Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2008

Redonner aux adoptés leur identité. Caroline Fortin.

MouvementsRetrouvailles.jpgCaroline Fortin, adoptée et présidente du Mouvements Retouvailles. Québec.
 
 
 
Dans le cadre du dépôt du projet de loi 397, loi modifiant le Code civil en matière d'adoption, nous désirons mettre l'emphase sur le droit aux origines et à l'identité pour les personnes confiées à l'adoption, à titre d'êtres humains à part entière. Il faut équilibrer les droits et responsabilités de chacun. Actuellement, le droit à la vie privée des parents biologiques prime sur le droit à l'identité des enfants. Ce droit légitime est bafoué depuis bon nombre d'années et nous considérons qu'un juste retour du balancier serait plus équitable.
 
Le droit aux origines, l'intérêt de l'enfant et l'égalité entre les enfants sont les points qui devraient être soulevés. L'enfant qui n'a pas été confié à l'adoption connaît le nom de celle qui lui a donné la vie. Pourquoi cette information est-elle cachée à celui qui a été confié à l'adoption? Le droit à la vie privée des parents biologiques pourrait toujours être respecté, car, dans le cas de motifs sérieux, ils pourraient placer un veto d'informations au dossier d'adoption de leur enfant, justifier cette opposition et fournir un historique médical qui permettrait à l'enfant d'avoir une partie de son bagage génétique (par exemple: diabète, cancers, maladies cardiaques, etc.). 


  
Les mêmes droits 
 

 
Il ne s'agit pas ici d'avoir accès au dossier médical complet, mais bel et bien à un résumé des antécédents médicaux familiaux fourni par la mère (par la famille, en cas de décès). Certaines maladies héréditaires se doivent d'être connues afin de faciliter la détection et les traitements, s'il y a lieu. [...] Nous n'avons aucunement l'intention de nous prévaloir de faveurs refusées aux personnes non adoptées, nous voulons simplement les mêmes droits que ceux accordés aux personnes non confiées à l'adoption. Pourquoi tant s'entêter à vouloir continuer à brimer les enfants confiés à l'adoption en les privant de ces informations essentielles?
 
 
Nous considérons qu'une personne confiée à l'adoption doit avoir les mêmes droits qu'une autre personne qui a été élevée dans sa famille biologique. Nous n'avons pas l'ambition d'outrepasser les droits de chacun, mais de faire en sorte que chacun y trouve son compte. Nous voulons simplement notre certificat de naissance incluant le nom de la mère biologique. Les cachotteries du passé pour le «bien paraître» familial, communautaire et chrétien sont révolues. En 2008, tous et chacun peuvent s'exprimer librement. 
 
 
Nous ne pouvons forcer personne à établir un contact avec un requérant et c'est pourquoi un simple veto de contact pourrait être placé au dossier. L'information pourrait être ainsi fournie et les parties concernées ne se rencontreraient pas. Une pénalité pourrait être rattachée au veto de contact en cas de non-respect. 

 
 
Mécanisme à mettre en place 


  
Le projet de loi prévoit également que tout enfant adopté a le droit d'être informé de son statut. Actuellement, aucun mécanisme n'est disponible pour vérifier le tout. Il faudrait donc mettre en place un tel mécanisme afin de permettre à chacun de connaître son statut. 
 
Le 14 mai dernier, la Loi sur l'accès aux dossiers d'adoption (LADA) a été adoptée en Ontario. Le Québec devrait suivre son exemple et celui de bien d'autres provinces qui ont bougé en ce sens, dont, entre autres, la Colombie-Britannique, en novembre 1996. 
 
Au Québec, il est malheureux de constater qu'il n'y a aucune volonté politique de nos dirigeants libéraux à faire avancer la cause. En juin dernier, un rapport a été déposé par Me Carmen Lavallée, à la suite duquel des consultations publiques pour l'automne ont été annoncées. Depuis, rien... Nos ministres responsables de ce dossier, soit Philippe Couillard (MSSS) et Jacques P. Dupuis (Justice), sont-ils suffisamment conscients de la problématique pour prendre des décisions sur le sujet? Sont-ils réellement au fait que 300 000 personnes, au Québec, sont privées de leurs droits? 


 
Léthargique 


 
À voir les réactions de ceux-ci lors du dépôt du projet de loi du 12 juin, on peut se poser des questions. J'étais présente à ce dépôt et la copie du projet de loi qui leur a été remise a pris la direction du dessous de la pile des documents du jour. Il y avait là beaucoup d'intérêt... Appeler le projet de loi, en discuter, consulter et se rallier aux deux autres partis, est-ce chose si difficile ou compromettante? Que celui qui a le courage de le faire se lève enfin! 
 
À force de demeurer dans l'inaction ou dans le statu quo, on finit par devenir léthargique. Est-ce vraiment ce que le Québec veut? Nous considérons que la population du Québec est beaucoup plus évoluée que les lois archaïques qui régissent le monde de l'adoption au Québec. 
 
La récente alliance Québec-Ontario devrait permettre à Jean Charest et son équipe de rencontrer ceux et celles qui ont fait en sorte que l'Ontario redonne aux adoptés leur identité. De plus, l'exemple de Stephen Harper, premier ministre du Canada, et de tous les chefs de parti au niveau fédéral, qui ont présenté publiquement des excuses aux pensionnaires autochtones, pourrait inciter le gouvernement québécois à poser des gestes pour corriger les erreurs du passé, soit celle d'handicaper une partie de sa population de leur identité et de leurs antécédents médicaux. Que le Québec se réveille, ma foi!
 
 

Source : Le Devoir

 

Sur l'identité et la quête des origines


->  L'origine en héritage. 
Sylvia Nabinger, psychothérapeute .
L'Envol, clinique de l'adoption.

 
-> La quête des origines en adoption internationale. Étre chez soi et étranger.
Françoise-Romaine Ouellette. Anthropologue, professeur-chercheur à l’Institut national de la recherche scientifique (Université du Québec), au Centre Urbanisation, culture et société, elle est responsable scientifique du partenariat multidisciplinaire et intersectoriel de recherche “Familles en mouvance et dynamiques intergénérationnelles”.
Julie Saint-Pierre. Titulaire d’une maîtrise (M. Sc.) en anthropologie, elle est étudiante au doctorat en sémiologie à l’Université du Québec à Montréal.
CAIRN.


-> Revoir son enfant, un besoin viscéral. Mouvement Retrouvailles. Québec.
La dmarche demande du respect. Le désir de renouer avec ses origines, le besoin viscéral de revoir un enfant qu'on a été forcé d'abandonner sont des sentiments très forts. La popularité des émissions de retrouvailles de Claire Lamarche en est la preuve vivante.
Le Quotidien. 21-12-2005.

20/07/2007

Site de L'association PMA, présidée par Pauline Tiberghien

f3c20e8e52a15aaeda3f31123b1c4c23.jpgLa Charte de L'association PMA :



Parce que chaque être humain a le droit de connaître ses origines quel que soit son mode de conception, l'association Procréation Médicalement Anonyme a pour objectif de sensibiliser les professionnels de santé, les législateurs et le grand public aux conséquences psychologiques pour les enfants à naître, de l'anonymat des donneurs de gamètes ou d'embryon dans le cadre des techniques d'Assistances Médicales à la procréation.



En votant la loi de bioéthique de 1994 qui impose l'anonymat des donneurs, la France a fait à nouveau alliance avec le secret et le mensonge : cette loi supprime définitivement pour l'enfant toute chance d'avoir un accès à ses origines.

 

Aujourd'hui, c'est le désir égoïste des adultes qu'on sacralise. Notre société prône le "droit à l'enfant" tout en ne se souciant pas de son bien-être. Légaliser l'anonymat des donneurs ajoute à la rupture de filiation, le poids d'un secret.

 

Qui peut prétendre qu'il est préférable pour un enfant à naître qu'il ne connaisse jamais ses origines ? Qui peut refuser à un être humain de savoir d'où il vient ?

 

La filiation est multiple : sociale, affective, charnelle ET biologique. Force est de constater que seuls ceux qui connaissent leurs origines biologiques nient cette réalité. Le choix de savoir ou celui d'ignorer ses origines n'appartient qu'au principal intéressé : l'enfant.

 

Après la naissance de milliers d'enfants issus de dons anonymes de gamètes, les premières naissances en 2004 d'enfants conçus par dons anonymes d'embryons relancent le débat du secret des origines. C'est le désir d'un enfant à tout prix qui est comblé sans réfléchir aux conséquences souvent désastreuses pour un enfant à qui l'on demande de grandir sans racine.

 

Créée en 2004, l'association Procréation Médicalement Anonyme milite pour :
- La levée de l'anonymat des donneurs de gamètes (sperme et ovocytes)
- L'abolition de la pratique même du don d'embryon.

 

Découvrez l'actualité, les témoignages de membres de l'association, l'état de la législation dans le monde  et bien d'autres informations qui vous permettront de mieux comprendre cette action.

 

Site web : http://www.pmanonyme.asso.fr/

 

09:06 Écrit par collectif a & a dans Origine - Identité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us

18/04/2007

Mère : connue. Père : éprouvette

De plus en plus de psys confrontés aux jeunes issus de la fécondation in vitro.medium_bebe-eprouvette1.2.jpg

Voici 25 ans naissaient les premiers bébés-éprouvette. Ils sont aujourd'hui 800 par an.
Certains sont toujours en quête d'identité.

 
 
Emile a appris il y a deux ans qu'il était issu d'un don de sperme. Né d'une éprouvette. Suite à une thérapie, son père a éprouvé le besoin de le lui révéler.  "J'ai ressenti un grand choc, mais je n'étais pas vraiment étonné, confesse Emile. Mes soupçons sur sa paternité, le scénario que je m'étais inventé, tout cela prenait du sens. Il y a juste que l'amant de passage imaginé est devenu un donneur de sperme." Pour ce jeune homme de 26 ans, une part de son identité s'est écroulée. Ce qu'il croyait savoir de ses origines se révélait faux.
 
" Ma première réaction a été bien sûr de me poser LA question : comment retrouver  mon père biologique, comment faire pour connaître cette partie de ma famille ? Mes parents m'ont dit qu'il n'y avait aucun moyen de retrouver le donneur. J'ai dû l'accepter. Et faire de mon mieux pour intégrer l'information puis reprendre une vie normale".

Mais rien n'est plus comme avant.

« Parfois, la question de mes origines devient le point central de mon existence. Je le vis alors vraiment comme un manque, comme si je n'étais pas une personne complète mais qu'il y avait une partie de moi qui se balaidait à l'autre bout du monde, une partie essentielle sans laquelle je ne peux être une vraie personne et qui continue à m'échapper. J'ai l'impression d'être attiré comme un aimant vers ma famille biologique, je sens que je dois faire quelque chose pour la retrouver, pour ne pas devenir fou. "
 
Il y a 25 ans que des hommes et des femmes peuvent faire appel aux banques de sperme d'höpitaux spécialisés. Plus de 800 couples connaissant des problèmes de fertilité, couples homoseuels ou femmes seules trouvent ainsi, chaque année, leur bonheur dans les éprouvettes. Le sperme a été déposé par de jeunes hommes, souvent étudiants en médecine, pour un peu d'argent de poche.
Les hôpitaux ont tout mis en oeuvre pour que les parents officiels ne courtent pas le risque de voir le donneur revendiquer un jour sa paternité. A l'inverse, celui-ci reste à l'abri de tout importun qui voudrait le retrouver. Il restera un anonyme, dont on ne communiquera que la couleur des cheveux, la taille ou le fait qu'il ait suffisamment de neurones. Aux parents de choisir s'ils veulent ou non garder secrète l'utilisation d'une semence étrangère. Les enfants n'ont aucun choix. Mêmes devenus adultes.
S'ils ont été mis au courant du fait qu'une partie de leur patrimoine génétique vient d'un inconnu, ils ne pourront jamais retrouver ce père biologique.
 
Emile est loin d'être un cas isolé. Psychologues et psychanalystes commencent à être confrontés à certains de ses pairs en quête d'identité. Des groupes de parole en ligne voient aussi le jour, qui permettent à certains de partager leurs doutes, leurs expériences, leur souffrance : impression de manque par rapport à leur filiation, sentiment de trahison et de colère, désir d'abolir si pas la conception par l'insémination artificielle, au moins l'anonymat qui la régit ...

 

Source : Le Soir


- Document : "Aujourd'hui, on veut des bébés à tout prix'' - par René Frydman.

- Orphelins génétiques
Depuis plusieurs années, les adoptés revendiquent leur droit à l'identité. Aujourd'hui, comme il était à prévoir, les enfants conçus en cliniques de fertilité, de pères anonymes, veulent connaître leurs antécédents médicaux...
Emission "Enjeux" de Radio-Canada

15/01/2007

Orphelins génétiques

 

medium_enjeux-2.jpg

Depuis plusieurs années, les adoptés revendiquent leur droit à l'identité. Aujourd'hui, comme il était à prévoir, les enfants conçus en cliniques de fertilité, de pères anonymes, veulent connaître leurs antécédents médicaux...


Le mercredi, 17 janvier 2007 à 21h00 sur les ondes de Radio-Canada.  Une émission à ne pas manquer.

 

Ils sont des milliers au pays à avoir été conçus dans des cliniques de fertilité. Ils sont nés grâce à des donneurs de sperme anonymes. Plusieurs de ces enfants, une fois adulte, souhaitent connaître l’identité de leur géniteur. Mais ils se heurtent à nos lois qui protègent l'anonymat des pères génétiques. Qu'est-ce qui doit prévaloir ? Le droit des enfants de connaître d'où ils viennent ou celui des donneurs de demeurer anonymes?

REDIFFUSION - Jeudi de la semaine suivante à 13 h

REDIFFUSION SUR RDI - Samedi 20 h et dimanche à 0 h 30



Pour contacter les responsables de l'émission Enjeux :

Courrier électronique : enjeux@radio-canada.ca

Adresse postale :
Enjeux
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
1er étage
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Téléphone :
1 877 597-5796
Télécopieur :
514 597-5629
 
Visitez le site Internet de l'émission Enjeux

 


Félicitations à l'émission "Enjeux" de Radio-Canada

Le 17 janvier 2007, la journaliste Solveig Miller présentait un magnifique reportage sur les orphelins génétiques.


Premièrement, je tiens à féliciter toute l'équipe pour ce reportage et un gros bravo à Olivia , enfant conçu par insémination artificielle, pour son courage et sa détermination dans sa lutte pour le droit à l'identité. Tout comme elle, des milliers d'orphelins génétiques et des milliers d'enfants confiés à l'adoption vivent une situation de "discrimination légalisée" par l'anonymat ou la confidentialité promis aux donneurs de spermes ou aux parents biologiques. J'espère que nos gouvernements provinciaux et fédéral prendront très au sérieux ce non-respect d'un droit fondamental, celui de droit à l'identité.

Les membres du Groupe de travail sur le régime québécois d'adoption, formé en mai 2006, devraient prendre bonne note des interventions présentées, car la situation des orphelins génétiques sera probablement la prochaine bataille pour le droit à l'identité. L'individu, qu'il soit conçu par insémination artificielle ou qu'il ait été confié à l'adoption sous les pressions sociales, famililiales et religieuses, est un être humain au même titre que tout enfant conçu de façon dite "normale".

Le droit à l'identité est un droit fondamental pour tous. En espérant que ce reportage soulèvera suffisamment de question pour qu'enfin soit levé le voile sur la confidentialité et l'anonymat.
Caroline Fortin

Présidente, Mouvement Retrouvailles, Adopté(e)s-Non adopté(e)s-Parents


Mère : connue. Père : éprouvette

De plus en plus de psys confrontés aux jeunes issus de la fécondation in vitro.
Voici 25 ans naissaient les premiers bébés-éprouvette. Ils sont aujourd'hui 800 par an.
Certains sont toujours en quête d'identité.
Le Soir.
 

21/12/2005

Revoir son enfant, un besoin viscéral. Mouvement Retrouvailles. Québec.

LA DÉMARCHE DEMANDE DU RESPECT.


Le désir de renouer avec ses origines, le besoin viscéral de revoir un enfant qu'on a été forcé d'abandonner sont des sentiments très forts. La popularité des émissions de retrouvailles de Claire Lamarche en est la preuve vivante.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Mouvement Retrouvailles, un organisme à but non lucratif, se démène depuis plus de 20 ans pour favoriser des rencontres entre des enfants adoptés et leurs parents naturels. Une tâche titanesque, qui exige beaucoup de doigté et de sensibilité. Avant même la première rencontre entre un parent et son enfant, il faut s'assurer d'une bonne préparation psychologique des deux parties. Car il ne faut pas se leurrer, soulignent la directrice régionale de Mouvement Retrouvailles Denise Boudreau et son adjointe Diane Allard, les retrouvailles ne se passent pas toujours comme dans les fils américains.

 

"Il n'y a pas de guide sur la façon d'agir avec les gens. On apprend sur le tas, en se basant sur nos propres expériences. Il faut être discret et attentionné, car on embarque dans la vie des gens, dans ce qu'ils ont de plus privé", mentionne Mme Allard. C'est précisément dans le but de favoriser les échanges et de permettre aux gens touchés d'obtenir une écoute attentive que le Mouvement retrouvailles a instauré la tradition des cafés-rencontres. Devant la faible participation, elles ont dû se résigner récemment à tenir un déjeuner une fois par mois, dans un restaurant, le samedi. Elles déplorent un peu que les gens ne participent pas plus activement à ce genre d'activités, tout en comprenant que les activités de la vie quotidienne soient prenantes.

"Les gens voient ça faciles, des retrouvailles. Ils pensent qu'une fois qu'ils auront fait la connaissance de la personne recherchée, tout sera beau, dans le meilleur des mondes. Mais les démarches demandent du respect, de part et d'autre. Il est bon d'être appuyé avant et après la rencontre", fait valoir Denise Boudreau.

Isabelle Labrie pour Le Quotidien

14/12/2005

Origines personnelles : entre mémoire, solidarité et avenir. Corinne DAUBIGNY

" Je voudrais bien être le confesseur de la vérité, non pas le martyr"
Montesquieu

Résumé


Contrairement à la grande majorité des pays européens, la France admet l’effacement de l’identité des parents d’origine, tant dans les pratiques de dons de gamètes que dans l’accouchement anonyme légalement organisé.  Seule une minorité de psychanalystes reconnaissent les risques liés à ces pratiques pour le devenir des personnes concernées. L’impact d’une dimension républicaine hostile au « lien de sang » participe à cette résistance, sans qu’on puisse écarter les rêves eugénistes que permettent les dons de gamètes anonymes.
 Au moment où, pour lutter contre les trafics d’enfants dans l’adoption internationale,  la Convention internationale de La Haye préconisait le recueil de l’identité des parents de naissance afin de s’assurer de leur consentement, la France renforça au contraire son dispositif en faveur de l’accouchement anonyme.
Un mouvement social s’est néanmoins développé  pour le droit d’accès aux origines personnelles et contre la pratique de l’accouchement anonyme, composé de personnes concernées (adultes nés sous X, pupilles de l’Etat, adoptés, mères d’origine ayant accouché sous X, et quelques parents adoptifs), de chercheurs et de professionnels, mettant en œuvre des échanges nouveaux entre ces catégories de personnes.
Il aboutit en 2002 à l’instauration d’un droit « conditionnel » à l’accès aux origines, les parents de naissance pouvant déposer leur identité sous forme de secret réversible; mais l’accouchement anonyme n’est pas aboli, et l’on peut craindre de nouvelles complications. Dans le même temps l’opinion publique découvrit l’ampleur des trafics d’enfants dans l’adoption internationale, alors que la France occupe en ce domaine le deuxième rang mondial. Ces trafics existent aussi à une échelle moindre à l’intérieur du pays.
Le recueil de l’identité des parents de naissance et le droit d’accès à la connaissance des origines personnelles apparaissent  dès lors comme une des conditions permettant de maintenir le fondement éthique de l’adoption. L’adoption serait à reconsidérer dans le sens de l’acceptation d’une pluri-parentalité, du développement des « liens sociaux autour de la naissance » (Derrida) et même d’une forme de solidarité. La cohérence du droit mènerait à modifier la conception de l’adoption plénière et à remettre en cause l’anonymat des dons de gamètes.
En matière de coopération internationale dans le champ de l’adoption certaines recherches cliniques et pluridisciplinaires devraient aujourd’hui se poursuivre, concernant :
-          les conséquences des conditions traumatiques du recueil d’enfants sur le développement des familles et des personnes , compte tenu de  l’histoire économique et politique mondiale de ces dernières décennies ;
-          l’effet de la mise en application de la Convention de la Haye sur l’évolution du nombre d’enfants nés sans filiation ; les éventuels problèmes psychologiques et sociaux que posent ces mesures  ;
-          les conséquences de l’anonymat des origines  sur les dynamiques familiales et pour le développement des personnes;
-          les effets des retrouvailles tardives sur les familles adoptives comme sur les parents de naissance.
Cette coopération, responsable devant les enjeux éthiques et politiques de l’adoption internationale,  permettrait de mieux orienter tant les pratiques sociales que les pratiques cliniques.

Rapport complet

05/12/2005

France | Appel à la solidarité contre un manquement aux droits élémentaire de l'homme et du citoyen

Fin 2005 en France : Encore et toujours des enfants et adultes citoyens privés de leur identité biologique, de leur histoire, de leur patrimoine génétique.
Plus de 400 000 individus floués des droits élémentaires de l‘homme et du citoyen.




Nous sommes un groupe de citoyens , informel , apolitique et nous venons vous interpeller aujourd’hui sur un sujet qui nous FAIT MAL , un sujet qui nous accompagne chaque jour, et qui ne s’estompe pas au fil du temps, qui restera une plaie béante pour une grande partie d’entre nous.

Nous sommes :
- Des enfants devenus adultes qui désirent connaître l’ identité de ceux qui les ont conçu et par ce biais avoir accès -pour nous et notre descendance -à notre patrimoine génétique.
- Des mères, des pères, des fratries d’origine qui désirent se manifester vers leur enfant d’origine sans aucune possibilité d‘exprimer ce désir à l‘enfant.

Avez vous imaginé un seul instant dans votre vie , une fraction de seconde :
- vous regarder dans le miroir chaque matin sans reconnaître les traits de tel ou tel membre de votre famille,
- ne pas savoir de quelle nationalité vous êtes, être né sans avoir aucune référence ni trace des générations passées, comme un pays sorti de nulle part,
- ne pas connaître les circonstances de votre venue au monde,
- ne pas pouvoir parler avec vos enfants de similitude entre leur regard et celui d’un ancêtre ou reconnaître dans leur caractère celui que vos aïeuls vous auraient décrits ,
- ne pas pouvoir transmettre à vos enfants, petits enfants votre histoire qui est la leur aussi,
- vivre chaque jour entourés de parents adoptifs, d’amis, de connaissances qui font référence à LEUR famille et LEUR histoire et ne pouvoir que répondre soit par la divulgation de cette abîme qui nous donne le vertige soit par le silence,
- savoir que quelque part vit une sœur, un frère qui vous ressemble, une femme ou un homme de qui par la loi et les décisions d’adultes vous serez à jamais séparé.

Pourquoi les personnes recherchant leur origine et ceux qui les soutiennent sont ils pieds et poings liés face au trou noir du début de leur histoire qui pourtant leur appartient légitimement, tout simplement à cause de lois qui permettent l’ accouchement sous x et la rupture irrémédiable entre les parents d’origine et les enfants laissés en adoption pour diverses raisons. Ces mesures agrées aujourd’hui en république se révèlent rétrogrades car elles ne correspondent plus à l’évolution des mentalités et au progrès humain de la société.
Un exemple : au 21ème siècle il nous est interdit, pour les enfants nés sous X ou dans le secret de connaître nos antécédents médicaux , et pour les mères d’origine ou leurs frères et sœurs de les transmettre, Cela pouvant avoir pour certains de graves répercussions au niveau de leur santé ( maladies génétiques, maladies héréditaires et de celles de leur descendance. Les enfants abandonnés nés sous X n’ont pas accès à leur dossier médical .

Nous souhaitons enfin être entendus , en revendiquant tous ensemble les mêmes droits pour chaque être humain dans notre société : pouvoir connaître ses origines et ses antécédents familiaux , par le biais d’un remaniement législatif.
Est ce trop demander dans le pays des droits de l’homme ?

Aussi , aujourd’hui nous avons écrit une pétition à l’attention de Monsieur Jean Louis DEBRE président de l’assemblée Nationale :

« Pour le droit de chaque citoyen à la connaissance de son identité biologique et de son patrimoine génétique ».
Nous souhaiterions obtenir le soutien, non seulement des personnes concernées, mais de citoyens qui seraient solidaires de notre action.
Si ce sujet vous interpelle merci de signer la pétition aux adresses suivantes :

http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1048

http://www.lga13.com/petition.htm

http://www.cadco.asso.fr

http://www.x-en-colere.org/?PHPSESSID=840e93810165992052e...

Ces quelques instants que nous vous demandons, sont très importants pour eux, pour nous, pour tous ceux qui se battent contre les discriminations de toute sorte..

Vous pouvez également nous soutenir par vos commentaires , vos réactions et en transmettant les adresses de cette pétition à vos proches.

Vous remerciant par avance.

Le collectif groupe recherche identitaire.





13:00 Écrit par collectif a & a dans Origine - Identité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : France, né sous x, identité, origine | |  del.icio.us