonialiste de l'adoption internationale.

 

21/04/2009

A propos de la filiation. Une confusion très grande existe entre ce qui relève du biologique et ce qui relève du social.

francoise heritier.jpgDans le quotidien Le Monde, l'anthropologue Françoise Héritier revient sur la confusion qui règne actuellement sur la question des mères porteuses et de la parenté. Elle relève dans la presse des confusions terminologiques entre filiation, engendrement, procréation, parenté et parentalité. Il existe une confusion entre ce qui relève du biologique et ce qui relève du social.



Elle rappelle que la filiation relève d'un acte social : la reconnaissance volontaire et dûment enregistrée qu'un enfant est rattaché à une ou à des lignées nettement désignées, ce qui lui confère son identité, des droits et des devoirs.



Selon les besoins, la confusion des mots "entrelace, conjoint ou oppose" le biologique au social.



Il existe trois critères pour établir la filiation : la naissance légitime (dans le cadre du mariage) ou naturelle, la volonté (c'est à dire la "reconnaissance en paternité") et la possession d'état, soit la réputation d'être l'enfant d'un couple ou d'une personne. A ces trois critères, le législateur a rajouté celui de vérité biologique, c'est à dire l'engendrement certifié par des méthodes ad hoc. Il a rendu ce critère opposable aux trois autres, y compris à la naissance dans le cadre du mariage.



Françoise Héritier rappelle que le grand oublié du législateur est l'enfant. Le droit de l'enfant à connaître ses origines est pour elle légitime, même si elle remet en question la confidentialité sur le don de gamètes ou le secret de l'accouchement sous X. Dans la plupart des cas, cette curiosité à connaître ses origines ne remet pas en cause la filiation.



En ce qui concerne la gestation pour autrui, Françoise Héritier estime que s'il devait y avoir une loi, celle-ci devrait être strictement encadrée pour éviter l'accumulation de problèmes impossibles à résoudre. La filiation devrait revenir au(x) parent(s) de volonté, non à la donneuse d'ovocytes ni à la prêteuse d'utérus, même si un droit de réflexion devrait être laissé à celle-ci. Il ne devrait pas être possible aux parents d'intention de récuser un enfant qui ne leur conviendrait pas.



En dehors de l'aspect de filiation, la gestation pour autrui suscite d'autres interrogations, comme l'exploitation des femmes. Elle craint aussi une commercialisation clandestine des cellules et des utérus. Pour François Héritier, la gestation pour autrui ne devrait pas pouvoir se faire en famille, comme le suggére Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille.



Enfin, elle s'interroge : si l'on pense à la volonté d'égalité de cette demande, ne faudrait-il pas reconnaître le droit de tout homme à faire des enfants "tout seul".



Pour conclure, l'anthropologue explique qu'"inventer des formes nouvelles de vie en société est une des prérogatives saisissantes de l'espèce humaine, à condition que la liberté des uns ne soit pas contraire à celle des autres ni à leur dignité". Il convient pour elle de sauvegarder le caractère social de la filiation.



Source: Gènéthique

11/04/2009

Exploration des liens entre les adoptions passées et le suicide.

 

Dr Susan Gair.jpgExploring links between past adoptions and suicide.

 

Un article traduit en français par Kim Myung-Sook et publié sur son blog Fabriquée en Corée.

 

 

Les histoires de dépressions et de pensées suicidaires étaient fréquentes chez les personnes adoptées et les parents de naissance qui participaient aux recherches menées par une travailleuse sociale enseignante de l'Université James Cook, Dr Susan Gair.

 

Les recherches portaient sur la collecte des données empiriques par des entrevues avec les parents de naissance, les adoptés et les parents adoptifs.

 

Dr Gair a déclaré que ses recherches montraient que les processus des adoptions passées n'étaient pas idéaux et que les récentes réformes iront très loin pour améliorer les futures situations d'adoptions.

 

"En février, The Adoption Bill 2009 (Le Projet loin d'adoption 2009) a été introduit au Parlement du Queensland, accordant plus de souplesse et de choix aux personnes impliquées dans l'adoption. Ce projet de loi ramène Queensland dans le rang d'autres États australiens", dit-elle.

 

"La théorisation des pratiques des adoptions passées peut et devrait informer la pratique clinique et la législation et les politiques des adoptions futures", a déclaré le Dr Gair.

 

Dr Gair a dit que l'étude révélait des histoires de dépression, de tentatives de suicide et de suicides.

 

"Il y avait des thèmes communs dans les histoires: l'impuissance, les sentiments de rejet et de désespoir", a déclaré le Dr Gair.

 

"Beaucoup de participants ont évoqué comment ils se sentaient obligés de subir en silence ces sentiments puisque la société dictait un niveau de reconnaissance et de honte associée à l'adoption".

 

Certaines des histoires racontées par les parents de naissance révèlent que, au moment de l'adoption, on leur a dit qu'ils n'avaient aucun droit et de simplement "continuer avec leur vie".

 

"Certaines personnes adoptées ont discuté des sentiments de dépression, d'être un "citoyen de seconde classe', et d'avoir "emprunté une identité". Un parent adoptif a parlé de la façon dont son enfant est mort par suicide après avoir été incapable de faire face d'autres rejets", a déclaré le Dr Gair.

 

Le rapport a également présenté des histoires où les participants ont identifié "des points tournants" qui ont été décrits comme ayant "sauvé (leur) vie". Ces événements impliquaient surtout de trouver un lien avec leurs parents/enfants biologiques, rencontrer un grand-parent ou de trouver un apparentement sur l'internet.

 

Source: James Cook University. April 2009

 

 

Repères

 

- Les adolescents adoptés sont-ils plus à risque de suicide que leurs pairs non adoptés ? Brigitte Prati
Dans les pays développés, les enfants adoptés représentent moins de 1% des naissances, mais ils peuvent représenter jusqu’à 20% des patients dans les services de psychiatrie. Ce déséquilibre soulève une interrogation sur le lien entre adoption et pathologie et, plus particulièrement, entre adoption et crise suicidaire à l’adolescence.
À partir d’une revue de la littérature scientifique et de son expérience clinique, l’auteur propose quelques hypothèses psychodynamiques et dégage des pistes de réflexion sur cette problématique.
Cairn.

 

- Suicide, psychiatric illness, and social maladjustment in intercountry adoptees in Sweden: a cohort study. Dr Anders Hjern.
L' expérience scandinave. Johanne Lemieux, travailleuse sociale Bureau de consultation en adoption de Québec, Ste-Foy, Québec, Canada.
Lire la suite.

 

- Les enfants adoptés sont-ils plus fragiles que les autres ?
Si la plupart vont bien, l'étude "The Mental Health of US Adolescents Adopted in Infancy" met en évidence un peu plus de troubles du comportement, d'anxiété et de dépression que chez les non-adoptés.
Lire la suite.


- Adoption as a Risk Factor for Attempted Suicide During Adolescence. Gail Slap, Elizabeth Goodman, and Bin Huang.
Depression, impulsivity, and aggression during adolescence have been associated with both adoption and suicidal behavior. Studies of adopted adults suggest that impulsivity, even more than depression, may be an inherited factor that mediates suicidal behavior. However, the association between adoption and adolescent suicide attempts and the mechanisms that might explain it remain unknown. The objective of this study was to determine the following: 1) whether suicide attempts are more common among adolescents who live with adoptive parents rather than biological parents; 2) whether the association is mediated by impulsivity, and 3) whether family connectedness decreases the risk of suicide attempt regardless of adoptive or biological status.
Pediatrics. Avril 2001.

 

 

07:32 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : australie, adoption, suicide, troubles | |  del.icio.us

15/02/2009

Manual for the Measurement of Indicators for Children in Formal Care.

BetterCareNetworkNederlands.jpgBetter Care Network a le plaisir d'annoncer la publication du "Manuel pour la mesure des indicateurs de soins formels pour les enfants". Le but de ce manuel est d'aider les gouvernements et les ONG dans le suivi des politiques et de la mise en œuvre des soins pour les enfants qui n'habitent pas avec leurs parents et formellement placés en dehors de leurs foyers.
Cela donne ainsi la possibilité de collecter des données, de tester politique et pratique et de comparer
entre elles les informations provenant des différents pays.




Better Care Network (BCN) is pleased to announce the publication of "The Manual for the Measurement of Indicators for Children in Formal Care"!  The publication was produced in partnership with UNICEF.   The purpose of this manual is to assist countries in strengthening their information system around formal care. The manual introduces a set of 15 global indicators for children in formal care, explains why this information is valuable, and offers practical guidance on data collection for governments and non-governmental counterparts.  The indicators should be used as a common measurement approach to better monitor childcare practices, inform the development of policy and programs and facilitate comparison within and between countries.


Printed and/or CD-ROM copies of the manual are available by contacting the BCN Secretariat at contact@bettercarenetwork.org.


In the first quarter of 2009, we will be developing a list of professional institutes and consultants who can support implementation and training.  This list will also be available to the BCN community. Please share information on how you anticipate using the manual with the BCN Secretariat.


The manual will be featured on our website in the coming weeks and after that can be located using the search function on homepage http://www.bettercarenetwork.org

08:36 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : better care network, unicef | |  del.icio.us